Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Soixante quinze entrepreneurs lauréats du concours national i-LAB 2019 dont huit sont issus de la Région Sud

Publié

le

Le concours d’innovation i-Lab 2019 a distingué 75 lauréats dont 10 Grands Prix, parmi les 468 candidatures finalisées. Les résultats de cette 21e édition ont été dévoilés le 4 juillet 2019 par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Organisé par le ministère en partenariat avec Bpifrance, i-Lab est le plus grand concours d’innovation deep tech de France, il finance les meilleurs projets de recherche et de développement pour la finalisation du produit, procédé ou service technologique innovant, grâce à une subvention pouvant aller jusqu’à 600 000 euros, pour un budget de 20 millions d’euros au total et bénéficient d’un label précieux pour la recherche de financements.
Outre la subvention, le concours i-Lab offre aux lauréats la possibilité d’être accompagnés par l’EM de Lyon, HEC Challenge + et de bénéficier d’un accès privilégié au programme Deeptech North America New Technology Venture Accelerator (NETVA), qui propose un accompagnement personnalisé pour se familiariser avec les marchés nord-américains.
Au cours des 21 éditions, le concours d’innovation i-Lab a mobilisé 450 millions d’euros et a contribué à la fondation et à la croissance de 2 008 entreprises technologiques.

Pour l’édition 2019, 8 entrepreneurs implantés en Région Sud Provence Alpes Côte d’Azur ont été primé dans l’une des catégories proposées. Aucun en revanche n’a obtenu l’un des 10 Grands Prix.

PHARMACIE ET BIOTECHNOLOGIES

Fabien Astic, ExactCure (Nice) : un jumeau digital pour anticiper les effets d’un médicament sur un patient

ExactCure est un projet de santé numérique développé grâce à des outils de biomodélisation et d’intelligence artificielle. Il s’agit de construire le jumeau digital du patient à partir de ses caractéristiques personnelles. Ce jumeau digital permet de prédire le niveau d’exposition du patient au traitement (concentration sanguine du médicament) et, in fine, l’effet du médicament.
Objectif: minimiser les risques de surdosages et sous-dosages. Les solutions sont embarquées dans des interfaces web/mobiles afin de répondre aux besoins des utilisateurs patients et des professionnels de soin. Ce projet est le fruit d’une recherche de pointe menée en interne mais aussi avec le soutien de partenaires tels qu’Inria. De nombreuses collaborations hospitalières sont engagées pour procéder à la validation clinique sur des aires thérapeutiques importantes : cancérologie, cardiologie, etc.

NUMÉRIQUE, TECHNOLOGIES LOGICIELLES ET COMMUNICATION

Simon Gazikian, Mydatamodels (Le Cannet) avec le projet Genetic programmIng for tIme series

Il s’agit de produire automatiquement des modèles prédictifs de très haute performance. Le projet consiste à explorer, concevoir, prototyper une solution automatisée de machine learning intégrant nativement la variable temporelle dans l’apprentissage et la sélection de modèles prédictifs, et leur application dans un cadre métier et industriel. Cette solution novatrice permet de traiter le sujet temporel, défi majeur en termes de recherche, tant pour analyser des causalités sur le long terme que pour traiter en temps réel des flux d’informations.
La start-up MDM propose une plateforme logicielle pour des experts métier (ingénieurs, chercheurs, analystes de données, etc.) afin de leur permettre de générer et exécuter des modèles prédictifs sur leurs propres données de manière simple et automatisée, sans connaissance en programmation et en machine learning. Au cœur du logiciel se trouve un moteur d’expression mathématique inspiré des algorithmes évolutionnaires.  chimie et environnement

Charlotte Dupont, Bioceanor (Valbonne) : première station météo sous-marine connectée

Face à l’augmentation exponentielle de la consommation de produits de la mer, l’aquaculture est de plus en plus pratiquée à travers le monde. L’outil principal des aquaculteurs est l’eau et pourtant sa qualité n’est pas maîtrisée. Pour répondre à ces besoins et s’inscrire dans l’accroissement responsable et durable de l’aquaculture, Bioceanor (BIOlogie for OCEAN with sensOR) propose la première station météo sous-marine connectée capable de fournir de l’information en temps réel et prédictive.

Ce projet complète la gamme hardware, déjà commercialisée par Bioceanor, par l’offre AquaBIO. Cette offre inédite sur marché permettra de prédire 24 à 48 heures à l’avance l’évolution de la qualité de l’eau. Il s’agit de faire rentrer l’aquaculture dans une phase de digitalisation en ajoutant au centre des opérations l’intelligence artificielle.

