Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Sophia Antipolis : Présentation du projet « Ecotone Antibes », 1er technopole d’Europe à l’horizon 2023

Publié

le

Jean Leonetti, maire d’Antibes et président de la Communauté d’agglomération Sophia Antipolis

Seules deux esquisses du projet baptisé ‘’Ecotone* Antibes’’ ont été présenté en avant-première le 17 octobre dernier à la Maison des associations à Antibes par Jean Leonetti, le maire d’Antibes et président de la Communauté d’agglomération Sophia Antipolis (Casa), sans que ce dernier ne dévoile le contenu de ce projet architectural. Le 27 septembre dernier, les élus de la Casa avaient attribué au groupement composé de la Compagnie de Phalsbourg, des Ateliers Jean Nouvel, l’architecte et de Xavier Niel, le patron de Free, un foncier de 5 hectares (40 000 m2 de constructibilité) sur le site des Trois Moulins dans le périmètre de la technopôle Sophia-Antipolis. Les élus voulaient un bâtiment-vitrine visible depuis l’autoroute A8 qui borde le site. Leur choix s’est porté sur un projet de « colline habitée », comme un « écotone », une zone de transition naturelle au sein d’un écosystème. Jean Léonetti y voit un décor sorti d’Avatar, le film de James Cameron.

Le campus écologique du XXIe siècle
‘’Notre ambition est de construire à Sophia Antipolis le campus écologique du XXIe siècle’’ explique Philippe Journo, président de la Compagnie de Phalsbourg. Sur ces cinq hectares de périphérie acquis pour un montant de 44 millions d’euros, pas de tour, pas de bâtiment totem mais une construction de 26 mètres de haut et comprenant cinq à six niveaux laissera notamment passer le BHNS, le bus à haut niveau de service, en cours de construction par la collectivité. «
Un campus qui s’annonce énorme puisqu’il serait question de construire 40 000 m² de locaux, dont 7 000 m² d’hôtels et de services et 31 800 m² de bureaux et espaces de Coworking, 1200 m² de services et de restauration, 715 places de stationnement – vont être presque totalement masqués par les 27 000 m² d’espaces végétalisés prévus dans le projet. Ce futur lieu de travail et de vie accueillera près de  4 000 personnes.

Xavier Niel serait intéressé pour y installer une antenne de Station F
Selon Philippe Journo, interrogé par Nice Matin, cet Ecotone pourrait bien accueillir une extension de Station F, le plus grand campus de start-up au monde. “J’ai proposé à Xavier Niel d’installer une antenne de Station F dans ce projet, il a été emballé par l’idée”, a-t-il déclaré. Pour en avoir la confirmation, Il faudra tout de même attendre décembre prochain à Paris au salon de l’immobilier d’entreprise pour en avoir le cœur net. C’est à cette occasion que le projet ‘’Ecotone Antibes’’ sera présenté en détail. Ensuite tout devrait aller vite : signature de la promesse de vente avant la fin de l’année, dépôt du permis de construire en mars/avril 2019, délivrance du permis attendue fin 2019. Au moins deux de travaux suivront ensuite avant de devenir la porte d’entrée-vitrine de Sophia Antipolis dès 2022.

* Ecotone : zone de transition écologique entre deux écosystèmes, par exemple le passage de la savane à la forêt ou le passage d’un lieu habité à un écosystème moins habité.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aéronautique, spatial

L’aéroport Nice Côte d’Azur compte rivaliser avec les grands hubs grâce à sa solution inédite de « self-connecting »

Publié

le

Accompagnant la nouvelle tendance structurelle du transport aérien, impulsée par des voyageurs qui construisent eux-mêmes leurs correspondances, Nice Côte d’Azur devient le premier aéroport de France à proposer Nice Connect, une solution inédite de “self-connecting” permettant aux voyageurs de choisir Nice comme escale afin d’optimiser leurs trajets.
A partir de cet été, il sera donc plus facile et rapide de relier « Toulouse ou Bergerac à Dubaï, Lyon à New York JFK ou Newark, Tunis à Copenhague ou Bordeaux à Doha » selon l’aéroport niçois qui souhaite devenir l’alternative des grands hubs grâce à Nice Connect.

