Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Logiciels, applications

Retour sur le LibDay : Le logiciel libre, la solution pérenne

La deuxième édition du Libday, organisé par la Commission Libertis de Medinsoft, s’est tenue, le 14 octobre 2016 à l’EMD, à Marseille.

Publié

le

La deuxième édition du Libday, organisé par la Commission Libertis de Medinsoft, s’est tenue, le 14 octobre 2016 à l’EMD, à Marseille. Cet événement a rassemblé, à l’occasion de treize conférences, une vingtaine d’intervenants et plus de cent participants. Les atouts du logiciel libre ont été loués lors de cette journée très didactique. Exemple notable avec la société Avencall.

La genèse du Libday remonte à… 2007. «C’est à cette date qu’a été organisé le salon professionnel du logiciel libre et de l’open source au Word Trade Center à Marseille. Cet événement qui a fusionné avec Medinsoft en 2012 est désormais une commission logiciel libre appelée Libertis», rappelle Sébastien Dubois, organisateur de cette journée dédiée aux professionnels. C’est ainsi qu’en 2014 est créée la première édition de ce salon qui avait rassemblé quatre vingt participants. Fort de ce succès, la seconde édition marseillaise ne se tient pourtant qu’en 2016, suite à une participation en 2015 au salon parisien. Son objectif est de faire témoigner des sociétés et des professionnels utilisateurs de logiciels libres avec des intégrateurs locaux et des sociétés de services locales.

sebastien-dubois-p2bd

Sébastien Dubois, organisateur du LibDay

«Notre volonté a été, dès l’origine, de réunir des sociétés spécialisées, installées à Marseille et dans sa région, avec des clients de grande envergure», précise Sébastien Dubois, l’un des membres du Conseil national du logiciel libre, une association fédérant treize entités et 500 sociétés en France. Ce fut le cas de la ville de Marseille qui avait montré, il y a deux ans, ses avancées en la matière. Elle a intégré la communauté du logiciel Open ADS, un logiciel servant à gérer les permis de construire. Cela a mis en exergue le modèle de développement d’un club utilisateur avec le paiement unique d’un logiciel et l’opportunité de faire profiter ensuite les autres utilisateurs.

Une notion philosophique

Il y a, dans le logiciel libre, une notion philosophique dans laquelle s’intègrent plusieurs aspects avec, tout d’abord, l’accès au code source, la possibilité de modification, de distribution ou encore de copie. Pour Sébastien Dubois, «il y a là des valeurs qui impliquent des prérequis protégeant les utilisateurs.» En fait, l’utilisateur a le choix: il peut, s’il le désire, utiliser des formats de fichier standards et ouverts comme odt. «Dans un logiciel libre, il n’y a pas de risque. Ce n’est pas le cas avec un autre logiciel où l’utilisateur s’avère coincé, enfermé», souligne Sébastien Dubois qui dirige Evolix, une entreprise créée en 2004 à Marseille qui assure la surveillance de serveurs et infrastructures sous Linux. Avec le concours du Conseil National du Numérique, organisme de conseil initié par l’Etat, et l’Association Francophone des utilisateurs de logiciel libre, l’objectif de cette opération a été privilégier le logiciel libre. Pour ses adeptes, la pérennité s’avère un critère essentiel auquel il convient d’ajouter la mutualisation du développement, l’optimisation des coûts et la confiance. Lors de cette journée, les professionnels qu’ils soient directeurs informatiques, chefs de projet, administrateurs système ou développeurs étaient venus d’Avignon, de Montpellier, de Toulouse ou Paris) pour échanger et livrer leur expérience lors des conférences techniques.

