Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

+Simple dans le Top 100 mondial des fintechs les plus innovantes en 2018

Publié

le

Le cabinet d’audit KPMG et le fonds de capital-risque H2 Ventures, spécialisé dans la fintech, viennent de publier leur classement annuel des 100 start-up de la fintech les plus innovantes. Celui-ci tient notamment compte du montant moyen levé sur une année et du degré d’innovation de leurs produits ou services.
Parmi les lauréats, 3 jeunes pousses françaises dont la fintech marseillaise +Simple et son robot-courtier en assurance pour les freelances.

Anthony Jouannau et Eric Mignot, cofondateurs de +Simple © DR

Dématérialisation des assurances
La start-up +Simple cible les petites entreprises de 0 à 5 salariés à qui elle propose un parcours digitalisé pour souscrire aux assurances nécessaires à leur activité professionnelle. La plate-forme repose sur un robot courtier capable, grâce à des algorithmes, d’analyser les besoins du client et d’aller chercher automatiquement les garanties adéquates. C’est aussi lui qui gère les polices d’assurance dans le temps. “Les attestations sont immédiatement disponibles et le client dispose d’un coffre-fort électronique où il peut retrouver toutes ses polices d’assurance”, indique Eric Mignot, cofondateur de +Simple.
+Simple opère selon le modèle classique de courtage en assurance et prélève ainsi des commissions récurrentes sur la prime d’assurance payée par les assurés. Celles-ci varient entre 10 et 20%. Pour commercialiser son offre, la start-up noue des partenariats avec des gros courtiers en assurance. La jeune pousse revendique aujourd’hui 6000 clients finaux et plus d’une quinzaine de partenariats en production. Le dernier en date, fin octobre, avec Malakoff Médéric pour proposer une offre de complémentaire santé aux chauffeurs de taxi affiliés G7.
Pour accélérer le développement de son robot-courtier, +Simple a réalisé une levée de fonds de 10 millions d’euros. D’ici la fin de l’année 2018,  la start up qui est basée à Nancy et Marseille devrait compter une cinquantaine de collaborateurs.

Retour sur le Top 100 mondial des fintechs
Les deux autres start-up françaises sont Lendix, une société de prêt aux PME qui se situe à la 45e place, ce qui la met dans la catégorie des fintechs leader. La seconde s’appelle Shift Technology, qui est à la 98e place et qui comme +Simple fait figure de fintechs émergentes. Elle développe une solution SaaS permettant aux compagnies d’assurance et d’e-commerce d’améliorer la détection des fraudes.
Pour être complet, précisons que c’est la licorne chinoise Ant Financial, filière financière d’Alibaba, qui se hisse au sommet du podium grâce à son application de paiement mobile Alipay, basé sur un système de QR code. JD Finance arrive en deuxième position. Le bras financier du colosse chinois JD.com s’est démarqué grâce à son éventail de technologies blockchain, IA, IoT… au service de la digitalisation offline et online des entreprises. Le singapourien Grab entre, lui, à la 3e place. L’entreprise de VTC a récemment investi pour renforcer sa plateforme de paiements en ligne, GrabPay.
Enfin, sans surprise, ce sont les Etats-Unis qui s’affichent en pole position avec 18 fintechs retenues au classement. Ils sont suivis du Royaume-Uni, qui en compte 12 et de la Chine qui en dénombre 11. Au total, les 100 fintechs classées ont levé pas moins de 52 milliards de dollars. Un montant en progression au regard du dernier classement. Les secteurs des paiements et transactions, prêts et crédit, mais aussi de l’épargne, sont parmi les plus représentés.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cluster, association

Aix-en-Provence : Le Forum Medinjob s’installe à La Verrière le 4 avril et propose 400 postes IT en CDI