CHIMIE ET ENVIRONNEMENT

Justine Lipuma, Mycophyto (Sophia-Antipolis) : les champignons “magiques”

Solutions biologiques innovantes basées sur la synergie entre les plantes et les champignons mycorhiziens arubusculaires (CMAs). Mycophyto ambitionne, via son programme R&D, de créer une biobanque de microrganismes du sol, les champignons mycorhiziens arubusculaires (CMAs) et un système de prédiction exclusif des interactions entre les CMAs et les couples cultures-sols. Cette innovation disruptive mondiale se base sur la mise en commun de savoirs et compétences de la biotechnologie du big data/intelligence artificielle dans une agriculture de demain connectée.
Elle permettra à Mycophyto de devenir le leader des biostimulants à base de CMAs au niveau européen et de promouvoir une agriculture durable. Les premières filières visées sont celles de la vigne, des plantes à parfums aromatiques et médicinales et de la tomate. Pour la réalisation de ce projet MYCOPHYTO va collaborer avec l’Inra et Inria.

ÉLECTRONIQUE, TRAITEMENT DU SIGNAL ET INSTRUMENTATION

André Bonnardot, EasyGaN 2022 (Sophia-Antipolis) : développement de substrats avancés pour le marché émergent du GaN sur Silicium

EasyGaN est une spin-off du CNRS qui a l’ambition de faciliter et d’accélérer le développement des écotechnologies grâce à la filière du GaN sur Silicium. Le GaN (Nitrure de Gallium) est le matériau semiconducteur qui est à la base des LEDs d’éclairage. Ce matériau offre de nombreux avantages et ouvre le champ à de nouveaux composants électroniques notamment pour des applications où l’efficacité énergétique est devenue critique. Les fabricants de ces nouveaux composants sont confrontés à des difficultés technologiques qui les empêchent actuellement d’obtenir des produits à la hauteur de leurs attentes. EasyGaN, avec ses substrats clés en main, répond à cette problématique en donnant la possibilité à ces fabricants de réaliser aisément et à moindre coût des composants GaN très performants. Le projet EasyGaN 2022 permettra de développer cette innovation jusqu’à  sa commercialisation et de renforcer l’écosystème français et européen autour  des composants GaN.

Rachid Bouchakour, Projet MISTRAL-3 (Marseille) : solution pour améliorer la prise en charge et la prévention des pathologies cardiaques

La start-up WitMonki conçoit, développe et commercialise des dispositifs médicaux et des services pour le diagnostic et la prévention des maladies cardiovasculaires, première cause de mortalité dans le monde. Sa solution permet de détecter les troubles du rythme cardiaque en associant deux dispositifs médicaux : un mini-enregistreur  de l’électrocardiogramme (ECG) au format carte bancaire, la WitCard version 1,  et un logiciel de visualisation et d’analyse du tracé ECG en vue de son interprétation,  le WitDisplayer. Cette solution est développée sur la base d’une technologie  brevetée composée d’un système électronique intégré pour la mesure de l’ECG  et d’algorithmes de traitement des ECG mesurés. Le projet MISTRAL-3 (Medical SmarT devices foR heALth) vise à développer la WitCard version 2, qui intègrera de nouvelles fonctionnalités (connectivité, analyse de la qualité de la mesure, etc.).

Thierry Bouchet, Projet GAN Integrated Power Supply (GANIPS) (Aix-Marseille) : circuit intégré en GaN/Si ultra performant fonctionnant à haute fréquence

Le projet GANIPS vise à concevoir et développer un circuit intégré GaN de puissance intégrant une architecture innovante brevetée en s’appuyant sur une technologie GAN/Si disponible et qualifiée compatible CMOS. Ce circuit intégré en GaN/Si ultra-performant fonctionne à haute fréquence (>1 MHz) et permet de réaliser un chargeur universel 100W USB type C PD 6 fois plus efficace et 6 fois plus compact qu’un chargeur classique avec du silicium. Aussi petit qu’un chargeur de smartphone, il permettra de charger tous les appareils électroniques plus rapidement et efficacement. Grace à cette technologie, il peut être envisagé de faire rentrer ce chargeur dans l’espace réduit d’une prise murale et ainsi disposer d’une alimentation continue avec un format universel dans tous les pays du monde pour charger et alimenter électriquement tous les équipements électroniques compatibles avec le nouveau format universel USB type C PD.

