Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

BioTech, MedTech

Sophia-Antipolis : Whoog fusionne avec la start-up medGo pour répondre aux défis RH de l’hôpital de demain

Publié

le

Ce sont deux acteurs majeurs dans la gestion des remplacements, les start-up Whoog et medGo, qui ont décidé de fusionner leurs activités sous la même entité : Hublo avec l’objectif de servir une mission commune : améliorer le quotidien des professionnels de santé et répondre aux défis RH de l’hôpital de demain. Leur rapprochement stratégique avait été évoqué avant la crise du Covid-19, mais cette dernière a accéléré le projet des deux start-up de travailler ensemble à l’amélioration de la qualité de travail des professionnels de santé.
Implantée à Sophia-Antipolis, Whoog a développé la 1ère solution numérique de gestion des remplacements basée sur le volontariat du personnel, en partenariat avec le CHU de Montpellier. Whoog a ensuite établi des partenariats avec 19 CHU.
De son coté, medGo propose une solution de pilotage des absences et des remplacements de personnel, disponible depuis février 2017. A ce jour, la start-up parisienne a convaincu plus de 1300 hôpitaux, cliniques et EHPAD, parmi lesquels les Hospices civils de Lyon, plus de 20 Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT), et les groupes privés ELSAN, Ramsay Sant é, Vivalto, Korian…

Deux start-up concurrentes à l’efficacité démontrée

Concurrentes, les deux solutions digitales ont démontré leur efficacité ces dernières années, avec : + de 1500 établissements utilisateurs et + de 5 000 missions de remplacement lancées en moyenne chaque jour. Une efficacité qui s’est confirmée pendant la crise sanitaire du Covid19 : medGo et Whoog ont mobilisé leurs technologies et leurs équipes afin de construire avec 11 Agences Régionales de Santé une plateforme de renfort qui a permis de mobiliser plus 60.000 professionnels volontaires en 2 mois, auxquels ont eu accès plus de 6.000 établissements sanitaires et médico-sociaux. Les ARS ont salué l’ampleur et le succès du dispositif, qui a largement contribué à aider les établissements à gérer la charge en soins pendant la crise.

Être solide et innover à long terme

En fusionnant pour devenir Hublo, les deux start-up investissent leurs efforts de recherche et de développement technique au service d’une même technologie pour proposer une plateforme deux fois plus innovante. Elles associent également leurs expertises acquises dans les secteurs privé et public, pour accompagner les établissements sanitaires et médico-sociaux au plus près de leurs besoins.
Le contexte économique issu de la crise sanitaire a mis en évidence l’intérêt pour les sociétés Whoog et medGo d’opérer un rapprochement, afin de solidifier financièrement le nouvel ensemble, et d’accélérer le déploiement de la solution à l’international. « Cela fait plusieurs mois que nous réfléchissons à cette fusion, et la crise actuelle qui touche toutes les entreprises françaises, a renforcé notre conviction qu’il était plus que jamais temps de nous unir, pour envisager sereinement l’avenir.  » explique Antoine Loron, co-fondateur de medGo et président de Hublo.

Hublo, une solution pour l’hôpital de demain

Une meilleure gestion des RH est l’un des piliers de l’hôpital de demain et Hublo répond à la fois aux problématiques des établissements (absentéisme, congés…), aux besoins des professionnels de santé (meilleure gestion de leurs heures, droit à la déconnexion…) et aux attentes des nouvelles générations de soignants (réactivité, mobilité, qualité de vie au travail…). « Avec Hublo, nous voulons que tous les professionnels de santé puissent faire partie d’une grande communauté de soignants, agile et solidaire. Nous voulons permettre à ces professionnels d’effectuer des missions facilement et rapidement dans les hôpitaux, cliniques, EHPAD, tout en respectant leur droit à la déconnexion. » confie Guerric Faure, co-fondateur de Whoog et directeur de la stratégie Hublo.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BioTech, MedTech

Sophia-Antipolis : Median Technologies se voit attribuer le label ‘’European Rising Tech’’ par Euronext