Connecter tous les vols de toutes les compagnies
Nice Connect permettra aux voyageurs de connecter les vols de n’importe quelle compagnie à n’importe quelle autre compagnie, à travers le monde, via Nice Côte d’Azur qui propose plus de 120 destinations dont près de 100 à l’international. Fort de sa position géographique, de son maillage de destinations à l’international et de ses 7 liaisons long-courriers, l’aéroport Nice Côte d’Azur représente une alternative attractive aux grands hubs tant pour des escales sur les axes Nord-Sud qu’Est-Ouest. En saison estivale, le réseau développé par l’aéroport représente jusqu’à 23 000 combinaisons de connecting optimisées par semaine.
Grâce à un accord de partenariat non exclusif, l’OTA (online travel agency) Kiwi.com, leader du self-connecting, sera le premier à commercialiser Nice Connect. Effectif dès le mois de juin de cette année, il permettra aux voyageurs de composer, depuis les sites Kiwi.com, Kayak.fr et Skyscanner.fr, leurs trajets via Nice Côte d’Azur, ces plateformes mettant en avant le gain de temps rendu possible par un trajet et une escale moins longs. Dans la foulée, MisterFly.com, déjà partenaire d’Aéroports de la Côte d’Azur, rejoindra le mouvement et proposera à son tour la solution.

Faciliter les connexions, quelles qu’elles soient
Pour réduire le trafic dans les grands hubs, la possibilité de choisir l’Aéroport Nice Côte d’Azur serait un gain de temps et d’argent. Selon ses estimations, pour des connexions Schengen/Schengen au sein du même terminal, l’aéroport Nice Côte d’Azur peut proposer des MCT (minimum connecting time) de 40 minutes sans bagage ou de 75 minutes avec bagages. Pour des connexions Schengen/International, le MCT peut varier entre 50 et 85 minutes selon que le voyageur devra récupérer ou non des valises.
Une fois arrivé à l’aéroport Nice Côte d’Azur, le passager ayant choisi l’offre Nice Connect sera guidé tout au long de son parcours. S’il se connecte au réseau wifi haut-débit de la plateforme, il pourra accéder à un onglet dédié du portail lui présentant les informations pratiques pour la poursuite de son voyage : tapis bagage où récupérer ses valises, porte d’embarquement, horaires des vols et coordonnées de l’Espace Relations Clients, joignable prioritairement en cas de difficulté.
Une signalétique dédiée indiquera les points d’étapes et les files prioritaires auxquelles il aura accès, sans surcoût, pour les contrôles de sûreté comme pour les contrôles des passeports du terminal 2.
Par ailleurs, depuis l’intégration en janvier 2019 des terminaux dans la solution Maps d’Apple, les passagers équipés d’iPhone ou d’iPad peuvent connaître leur position exacte dans les terminaux pour localiser les différents points d’intérêts.

Une escale tout confort à la carte
Totalement gratuite, cette solution de self-connecting présente un volet supplémentaire, optionnel, intégrant des services à la carte comme l’accès à un salon VIP à un tarif préférentiel. Pour profiter au mieux de son temps passé dans les terminaux, le passager bénéficiera de 10% de réduction pour les commerces à sa disposition.
Dans un second temps, l’aéroport Nice Côte d’Azur proposera de transformer l’escale en véritable « stop-over » sans frais. A la tendance identifiée du self-connecting s’ajoute celle, émergente, du slow-travelling : demain, les voyageurs qui le désireront pourront choisir de réaliser une étape plus longue sur l’aéroport et de bénéficier d’un court séjour à la carte pour rester une journée ou une nuit sur Nice en bénéficiant d’offres préférentielles.

Facebook Comments
Lire la suite

Aéronautique, spatial

Marseille : Le réseau HOsiHO Drone Network lance une plate-forme de ‘’shooting’’ à la demande

Publié

le

Que vous soyez professionnel de l’image ou pas, il n’est pas évident de rechercher un prestataire spécialiste du drone et de l’image aérienne et de faire le tri dans l’offre foisonnante qui fleurit notamment sur le net. Prétendre à des images de qualité nécessite de multiples cordes à son arc : un regard artistique, un sens créatif, une expérience des productions professionnelles, une expertise dans le télépilotage et une connaissance des réglementations…En France, il existe bien une filière drone qui se structure tant bien que mal et qui compte près de 10 000 télépilotes, un nombre qui ne cesse d’augmenter.

