Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

*

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Smart city / mountain / port

Smart Grids : la région PACA retenue pour son projet Flexgrid

Smart Grids : la région PACA retenue pour son projet Flexgrid

Publié

le

La décision était attendue avec impatience. Elle est tombée le 15 mars dernier:  le projet Flexgrid portant sur le déploiement à grande échelle des smart grids, est retenu. La nouvelle a été annoncée par Ségolène Royal, ministre de l’environnement et de l’énergie, et Emmanuel Macron, ministre de l’économie.  La PACA fait partie avec la Bretagne et le Nord-Pas-de-Calais des trois lauréats de l’appel à projets lancé le 15 avril 2015 pour la “Ville durable” de la Nouvelle France industrielle.

Pour la région, c’est une belle opportunité : Flexgrid devrait mobiliser 150 M€ de la part des partenaires publics et privés et constituer une vitrine mondiale en matière de réseaux électriques intelligents. Il est bon de rappeler que les réseaux électriques intelligents combinent les technologies de l’énergie et du numérique. Ils permettent d’intégrer les énergies renouvelables et les véhicules électriques au système électrique, et de piloter la consommation. Ceci afin de favoriser les économies d’énergie et de réduire les factures électriques. Ils sont une brique essentielle de la transition énergétique pour la croissance verte.

Le projet Flexgrid avait été déposé l’été dernier par le Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur et il est ambitieux puisque, dans ce domaine des smart grids, il s’agit de changer d’échelle et de passer d’un simple démonstrateur à un déploiement sur un territoire.

Après analyse des dossiers par un collège d’experts indépendants, le dossier FLEXGRID a été retenu ainsi que deux autres dossiers : SMILE, déposé par le Conseil régional de Bretagne, en lien avec les Pays-de-la-Loire; YOU & GRID, déposé par la métropole européenne de Lille, en lien avec le Nord-Pas-de-Calais. Au total, cinq dossiers avaient été déposés.

Le succès de Flexgrid salué par la Région

« Ce succès illustre notre capacité à sans cesse innover et renforce ma détermination à faire de Provence-Alpes-Côte d’Azur la première Smart région d’Europe » s’est réjouit Christian Estrosi, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. “grâce à cette désignation, aux 150 millions d’euros d’investissements publics et privés en faveur des projets de la candidature Flexgrid, Provence-Alpes-Côte d’Azur bénéficiera également d’un accès prioritaire au 50 millions dédiés dans le cadre des grands investissements d’avenir et de 40 millions d’euros d’investissements portés par les gestionnaires de réseaux, RTE et ERDF” a expliqué le président de la région qui s’était engagé il y a quelques jours à faire de la région PACA, la première Smart région d’Europe, à l’instar de Nice, aujourd’hui classée quatrième Smart City au niveau mondial.

« C’est pourquoi, a conclu Christian Estrosi, j’annonce la création d’une Opération d’Intérêt Régional autour des Smart Grids qui nous permettra d’accentuer la recherche et l’innovation et de concentrer nos ressources sur ces enjeux d’avenir : il s’agit de faire de notre territoire un incubateur d’idées et de solutions nouvelles et ainsi propulser notre économie vers demain » souligne Christian Estrosi.

Un projet porteur de plus de 6.000 emplois

Le projet Flexgrid est porté par les collectivités, les pôles “Capénergies” et SCS (Solutions Communicantes Sécurisées), les PME et les industriels de la région PACA avec une enveloppe de 200 millions d’euros pour mettre en place un réseau électrique intelligent. Avec 27 projets de territoires, 7 projets transverses, Flexgrid est potentiellement porteur de plus de 6.200 nouveaux emplois dans la région PACA et éviterait l’émission de près d’1 million de kTCO2.

L’objectif de ce projet est de créer un smart grid qui optimise la distribution de l’électricité en utilisant des technologies numériques et intelligentes. Parmi les infrastructures qui seront installées, les compteurs intelligents et communicants qui permettront aux gestionnaires des réseaux électriques de connaître en temps réel la consommation énergétique des ménages ainsi qu’un smart grid qui pourra gérer de façon intelligente la production et la distribution de l’électricité. Les compteurs Linky d’ERDF seront installés dans les bâtiments en France d’ici 2020 et le gouvernement a confirmé cette volonté de rendre le réseau électrique intelligent dans la loi pour la transition énergétique et une croissance verte définitivement adoptée le 22 juillet. Les compteurs intelligents permettront aux agents d’ERDF de procéder au relevé des compteurs à distance et pourront ainsi ajuster en temps réel l’offre et la demande évitant le gaspillage d’énergie et une gestion optimale du réseau qui est de plus en plus alimenté par les énergies renouvelables intermittentes.

