Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Evénements, initiatives et projets

Startup Weekend Aix-Marseille, un véritable défi : créer sa start-up en 55 heures

Dernier événement des French Tech Weeks, la 11 e édition des Start-up Week-end s’est déroulée du 28 au 30 octobre 2016 à Kedge Management. 90 personnes participaient à ce challenge avec au final 14 équipes qui ont pitché devant un jury pour soutenir leur projet.

Publié

le

Dernier événement des French Tech Weeks, la 11 e édition des Start-up Week-end s’est déroulée du 28 au 30 octobre 2016 à KEDGE Business School . 90 personnes participaient à ce challenge avec au final 14 équipes qui ont pitché devant un jury pour soutenir leur projet. Le lauréat fut Ecodrop devant Géo Sentinelle et Caprice qui a obtenu également le prix coup de cœur.

Sneetch bdIls ont pour nom Mallap, Urban Démocratie, Sneetch, Caprice ou encore Géo Sentinelle. Ce sont cinq des quatorze projets qui ont été retenus pour pitcher devant un jury. Les trois premiers recevront des prix. «Le concept des Start-up Week-end est clair: Il s’agit de passer de l’idée au projet en 55 heures», a expliqué Stéphane Soto, directeur général d’Aix-Marseille French Tech, lors de la 11e édition qui s’est tenue à KEDGE Business School à Marseille. L’enjeu est important : il s’agit en fait de découvrir l’entreprise dans un cadre professionnel et convivial et de bénéficier de l’appui d’experts venus pour apporter leur aide à de futurs créateurs. Des porteurs de projets ainsi que des personnes mettant à disposition leurs compétences se rassemblent, le temps d’un week-end, pour travailler ensemble et tenter de développer divers projets. «Les participants sont amenés à relever un défi entrepreneurial de taille à savoir constituer une équipe autour d’une idée et créer une start-up en un temps record», précise Marie Breziski, l’une des organisatrices de cette opération. Cela dure en fait 55 heures du vendredi soir 18 heures au dimanche 22 heures. Le vendredi, chaque porteur de projet dispose de soixante secondes de pitch pour présenter son idée et faire appel aux types de profils qu’il recherche. Un vote sélectionne ensuite les meilleurs projets et donne lieu à la formation des différentes équipes en fonction de l’intérêt de chacun. C’est ainsi que le développement du projet s’opère jusqu’au pitch final.

200 000 participants par an

Préalablement à une séance de pitch training (entrainement pour la présentation finale), chaque candidat vient pitcher devant le jury composé d’entrepreneurs confirmés, d’investisseurs, de sponsors comme le Crédit Agricole Alpes Provence, Carrefour Innovation et Numérique, la Technopole de l’Arbois, la CCIMP, le PRIMI du Pôle Média de la Belle de Mai ou encore Atmel et ST Microélectronics sans oublier Google, Vimeo ou Evenbrite. Plusieurs partenaires ont apporté leur concours comme entre autres Sfc, Courtier cabinet d’avocat, Efficient Innovation, le Wagon. Le Start-up Week-end n’est pas ouvert qu’aux seuls initiés. On y retrouve aussi bien des étudiants que des professionnels (business développeurs, créatifs, programmeurs, chefs de projets, juristes, comptables, experts en marketing, en communication) ou simplement des personnes qui ont envie de lancer leur start-up, peu importe leur parcours ou leur métier. Les participants étaient venus cette année, d’Aix-en-Provence, de Marseille, de toute la région et même de Lyon et de Toulouse. Le succès est considérable : «Ce sont plus de 200 000 participants par an en France auxquels s’ajoutent dix mille personnes pour les aider», a souligné Marie Breziski. A Marseille, l’ambiance était assurée ainsi que la participation avec quelque 10 000 tweets en l’espace d’une soirée.

