Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Logiciels, applications

Retour sur le LibDay : Le logiciel libre, la solution pérenne

La deuxième édition du Libday, organisé par la Commission Libertis de Medinsoft, s’est tenue, le 14 octobre 2016 à l’EMD, à Marseille.

Publié

le

La deuxième édition du Libday, organisé par la Commission Libertis de Medinsoft, s’est tenue, le 14 octobre 2016 à l’EMD, à Marseille. Cet événement a rassemblé, à l’occasion de treize conférences, une vingtaine d’intervenants et plus de cent participants. Les atouts du logiciel libre ont été loués lors de cette journée très didactique. Exemple notable avec la société Avencall.

La genèse du Libday remonte à… 2007. «C’est à cette date qu’a été organisé le salon professionnel du logiciel libre et de l’open source au Word Trade Center à Marseille. Cet événement qui a fusionné avec Medinsoft en 2012 est désormais une commission logiciel libre appelée Libertis», rappelle Sébastien Dubois, organisateur de cette journée dédiée aux professionnels. C’est ainsi qu’en 2014 est créée la première édition de ce salon qui avait rassemblé quatre vingt participants. Fort de ce succès, la seconde édition marseillaise ne se tient pourtant qu’en 2016, suite à une participation en 2015 au salon parisien. Son objectif est de faire témoigner des sociétés et des professionnels utilisateurs de logiciels libres avec des intégrateurs locaux et des sociétés de services locales.

sebastien-dubois-p2bd

Sébastien Dubois, organisateur du LibDay

«Notre volonté a été, dès l’origine, de réunir des sociétés spécialisées, installées à Marseille et dans sa région, avec des clients de grande envergure», précise Sébastien Dubois, l’un des membres du Conseil national du logiciel libre, une association fédérant treize entités et 500 sociétés en France. Ce fut le cas de la ville de Marseille qui avait montré, il y a deux ans, ses avancées en la matière. Elle a intégré la communauté du logiciel Open ADS, un logiciel servant à gérer les permis de construire. Cela a mis en exergue le modèle de développement d’un club utilisateur avec le paiement unique d’un logiciel et l’opportunité de faire profiter ensuite les autres utilisateurs.

Une notion philosophique

Il y a, dans le logiciel libre, une notion philosophique dans laquelle s’intègrent plusieurs aspects avec, tout d’abord, l’accès au code source, la possibilité de modification, de distribution ou encore de copie. Pour Sébastien Dubois, «il y a là des valeurs qui impliquent des prérequis protégeant les utilisateurs.» En fait, l’utilisateur a le choix: il peut, s’il le désire, utiliser des formats de fichier standards et ouverts comme odt. «Dans un logiciel libre, il n’y a pas de risque. Ce n’est pas le cas avec un autre logiciel où l’utilisateur s’avère coincé, enfermé», souligne Sébastien Dubois qui dirige Evolix, une entreprise créée en 2004 à Marseille qui assure la surveillance de serveurs et infrastructures sous Linux. Avec le concours du Conseil National du Numérique, organisme de conseil initié par l’Etat, et l’Association Francophone des utilisateurs de logiciel libre, l’objectif de cette opération a été privilégier le logiciel libre. Pour ses adeptes, la pérennité s’avère un critère essentiel auquel il convient d’ajouter la mutualisation du développement, l’optimisation des coûts et la confiance. Lors de cette journée, les professionnels qu’ils soient directeurs informatiques, chefs de projet, administrateurs système ou développeurs étaient venus d’Avignon, de Montpellier, de Toulouse ou Paris) pour échanger et livrer leur expérience lors des conférences techniques.

100% Open source

Créée en 2009, la société Avencall qui dispose d’un effectif de 50 salariés est un éditeur et intégrateur de la solution Xivo. Elle propose à partir du siège, à Limonest, à proximité de Lyon, et de ses cinq antennes, Aix-en-Provence, Toulouse, Rennes, Strasbourg et Paris, des solutions de téléphonie sur IP avec une relation client 100% Open source.

guy-deshayes-p1bd

Guy Deshayes, ingénieur Avencall

«Nous éditons des solutions grâce à une équipe recherche et développement et effectuons ensuite l’intégration chez le client», explique Guy Deshayes, l’un des ingénieurs. IP est branché sur le réseau informatique avec davantage de fonctionnalités. Ce dispositif remplace ainsi la solution de téléphonie traditionnelle. D’ores et déjà, plusieurs grands comptes sont équipés comme la DREAL PACA ou l’Ecole Centrale à Marseille. Autre activité d’Avencall, le centre d’appel pour un service client optimalisé. «Nous gérons, entre autres, les centres d’appel de Wolswagen ou de Groupama. En fait, nous apportons la même solution à deux besoins différents», confie Guy Deshayes.

