Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

3D, VR, AR

Quand la réalité virtuelle s’invite dans le recrutement numérique…

Aix-Marseille French Tech a organisé la 2e édition du Forum Medinjob, le 13 octobre au Pôle Média de la Belle de Mai à Marseille, après celui du 22 septembre à Aix-en-Provence.

Publié

le

Aix-Marseille French Tech a organisé la 2e édition du Forum Medinjob, le 13 octobre au Pôle Média de la Belle de Mai à Marseille, après celui du 22 septembre à Aix-en-Provence. Ce salon IT/digital, s’inscrivant dans le cadre des French Tech Weeks, proposait 400 offres d’emplois et stages. La réalité virtuelle devient un formidable aide dans le recrutement. Explications.

Manifestement, les forums Medinjob 2016 de Marseille et d’Aix-en Provence sont indubitablement les forums emploi IT& digital de la région PACA. «Ce sont les rendez-vous annuel de l’emploi, des formations It et digital des DSI, DRH et décideurs impliqués dans la transformation numérique», a expliqué Samuel Masson, gérant du cabinet Omniciel et commissaire de ces deux salons. Cette année, 400 offres d’emploi en CDI étaient proposées à 1500 candidats. Une cinquantaine d’employeurs étaient présents ainsi que quinze écoles et une trentaine de partenaires fédérés pour l’emploi. Aujourd’hui, en matière de recrutement de nouvelles techniques sont utilisées comme la réalité virtuelle pour informer les candidats. Deux entreprises sont pionnières en la matière, SII Aix-en-Provence et Takoma.

Modules de formation

Créée en 2000, la société Takoma installée à Garches, créé des contenus techniques en management et et en communication et dispense des activités liées à la formation digitale en e-learning, m-learning et blanded-learning. «Nous avons une expertise dans les secteurs de l’aéronautique, de l’automobile et de l’industrie du luxe», a confié Sylvain Gras, directeur régional Sud pour les régions de PACA et LR/Midi-Pyrénées. Takoma qui est consultée par des fabricants (Dassault, Schneider) pour créer des procédures assure la réalisation de documents techniques (manuels d’installation de procédures techniques et de maintenance). Avec un effectif de 150 salariés dont 35 dans la région Sud, cette PME a mis en place, il y a trois ans, dans le cadre de sa politique de recherche et développement, les premiers démonstrateurs de réalité virtuelle. Ces projets sont opérationnels depuis novembre 2015. Des modules spécifiques ont été réalisés pour RATP ou encore ERDF avec une connaissance des sites et des mesures de protection. «Pour Nissan, le module leur permet de refaire la conception du nouveau véhicule Nissan Trail», explique Sylvain Gras. Les ingénieurs peuvent ainsi affiner avant la phase de maquette et de production et réaliser in fine une économie de coût non négligeable. Depuis quelques années, Takoma a augmenté son chiffre d’affaires de 6 à 8 % par an. En 2016, il a été de 11 M€. Elle a ainsi pu recruter une vingtaine de nouveaux collaborateurs.

Culture de l’engagement

SII Group, créé en 1979 par Bernard Huvé, est en fait une entreprise française de service en informatique dont plus de la moitié des parts est détenue par la famille du fondateur. Avec près de 7000 salariés dont 3000 en France et près de 4000 dans le reste du monde, SII est implanté sur une dizaine d’agences sur le territoire national dont une au Tholonet qui développe une activité de Montpellier à Toulon avec 200 collaborateurs. Sur le plan international, le groupe est présent en Europe (Belgique, Espagne, Allemagne, Pologne), en Afrique au Maroc, en Asie (Inde et
Chine), en Amérique (Canada, Colombie, Chili et Argentine).

rémi laffitte

Rémi Laffite, directeur Business Unit Commercial SII Aix-en-Provence

«Nous sommes totalement autonomes pour définir une stratégie adaptée au marché local», a confié Rémi Laffite, directeur Business Unit Commercial SII Aix-en-Provence. SII vend l’agrégation de ses compétences propres pour amener un service à valeur ajoutée pour ses clients. «La société a trois briques dans son ADN», comme l’explique Philippe Rampal, directeur Région Sud-Est. «Ce sont l’aspect humain avec l’intérêt porté à ses collaborateurs, la culture de l’engagement axé sur la qualité et les délais courts et, enfin, la volonté partenariale pour agréger les compétences.» SII a un partenariat de longue date avec Takoma sur le chantier de la réalité virtuelle. «Nous avons créé un concept et l’avons mis en œuvre en quinze jours pour lancer une maquette qui sera destinée aux chargés de recrutement», explique  Rémi Laffite.