Avec un marché mondial des Smart Grids estimé à 30 Milliards d’euros par an, FlexGrid devrait participer au rayonnement économique du territoire régional, à la sécurisation de l’alimentation électrique de l’Est de Provence-Alpes-Côte d’Azur et à la lutte contre le réchauffement climatique.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Smart city / mountain / port

La station Les Orres désignée Smart Station lors des Digital Mountain Awards 2018

La station Les Orres mise à l’honneur lors du dernier salon Mountain Planet qui s’est tenu à Grenoble du 18 au 20 avril.

Publié

le

La station de ski des Hautes-Alpes Les Orres, très prisée des marseillais, a été mise à l’honneur lors du dernier salon Mountain Planet qui s’est tenu à Grenoble du 18 au 20 avril. Elle s’est vue récompenser d’un Digital Mountain Award dans la catégorie ‘’Smart Digital Station’’
Les Digital Mountain Awards récompensent les initiatives et les investissements dédiés à l’innovation digitale et à l’expérience client dans la stratégie touristique des stations de ski et des territoires de montagne. Les candidatures à l’Award Smart Station étaient jugées sur l’utilisation du digital par la station de ski dans la transition écologique et énergétique comme vecteurs de développement économique et d’attractivité.

Station pionnière en matière d’économies d’énergie.
Pierre Vollaire, Maire des Orres et PDG de la SEMLORE, se félicite de cette reconnaissance du dynamisme des actions des Orres : « Depuis des années, la SEMLORE, sous l’impulsion de la commune des Orres, œuvre à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de ses consommations énergétiques, afin de contribuer à la préservation des ressources et de l’environnement. »
Avec 162 enneigeurs et des projets d’extension des réseaux d’enneigement, la station des Orres a misé sur le digital pour optimiser l’aide à la décision dans la production de neige de culture. Objectif : à enneigement égal, réduire de 15% la production de neige de culture. Depuis sa mise en place, le système de management de l’énergie s’est traduit par une baisse de 20% des (électricité et fossile), 100 tonnes d’équivalent CO2 en moins en 1 an soit 7% de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Les Orres est une station qui vit avec son temps, où la montagne ne subit pas la technologie mais accompagne son déploiement. C’est ainsi le plus grand réseau wifi gratuit et illimité en station, avec plus de 110 bornes de connexion. Sa communication digitale se fait en temps réel grâce à des supports dynamiques : écrans géants, bornes tactiles, application, radio… et la station fait appel à la géolocalisation en temps réel de ses navettes gratuites sur l’application. L’objectif est de miser sur le digital et tirer le meilleur parti des technologies innovantes pour conforter son modèle de développement, en anticipant l’évolution des sports de montagne et en améliorant la qualité des services touristiques.

Le projet Smart Altitude des Orres retenu par l’Union Européenne
Smart Altitude est un projet réunissant 11 partenaires de cinq pays alpins (France, Italie, Suisse, Autriche, Slovénie). Les Orres, chef de file de la candidature et leader du programme de déploiement pilote dans trois stations en Europe, a été retenu par l’Union Européenne dans le cadre des programmes INTERREG Espace Alpin pour une mise en œuvre sur la période 2018-2021.
Le projet Smart Altitude a pour objectif d’accélérer les politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans l’industrie touristique des territoires de montagne, et plus particulièrement dans les stations de sports d’hiver. Le projet sera subventionné à hauteur de 80% par l’Union Européenne. Une opportunité pour Les Orres de se positionner, une nouvelle fois, comme pionnière en termes de gestion des énergies dans l’industrie touristique des territoires de montagne.
www.lesorres.com

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Terradona annonce une levée de fonds de plus d’un million d’euros

Et de deux pour Terradona qui annonce avoir bouclé un nouveau tour de table de 1,15 million d’€ auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), EDF une Rivière un Territoire, PACA Emergence et Total Développement Régional.

Publié

le

Et de deux pour Terradona qui annonce avoir bouclé un nouveau tour de table de 1,15 million d’€ auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), lead sur ce tour, EDF une Rivière un Territoire, PACA Emergence et Total Dév eloppement Régional. La société de Rousset, créatrice de Cliiink, solution intelligente et éco-responsable de valorisation du geste de tri, avait déjà réalisé une première levée de 600 000 € en décembre 2016 auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations.

