Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Sophia Antipolis : Esport Management devient Nicecactus et lève 5M€ auprès d‘investisseurs privés

Publié

le

Alexandre Amoukteh et Mike Hessabi, dirigeants de NiceCactus.

Plateforme dédiée au esport, Esport-Management, start-up fondée à Sophia-Antipolis en 2017 devient Nicecactus. Une nouvelle marque et une nouvelle identité qui font ressortir l’amour tout particulier que portent pour Alexandre Amoukteh et Mike Hessabi, les dirigeants de Nicecactus, pour la ville qui les a vu naître ‘’un berceau merveilleux, ensoleillé et dynamique comme la ville de Nice justifient-ils pour expliquer le changement de dénomination de leur entreprise.
De plus en parallèle de ce changement de nom, la jeune pousse azuréenne vient de réaliser une levée de fonds estimée à 5M€ auprès d’investisseurs privés. Il s’agit déjà de la deuxième levée pour la start-up, après un premier tour de table de 2M€ en 2018.
Grâce à cette augmentation de capital, Nicecactus prévoit de consolider et compléter son offre de services à destination des e-sportifs, mais également d’attirer de nouveaux talents. L’entreprise propose la première plateforme mondiale dédiée au management d’une équipe e-sport. Grâce à celle-ci, vous pouvez gérer facilement et efficacement une équipe amateur, semi-professionnelle ou même professionnelle. Les joueurs amateurs et semi-pro sont accompagnés dans leur professionnalisation, grâce à des outils d’évaluation, un programme intégré de formation professionnelle et de développement des compétences ainsi qu’un module de tournoi. Nicecactus assure que 460.000 joueurs issus du monde entier auraient déjà bénéficié de cet accompagnement en deux ans.

Une somme de 1M€ dédiée les futurs champions 
Nicecactus réservera également une partie des fonds à la création d’une bourse dédiée au soutien des joueurs talentueux. Celle-ci, baptisée « Nicecactus Grassroots Esports Fund » et dotée d’un million d’euros, prévoit ainsi de prendre en charge les demandes de subventions d’athlètes esportifs prometteurs, sélectionnés sur dossiers selon certains critères (potentiel, régularité en tournois ou avec les outils d’entraînement de Nice Cactus). L’objectif : financer des prestations telles que les déplacements et l’hébergement lors des tournois auxquels ils se sont qualifiés, ou pour participer à des bootcamps dans des lieux d’entraînement professionnels.
« En lançant le Nicecactus Grassroots Esports Fund, nous mobilisons les moyens nécessaires à la libération de tout ce potentiel inexploité en permettant de révéler les athlètes esports de demain. », déclare Alexandre Amoukteh, cofondateur de nicecactus, avant de conclure « Cette nouvelle levée de fonds et nos projets pour l’avenir de nicecactus nous rapproche de notre rêve : créer le chaînon manquant entre le monde amateur et professionnel de l’esport. »

www.nicecactus.gg

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Nice : La Compagnie du Midi reçoit le Grand Prix de l’Industrie du Futur à l’occasion d’Industria Méditerranée

Publié

le

A l’occasion du salon Industria Méditerranée qui s’est tenu les 12 et 13 novembre à Nice, les Grands Prix de l’Industrie du Futur organisés par La Tribune ont distingué 5 entreprises nationales dans les catégories Prix Industrie et Environnement, Prix Pépite industrielle, Prix Industrie 4.0, Prix Industrie familiale et Prix Industrie Internationale. Positionnant la Côte d’Azur comme terre d’industrie, Jean-Pierre Savarino, Président de la CCI Nice Côte d’Azur a remis le Prix « Industrie et Environnement » à La Compagnie du Midi, la seule entreprise de la Région Sud à être récompensé. Lors de la remise du prix, le président de la CCI Nice Côte d’Azur a souligné, le positionnement exemplaire de cette PME, basée à Carros (Alpes-Maritimes), en matière de développement durable et d’écoconception:
‘’Avec 14 produits éco-conçus, tous fabriqués en France, la Compagnie du Midi s’engage dans une démarche éco citoyenne, contribuant ainsi au développement de l’emploi dans les Alpes-Maritimes. Cette distinction, remise à une entreprise locale, souligne les atouts de l’industrie azuréenne : la diversité de ses activités industrielles, sa capacité d’innovation, sa présence marquée à l’export et de véritables talents’’ précise Jean-Pierre Savarino tout en rappelant que ‘’Les 4 331 établissements industriels azuréens participent à l’emploi de près de 100 000 personnes en générant un chiffre d’affaires de 12.5 milliards d’euros.’’