Philippe rampal

Philippe Rampal, Executive Board, directeur Région Sud-Est

L’enjeu est de présenter ce démonstrateur à destination des clients et de montrer que SII est crédible sur la réalité virtuelle. Le candidat découvre ainsi la société SII lorsqu’il passe un entretien «L’innovation est au centre de la réflexion, notamment dans les outils. Le candidat est acquis physiquement, c’est le concept de fungénieur. Cela permet de dynamiser le recrutement», estime Philippe Rampal. L’objectif prochain est de réaliser un projet avec davantage de contenus intégrant même de la vidéo et du son. Elle espère ainsi viser le recrutement de 80 collaborateurs dans les six  prochains mois afin d ‘accroître sa renommée et sa performance.

© Jean-Pierre Enaut

Facebook Comments

3D, VR, AR

Marseille : L’Incubateur Belle de Mai lance le 1er appel à candidatures de son programme dédié aux médias émergents

Publié

le

Il y a quinze jours, le Ministère de la Culture sélectionnait l’Incubateur Multimédia Belle de Mai à Marseille pour lancer un nouveau programme d’incubation destiné aux projets innovants dans le secteur des médias émergents et des technologies associées. Ce nouveau programme, qui s’inscrit dans le cadre du fonds de soutien à l’émergence et à l’innovation dans la presse, a pour objectif de faire émerger de nouveaux usages et modèles économiques au profit de ce secteur en proie à de nombreux bouleversements : faire face aux fakes news et rétablir la confiance, rompre avec la dépendance aux réseaux sociaux, maîtriser la Data …
L’incubateur Belle de Mai invite toutes les personnes souhaitant développer de nouveaux services, produits, usages et modèles économiques dans les médias émergents à se manifester, pour intégrer la prochaine promotion aux côtés des porteurs de projets dans les domaines de la technologie de l’information et de la communication (Blockchain et sécurité, culture et éducation, big data, réalité augmentée, IoT, mobilité, expérience utilisateur…).
Les personnes ayant une idée de création d’entreprise dans ces 2 catégories peuvent déposer leurs candidatures au plus tard le 7 décembre 2018, sur le site de l’incubateur :
http://www.belledemai.org/candidatez-a-lappel-a-projets/
Le programme commencera en janvier 2019 et se déroulera dans les locaux de l’incubateur, au Pôle Média de Marseille. Parmi les nombreuses nouveautés, les porteurs de projets pourront bénéficier d’une avance remboursable pouvant aller jusqu’à 40 000 €, dans le but de financer leur projet.  
L’Incubateur Belle de Mai et son programme d’accompagnement ont pour vocation d’aider ces porteurs de projets à convertir leur idée en une structure pérenne, en leur apportant une expertise et des moyens techniques, logistiques et financiers. Depuis sa création en 1999, l’Incubateur a accompagné 194 porteurs de projets, contribuant à la création de 145 entreprises, dont 72% sont toujours en activité. L’année dernière, les entreprises accompagnées ont cumulé plus de 35 millions € de CA.

Facebook Comments
Lire la suite

3D, VR, AR

Cannes expérimente le passage piéton en 3D

Publié

le

C’est dans le cadre d’une action de sensibilisation aux dangers de la route que Cannes s’est portée candidate pour expérimenter l’implantation d’un marquage au sol signalant un passage pour piétons en 3D. Cet été, l’État avait publié une autorisation pour déroger aux normes nationales afin d’autoriser les communes volontaires à mettre en place ce système dont les effets seront analysés en partenariat avec le CEREMA, le centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement.
Cette expérimentation est une 1ère en région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur. En France, le passage piéton en 3D a déjà été testé dans plusieurs villes, à Cysoing, dans le département du Nord, en région Hauts-de-France, en région parisienne ou dans le centre de la France, comme à Clermont-Ferrand.

