Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Evénements, initiatives et projets

Sophia Antipolis : Snow Connect, Lauréat du concours Hackathon fOr Tourism

La première édition du HOT hackathon, organisée par la CCI Nice Côte d’azur en partenariat avec le Business Pôle de Sophia Antipolis et Telecom Valley s’est tenue les 6 et 7 Avril 2018, à Sophia Antipolis.

Publié

le

La première édition du HOT hackathon, organisée par la CCI Nice Côte d’azur en partenariat avec le Business Pôle de Sophia Antipolis et Telecom Valley s’est tenue les 6 et 7 Avril 2018, à Sophia Antipolis. Ce Hackathon est réalisé dans le cadre du projet RETIC, projet co-financé par le programme Interreg Italie-France Maritime 2014-2020. Dix-sept équipes mixant professionnels, étudiants disposaient de 30h pour réinventer le tourisme de demain à partir de données ouvertes.

Ils étaient plus de 70 participants répartis en 17 équipes à vouloir développer le tourisme de demain à partir de données ouvertes proposées par la Région Paca, la Métropole de Nice Côte d’Azur, le Département des Alpes Maritimes et IBM Cloud. Le coup d’envoi a été donné Vendredi 6 Avril au Business Pôle de Sophia Antipolis pour 30 h d’immersion dans l’innovation issue du tourisme, avec pour objectif de relever des défis et promouvoir les technologies de l’industrie du tourisme et l’économie méditerranéennes !
Aidées d’une vingtaine de professionnels aux expertises diversifiées (juridique, financier, marketing, technique, etc…) les équipes ont pitché leur projet, le 7 Avril après-midi, devant le Jury présidé par Jennifer SALLES BARBOSA, responsable de la commission Tourisme et une centaine de personnes.

4 équipes primées, SNOW CONNECT classée première
Parmi les 17 projets, tous d’un très bon niveau, le Jury a récompensé quatre d’entre elles :

● « SNOW CONECT » – Lauréat 2018
Basé sur les données ouvertes et les données d’IBM Cloud, le projet propose la station de ski connectée de demain avec un service permettant aux utilisateurs d’être averti de la qualité de piste, du temps d’attente aux télésièges, de l’amélioration de la sécurité… Cette équipe composée de quatre jeunes a su convaincre le jury par leur pitch et leur idée de qualité. Elle remporte notamment 4 places pour le Bootcamp UTAH, Université Côte d’Azur, un accompagnement au CEEI Nice Premium, un accès au Cloud IBM, 5 mini drones offerts par JobOpportunIT…

OVER THE ROAD – 2ème prix
L’équipe a développé un projet de gamification touristique par Blockchain, une solution pour valoriser les sites touristiques. Ce prix consiste en une adhésion à Telecom Valley, un Learning expédition à Monaco Tech, un accès au Cloud IBM…

NO DISTANCE IN HERTH – I bring you back home – Prix spécial du Jury
Cette équipe italienne remporte le prix coup de cœur en proposant une solution pour les tour-opérateurs italiens basée sur la généalogie du tourisme et la redécouverte de ses racines. Elle remporte 6 cartes côte d’azur offert par le Comité Régional du Tourisme et une visite du domaine de Bellet.

GUIDER– 3ème prix (des montres connectées ORANGE, accompagnement au SICTIAM…)
Composée de quatre personnes, cette équipe propose une plateforme de mise en relation entre touristes et guides afin de redynamiser le territoire de l’arrière-pays.

YALLA – 4ème prix
Le 4éme prix revient à l’équipe Yalla pour son application mobile qui permet aux utilisateurs de connaître, choisir ses activités en vacances. L’équipe gagne notamment un accompagnement au Business Pôle, un accompagnement de la CCI Nice Côte d’Azur…

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Smart Port : la Région Sud met 30 M€ sur la table pour brancher à quai les bateaux de croisières à Marseille, Toulon et Nice

Publié

le

La région Sud Provence Alpes Côte d’Azur a présenté jeudi 5 septembre son plan d’investissements de 30 millions d’euros pour l’électrification des navires de croisière à quai dans les ports de Marseille, Toulon et Nice dès 2025. Un plan nommé “Escale zéro fumée”.
Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, soutenu par l’Etat et l’Ademe (agence pour la maîtrise de l’énergie) dans cette démarche, était entouré d’Elisabeth Borne, Ministre de la Transition écologique et solidaire, du nouveau Secrétaire d’Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, dont c’était le premier déplacement dans ses nouvelles fonctions, de Christian Estrosi, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Maire de Nice et Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, d’Hubert Falco, Président de Toulon  Provence Méditerranée Maire de Toulon et, dans la logique de la continuité territoriale, celle également de Gilles Siméoni,, Président du Conseil exécutif de Corse.

