Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Smart city / mountain / port

Smart Cities : La ville de Nice fait partie du Top 5 mondial

Avec Barcelone, New York, Londres, Singapour, la ville de Nice fait partie des cinq premières smart cities du monde pour l’année 2015.

Publié

le

Avec Barcelone, New York, Londres, Singapour, la ville de Nice fait partie des cinq premières smart cities du monde pour l’année 2015.

Nice entre dans la cour des grandes villes intelligentes et figure dans le Top 5 des smart cities en 2015, c’est ce qui ressort du classement établi par le cabinet d’études américain spécialiste des nouvelles technologies Juniper Research.  Les critères retenus portent sur la capacité de ces villes à utiliser les réseaux électriques intelligents (ou smart grids), à gérer le trafic routier et l’éclairage des rues et porte également sur des aspects de cohésion sociale et d’expertises technologiques.

Christian Estrosi, Député-Maire de Nice et Président de la Métropole Nice Côte d’Azur s’est évidemment félicité de ce palmarès, rappelant qu’il souhaitait que Nice soit une ville pionnière, qu’il avait engagé dès 2008 une diversification économique du territoire basée sur l’innovation et les nouvelles technologies de l’information.

Avec des grands groupes comme IBM, Cisco, Veolia, Schneider, Orange, Alstom, Bosch ou EDF-ERDF, en lien avec les start-up, des expérimentations ont été menées en la matière comme le boulevard connecté, la mise en œuvre du NFC ou encore l’expérience Nice Grid sur les réseaux électriques intelligents.

« Nous travaillons à faire de Nice une métropole interconnectée et durable qui nous permette de faire des économies dans la gestion de la ville, mais aussi de créer de nouveaux services pour faciliter la vie des habitants ». explique Christian Estrosi, qui conclut en annonçant qu’en mars, il lancera le Monitoring Urbain Environnemental et le nouveau projet smartgrid : Cityopt.

 

Facebook Comments

Big Data

Istres : La ville digitalise ses 600 commerces afin de dynamiser son centre-ville. Une première en France !

La municipalité s’est dotée d’une application multi-facettes développée par une jeune start-up de Venelles et adaptée aux différents challenges de l’économie de proximité.

Publié

le

Depuis le 12 juin, les 45 000 habitants d’Istres (13) et les 600 commerçants, disposent d’un nouvel outil numérique inédit qui doit répondre aux nouveaux modes et besoins de consommation de chacun et doit permettre au commerce local de dynamiser son offre et améliorer sa visibilité. Les commerçants doivent intégrer les nouveaux modes de consommation s’ils veulent survivre, prospérer, sauvegarder et générer des emplois locaux à l’ère du numérique.
Soucieuse d’accompagner ces changements et de soutenir l’offre commerciale de proximité, la municipalité d’Istres a noué un partenariat avec une start-up implantée à Venelles (13) et spécialisée dans la digitalisation des commerces de proximité, Hexa Solutions, afin de déployer en marque blanche une application mobile, « Istres Commerces », entièrement dédiée au commerce istréen. Ce nouveau service, une première en France, s’inscrit pleinement dans la démarche menée par la ville d’Istres pour devenir une ’’ville numérique’’.

L’offre commerciale locale dans une application
9 mois de co-développement ont été nécessaires, entre la start-up, les services compétents de la ville (DSI, Communication, Tourisme…), les managers de centre-ville et l’association des commerçants « Les boutiques d’Istres », impliquée dès le début dans la mise en œuvre du projet.
L’application « Istres commerces » propose à tous les istréens (et plus généralement à tous les utilisateurs) d’avoir toute l’offre commerciale locale dans leur smartphone. Téléchargeable gratuitement sur Google Play Store et l’App Store, « Istres commerces » permet en quelques clics de : géolocaliser facilement tous les commerces istréens, de vérifier leurs horaires d’ouverture, de découvrir leurs bons plans… ou tout simplement de trouver la bonne adresse, le bon service au gré de toutes nos envies.

Une visibilité gratuite pour les commerçants istréens
Pour tous les commerçants, l’application « Istres Commerces » propose gratuitement un environnement simple d’administration en ligne, une console de gestion grâce à laquelle ils peuvent mettre à jour leurs informations, promouvoir en ligne leur commerce mais aussi communiquer / échanger avec d’autres commerçants. Les commerçants peuvent ainsi digitaliser leur relation client. D’autres fonctionnalités supplémentaires (disponibles uniquement par abonnement) seront déployées graduellement : Publication de bons plans et actualités, Click and réserve, Carte de fidélité dématérialisée, Prise de rendez-vous…
Tous les commerçants istréens ont été invités, par le Maire d’Istres François
Bernardini, à suivre des sessions de découverte et de formation aux fonctionnalités de l’application.

Quant à la jeune start-up Hexa Solutions qui compte 7 collaborateurs est en discussion et négociations avec plusieurs villes de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (entre 50k et 150k habitants) pour des déploiements en 2018.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Sophia-Antipolis : Myxyty, le Google Home français, est en liquidation judiciaire

Faute de capitaux nouveaux, Myxyty n’a pas pu maintenir son activité, le concurrent de Google Home et Amazon Echo est en liquidation !

Publié

le

Née il y dix ans au sein du parc technologique de Sophia-Antipolis, la start-up Myxyty, spécialisée dans la smart home et les objets connectés, est en liquidation judiciaire depuis le 23 mai, apprend-on sur son site Internet. “Après 10 ans d’activité, c’est avec regret que nous vous informons de la mise en liquidation judiciaire de la société Myxyty à compter du 23 mai 2018“, est-il écrit dans un message qui précise que “malgré de beaux projets concrétisés et la qualité de travail exceptionnelle de nos équipes, nous n’avons pu maintenir la société en activité“. Faute de capitaux nouveaux, Myxyty n’a pas pu maintenir son activité, ni réussi à éponger ses dettes, de l’ordre de 3 millions d’euros si l’on croit le site Les Numériques.