C’est sur la base de ce constat que Sami Sarkis, professionnel de l’image depuis 30 ans et fondateur de la banque d’images aériennes HOsiHO (Hosiho.com), a eu l’idée de créer il y a tout juste seize mois le réseau de télépilotes HOsiHO Drone Network (Hosiho.net) en parallèle de son offre existante de 20.000 médias disponibles en ligne.

Un réseau d’opérateurs de drones qui maille l’ensemble du territoire national
Le réseau HOsiHO Drone Network couvre l’ensemble du territoire national et propose une mise en relation gratuite avec les meilleurs talents français de production d’images vues du ciel. Une équipe de professionnels créatifs et confirmés, capables de réaliser des shootings aériens à la demande pour le compte de sociétés de production, d’agence de communication, de médias ou d’entreprises.
“Les membres du réseau HOsiHO sont sélectionnés selon des critères exigeants et signent une charte de bonnes pratiques. Nous les mettons en relation directe avec des clients, souvent internationaux, à la recherche d’images haut de gamme réalisées dans un cadre légal. Cela nécessite à la fois une vraie expertise en matière de réglementation des zones aéronautiques, la maîtrise du pilotage de l’outil drone, ainsi qu’un regard singulier”, explique Sami Sarkis.
Présent dans toutes les régions de France, les télépilotes du réseau ont l’exclusivité de leur zone géographique. Chacun connaît parfaitement son territoire et en maîtrise les spécificités en terme de réglementation et d’espaces aériens. Les donneurs d’ordre recherchent cette proximité qui garantit également des délais d’exécution rapides.
Depuis son lancement en 2017, HOsiHO Drone Network a été sollicité par des clients venus de Nouvelle-Zélande, d’Angleterre, de Belgique, du Danemark, d’Egypte ou encore des Etats-Unis pour réaliser des prises de vues sur le territoire français.
En fonction du matériel exploité et du temps requis, les coûts moyens d’une prestation vont de 350 à 1350 Euros (Hors frais de déplacement et frais administratifs)

www.hosiho.net

Facebook Comments
Lire la suite

Agriculture, sylviculture

Aix-en-Provence : Ombrea accélère sa croissance en levant 1M€

Publié

le

Moins de trois ans après sa création, Ombrea qui développe des ombrières intelligentes et écologiques destinées à protéger les cultures agricoles, a bouclé mi-mars sa première levée de fonds d’1 million d’euros. Cet apport financier réalisé auprès de Région Sud Investissement représenté par Turenne Capital, Crédit Agricole Alpes Provence et Alumni Business Angels, doit permettre à la jeune pousse d’Aix-en-Provence d’accélérer sa commercialisation et de pousser ses nouveaux axes de R&D pour promouvoir une agriculture durable et performante.

Christian Davico et sa fille Julie Davico-Pahin

Fondée en 2016 par Christian Davico et sa fille Julie Davico-Pahin, la start-up Ombrea développe un outil faisant appel à l’intelligence artificielle pour faciliter la vie des agriculteurs, tout en préservant l’environnement. Concrètement, il s’agit d’ombrières installées au-dessus des champs qui protègent et sécurisent les récoltes contre les phénomènes tels que la sécheresse, la grêle, les gelées ou encore les inondations. Une idée qui a germé dans la tête de Christian Davico, agriculteur de profession pendant plus de 30 ans, et qui a été confronté à des pertes de 25 % de ses récoltes lors d’intempéries. Leur système d’ombrières utilise l’intelligence artificielle pour recréer un microclimat idéal au bon développement de la plante. La solution s’appuie sur un ensemble de capteurs posés au sol qui transmettent l’ensemble des informations relevées (température, hydrométrie, ensoleillement…) à un algorithme spécialement conçu par l’entreprise. Cela permet par exemple de gérer l’ouverture plus ou moins importante de la serre en fonction des besoins. Les récoltes sont ainsi sécurisées et offrent un rendement significativement plus important de manière naturelle. À terme la solution permettra de diminuer l’utilisation de produits chimiques et d’eau, pour une agriculture plus responsable et écologique.
Accompagnée par le Technopôle de l’Arbois, la start-up commercialise ses ombrières depuis septembre 2018 et compte à ce jour 11 salariés (ingénieurs, agronomes, anciens agriculteurs…). Elle ne compte pas s’arrêter là, d’autres produits sont déjà en cours de conception et devraient, grâce à la levée de fonds réalisée, rejoindre la gamme d’ombrières intelligentes.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X