Une expérimentation jusqu’au 20 avril 2019…
C’est devant la Mairie de Cannes, rue Félix Faure, que ce passage piéton tridimensionnel a été réalisée fin de semaine dernière. La limitation à 30 km/h et la rectitude de la voie à cet emplacement permettent d’optimiser la perspective qui interpelle d’ores et déjà les piétons et les conducteurs. Pour que les véhicules puissent aborder le nouveau passage piéton avec l’angle idéal, la signalisation horizontale a été aménagée permettant de créer, par la même occasion, une vingtaine de places de stationnement deux- roues supplémentaires dans cette portion de voie.
L’objectif de cette opération qui durera jusqu’au 20 avril 2019 est d’inciter les conducteurs à la vigilance en arrivant devant ce passage piéton qui semble être en lévitation. Les automobilistes qui pensant avoir la berlue, lèvent illico le pied de la pédale d’accélérateur. Mais Le hic avec ce genre de dispositif, est que son effet est limité dans le temps. Une fois l’effet de surprise passé, il est difficile d’imaginer les habitués de ces passages piétons modifier systématiquement leur comportement par la suite.

Comment ça marche ?
Le passage piéton “3D” est en réalité un trompe-l’œil, un effet d’optique réalisé avec un relief de blanc, de noir et de gris. De loin, l’automobiliste a le sentiment de voir des blocs de béton au-dessus de la chaussée. Pour que l’illusion d’optique ou anamorphose pour les puristes, fonctionne, il faut être dans le bon sens et à une certaine distance. Petite précision: l’effet d’optique reste parfaitement visible dans l’obscurité.

Facebook Comments
Lire la suite

3D, VR, AR

Le Pôle SCS organise la 10ème édition du Concours PME Innovantes du Numérique SUD

Publié

le

Depuis 10 ans, le Pôle SCS s’est forgé une solide expérience et réputation dans le montage et le pilotage de concours régionaux dédiés à l’innovation dans le domaine du numérique tel que le Concours PME Innovantes du Numérique SUD 2018. Soutenu par la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’appel à candidatures de l’édition 2018 est désormais ouvert (date limite de dépôt au 9 novembre), pour une remise des prix le 19 décembre dans les locaux d’Amadeus à Sophia Antipolis. Six prix adressant différents marchés et domaines de compétences couverts par le Pôle SCS seront décernés : Cyber sécurité/Sécurité Numérique, IA/Big Data, Microélectronique, IoT, microélectronique et Industrie du Futur.
Avec près de 60 entreprises primées, ce concours a mis en avant un grand nombre d’entreprises devenues de belles success stories à l’instar de Starchip, Oléa Medical, Ombrea, Feeligreen, Option Way, Anapix Medical, SunPartner Technologies, Wooxo, Texplained, Kinaxia, Eukles Solutions, Data Solutions et bien d’autres …
Les prix récompenseront des start up, TPE, PME situées en Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui ont su mettre l’innovation au centre de leur stratégie sous de multiples formes : Innovation dans les technologies, dans les services et produits ou l’usage induit par ces innovations…
Au-delà de la visibilité et de la notoriété, chacun des lauréats recevra une dotation financière de 2 000€, 1 an d’adhésion gratuite au Pôle SCS pour l’année 2019 (Valeur faciale : 790€HT), un package de valorisation via la rubrique la PME du Mois, l’application mobile et les réseaux sociaux du Pôle SCS.
Le jury du concours est composé de grands noms du monde Industriel et Académique: Aix-Marseille Université, Amadeus, CEA, Docapost, EURECOM, Gemalto, Hewlett Packard Enterprise, INRIA, Mines Saint-Etienne, Orange et STMicroelectronics. Des membres historiques du Pôle SCS qui mettront à disposition leur expertise et formuleront des recommandations précieuses pour chaque candidature étudiée.
Pour en savoir plus et candidater  avant le 9 novembre 2018 sur le site officiel du Pôle SCS : Pôle SCS

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X