Publié

le

Comme c’est le cas depuis neuf ans, il y aura bien cette année deux Forums Medinjob, mais au lieu de se tenir après la rentrée de septembre et à quinze jours d’intervalle, ils seront espacés de six mois. Le premier Forum Medinjob se tiendra le 4 avril prochain à l’amphithéâtre de la Verrière (bibliothèque de Méjanes) d’Aix-en-Provence et le second à Marseille est programmé au 10 octobre au Pôle Média de la Belle de Mai.
Premier salon de recrutement spécialisé IT & digital en région Sud, 400 offres en CDI, 40 stages et 40 alternances seront proposés à Aix-en-Provence par plus de 50 recruteurs. Entre 7 et 800 visiteurs sont attendus, la plupart sont des candidats en recherche de postes dont 53% de bac+5 expérimentés, 26% de bac+2 à bac+3 et 17% d’étudiants et jeunes diplômés tous issus d’horizons différents : managers de secteur, chefs de projet, développeurs, administrateurs réseaux, commerciaux, assistants de direction, consultants sécurité, experts digital, community managers, marketeurs et autres profils de filières transverses…
Plus de 200 collégiens, lycéens et personnes en voie d’insertion sont également attendus pour découvrir au travers d’un programme d’initiation baptisé « parcours et passerelles vers le digital » les opportunités de métiers du numérique au travers de 11 animations.
Dix coaches professionnels proposeront aux candidats bilingues ou qui le souhaitent de s’entraîner en participant à un ”flash coaching” en anglais. Et ceux qui souhaitent se faire financer leur formation pourront rencontrer les conseillers de Pôle Emploi sur le sujet.
Pour les recruteurs, des micro-diagnostics sur la marque employeur organisés par l’APEC (dans le cadre du projet Label responsable/senior) aideront ces derniers à élargir leur réseau professionnel et à échanger sur les bonnes pratiques.
La journée sera également rythmée par la tenue de 6 conférences axées sur l’emploi IT et 9 ateliers pratiques sur les principaux enjeux de l’IT et du digital.
Enfin, mis en place il y a trois ans, les Prix RH Numérique seront remis à l’occasion du second forum en octobre prochain à Marseille. Issus d’une initiative de DRH et de DSI et sous l’impulsion de Medinsoft, d’Aix-Marseille French Tech, de l’ANRDH et du CIP, ces prix sont décernés par un jury de professionnels privés et publics et récompensent des approches managériales originales et inspirantes. La 3ème édition des Prix RH sera lancée le 18 septembre avec une remise des prix le 10 octobre 2019.
Depuis leur lancement, la formule des Forums Medinjob qui a succédé à celle du TIC Emploi, semble visiblement de plus en plus séduire. Au regard du bilan réalisé en 2018, Medinjob a vu sa fréquentation croître de + 20% par rapport à 2017 et son public s’est diversifié. Il est composé de profils de niveau Bac+3 à Bac+5, de jeunes diplômés, de cadres plus expérimentés et également de candidats en réinsertion professionnelle.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecole, formation

CESI obtient le label CyberEdu pour deux de ses formations en alternance

Publié

le

CESI, le réseau de campus d’enseignement supérieur et de formation professionnelle, vient de se voir attribuer le label CyberEdu pour deux titres de CESI École Supérieure de l’Alternance : Responsable en Ingénierie Systèmes et Réseaux et Manager des Systèmes d’Information Spécialité Sécurité, diplômant respectivement à bac +4 et à bac +5.
Initiée par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’Information (ANSSI) et délivrée par l’Association CyberEdu, cette distinction atteste que les personnes ayant obtenu les diplômes concernés disposeront de toutes les compétences nécessaires pour assurer la sécurité minimale des infrastructures informatiques des entreprises.
Le label CyberEdu vise surtout à améliorer la prise en compte de la cybersécurité dans l’ensemble des formations de l’enseignement supérieur françaises, dans le but de faciliter la coopération avec les spécialistes, d’améliorer la vigilance et la réaction aux incidents et de prévenir l’apparition des vulnérabilités.
En 2018, CESI École Supérieure de l’Alternance diplômait sur ses 25 sites nationaux près de 450 alternants issus de ces deux formations dont une vingtaine au CESI d’Aix-en-Provence. Le site de Sophia-Antipolis ne proposant pas de formations en alternance, il n’est pas encore concerné !