La Compagnie du Midi, une PME aux multiples marques
Dirigée par Guillaume Fiévet, la PME lauréate dispose de deux sites sur la Région Sud qui emploient un total de 65 personnes : A Carros, La Compagnie du Midi  (14,5 M€ de CA), spécialisée dans la production et la commercialisation de produits d’essuyage distribués en grandes surfaces, et à Marseille, la Savonnerie du Midi (8,5 M€ de CA), née en 1894 et qui est l’une des dernières fabriques marseillaises faisant appel au savoir-faire traditionnel d’un Maître Savonnier. .
La Compagnie du Midi se divise sous différentes marques : Maître Savon, Maître Augustin, La Corvette, Soins d’Orient pour l’activité́ savons et les produits cosmétiques bio et naturels. La Nénette, La Droguerie d’Amélie et Le Chêne & Le Roseau pour les produits d’entretien bio et éco-conçus. Le Comptoir de Manon – Beauté́ et Maison – est distribuée en Vente à domicile.
Par ailleurs, 55 % des produits fabriqués sur le site provençal sont certifiés bio, alors qu’en 2013, le pourcentage était de… zéro. 1,7 M€ a été́ investi pour cela et la méthode utilisée est celle ancestrale, au chaudron. C’est également sur ce site qu’un important travail a été́ effectué pour faire monter en gamme les marques Maître Augustin (hygiène corporelle), Maître Savon de Marseille (produits d’entretien) et La Corvette (circuit bio), ces deux dernières représentant désormais 20 à 25 % de son chiffre d’affaires mensuel à l’export, couvrant une vingtaine de pays contre trois il y a six ans.
En parallèle, en 2017, la PME lance La Droguerie d’Amélie marque de produits d’entretien écologiques pour la maison, distribués en grandes surfaces.
En 2012, elle relance La Véritable Nénette, née à Lyon en 1947, avale-poussière en coton imprimé d’un liquide absorbant et lustrant, lavable donc réutilisable à l’envi, a connu ses heures de gloire dans les années 60 et 70 avant que la démocratisation des stations de lavage automatique la pousse peu à peu aux oubliettes
Avec ce positionnement de production, la Compagnie du Midi lie Made in France, l’écoconception et l’empreinte territoriale.

Les cinq Grand Prix nationaux

  • Catégorie Environnement : La Compagnie du Midi, 65 salariés, installée à Carros, dirigée par Guillaume Fiévet, récompensée pour ses produits cosmétiques et ses produits de nettoyage bio. Elle a notamment relancé “Nénette”, un avale-poussière réutilisable.
  • Catégorie “pépite industrielle”à Daan Technologies, installé en Vendée et qui va fabriquer des lave-vaisselle de petit format.
  • Catégorie 4.0à EMS Proto, entreprise du Sud-Ouest qui fabrique des prototypes de cartes électroniques en proposant les services d’une plateforme qui permet de calculer le prix de revient des cartes “sur-mesure”.
  • Catégorie industrie familialeà Moulins Dumée, minoterie de Bourgogne Franche-Comté qui en est à la 4ème génération. L’entreprise de 70 salariés a investi dans un matériel ultra-moderne.
  • Catégorie industrie internationaleà Nutriset (Normandie), fabricant de pâtes pour lutter contre la malnutrition.

Photo : DR/Courtesy CCI NCA

 

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Optimum Automotive, leader de la gestion de flotte connectée boucle une levée de fonds de 14 M€