100% Open source

Créée en 2009, la société Avencall qui dispose d’un effectif de 50 salariés est un éditeur et intégrateur de la solution Xivo. Elle propose à partir du siège, à Limonest, à proximité de Lyon, et de ses cinq antennes, Aix-en-Provence, Toulouse, Rennes, Strasbourg et Paris, des solutions de téléphonie sur IP avec une relation client 100% Open source.

guy-deshayes-p1bd

Guy Deshayes, ingénieur Avencall

«Nous éditons des solutions grâce à une équipe recherche et développement et effectuons ensuite l’intégration chez le client», explique Guy Deshayes, l’un des ingénieurs. IP est branché sur le réseau informatique avec davantage de fonctionnalités. Ce dispositif remplace ainsi la solution de téléphonie traditionnelle. D’ores et déjà, plusieurs grands comptes sont équipés comme la DREAL PACA ou l’Ecole Centrale à Marseille. Autre activité d’Avencall, le centre d’appel pour un service client optimalisé. «Nous gérons, entre autres, les centres d’appel de Wolswagen ou de Groupama. En fait, nous apportons la même solution à deux besoins différents», confie Guy Deshayes.

© Jean-Pierre Enaut

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BioTech, MedTech

Aubagne : Wraptor et Tersedia jouent ensemble la carte des objets connectés dans le monde de la santé.

Publié

le

D’un côté, il y a Wraptor, éditeur de solutions d’intégration d’applications d’ entreprises (EAI) à destination des professionnels de santé et spécialiste notamment de la gestion des flux de santé, installé à Aubagne, et de l’autre Tersedia, intégrateur IT spécialisé dans les services managés pour  les hôpitaux et cliniques, dont le siège social est à Chatou dans les Yvelines. Les deux sociétés viennent de renforcer leur partenariat pour accompagner les établissements dans leur transformation digitale.
Forts d’une première collaboration probante autour de la solution Jeebop MSSanté, qui permet d’échanger des données médicales en toute sécurité, les deux partenaires associent désormais leur savoir-faire autour de l’EAI Jeebop pour l’interopérabilité des dispositifs médicaux connectés (DMC). Agissant comme véritable multiprise, l’EAI Jeebop assure l’interopérabilité et la gestion des flux de l’ensemble des applications internes et externes. Grâce à la facilité de modélisation, il est facile de mettre en place très rapidement des interfaces opérationnelles normées ou spécifiques et grâce à la supervision, les problèmes sont rapidement identifiés et on peut agir efficacement en cas de détection d’anomalie.
L’objectif de cet accord est de permettre aux établissements de santé de tirer avantage des bienfaits des objets connectés en améliorant le parcours de soins. Cette solution permettra de générer du confort pour les équipes soignantes, mais également d’alléger la charge de travail tout en offrant une qualité de soins optimale. Les objets médicaux connectés sont une alternative peu coûteuse qui permet de réduire les frais engendrés par l’achat d’appareils traditionnels.
Grâce à leur maitrise complète du SIH et des flux de santé, Tersedia et Wraptor sont en capacité d’intégrer facilement et rapidement les dispositifs médicaux connectés, offrant ainsi à leurs clients de nouvelles possibilités d’innovation. De plus, la solution permet de remonter en temps réel les données des appareils connectés directement dans le dossier patient.

https://wraptor.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Cluster, association

Syntec Numérique/EY : 8ème édition du Top 250 des éditeurs et créateurs de logiciels français

Publié

le

Syntec Numérique et EY ont présenté le 16 octobre les résultats de la 8ème édition du Top 250 des éditeurs de logiciels français, le panorama de référence du secteur portant sur près 400 entreprises.
Avec un chiffre d’affaires en progression de 12 % entre 2016 et 2017 et plus de 10 000 emplois créés en France sur deux ans, la filière de l’innovation logicielle fait une nouvelle fois preuve de son dynamisme.

L’édition de logiciels, un secteur qui confirme son dynamisme année après année !
Une décennie de croissance ininterrompue pour le secteur, une performance remarquable : les 344 participants à l’enquête enregistrent un chiffre d’affaires cumulé de 15 milliards d’euros en 2017. Ceci constitue un montant historique ! Celui réalisé par les 297 éditeurs de logiciels qui avaient participé à la première édition en 2011 atteignait alors 7,7 milliards d’euros au titre de l’exercice 2010. Le chiffre d’affaires de l’échantillon a donc pratiquement doublé en l’espace de sept ans.