© Jean-Pierre Enaut

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Digital marketing & sales

Sophia-Antipolis : Izicap lève 6M€ pour financer son expansion européenne et recruter de nouveaux talents

La start-up a fait de la carte bancaire du consommateur la carte de fidélité du commerçant. Elle a l’ambition d’étendre son influence en Europe.

Publié

le

Implantée à Sophia-Antipolis, Izicap est spécialisée dans la relation marketing pour le commerce de proximité, la jeune pousse qui compte déjà parmi ses clients le Crédit Agricole, la Banque Populaire et la Caisse d’Epargne vient de lever 6 M€ auprès de Seventure Partners et d’Entrepreneur Venture avec l’ambition de poursuivre son expansion à l’échelle européenne.
Cofondée et présidée par Reda El Mejjad, Izicap édite une plateforme SaaS permettant aux réseaux bancaires d’apporter de nouveaux services à leurs clients. Ainsi, en récoltant et analysant les données de paiement, la société permet ainsi aux commerces de proximité de bénéficier d’un outil de marketing et de fidélisation performant pour augmenter leurs ventes en transformant la carte de paiement en carte de fidélité par exemple.

Reda El Mejjad (3ème en partant de la droite) au milieu de son équipe

‘’Notre solution technologique et ses services associés permettent au commerce de proximité de bénéficier d’un outil de fidélisation et de marketing digital tout aussi puissant que ceux utilisés par le commerce organisé’’ explique Reda El Mejjad, co-fondateur et président d’Izicap. ‘’Intégrée aux catalogues de services des banques, notre solution offre également aux réseaux bancaires la possibilité de renforcer la relation de proximité avec leurs clients commerçants et leur permet d’augmenter leur chiffre d’affaires.’’
Grace à cette levée de fonds, l’entreprise entend accompagner sa croissance par du recrutement. Elle a prévu d’embaucher une centaine de personnes sur 18 mois pour renforcer son équipe composée de 40 collaborateurs à ce jour.

Crédit Photos : Izicap

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Grasse : Quand le digital s’invite au Musée International de la Parfumerie via l’application Perfume

Perfumist est un conseiller parfum 2.0 : vous sélectionnez le parfum qui vous plait et grâce à son algorithme, il vous en propose 15 qui vous correspondent le plus.

Publié

le

Naturellement situé à Grasse, berceau de la parfumerie de luxe, le Musée International de la Parfumerie propose dès cet été une nouvelle borne interactive éducative dans son espace XXe -XXIe siècle, au sein du parcours des collections permanentes. Grâce à un partenariat exclusif avec la start-up Perfumist, le MIP met à la disposition des visiteurs, l’application Perfume, qui peuvent ainsi, de manière ludique et intuitive, explorer l’univers du parfum contemporain sous un angle original.

Perfume, comment ça marche ?
À partir des goûts et des parfums portés par chacun, cette application propose d’explorer de nouvelles fragrances sélectionnées parmi des milliers de flacons existants et disponibles sur le marché. Cette recherche s’accompagne d’une découverte des odeurs et des produits naturels utilisés pour concevoir un parfum.
Via un algorithme très complexe, l’application émet des suggestions de parfums basées sur les préférences olfactives de chacun. Il suffit simplement de sélectionner le parfum qui vous plait et l’algorithme de Perfumist reprend alors les ingrédients contenus dans tous les parfums de la base de données pour vous proposer les 15 qui vous correspondent le plus. Mis gratuitement à disposition des utilisateurs, Perfumist est un conseiller parfum 2.0 qui base ses résultats sur plus de 20.000 Produits.
L’idée vient de Frédérick Besson spécialisé dans l’éducation et la promotion du parfum français dans les pays émergeants. Tour à tour détaillant, distributeur et concepteur de licences de parfums français en Asie, il a même créé la première académie du parfum en Thaïlande en 2010. De retour en France, Frédérick Besson intègre la pépinière d’entreprises Innovagrasse en créant Perfumist et lance Perfume en mai 2017 au prestigieux salon TFWA à Cannes. Depuis l’application est n°1 sur smartphones et tablettes, créant au passage une immense communauté internationale de plusieurs dizaines de milliers d’utilisateurs en quelques mois.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Marseille : Totem Mobi part à la conquête de Montpellier avant Sophia-Antipolis à l’automne prochain !

Trois ans après sa création à Marseille, Totem Mobi se déploie à Montpellier…avant de le faire à Sophia-Antipolis et Avignon.