Publié

le

Spécialiste de l’imagerie médicale de nouvelle génération, Median Technologies, The Imaging Phenomics Company (ALMDT) vient de recevoir le label ‘European Rising Tech’ qui récompense 98 sociétés particulièrement performantes parmi plus de 350 small & mid cap Tech cotées sur les marchés d’Euronext à Amsterdam, Bruxelles, Dublin, Lisbonne et Paris et opérant dans les Sciences de la Vie, les éco-industries ou le secteur des TMT (Technologies, Medias et Télécommunications).
Au 31 mai 2020, ces 98 sociétés labellisées totalisaient une capitalisation boursière de 23 milliards d’euros, pour 21 milliards d’euros négociés sur les marchés en un an, confirmant le fort engouement que manifestent les investisseurs pour les valeurs Tech cotées sur Euronext.
Décerné par Euronext, ce label salue la solide performance de l’activité économique et boursière de Median Technologies. Il est vrai que l’entreprise azuréenne créée en 2002 et basée à Sophia Antipolis avec une filiale aux Etats-Unis et une à Shanghai, reste sur un exercice 2019 très positif, avec 9M€ de chiffre d’affaires et une croissance de 41%. Et les bases sont tout aussi élevées pour 2020 avec un carnet de commandes établi à 38,3 M€ (+ 61,6%).
www.mediantechnologies.com

Facebook Comments
Lire la suite

BioTech, MedTech

Marseille : L’AP-HM se dote du 1er robot CyberKnife S7 en Europe pour traiter plus efficacement le cancer

Publié

le

Les Hôpitaux Universitaires de MarseilleAP-HMse sont dotés début juin d’un nouveau dispositif de radiothérapie robotique : le CyberKnife S7 qui permet de traiter des tumeurs par radiothérapie stéréotaxique beaucoup plus rapidement et plus précisément qu’auparavant. Financé par l’AP-HM à hauteur de 4,7 M€, le CyberKnife S7 vient s’ajouter à un parc d’accélérateurs de particules performants au sein du futur institut de radiothérapie stéréotaxique des Hôpitaux Universitaires de Marseille (Hôpital Nord) dont l’inauguration aura lieu au mois d’octobre. L’Hôpital Nord est le premier établissement en Europe à posséder cette technologie de nouvelle génération.

Une technologie de nouvelle génération

Développé par l’américain Accuray spécialisé dans les dispositifs médicaux, le CyberKnife S7 est doté d’une intelligence artificielle et d’un détecteur de mouvement en temps réel, le ciblage est infra-millimétrique et la séance de radiothérapie est moins difficile pour le patient qui peut respirer librement durant l’irradiation.  Par sa précision exceptionnelle, la radiothérapie stéréotaxique permet d’augmenter les doses de traitement sur la tumeur tout en protégeant les tissus sains adjacents réduisant le nombre de séances pour les patients. Un avantage considérable pour les hôpitaux publics qui ont parfois du mal à absorber le flux de patients.
Ce nouveau dispositif révolutionnaire sera inauguré en octobre prochain et permettra aux équipes de l’institut de radiothérapie stéréotaxique de l’Hôpital Nord, dirigé par le Pr Didier Cowen, de traiter plus efficacement et en un temps record, toutes les métastases extra-crâniennes : cancer du poumon de taille limité, cancer du foie, cancer du sein, cancer des os, ganglions isolés…  Soulignons qu’en France, le cancer est la première cause de décès chez l’homme et la deuxième chez la femme et que la radiothérapie fait partie des traitements de référence de cette maladie. Elle peut être à visée curative pour guérir le patient ou palliative pour le soigner en soulageant les symptômes provoqués par la tumeur.