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

La start-up parisienne Zenpark accélère son activité de ‘’Smart Parking’’ à Marseille

Publié

le

Garer sa voiture en ville, c’est souvent cher et compliqué. Pour vous éviter de tourner en rond, il existe une application, Zenpark, du nom de la start-up parisienne éponyme, qui recense les places disponibles dans les parkings publics et privés, ceux de partenaires : hôtels, supermarchés, bailleurs résidentiels, entreprises, exploitants de parkings, bâtiments administratifs…) qui optimisent ainsi l’utilisation de leurs places. En prime, c’est bien moins cher !
Devenu en quelques années le 1er opérateur de parkings partagés connectés d’Europe et le numéro un français du parking mutualisé pour la smart city, Zenpark a ouvert il y a quelques jours un nouveau parking à Marseille, situé dans le parc automobile du bailleur social Silentronik aux abords du Stade Vélodrome (Bld Michelet). Il s’agit du 14ème emplacement Zenpark dans la cité phocéenne.

Fabrice Marguerie, William ES Rosenfeld, et Frédéric Sebban

Le principe du partage de parking connecté
Un automobiliste sur trois cherche une place de stationnement et les places de stationnement destinées aux véhicules particuliers tendent à se réduire de façon importante. C’est en partant de ce double constat que l’entreprise Zenpark, créée par Fabrice Marguerie, William ES Rosenfeld, et Frédéric Sebban, a décidé de créer le parking partagé. Objectif, déployer un réseau de parkings partagés, le plus dense possible dans les grandes villes européennes, afin de mieux vivre la mobilité en ville, pour tous: automobilistes, riverains et collectivités locales. En effet, le partage de parkings permet d’optimiser l’utilisation des places de stationnement laissées libres à certains moments. Zenpark propose aux automobilistes à la recherche d’une place de stationnement, des places de parking usuellement non disponibles. Dans le même temps, Zenpark permet aux propriétaires de parkings de partager ceux-ci, de manière simple et sécurisée, de façon à mieux rentabiliser leurs actifs.
Aujourd’hui, Zenpark permet à tout automobiliste de se garer de manière pratique, économique et responsable dans plus de 1 000 parkings privés partagés en France et en Europe, pour quelques heures, quelques jours ou même au mois et ce à un tarif compétitif et de façon simple. Zenpark est même devenue une véritable référence avec un taux de satisfaction de ses utilisateurs estimée à plus de 90%. »

L’innovation technologique
Zenpark a conçu et développé une solution technologique pouvant être installée à l’entrée de tout type de parkings sécurisés, qui permet à tout automobiliste membre Zenpark d’accéder à des parkings privés ou publics, grâce à une télécommande Zenpass ou via l’application disponible sur Google Play et Apple Store, sans qu’il soit nécessaire de modifier les systèmes d’ouverture existants, ni reproduire les moyens d’accès. Tout est automatisé et sécurisé
La solution de la start-up parisienne exploite les technologies les plus avancées : machine-to-machine (M2M), technologies web, applications mobiles et cloud computing. La solution Zenpark est conçue, développée et produite en France.

 Comment ça marche ?
Pour l’étape de recherche d’un emplacement et réserver selon les disponibilités, sa place de stationnement, il suffit tout simplement de créer son compte, l’inscription est gratuite et sans engagement sur Zenpark. Les conditions sont d’enregistrer ses coordonnées bancaires, la plaque d’immatriculation de son véhicule et d’attester que celui-ci est bien assuré.
Concernant la facturation, le paiement se fera automatiquement par prélèvement en fin de mois. Vous avez le choix entre une facturation à l’heure, forfait journaliers ou hebdomadaires. Il existe aussi des abonnements mensuels à temps partagés ou pleins.
A Marseille, ce sont 14 parkings qui sont ainsi disponibles mais Zenpark est également opérationnel dans d’autres villes de la région. C’est le cas à Avignon et Cannes avec un emplacement disponible chacune et Nice qui en compte trois.

www.zenpark.com

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X