Accélérer son développement et son expansion commerciale
Cette levée de fonds intervient dans un contexte favorable pour l’entreprise, qui déploie à partir du premier semestre 2018 sa solution Cliiink sur la principauté de Monaco, la Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse, la Communauté d’Agglomération de Lens-Liévin ainsi que sur le territoire de Cannes Mandelieu. Dès cette année, un an après son premier déploiement expérimental sur Aix Marseille Métropole, la solution Cliiink dessert déjà une population de plus de 500 000 personnes.
« Après Monaco, Grasse, Cannes et Lens, d’autres collectivités à travers la France expriment leur intérêt pour nos services, souligne Jean-Marc Toubiana, président et cofondateur de Terradona, Grâce à cette levée de fonds, Terradona renforce son développement dans un contexte très porteur, alors que le gouvernement envisage une valorisation du geste de tri. En plus de redynamiser le commerce local, notre solution Cliiink répond aux objectifs de propreté, d’économie de coûts et d’incitation citoyenne visés par nos responsables politiques. »
Terradona poursuit son développement sur 2018 avec la signature imminente de deux grandes métropoles françaises et l’embauche prochaine d’une dizaine de personnes supplémentaires, essentiellement ingénieurs et commerciaux.

Cliiink, une solution intelligente et éco-responsable de valorisation du geste de tri
Proposée aux collectivités, la solution innovante Cliiink réduit le coût du traitement de leurs déchets et améliore la propreté de leurs agglomérations, tout en récompensant les bons trieurs et en dynamisant le commerce local. Cliiink permet en effet de reconnaître les déchets par caractérisation du matériau jeté dans les conteneurs, d’optimiser les tournées de ramassage et de récompenser le citoyen de son geste écologique grâce à une application smartphone gratuite ou par le biais d’une carte sans contact. Un compte personnel est alors crédité de « points », « éco monnaie » convertibles en réductions, bons d’achats, places de cinéma, entrées gratuites dans des parcs de loisirs ou encore en dons à des associations caritatives. L’application va de plus permettre aux collectivités, de suivre différents indicateurs concernant leur territoire et au grand public (via web et mobile sous Android ou IOS), de se connecter aux conteneurs, gérer leur compte, souscrire à des offres, localiser les conteneurs et vérifier à distance leur niveau de remplissage.

Créée en 2013 par Mathieu Oliveri, Bertrand Rouzaud et Jean-Marc Toubiana, la greentech a été plusieurs fois primée pour son innovation : prix de l’innovation au trophée Captronic, prix du capteur embarqué des Assises de l’Embarqué, prix CNRFID et Gemalto du challenge sans contact, prix de la ville intelligente aux trophées de l’Innovation Rotary, 1er prix du concours METHA Europe des Ecoles des Mines et pour son engagement sociétal : prix « coup de cœur » des trophées RSE PACA.
La société se compose aujourd’hui de 12 salariés experts et ingénieurs et s’appuie sur un laboratoire public et 4 bureaux d’études, tous basés en France.

Facebook Comments
Lire la suite

Smart city / mountain / port

Nice, seule ville française parmi les meilleures villes “smart” du monde

Nice est la seule ville française qui se place dans le classement d’Intel et le cabinet Juniper Research.

Publié

le

L’entreprise Intel et le cabinet marketing Juniper Research ont publié un classement sur les villes les plus “intelligentes” de la planète le 12 mars dernier. Nice se place à la treizième position et représente la seule ville française de ce classement. L’optimisation des transports, des services de la santé, de la sécurité publique et de la productivité ont permis à Nice de se placer parmi les villes les plus “smart” de la planète.
Une “Smart city”? Concrètement, il s’agit d’un “écosystème urbain misant sur l’emploi des technologies numériques, des savoirs partagés et du processus de cohésion pour étayer les avantages des citoyen“, selon l’étude.
En tête du classement se trouvent Singapour, Londres et New York.
125 heures économisées à chaque habitant
Les infrastructures de ces villes feraient économiser 125 heures par an à chaque habitant, d’après l’analyse.
La mobilité serait améliorée grâce à des systèmes de circulation intelligents, aux télépéages ou aux parkings optimisés, faisant capitaliser aux citoyens 60 heures par an.
Côté santé, les téléconsultations et les applications portables permettraient d’économiser 10 heures.
Les logiciels qui régulent le trafic routier ou qui prédisent les lieux de crimes potentiels ont un rôle important pour l’optimisation de la sécurité publique. L’étude précise que ces technologies permettraient de capitaliser 35 heures par an.
Concrètement, la ville de New York a par exemple testé un logiciel de prédiction du crime, appelé HunchLab. San Francisco est en train d’investir, de son côté, dans les transports publics, notamment les voitures autonomes.

L’étude s’appuie sur une base de données comprenant la dimension des villes, leur qualité de vie, des éléments économiques et financiers, des mesures et des initiatives pour optimiser les infrastructures urbaines.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X