Facebook Comments
Lire la suite

BioTech, MedTech

Marseille : Proneem lance le premier traitement textile français anti covid-19 prouvé sur le SARS-CoV-2

Publié

le

‘’Porter des vêtements capables de neutraliser le virus permettrait de pallier considérablement le problème de distanciation’’, c’est ce qu’avance Nathalie Hagege, docteur en biologie moléculaire et immunologie, fondatrice et présidente de la biotech marseillaise Proneem qui vient de développer, avec le soutien de France Chimie et de Novachim, le seul traitement textile français à haute fonctionnalité antivirale dont l’efficacité a été prouvée sur le SARS-CoV-2.
Testée par le laboratoire de biotechnologie médicale français indépendant Vibiosphen, spécialisé dans les maladies infectieuses, cette technologie forme une barrière durable et permanente qui neutralise l’infectiosité du SARS-CoV2 sur les surfaces textiles.
‘’Pour la première fois en France, des tests sur la souche SARS-CoV2 ont pu être effectués et
ont prouvé la performance d’un textile traité. Avec un actif performant et des systèmes d’imprégnation textile protocolisés, nous avons prouvé qu’il était possible de créer des textiles capables de détruire le virus » se félicite la présidente de Proneem.

Une action virucide de plus de 99,99%

Ce traitement innovant, baptisé ViralStop™, associe les propriétés antivirales du zinc pyrithione et de l’oxyde de zinc entre autres ingrédients actifs, en empêchant la réplication de nombreux virus comme les coronavirus et en endommageant l’enveloppe virale. Testé sur des échantillons de différents types de textiles, il est à ce jour le seul traitement français testé sur la souche SARS-CoV2 qui a montré son efficacité en neutralisant le virus. Son action virucide réduit la population virale de plus de 99,99%*, permet d’augmenter le niveau de protection du textile et de limiter la transmission du virus. Une innovation majeure quand on sait que les surfaces infectées représentent un vecteur important de contamination et de transmission et que le nouveau coronavirus semble survivre de plusieurs heures à plusieurs jours sur les supports textiles.

De nombreux domaines concernés par ViralStop™

Nathalie Hagege.  © AFP / Boris HORVAT

Nathalie Hagege, qui a fait partie du comité d’experts ayant élaboré le document Afnor sur les masques sanitaires, se donne aujourd’hui pour mission d’optimiser tous les matériaux textiles et non textiles (intissé également) pour lutter activement contre tous les coronavirus dont le covid-19. L’idée : permettre la fabrication d’équipements textiles (gants, masques, vêtements…) et non textiles français anti covid-19 faciles d’utilisation, réutilisables, à des prix compétitifs et accessibles à tous.
La technologie ViralStop™ pourra également se décliner dans de nombreux domaines d’application : spray textiles aux propriétés antivirales pour le grand public et le secteur hôtelier (hôtels, gîtes, locations saisonnières, campings) ; nettoyants textile antiviral pour la blanchisserie industrielle, la blanchisserie des établissements de santé, les pressings…
‘’Je pense à toutes les industries comme le tourisme ou les métiers de l’évènementiel qui doivent s’organiser différemment et relancer leurs activités avec de la prévention et de la sécurité. Et je pense également à toutes les mamans qui ne mettent pas leurs enfants à l’école par peur qu’ils attrapent ou transmettent le Covid19. Avec cette innovation, je souhaite avant tout apporter une solution à un problème inédit qui immobilise l’économie mondiale’’ conclut Nathalie Hagege.
Au-delà de la crise sanitaire actuelle, grâce à cette innovation de rupture, Proneem souhaite accélérer le développement des textiles fonctionnels, réindustrialiser le territoire et redonner à la France l’opportunité d’être un acteur majeur sur la scène internationale.

*Résultats des tests réalisés des échantillons de différents textiles synthétiques et naturels.
– Effet antiviral sur la souche SARS-CoV2 : après 2 heures de contact sur les textiles traités, conformément à la norme ISO 18184 antivirale, ViralStop™ neutralise la souche SARS-Cov-2 responsable du Covid-19 avec une efficacité de 99.99%.

– Effet antibactérien : après contact sur les textiles traités, conformément à la norme ISO 20743 contre les bactéries gram+ et gram- responsables de développements pathogènes liés aux infections nosocomiales, ViralStop™ neutralise ces bactéries avec une efficacité de 99.99%.
Source: communiqué de presse Proneem – 06/2020.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X