La qualité de l’Air, véritable enjeu de société
Le plan “Escale zéro fumée” s’inscrit dans la stratégie menée par la Région avec le ‘’Plan Climat, une COP d’avance’’ lancé par Renaud Muselier en décembre 2017.
La pollution de l’air dans les ports provenant des navires est importante et la majorité des émissions sont émises lors du stationnement à quai et dans la zone de navigation à vitesse réduite à l’entrée des ports. Ainsi un paquebot à quai qui fait tourner ses moteurs pour les besoins de ses équipements de bord consomme entre 500 et 2000 litres de gasoil à l’heure, l’équivalent d’environ 250 voitures. En comparaison une voiture consomme 7 l/h et un camion 60 l/h. Cette pollution dont les composants les plus nocifs sont le soufre, les oxydes d’azote et les particules génère des nuisances pour les riverains comme pour les usagers du port. Rien que sur l’aire marseillaise, on estime que le secteur maritime est responsable de 10 à 15% des pollutions atmosphériques.
Dans les villes-ports, la part des émissions polluantes est significative :

  • Marseille: 40% des émissions de Nox (oxyde d’azote), 32% des émissions de Sox (soufre) et 15% de particules fines
  • Toulon: 31% des émissions de Nox (oxyde d’azote), 31% des émissions de Sox (soufre) et 13% de particules fines
  • Nice: 5% des émissions de Nox (oxyde d’azote), 3% des émissions de Sox (soufre) et 3% de particules fines

Aussi pour la seule région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, 20% de la population est exposée à au moins un dépassement des normes de qualité de l’air. Et Renaud Muselier de préciser que ‘’plus de 100 000 personnes vivent en dessous des normes européennes de qualité de l’air’’.  Ce n’est donc plus un simple enjeu sanitaire mais un véritable enjeu de société.

Lire aussi : Smart Port : Les croisières, un marché qui connaît un regain de croissance mais qui reste très polluant !

30 millions d’euros pour zéro fumée
Le développement des activités dans les ports régionaux est crucial pour l’économie des villes-ports et l’économie régionale (120 000 personnes en dépendent), mais il ne doit cependant pas s’opérer au détriment de la santé des habitants. La Région Sud a donc décidé de financer les branchements à quai car ils représentent la solution la plus performante du point de vue environnemental, tout particulièrement pour les riverains des ports avec la suppression de la totalité des émissions atmosphériques.
Des fonds ont déjà été engagé avant ce plan ‘’Escales Zéro Fumée’’, en 2013, pour les premières connexions électriques du port de Marseille concernant les ferries à destination de la Corse, puis en 2018 pour l’équipement de 3 navires de l’armateur Corsica Linéa. Et cette année, la Région a engagé un demi-million d’euros pour un filtre à particules innovant permettant d’éliminer les émissions des navires de La Méridionale.
L’enveloppe globale de 30 millions d’euros qui a été annoncé le 5 septembre porte donc sur l’électrification des quais des ports de Marseille, Toulon et Nice et l’accompagnement pour l’équipement des paquebots de croisière. 10 millions seront ainsi consacrés aux infrastructures portuaires particulièrement coûteuses, 5 millions seront dédiés aux compagnies maritimes soucieuses de transformer leurs navires en activité, 1 million permettront d’acquérir et d’installer des ‘’scrubbers’’, des filtres nettoyeurs de fumée…
Seulement 12 ports sont équipés d’un tel dispositif dans le monde, dispositif qui permettra à l’horizon 2023 d’alimenter en électricité tous les ferries et à l’horizon 2025 tous les paquebots de croisière à quai.

Préparer également l’avenir
Une partie de cet investissement sera également consacré au développement d’autres filières énergétiques ; l’hydrogène (2M€) et le GNL, gaz naturel liquéfié (1M€). Le GNL est considéré, aujourd’hui, comme le carburant carboné le plus efficace et le plus propre. C’est une des solutions que la Région encourage car il est utilisable dans les ports comme en pleine mer. Il réduit de 85% les oxydes d’azote, annihile les émissions d’oxyde de soufre et l’essentiel des particules fines, tout en réduisant le CO2 de 20%. Quelques navires en sont équipés mais ne peuvent pas encore se ravitailler, faute d’infrastructure, mais la Région Sud a décidé et annoncé la construction, avec le Grand Port Maritime de Marseille, du premier hub GNL en Méditerranée.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Izicap (Sophia-Antipolis) figure dans le top 25 des start-up les plus attractives de France selon Linkedin

Publié

le

Pour la 2ème année consécutive, LinkedIn publie son classement des 25 jeunes entreprises les plus courtisées de France. La sélection retient les jeunes entreprises préférées des membres du réseau social professionnel en recherche d’un nouveau job.
Pour établir ce palmarès, les « data scientists » de LinkedIn ont analysé les milliards d’actions effectuées par les 18 millions de membres LinkedIn en France (645 millions dans le monde) pour départager les prétendants, des startups comptant 7 ans d’existence maximum et au moins 50 salariés.  Quatre critères principaux ont été retenus : la croissance des effectifs, les interactions sur la plateforme avec l’entreprise et ses salariés, l’intérêt pour les offres d’emploi publiées et la capacité à attirer les meilleurs talents. Toutes les entreprises sélectionnées affichent une croissance annuelle de leurs effectifs de 15% minimum.
23 des start up choisies sont basées à Paris, 1 à Levallois-Perret (Ile-de-France) et 1 à Nice Sophia-Antipolis. Le trio de tête du classement est occupé par Sézanne (confection et mode), Brut (médias en ligne) et Alan (assurances).