Publié

le

Au travers de la levée de fonds qu’elle vient d’annoncer, la société aixoise Optimum Automotive, connu notamment via la marque Mapping Control, entend franchir une étape importante dans son développement. Ce sont 14 millions d’euros qui viennent d’être levés auprès de Paris Fonds Vert géré par Demeter Partners et soutenu par la Ville de Paris (8 millions), d’Amundi Private Equity Funds (2 millions) et des actionnaires financiers historiques ; Région Sud investissement (2 millions), le fonds Cap Développement géré par A Plus Finance (1,5 millions)et SCR Provençale et Corse, filiale de la Banque Populaire Méditerranée (0,5 millions).
Le spécialiste de la gestion de flotte et de la télématique, qui revendique 80 000 véhicules sous contrats et 4 000 clients, entend poursuivre son implantation sur le marché français des services connectés de gestion de flotte, d’étendre son offre à de nouveaux marchés européens essentiellement par le biais d’opérations de croissance externe et d’accentuer sa présence sur le continent africain où elle est déjà présente depuis 2015 à travers ses filiales marocaine et ivoirienne.
L’ambition de la société, qui reste dirigée par son fondateur Daniel Vassallucci, est de construire un groupe international français dans le domaine des services connectés pour les flottes automobiles. Et l’objectif est d’atteindre rapidement la barre des 100 000 véhicules sous contrat.
Optimum Automotive, entreprise du Pass French Tech labellisée Bpifrance Excellence, conçoit, développe et commercialise des solutions innovantes pour les entreprises et collectivités disposant d’un parc automobile afin de réduire leurs coûts d’exploitation, de diminuer l’empreinte environnementale de leurs parcs et de faciliter l’évolution vers le véhicule électrique et les nouvelles formes de mobilité comme l’autopartage ou le co-voiturage. Elle propose une offre globale de service comprenant, entre autres, l’assistance à la gestion et l’optimisation de flotte, la géolocalisation des véhicules, le suivi du comportement du conducteur et l’autopartage/co-voiturage.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Sophia-Antipolis : Teach On Mars, leader européen du mobile learning, se déploie au Benelux

Publié

le

Teach on Mars s’implante en Belgique et poursuit son développement européen via le Benelux – Belgique, Pays-Bas et Luxembourg -, en proposant à ses organisations et apprenants le meilleur écosystème de formation “mobile first“.
En 2013, Teach on Mars a été le pionnier sur le marché du “mobile learning“ avec la toute première plateforme de formation digitale ”mobile first”, permettant aux apprenants de se former n’importe où, n’importe quand et sur n’importe quel device. Son équipe de 80 collaborateurs, appuyée d’un réseau de 50 partenaires internationaux, est au service de ses clients, parmi lesquels 130 grands comptes dont 70% des sociétés du CAC 40. La société poursuit son expansion géographique afin de consolider son leadership européen dans le secteur du mobile learning.
Depuis le début de l’année, Teach on Mars est sur tous les fronts et fait preuve d’un réel don d’ubiquité. Après une levée de fonds en janvier 2019, l’ouverture de bureaux à Londres et à Milan au printemps, la mise en place d’un partenariat de distribution avec DMM au Maroc et la participation à des salons au Royaume-Uni et en Suisse à l’automne, l’entreprise met le cap sur le Nord de l’Europe. En lançant son activité au Benelux, la société de Sophia-Antipolis se donne pour objectif d’y devenir le champion du digital learning nouvelle génération.
Pour cela, Teach on Mars s’appuie sur l’expertise reconnue de David Boulanger en tant que “Country Manager“ pour orchestrer son déploiement au Benelux et y distribuer son offre de services à destination des entreprises et des organisations. Avec dix-sept années d’expérience dans le secteur du digital learning, David Boulanger poursuit le développement des potentiels grâce à un apprentissage multimodal et des solutions ludiques et innovantes. Après avoir dirigé un organisme de formation qui fait référence auprès de grands comptes belges, tant francophones que néerlandophones, son goût pour l’innovation et son enthousiasme le poussent naturellement vers ce nouveau challenge que constitue le développement du mobile learning sur le territoire du Benelux.
« J’ai trouvé dans la solution Teach on Mars une approche inédite quant à la manière de se former aujourd’hui, avec un écosystème innovant permettant de favoriser la montée en compétences des apprenants. J’ai eu un véritable coup de cœur pour la marque et la solution ! » explique David Boulanger, Country Manager de Teach on Mars Belgique.
Le lancement de l’activité de Teach on Mars en Belgique sera officialisé lors du Salon VOV  le 28 novembre prochain, à Mechelen (Malines). Ce salon draine 2000 professionnels des ressources humaines tous les 2 ans. L’entreprise y tiendra un stand et organisera un séminaire sur le thème « Le mobile dans un dispositif de formation ».

www.teachonmars.com/fr-be/

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X