Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

+Simple dans le Top 100 mondial des fintechs les plus innovantes en 2018

Publié

le

Le cabinet d’audit KPMG et le fonds de capital-risque H2 Ventures, spécialisé dans la fintech, viennent de publier leur classement annuel des 100 start-up de la fintech les plus innovantes. Celui-ci tient notamment compte du montant moyen levé sur une année et du degré d’innovation de leurs produits ou services.
Parmi les lauréats, 3 jeunes pousses françaises dont la fintech marseillaise +Simple et son robot-courtier en assurance pour les freelances.

Anthony Jouannau et Eric Mignot, cofondateurs de +Simple © DR

Dématérialisation des assurances
La start-up +Simple cible les petites entreprises de 0 à 5 salariés à qui elle propose un parcours digitalisé pour souscrire aux assurances nécessaires à leur activité professionnelle. La plate-forme repose sur un robot courtier capable, grâce à des algorithmes, d’analyser les besoins du client et d’aller chercher automatiquement les garanties adéquates. C’est aussi lui qui gère les polices d’assurance dans le temps. “Les attestations sont immédiatement disponibles et le client dispose d’un coffre-fort électronique où il peut retrouver toutes ses polices d’assurance”, indique Eric Mignot, cofondateur de +Simple.
+Simple opère selon le modèle classique de courtage en assurance et prélève ainsi des commissions récurrentes sur la prime d’assurance payée par les assurés. Celles-ci varient entre 10 et 20%. Pour commercialiser son offre, la start-up noue des partenariats avec des gros courtiers en assurance. La jeune pousse revendique aujourd’hui 6000 clients finaux et plus d’une quinzaine de partenariats en production. Le dernier en date, fin octobre, avec Malakoff Médéric pour proposer une offre de complémentaire santé aux chauffeurs de taxi affiliés G7.
Pour accélérer le développement de son robot-courtier, +Simple a réalisé une levée de fonds de 10 millions d’euros. D’ici la fin de l’année 2018,  la start up qui est basée à Nancy et Marseille devrait compter une cinquantaine de collaborateurs.

Retour sur le Top 100 mondial des fintechs
Les deux autres start-up françaises sont Lendix, une société de prêt aux PME qui se situe à la 45e place, ce qui la met dans la catégorie des fintechs leader. La seconde s’appelle Shift Technology, qui est à la 98e place et qui comme +Simple fait figure de fintechs émergentes. Elle développe une solution SaaS permettant aux compagnies d’assurance et d’e-commerce d’améliorer la détection des fraudes.
Pour être complet, précisons que c’est la licorne chinoise Ant Financial, filière financière d’Alibaba, qui se hisse au sommet du podium grâce à son application de paiement mobile Alipay, basé sur un système de QR code. JD Finance arrive en deuxième position. Le bras financier du colosse chinois JD.com s’est démarqué grâce à son éventail de technologies blockchain, IA, IoT… au service de la digitalisation offline et online des entreprises. Le singapourien Grab entre, lui, à la 3e place. L’entreprise de VTC a récemment investi pour renforcer sa plateforme de paiements en ligne, GrabPay.
Enfin, sans surprise, ce sont les Etats-Unis qui s’affichent en pole position avec 18 fintechs retenues au classement. Ils sont suivis du Royaume-Uni, qui en compte 12 et de la Chine qui en dénombre 11. Au total, les 100 fintechs classées ont levé pas moins de 52 milliards de dollars. Un montant en progression au regard du dernier classement. Les secteurs des paiements et transactions, prêts et crédit, mais aussi de l’épargne, sont parmi les plus représentés.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Au Salon des Maires, Axians met en avant la ville d’Aix-en-Provence pour illustrer son expertise autour de l’IoT

Publié

le

Au Salon des Maires et des Collectivités Locales qui se tient au Palais des Congrès de Paris, du 20 au 22 novembre, Axians, la marque globale de Vinci dédiée aux technologies de l’information et de la communication (ICT), présente notamment son savoir-faire autour de l’Internet des Objets pour les villes au travers d’un projet mené pour la ville d’Aix-en-Provence, une référence en matière de ville intelligente : Optimisation de la collecte des déchets, éclairage intelligent, gestion des flux de piétons, amélioration de la qualité de l’air, l’offre IoT pour les villes d’Axians repose sur un réseau de communication privé, des capteurs, une plateforme de stockage et de gestion des données.
Sur le stand d’Axians, les visiteurs pourront appréhender toute la dimension des capacités de l’offre IoT pour les villes via une vidéo et un démonstrateur, permettant une immersion 3D dans la ville d’Aix-en-Provence. Ainsi, ils pourront voir tous les cas d’usages des technologies IT permettant à une ville de devenir efficiente.
Acteur majeur du très haut débit et de solutions de communication pour les collectivités, Axians accompagne la transformation digitale des villes et des territoires. Depuis le déploiement d’infrastructures télécoms très haut débit, jusqu’à la création de nouveaux usages, la marque ICT de VINCI Energies met son expertise au service du développement local.
« Notre objectif est de proposer aux maires de développer des villes dont la qualité de vie est augmentée. Ainsi nous déployons des infrastructures de communication multiservices sécurisées, des capteurs permettant de collecter des données à des fins d’amélioration de la vie des citoyens, de l’environnement, de la gestion de l’énergie, ou de prédiction lié au transport urbain et péri-urbain », explique Vincent Lemoux, directeur chez Vinci Energies Sud Est.
De son côté Juan Lopez, CTO chez Axians insiste sur la spécificité de l’offre d’Axians : « les villes et les collectivités locales restent propriétaires des infrastructures et des données. Cette notion de propriété est essentielle car elle leur permet de s’appuyer sur une infrastructure transversale, alimentée par des données issues de tous leurs capteurs dont ils sont propriétaires. Grâce à cette infrastructure non silotée et aux données terrains, les maires et collectivités locales peuvent développer de nouveaux services en toute indépendance. »