20161030_175522bdLa Vegas à l’horizon

C’est un concentré d’entrepreneuriat en 55 heures. «L’objectif est de donner «la pichenette» pour se lancer, de faire du réseau», a confié Bastien, l’une des membres de l’équipe Orbs. «J’ai travaillé en équipe, j’ai découvert la technologie, c’est un vrai challenge», a t-il rajouté. A l’issue de ces trois journées, les candidats ont présenté leur projet au jury qui l’apprécie selon plusieurs critères (validation du client, business model, exécution et design). Cette année, le jury était composé de huit professionnels dont Axelle Benaich de La Fabulerie et Céline Souliers de l’Incubateur de la Belle de Mai. Ecodrop, le lauréat a remporté un lot avec, entre autres, l’accompagnement du projet   d’une valeur de 5 000€ par Efficient Innovation, un bon d’achat de 1000 € par le Crédit Agricole Alpes Provence, un accès gratuit à un logiciel comptable par SFC et des conseils juridiques gratuits prodigués par Courtier. Les deux autres prix ont été attribués à Géo Sentinelle et Caprice avec des lots de moindre qualité.

Le prix du meilleur développement a été octroyé à Caprice, celui du design à Sneetch. Enfin, le coup de cœur du jury a été attribué à Délipad. Autre intérêt de cette épopée, la participation pour quatre d’entre eux à une délégation comprenant une quinzaine de start-up au salon de Las Vegas. Une aubaine pour ces jeunes pousses !

© Jean-Pierre Enaut

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cluster, association

Sophia-Antipolis : Le projet Geoffre, lauréat de la finale 100% digitale du Challenge Jeunes pousses

Publié

le

Telecom Valley l’avait annoncé : l’adaptation de ses événements aux circonstances exceptionnelles pour continuer d’animer l’écosystème du numérique azuréen. Une belle manière agile de garder le lien de façon innovante avec ses adhérents et de montrer le savoir-faire du numérique.  La finale de la 18ème édition du Challenge Jeunes Pousses a donc été maintenu le 25 mars dans un format 100% digital via Zoom, la plateforme de vidéoconférence.
Pour rappel, le Challenge Jeunes Pousses est le rendez-vous annuel de la création de startups étudiante sur le territoire azuréen. Plus de vingt équipes pluridisciplinaires ont participé au lancement du concours en octobre dernier. Cinq mois plus tard, elles étaient quatre à atteindre la finale. Les équipes Clava, Swety, Geoffre et Ucango ont défendu leur projet d’innovation en live et près de 50 personnes les ont soutenues en direct de chez eux. Les 4 équipes ont une nouvelle fois ‘’pitché’’ leur projet pendant 15 minutes avant de se prêter à l’exercice des questions/réponses en live avec le jury composé deLaurent Londeix (Orange), Christian Gazquez (Métropole Nice Côte d’Azur), Dorothée Lamée-Laroche (Communauté d’Agglomération Sophia-Antipolis), Pierre Corbucci (Pirotekniks) et Brigitte De Angelis (Communauté d’Agglomération Cannes Pays de Lérins). À la suite des délibérations à huit-clos, c’est via les réseaux sociaux que le jury a annoncé l’équipe gagnante et désigné lauréat de cette 18ème édition, le projet Geoffre.

Geoffre, l’assistant virtuel de gestion du secteur de la restauration

Monté par l’équipe d’étudiants composée de Mélina, Thibault, Mathieu et Gabriel, le projet Geoffre se présente comme un assistant virtuel de gestion qui permet à un restaurateur, un hôtelier ou un propriétaire de bar, de calculer les besoins exacts d’ingrédients en fonction du nombre de couverts et de plats choisis par les clients. Il est capable de calculer le coût de revient des recettes, de planifier les menus et l’approvisionnement en quelques clics. L’utilisateur peut ainsi acheter ce dont il a besoin, ce qui lui évite de jeter. Il connaît précisément le coût de chaque recette, maîtrise mieux ses achats. Le tout afin de réaliser des économies. Selon les calculs de l’équipe, cet assistant doit lui permettre une économie de 10 à 15% sur les achats. L’assistant est proposé sur abonnement à 49 euros par mois.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

#Covid19 : Syntec Numérique lance un annuaire dynamique qui recense les solutions numériques

Publié

le

Pour mieux gérer la situation de crise entraînée par le Covid19, Syntec Numérique a lancé un annuaire dynamique dont l’objectif est de recenser les solutions des acteurs du numérique apportant des solutions concrètes et opérationnelles pour contrer le coronavirus.
Dans cet annuaire, les solutions sont réparties en quatre catégories :

Pour proposer votre solution, il vous suffit d’envoyer un tweet à @CovidSyntecNum décrivant votre offre depuis le compte de votre entreprise.