Cliquez sur la photo pour télécharger ou consulter le panorama de référence des 250 des éditeurs de logiciels français

Lauréats des trophées 2018
Animée par Anicet Mbida, journaliste Europe 1, la cérémonie a récompensé cinq éditeurs :

Trophée 2018 Transition SaaS, décerné à la société Ivalualeader reconnu du secteur en matière d’achats, de sourcing et de la chaîne d’approvisionnement
Trophée 2018 International, décerné à la société Platform.shplateforme applicative cloud qui automatise les opérations de mise en ligne d’applications internet.
Trophée 2018 Innovation, décerné à la société Wallixéditeur français de logiciels spécialisé dans la sécurisation des systèmes d’information et la gestion des infrastructures informatiques critiques.
Trophée 2018 Jeux vidéo, décerné à la société Ubisoft, leader mondial dans la création de jeux vidéo et dans le divertissement.
Trophée 2018 Prix du jury, décerné à la société Toucan Toco, startup qui propose une plateforme de reporting permettant de créer des applications de pilotage et des tableaux de bord.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Aix-en-Provence : HySiLabs, lauréat des prix EDF Pulse 2018

Publié

le

Après plus de 6 mois de compétition, les Prix EDF Pulse 2018 ont été remis le 11 octobre dernier aux 5 lauréats, à l’occasion des Electric Days, événement du groupe EDF dédié à l’innovation qui s’est déroulé du 9 au 11 octobre, à la grande Halle de la Villette à Paris. Pour cette 5ème édition, plus de 400 candidatures ont été enregistrées. Le jury d’experts a récompensé 4 start-up dans les catégories suivantes : Smart Home, Smart City, Smart Health & Self et Smart Business. De plus, le grand public a été sollicité pour voter pour leur start-up préférée. Plusieurs milliers de votes ont été récoltés à l’attention de l’ensemble des start-ups finalistes.
C’est dans la catégorie Smart City que la start-up aixoise HySiLabs a été récompensé pour ses solutions facilitant le transport d’hydrogène.

Un prix pour une technologie inédite
Créée en 2015 par Vincent Lôme et Pierre-Emmanuel Casanova et implantée au sein du Technopôle de l’Environnement de l’Arbois, la cleantech HySiLabs a mis au point un procédé révolutionnaire pour permettre le déploiement et la démocratisation de l’usage de l’hydrogène comme vecteur énergétique. Une technologie inédite qui s’affranchit des problématiques de stockage et de transport de l’hydrogène. Ce vecteur liquide dénommé HydroSil est stable, non toxique, non explosif : il peut ainsi être transporté partout (7 fois plus d’hydrogène transporté avec un vecteur liquide) et par tous les moyens (transports aérien, maritime, terrestre) sans restrictions particulières. En supprimant les freins au développement des solutions hydrogène, la mise en œuvre de cette technologie est destinée à jouer un rôle majeur dans la transition énergétique. L’objectif : réduire les émissions de CO2 de plus de 70 millions de tonnes d’ici 2030, dans les secteurs de la mobilité et de l’industrie.

Et les autres prix ?
Soulignons pour être complet que dans la catégorie Smart Home, c’est la start-up grenobloise Lancey qui a été récompensée pour son radiateur intelligent qui stocke l’électricité pendant les heures creuses pour la restituer au réseau au moment des pics de consommation.
Dans la catégorie Smart Health & Self, le prix est allé à la start-up d’Hinx dans les Landes, Helper Drone qui a développé le nouveau sauveteur des plages. Il s’agit d’un drone destiné aux professionnels du secours qui aide au repérage des victimes et facilite les procédures de sauvetage en mer. En deux étés, il a déjà sauvé 6 vies !
Le Prix ‘’Smart Business’’ a été décerné à la jeune pousse parisienne Hyperlex et sa plateforme d’intelligence artificielle qui, tel un assistant juridique, centralise, analyse et aide les entreprises à gérer l’ensemble de leurs contrats.
Enfin c’est la start-up de Saint-Emilion, Vitirover, qui a été sélectionné par le public, pour le Prix du même nom. Vitirover souhaite remplacer les produits chimiques de type glyphosate par une flotte de robot fonctionnant 100% à l’électricité́ scolaire. Objectif : assurer un service de désherbage sur toutes les grandes surfaces de terrain.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X