Izicap, seule entreprise régionale retenue dans le plamarès Linkedin
Entreprise spécialisée en marketing numérique, Izicap occupe le 23e rang du palmarès. Créée en 2013 à Nice Sophia-Antipolis, elle attire à la fois les profils marketing, ingénierie et assistance et compte 75 collaborateurs. Les critères de séduction ont été, semble-t-il, son implantation sur la Côte d’Azur, sa capacité d’innovation ou encore sa santé financière grâce à une levée de fonds de 6 M€ en 2018.
Grâce à Izicap, un commerçant peut transformer la carte bancaire d’un client en carte de fidélité. Avec à la clé la possibilité de collecter ses données et de lui adresser des offres personnalisées. Gros avantage pour la startup: ce sont les réseaux bancaires (pour l’instant Crédit Agricole, la Caisse d’Epargne et la Banque Populaire) qui proposent ce service en marque blanche aux commerçants.

Le TOP 25 des start up françaises à suivre en 2019 selon LinkedIn

  1. Sézane (Paris)
  2. Brut (Paris)
  3. Alan (Paris)
  4. Payfit (Paris)
  5. Virtuo (Paris)
  6. Doctrine (Paris)
  7. Leavy (Paris)
  8. Listen Too (Paris)
  9. Back Market (Paris)
  10. Wemanity (Paris)
  11. Everoad (Paris)
  12. Qonto (Paris)
  13. OpenClassrooms (Paris)
  14. Ividata (Levallois-Perret)
  15. Malt (Paris)
  16. Spendesk (Paris)
  17. Saegus (Paris)
  18. Blade Shadow (Paris)
  19. Cubyn (Paris)
  20. Toucan Toco (Paris)
  21. Abbeal (Paris)
  22. Ornikar (Paris)
  23. Izicap (Nice Sphia-Antipolis)
  24. Aircall (Paris)
  25. Fortia Financial Solutions (Paris)
Facebook Comments
Lire la suite

Cluster, association

Cannes : les femmes du numérique à l’honneur à l’occasion des 1ers Trophées Women In Tech

Publié

le

C’est un des événements de la rentrée, un événement inédit : la première édition des Trophées Women In Tech (WIT), aura lieu jeudi 12 septembre au Palais des Festivals de Cannes. Nous avions annoncé sa création il y a six mois par le collectif de femmes techniques WHAT06 (Women Hackers Action Tank 06), avec le soutien de la French Tech Côte d’Azur.
Les WHAT06 réunissent des salarié(e)s, entrepreneur(e)s, académiques, associations, ou réseaux adhérant à titre individuel ou représentant leurs associations et organisations en tout genre et ont pour objectif de mettre en lumière des femmes travaillant dans la Tech ainsi que d’inciter plus de femmes et de filles à s’intéresser aux métiers de l’ingénierie informatique. Pour cela, le collectif organise régulièrement des événements techniques dans la région, hackathons, workshop sur l’intelligence artificielle pour faire découvrir les nouvelles technologies au plus grand nombre, notamment aux femmes.
Il est vrai que seulement 29.8 % de femmes en France travaillent dans la Tech. 28,4% de femmes sont en écoles d’ingénieurs et au CNRS, et 33,6% sont des femmes chercheuses… Les Trophées Women in Tech Sud sont donc destinés à mettre en valeur les femmes travaillant dans la technologie en Région Sud et Monaco. Trois prix seront attribués à trois femmes pour leurs réalisations exceptionnelles dans les domaines de la technologie et de l’innovation, dans les catégories suivantes :
– Startupeuse dans la tech : Elle doit être fondatrice ou/et Associée lorsqu’elle candidate. La start-up doit être enregistrée en France depuis 2 ans.
– Chercheuse dans la tech : Chercheuse en entreprise ou dans un laboratoire. Doit être en poste au lorsqu’elle candidate. La candidate peut aussi être en Thèse ou Post-Doct lorsqu’elle candidate. L’entreprise ou le labo doit avoir un site en France ou en PACA
– Salariée dans la tech : La candidate doit être en poste lorsqu’elle candidate. Sa société doit avoir un site en PACA ou Monaco.

Au programme des 1ers Trophées Women In Tech

  • 17h30– Ouverture
  • 18h00- Table Ronde : “les femmes et la Tech dans les divers secteurs” avec ,Jean-Michel Mis (Assemblée nationale) et Françoise Bruneteaux (Région SUD),  Cristina Monnoyeur (l’Oréal) ,  Claire Perradotto au titre de l’entreprise,  David Simplot (directeur Inria) pour la Recherche et Dometile Esnard-Domerego (fondatrice de Key Infuser) pour les start-up
  • 19h00-23h00: Remise des trophées, cocktail de clôture et de networking

www.what06.com

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X