TECHNOLOGIES MÉDICALES

Alexandre Guenoun, Byond (Marseille) : l’intelligence artificielle au service  des laboratoires de biologie médicale

Byond construit la prochaine génération d’outils diagnostiques pour la biologie médicale. Les examens biologiques (sang, urines…), rapides et peu invasifs, contribuent à 70 % des diagnostics médicaux, comme l’anémie, les cancers ou  le diabète. Cependant, l’interprétation des analyses reste complexe car elle nécessite de considérer simultanément un grand nombre de paramètres selon le patient, les biomarqueurs et le temps, ce qui se traduit par des absences ou des erreurs de diagnostic. Byond développe une plateforme qui permet aux laboratoires de fournir une meilleure expérience, plus compréhensible pour le patient et plus pertinente pour le médecin, en utilisant l’intelligence artificielle. À partir des informations extraites des analyses biologiques, elle aide le clinicien et le biologiste à l’interprétation et au diagnostic de manière personnalisée et efficace. À long terme, ces algorithmes ouvrent des perspectives pour la compréhension de certaines pathologies et le développement de nouvelles thérapies.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Aix-en-Provence : Pixxle prône la digitalisation des restaurants avec sa nouvelle application ”Miiams”

Publié

le

Booster son restaurant et ses commandes et augmenter son chiffre d’affaires, c’est certainement le rêve de tous les restaurateurs qui viennent de ré-ouvrir leur établissement après deux mois de confinement, donc de fermeture pour la grande majorité ! L’une des solutions pourrait être celle proposée et développée par Pixxle. L’agence digitale aixoise a imaginé durant le confinement Miiams, une solution qu’elle a présentée hier, mercredi 3 Juin, et qui permet aux restaurants de se digitaliser et limiter la perte de leur chiffre d’affaires

Vendre à des clients situés à 10 km de son restaurant

Ainsi, Miiams permet à des restaurateurs de publier en ligne leurs menus et leurs plats sur une place de marché et de permettre de les vendre à des clients géo localisés à 10 Km de rayon autour de leur restaurant avec deux modes de disponibilité qui sont le retrait au restaurant ou la livraison.
L’agence a conçu une interface simple et belle à la fois permettant à l’utilisateur de naviguer aisément et intégrant un moteur de recherche afin de trouver rapidement des restaurants, des plats ou des ingrédients. Les résultats s’affichent sous forme de listes classées selon la catégorie entre plats et restaurants.
Pour les restaurateurs, un puissant back-office est disponible permettant de gérer au mieux le ou les restaurants, le menu, les plats, les accompagnements et les commandes.
Pour les utilisateurs, plusieurs modes de paiement sont disponibles entre :

  • Le portefeuille Miiams permettant de régler ou déduire de son solde disponible une partie de la somme totale.
  • Paiement par carte bancaire sécurisé avec la solution de paiement Stripe.
  • Paiement par carte bancaire sécurisé ou compte existant avec Paypal.

L’abonnement au cœur du modèle économique

Pour les restaurants souhaitant proposer un service de livraison, un outil de gestion de livraison a même été développé afin de permettre au restaurant de livrer facilement sa commande aux clients, avec un suivi de livraison en temps réel, avec une carte affichant la position du livreur par rapport au client. Mais Pixxle dont le métier, c’est le digital, insiste sur le fait que Miiams ne fait pas de livraison. C’est au restaurateur de s’organiser en interne avec ses propres livreurs pour assurer ce service.
Pour satisfaire tous les types de restauration, et quel que la taille des restaurants, Pixxle a fait le choix de proposer sa solution à un tarif très accessible par rapport à d’autres acteurs du marché. Miiams est accessible avec un abonnement mensuel à partir de 16,90€ HT soit 20,28€ TTC, plus une commission de 5% sur chaque vente réalisée sur Miiams correspondant à des frais de service. Des options sont disponibles comme la gestion de la livraison ou la réception des commandes par SMS.
Pour l’heure, seul le département des Bouches-du-Rhône est concerné par cette application. Pixxle compte proposer plusieurs villes de France avec un objectif à terme de couvrir la France entière fin 2021.

https://www2.miiams.com

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Nice : wever ouvre sa plateforme de mobilité aux entreprises et aux collectivités pendant le déconfinement

Publié

le

Dans le contexte de crise sanitaire que nous traversons, la start-up niçoise wever, spécialiste de la mobilité, veut aller plus loin dans son implication en proposant sa plateforme de pilotage de la mobilité en accès gratuit via une offre Freemium – et ce jusqu’au 30 septembre – pour soutenir les collectivités et les entreprises dans le déploiement de la mobilité « post-confinement » des citoyens et des salariés.
Depuis plus de deux ans, wever accompagne les collectivités territoriales et les acteurs économiques dans la conception de plans de mobilité adaptés aux attentes des utilisateurs et à la configuration des territoires. Avec l’apparition de la crise sanitaire, wever a initié plusieurs initiatives dont l’application d’aide aux personnels soignants SAHMIA.