Publié

le

Depuis la fin du mois de juin, 30 véhicules 2 places type Renault Twizy connectés et 100% électriques, ont été mis en service dans la métropole montpelliéraine en autopartage. Totem Mobi s’étend désormais à Montpellier et à cette occasion, la société marseillaise a lancé une opération de financement participatif (sur KissKissBankBank) afin de récolter les 5000 euros nécessaires au bon démarrage du service.
Le coup d’envoi du projet de déploiement sur Montpellier a été donné à l’automne dernier avec l’annonce de l’implantation des bornes électriques de recharge grand public.  A terme, Totem Mobi prévoit de faire rouler de 70 à 100 véhicules dans le centre-ville de Montpellier. Comme à Marseille, l’ambition est de permettre à un maximum de montpelliérains de se déplacer facilement (stationnement libre et gratuit), sans émission de CO2 (Twizy 100% électrique) et à moindre coût (1€ le 1/4 d’heure d’utilisation, sans abonnement ni engagement). Les débuts sont prometteurs avec déjà 1 200 personnes inscrites !

Totem Mobi a été adopté par les Marseillais 
Service de location de véhicules électriques en libre-service créé en 2015 par Emmanuelle Champaud et Cyrille Estrade, Totem Mobi ne comptait au commencement que 15 voitures. Aujourd’hui, ce sont 165 véhicules électriques qui sont en libre-service ‘’free-floating’’ (sans station d’attache) dans les rues de Marseille et l’opérateur compte à ce jour plus de 1000 utilisateurs et enregistre plus de 5 000 locations mensuelles d’une durée moyenne de 30 minutes. Avec l’extension de sa flotte, 100 véhicules de plus acquis début 2018, et avec l’implantation de sept nouvelles stations de recharge en plein centre de la cité marseillaise, Totem Mobi compte séduire 3000 utilisateurs d’ici la fin de l’année d’autant que la start-up propose une nouvelle application et une grille tarifaire remodelée.

Une nouvelle application, de nouveaux tarifs…
La nouvelle application Totem Mobi est opérationnelle depuis quelques mois seulement et elle permet désormais d’opérer le service d’autopartage 100 % connecté. Disponible sur IOS et Androïd, l’application permet également de géolocaliser puis de louer les véhicules disponibles en quelques clics seulement ! Par rapport à l’ancienne version, de nouvelles fonctionnalités sont à noter. Parmi les plus importantes : Chargement d’une carte bleue et retrait d’un montant minimum pour pouvoir rouler, suivi de consommation en temps réel, suivi du nombre de kms restant sur chacune des voitures, possibilité de signaler une voiture dégradée dès la prise en charge du véhicule… Et même si le stationnement est libre et gratuit partout, l’application vous permet de gagner des bonus si en fin de location vous stationnez et branchez la Twizy sur l’une des stations de recharge indiquées sur l’appli.
En termes de coût, Totem Mobi a récemment revu l’intégralité de ses tarifs. Les transactions se font en euros et sont transformées en unité “token” (1 token = 1€), de plus les tarifs sont désormais dégressifs. Ainsi, l’inscription se fait directement sur l’appli en 10 minutes (24h/24 et 7j/7) et ne coûte plus que 1€ (contre 19 € auparavant). Le tarif de 1€ (1 token) les 15 minutes pendant la première heure d’utilisation du véhicule devient ensuite dégressif… pour passer à 1€ la demi-heure la deuxième et troisième heure d’utilisation… et arriver à 1€ de l’heure à partir de la 4e heure !  Via son application, Totem Mobi propose l’achat de packs de tokens, le Pack Classique 30€ = 30 tokens, le Pack Fréquence est de 90€ = 100 tokens.

Un parc de 200 véhicules électrique, un seul modèle, la Twizy !
Totem Mobi propose un seul et unique véhicule : la petite Twizy de Renault dans sa version 80, limitée à 80 km/h. Le véhicule électrique est parfaitement adapté à la ville et à l’autopartage en stationnement libre. Compacte, la Twizy se faufile aisément dans les rues de Marseille et sa taille proche des gros scooters permet de se garer très facilement et très rapidement en ville. Son look sympathique en fait un objet mobile communicant.
Les véhicules sont disponibles 24/24h et 7/7j avec stationnement libre et gratuit à Marseille et à Montpellier. Il n’y a pas de clé, le smartphone ou un badge permet de démarrer le véhicule. Ils sont accessibles à tous les conducteurs ayant le permis B, sur simple inscription sur l’application.

Après Montpellier, Totem Mobi ouvrira à l’automne à Sophia-Antipolis, début 2019 à Avignon. La start-up songe également se déployer en France par la cession de licences à des opérateurs locaux. Avec 12 salariés à ce jour, Totem Mobi a toujours la confiance de ses principaux actionnaires que sont la Caisse des Dépôts, PACA Investissement et la Banque Populaire Méditerranée… Et bien sûr le groupe Renault.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X