Capture d’écran du site Myxyty

Pourtant tout semblait sourire à cette PME de 27 personnes et dont le chiffre d’affaires consolidé avoisinait les 15 millions d’euros depuis sa création en 2008. La société communiquait même en octobre dernier sur la finalisation d’une levée de fonds avec la plateforme Pré-Ipo d’Invest Securities — entre 3 et 5 millions d’euros selon La Tribune. Levée de fonds qui visiblement n’a pas abouti !
Fondée par Olivier Courtade, la start-up avait également développé plusieurs partenariats stratégiques, notamment avec IBM et Sigfox qui a donné naissance à la lampe connectée MyxyLamp. Cette lampe design gère une lumière multicolore, diffuse de la musique, mais sert également d’assistant vocal interactif permettant par exemple de contrôler toutes les fonctionnalités domotiques au domicile. Sa mise sur le marché était programmée pour le deuxième trimestre 2018.
Tout aussi stratégique, la création en janvier dernier d’un joint-venture avec le moteur de recherche français Qwant, dont la R&D est basée à Nice. Un rapprochement entre les deux sociétés françaises qui a permis le développement de Myxypod, une enceinte intelligente venant chasser sur les terres de Google Home et Amazon Echo, en proposant une option qui respecte les données personnelles et la vie privée des utilisateurs tout en garantissant l’absence de toute collecte d’informations. La levée de fonds aurait permis l’industrialisation à grande échelle de la solution pour une commercialisation du produit en Europe dans le courant du premier semestre de 2018. Les ambitions de Myxyty et de son fondateur allaient encore plus loin cette année. Pour Olivier Courtade, il était clair qu’il fallait prévoir une introduction en Bourse de Myxyty dans le courant de l’année, ce qui allait de pair avec la levée de plusieurs millions d’euros.
Avec cette mise en liquidation, C’est un nouveau symbole de la French Tech qui tombe !

Facebook Comments
Lire la suite

Smart city / mountain / port

La station Les Orres désignée Smart Station lors des Digital Mountain Awards 2018

La station Les Orres mise à l’honneur lors du dernier salon Mountain Planet qui s’est tenu à Grenoble du 18 au 20 avril.

Publié

le

La station de ski des Hautes-Alpes Les Orres, très prisée des marseillais, a été mise à l’honneur lors du dernier salon Mountain Planet qui s’est tenu à Grenoble du 18 au 20 avril. Elle s’est vue récompenser d’un Digital Mountain Award dans la catégorie ‘’Smart Digital Station’’
Les Digital Mountain Awards récompensent les initiatives et les investissements dédiés à l’innovation digitale et à l’expérience client dans la stratégie touristique des stations de ski et des territoires de montagne. Les candidatures à l’Award Smart Station étaient jugées sur l’utilisation du digital par la station de ski dans la transition écologique et énergétique comme vecteurs de développement économique et d’attractivité.

Station pionnière en matière d’économies d’énergie.
Pierre Vollaire, Maire des Orres et PDG de la SEMLORE, se félicite de cette reconnaissance du dynamisme des actions des Orres : « Depuis des années, la SEMLORE, sous l’impulsion de la commune des Orres, œuvre à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de ses consommations énergétiques, afin de contribuer à la préservation des ressources et de l’environnement. »
Avec 162 enneigeurs et des projets d’extension des réseaux d’enneigement, la station des Orres a misé sur le digital pour optimiser l’aide à la décision dans la production de neige de culture. Objectif : à enneigement égal, réduire de 15% la production de neige de culture. Depuis sa mise en place, le système de management de l’énergie s’est traduit par une baisse de 20% des (électricité et fossile), 100 tonnes d’équivalent CO2 en moins en 1 an soit 7% de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Les Orres est une station qui vit avec son temps, où la montagne ne subit pas la technologie mais accompagne son déploiement. C’est ainsi le plus grand réseau wifi gratuit et illimité en station, avec plus de 110 bornes de connexion. Sa communication digitale se fait en temps réel grâce à des supports dynamiques : écrans géants, bornes tactiles, application, radio… et la station fait appel à la géolocalisation en temps réel de ses navettes gratuites sur l’application. L’objectif est de miser sur le digital et tirer le meilleur parti des technologies innovantes pour conforter son modèle de développement, en anticipant l’évolution des sports de montagne et en améliorant la qualité des services touristiques.

Le projet Smart Altitude des Orres retenu par l’Union Européenne
Smart Altitude est un projet réunissant 11 partenaires de cinq pays alpins (France, Italie, Suisse, Autriche, Slovénie). Les Orres, chef de file de la candidature et leader du programme de déploiement pilote dans trois stations en Europe, a été retenu par l’Union Européenne dans le cadre des programmes INTERREG Espace Alpin pour une mise en œuvre sur la période 2018-2021.
Le projet Smart Altitude a pour objectif d’accélérer les politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans l’industrie touristique des territoires de montagne, et plus particulièrement dans les stations de sports d’hiver. Le projet sera subventionné à hauteur de 80% par l’Union Européenne. Une opportunité pour Les Orres de se positionner, une nouvelle fois, comme pionnière en termes de gestion des énergies dans l’industrie touristique des territoires de montagne.
www.lesorres.com

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X