Lire aussi : #Covid19 : KeeSeeK et wever créent SAHMIA, une solution gratuite destinée à faciliter la vie du personnel soignant

Un nouveau monde

La crise sanitaire impacte durablement la vie des citoyens en particulier dans leurs déplacements. Nouveaux comportements, enjeux environnementaux… la mobilité évolue et s’impose comme un facteur majeur du redémarrage économique et social en permettant, entre autres, le retour à l’emploi et un accès aux loisirs.
Les experts et la société civile s’accordent sur l’idée que cette situation est l’occasion de construire un nouveau monde, y compris une nouvelle société mobile. Cette nouvelle mobilité devra s’appuyer, non pas sur l’avis des experts, mais sur l’avis des usagers eux-mêmes qui sont les mieux placés pour savoir ce qu’ils veulent…
Fondateur et CEO de wever, Thomas Côte explique que ‘’La crise que nous traversons nous amène à repenser notre mobilité. En ouvrant notre plateforme à l’ensemble des collectivités territoriales et des acteurs économiques, nous voulons participer à l’effort de guerre. Il est urgent d’associer les gens à l’adaptation de leur mobilité.’’  

Une solution de mobilité « par et pour tous »

C’est à partir de ce constat que wever a créé une solution qui révolutionne la conception et la gestion de la mobilité : évaluer les causes profondes des besoins exprimés par les usagers pour co-construire avec ses partenaires (entreprises, collectivités, événementiels) une mobilité adaptée et vertueuse. C’est notamment ce que la direction de l’innovation du groupe Transdev, l’un des plus grands groupes mondiaux de la mobilité, a identifié et intégré à son offre de services il y a 2 ans.
‘’Nous appelons le Gouvernement à s’appuyer sur notre solution qui a déjà fait ses preuves auprès de plusieurs entreprises et collectivités territoriales en France et à l’international’’ poursuit Thomas Côte. ‘’Réinventer la mobilité, c’est notre expertise. Nous mettons notre savoir-faire au service de tous pour repenser ensemble l’avenir de nos déplacements afin qu’ils soient en accord avec nos nouvelles attentes.’’
Du diagnostic des besoins à l’accompagnement au changement des comportements des utilisateurs, en passant par la mise en place de solutions de mobilité, l’offre wever se distingue par son approche « collaborative » et sur-mesure. La plateforme offre ainsi une solution instantanée en adéquation avec le monde d’aujourd’hui : flexible et respectueuse du bien-être des utilisateurs mais également de l’environnement.
En seulement deux ans d’existence, la plateforme a séduit de nombreux acteurs en France dont le technopôle de Vitrolles, la fédération des entreprises du textile Auvergne-Rhône-Alpes UNITEX, Pôle Emploi et plus récemment à l’international avec un premier déploiement pour la Smart City de Moka à l’Île Maurice.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Handitech Trophy 2020 : l’événement pour une innovation inclusive au cœur de la Tech For Good

Publié

le

Pour la 4ème édition consécutive, le Handitech Trophy se tiendra cette année du 18 juin au 16 novembre, en six grandes étapes, pour développer des projets technologiques inclusifs. Le Handitech Trophy est né en 2017 sous l’impulsion du cabinet marseillais JobinLive, en partenariat avec Bpifrance et Le Figaro Économie. Depuis, 450 projets innovants ont été déposés et 19 start-up ont été récompensées.
Cet événement valorise les innovations qui ont du sens, qui contribuent à changer la société et à améliorer le quotidien de tous. Une fois de plus, c’est tout un écosystème qui se mobilise pour promouvoir des projets avec une forte capacité de développement. L’objectif de ce concours est de mettre en lumière des entrepreneurs engagés qui permettent de désenclaver le handicap ou la perte d’autonomie.
“Parce que nous vivons une période de crise qui bouleverse profondément nos quotidiens, nous sommes plus que jamais convaincus que les solutions technologiques restent des leviers extraordinaires d’inclusion et peuvent bénéficier à tous’’ explique Franck Duthil, co-fondateur du Handitech Trophy. ‘’Ainsi, nous sommes heureux de mobiliser, pour cette 4ème édition, un nombre important d’entreprises, écoles, médias et institutions soucieux.se.s de s’engager au cœur d’un évènement solidaire et social”.
À travers le monde, le handicap concerne 1 milliard de personnes. Cela représente environ 13% de la population mondiale. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter du fait de la croissance et du vieillissement de nos populations. L’intelligence artificielle, la robotique ou le digital, permettent aujourd’hui de répondre aux grands enjeux sociétaux qui sont les suivants : mieux affronter la maladie, dépasser le handicap, ou encore accroître la mobilité de tous.

Les étapes de cette nouvelle édition :

  • Phase #1 du 18 juin au 31 août : appel à projet
  • Phase #2 le 3 septembre : comité de pilotage
  • Phase #3 le 17 septembre : réunion de jury d’experts
  • Phase #4 le 8 octobre : Handipitch
  • Phase #5 du 12 au 18 octobre : vote des collaborateurs
  • Phase #6 le 16 novembre : cérémonie de remise des prix
Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X