www.axians.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

La Métropole Nice Côte d’Azur sélectionnée comme ville pilote d’un programme mondial de coopération sur les smart cities

Publié

le

Le TM Forum, réseau international d’acteurs de 66 pays engagés dans l’innovation, et la Fondation Fiware viennent de sélectionner la Métropole Nice Côte d’Azur classée dans le top 15 mondial des smart cities, et dix autres grandes villes, comme territoires pilotes d’un nouveau grand programme de coopération mondiale entre smart cities intitulé le programme “Front-runner Smart Cities“.
Ce nouveau programme va permettre de définir un nouveau standard de référence pour les données de la Smart City ; les travaux débuteront le 28 novembre à Malaga à l’occasion du Fiware Summit et une première publication du modèle est envisagée pour le printemps 2019.
Au cœur des réseaux internationaux de l’innovation, Nice avait accueilli le forum mondial TM Forum Live en mai dernier, qui avait rassemblé plus de 3500 personnes dont de nombreux représentants de groupes industriels internationaux spécialisés dans le numérique et l’innovation.
‘’Je me félicite de la sélection de Nice dans le cadre de ce grand programme de coopération mondiale a déclaré Christian Estrosi, maire de Nice et président de la Métropole Nice Côte d’Azur, ‘’Cette décision vient saluer et valider tout le travail que nous avons engagé ici. Territoire pilote, la Métropole Nice Côte d’Azur va pouvoir échanger avec les acteurs publics et industriels mondiaux de la smart city sur son savoir-faire notamment sur la sécurisation et le traitement des données via une plate-forme unique.’’
Les autres villes retenues sont Vienne (Autriche), Nice, Saint Quentin (France), Gênes (Italie), Utrecht (Netherlands), Porto (Portugal) Santander, Valence (Espagne), Gothenburg (Suède), La Plata (Argentine) et Montevideo (Uruguay).

Facebook Comments
Lire la suite

Big Data

[VIDÉO] Marseille : le campus Quanta de Jaguar Network réunit 400 invités lors de son inauguration

Publié

le

Renaud Muselier et Kevin Polizzi

Le président de la Région Sud, Renaud Muselier, a longuement réfléchi avant de venir à l’inauguration du Campus Quanta, en raison du drame de la Rue d’Aubagne et de ses conséquences mais comme il l’a souligné dans son discours, il s’était engagé il y a bien longtemps auprès de Kevin Polizzi, président de Jaguar Network, à être présent. Le 15 novembre dernier, l’événement a rassemblé plus de 400 invités au cœur de Quanta, le bâtiment intelligent, bourré de capteurs, voulu et pensé par Kevin Polizzi. Parmi les invités, Daniel Sperling, adjoint au maire de Marseille en charge du numérique et de l’innovation, Jean-Luc Chauvin, président de la CCI Marseille Provence, les clients et les partenaires de l’opérateur marseillais…

Discours de Kevin Polizzi, fondateur et président de Jaguar Network

Discours de Renaud Muselier, président de la Région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur

Discours de Daniel Sperling, adjoint au Maire de Marseille en charge du Numérique et de l’Innovation

Revoir [Entretien VIDEO] Kevin Polizzi, fondateur et président de Jaguar Network, présente Quanta, son nouveau siège social hyper-connecté et le ”premier smartbuilding de France”.

Après les discours, la visite de ce bâtiment de 5500 mètres carrés, bâtie en seulement 18 mois, et qui abrite depuis le nouveau siège social 3.0 ainsi que le nouveau centre de Recherche et d’Innovation de Jaguar Network. Aux différents étages du bâtiment, des ateliers permettaient de découvrir les métiers et les domaines dans lesquels Jaguar Network opère via ce lieu d’hybridation entre les technologies (IA, big data, cloud, smart city…) et les usages !

Lire aussi : Marseille : Jaguar Network inaugure Quanta son nouveau siège social 3-0

Lors de cette soirée inaugurale, Kevin Polizzi en a également profité pour annoncer la création Jaguar Network Management, une filiale destinée à accompagner les start-up du territoire…à commencer par celles soutenues par Jaguar Network.
Le nouveau siège social accueille déjà 200 personnes, ils devraient être 400 à terme ! Quant au budget de l’opération Quanta, il est de 16 millions d’euros (contre 22 millions estimés au départ) financés pour 1 million par Jaguar Network, 2 millions par la Région via l’Europe (financement des labos de On[e]life) et 13 millions apportés par un pool bancaire régional.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X