>> Information / inscription  <<

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

#Covid19 : La CCI Aix-Marseille Provence déploie une cellule d’urgence pour accompagner les entreprises

Publié

le

Mandatée par la Préfecture des Bouches-du-Rhône, la CCI métropolitaine Aix-Marseille-Provence (CCIAMP) met en œuvre un guichet unique. Il permet aux entreprises d’avoir un seul interlocuteur, qui au regard du diagnostic posé, mobilisera les services de l’Etat et les acteurs économiques partenaires pour répondre à ses besoins.
Lors d’une réunion de crise qui s’est tenue le 17 mars dernier en préfecture, Pierre Dartout, préfet de région et préfet des Bouches-du-Rhône, a demandé à ce que la Chambre devienne l’interlocuteur unique de premier niveau des entreprises et des organisations professionnelles pour le territoire des Bouches-du-Rhône. On pour les faire remonter. La chambre centralise les questions et les difficultés rencontrées par les entreprises et les fait remonter aux services de l’Etat pour traiter ses décisions.
Dans une interview donnée au site Made in Marseille, Jean-Luc Chauvin, président de la CCIAMP, détaille le rôle de la Chambre : ‘’Si l’on prend une image, nous sommes comme le numéro d’appel du 15, qui filtre, trie, présélectionne, avant d’orienter sur le Samu ou les urgences. Cela a un sens pratique très intéressant. Quelque part nous avons une mission de service public, en tant qu’établissement public, qui représente les 115 000 entreprises du territoire’’.
Pour que toutes les entreprises aient le même niveau de connaissance sur l’ensemble du territoire, plusieurs groupes ont été constitués. Un groupe avec les inter-pro (CCI, U2P, UPE13, CPME13…), auquel s’ajoutent la CCI d’Arles, la Chambre des métiers, la Cress Paca, les experts-comptables et les commissaires aux comptes. Un deuxième groupe avec les fédérations professionnelles (les secteurs d’activités), un troisième avec les commerçants de tout le territoire, et enfin un groupe composé des représentants des zones d’activités et des industriels.
Un point quotidien est assuré entre la préfecture et la CCIAMP qui traite, via ses différents canaux, plus de 850 contacts d’entreprises chaque jour. Les demandes des entreprises sont centralisées, triées et reformulées car beaucoup sont identiques. Ensuite la préfecture les fait remonter auprès des ministères compétents, ce qui permet d’avoir des réponses plus qualifiées. Elles seront relayées auprès des entreprises par l’ensemble des groupes. Cela permet d’avoir des réponses centralisées et pour l’État, aussi, de gagner du temps. C’est un gage d’efficacité.
Cette mobilisation est à la hauteur de l’enjeu pour Jean-Luc Chauvin. ‘’Les décisions prises vont conduire à une réduction de l’activité qui va probablement être de l’ordre de 20 à 25 % par rapport à la normale à cette période de l’année. On est au bord d’une crise économique mondiale, peut-être aussi importante que celle de 1929 si on n’agit pas de façon très rapide, concertée, avec les moyens nécessaires. Donc cette mission que nous a confié le préfet, je pense que c’est une bonne initiative que l’on prend ensemble sur le territoire », conclut le président de la CCIAMP dans les colonnes de Made in Marseille.

Informations Guichet unique :

N° d’urgence : 04 91 39 34 79.
Faites remonter vos questions ou demandes par e-mail à l’adresse : urgencecovid19@ccimp.com.
Lien sur la page d’informations dédiée aux mesures et mise à jour en temps réel :
https://www.ccimp.com/actualite/sante/36006-coronavirus-impacts-et-mesures-pour-entreprises

Pour toute information générale relative au coronavirus, vous pouvez appeler le numéro vert mis en place par le gouvernement : 0800 130 000.
Le site internet https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus permet également d’obtenir des renseignements sur le sujet via une foire aux questions et de se tenir informé des derniers développements.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X