Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Nice : Nouvelle turbulences chez Qwant, il est question de licenciements et de fermetures de bureaux !

Publié

le

Alors que Qwant est entré depuis janvier dernier dans l’ère du changement, le moteur de recherche français traverse pour la énième fois une zone de turbulences. Selon une information de France Info, il est question de fermeture de filiales, celles d’Epinal et d’Ajaccio et de maintenir une présence minimale à Paris, avec à la clé 25 postes supprimés. Interrogé sur cette vague de départs, Qwant ne fait aucun commentaire. L’entreprise se mure dans le silence et ne répond pas aux sollicitations journalistiques.

Des perturbations à la chaîne pour Qwant

Depuis le début de l’année, Qwant a vécu une série de bouleversements, notamment au sein de l’équipe dirigeante. En janvier, le cofondateur historique Eric Léandri, est écarté de son poste de président, tout en restant actionnaire. En mars, d’autres départs sont actés, dont celui de Tristan Nitot, alors directeur général, et Marie Juyaux, directrice générale adjointe. L’actuel PDG de Qwant, Jean-Claude Ghinozzi, relance la machine en avril, et annonce la constitution d’une leadership team. Cette nouvelle direction fait le ménage dans les nombreux projets de l’entreprise. L’implantation à Cannes (Alpes-Maritimes) pour un projet lié au septième art est suspendue, et le projet Qwant Causes, qui permettait de financer des associations en fonction des clics des internautes, est abandonné en mai, après moins d’un an d’existence.
L’assainissement est aussi financier, avec un prochain abandon des luxueux locaux de Qwant, dans le 16e arrondissement de Paris, pour lesquels la société déboursait 100 000 euros par mois, d’après Le Media, ainsi que la fin du coûteux sponsoring de certains clubs sportifs corses, comme le rapportait La Lettre A.

Qwant taille dans ses effectifs à hauteur de 25% !

Si l’entreprise niçoise ne communiqué pas par voie de presse, elle a annoncé la semaine dernière, dans un communiqué interne adressé aux salariés, un vaste plan de réorganisation pour se recentrer sur le cœur de métier de la société. Et comme l’indique France Info, cette restructuration menacerait de fermeture le bureau d’Ajaccio (Corse-du-Sud), dont les 12 salariés s’occupent du service Qwant Music, ainsi que celui d’Epinal (Vosges), racheté en 2017 à l’entreprise Xilopix et dont le nombre de salariés étaient depuis en déclin, malgré les promesses de recrutements. À cela s’ajouterait également la suppression de 7 postes au siège parisien du moteur de recherche. Au total, Qwant pourrait ainsi perdre 25 employés, sur une centaine au total.
Toujours selon France Info, l’implantation de Nice consacrée à la R&D, serait quant à elle préservée. Les effectifs pourraient même s’étoffer avec la création de 16 nouveaux postes, principalement pour renforcer les équipes de développement. Qwant souhaite recentrer son activité autour de son moteur de recherche et délaisser les projets annexes.

Tout pour le moteur de recherche

Jean-Claude Ghinozzi, président de Qwant

Ce processus, entamé par la nouvelle direction le 10 juin, est censé être clos avant la fin de l’été. Contactée, Qwant n’a pas souhaité communiquer précisément sur ce plan, mais confirme que des discussions sont engagées avec les représentants du personnel concernant une réorganisation au sein du groupe. Jean-Claude Ghinozzi, PDG de Qwant, indique mettre en œuvre une “stratégie toute tournée vers notre moteur de recherche, l’enrichissement de son écosystème et la monétisation de ses services”, nécessitant “des changements d’organisation et une affectation de nos ressources humaines et financières différentes. C’est pourquoi, des discussions sont engagées avec les représentants du personnel portant sur la réorganisation des activités du groupe Qwant“. Les licenciements annoncés devraient intervenir dans les prochains mois et permettre à Qwant de réduire ses coûts et de se concentrer sur son moteur de recherche, en mettant en pause ou en abandonnant certaines actions annexes

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Le programme French Tech Central débarque à Aix-Marseille

Publié

le

Avant d’être déployé à Aix-Marseille, le programme “French Tech Central”, imaginé par la mission French Tech, a été testé et largement approuvé à Station F à Paris où la barre des 5000 entrepreneurs bénéficiaires a été atteinte en à peine 18 mois. French Tech Central est le fruit d’un constat simple : les administrations publiques proposent une large gamme de services gratuits souvent incontournables dans le cycle de vie d’une entreprise, mais ces dernières ont rarement une idée exhaustive de tous les dispositifs existants. De plus, parmi la multitude d’acteurs, parfois inattendus, la recherche d’informations peut s’avérer chronophage.
L’idée de French Tech Central est de réunir des interlocuteurs de 11 services de l’Etat différents dans un seul lieu et de proposer une prise de rendez-vous, gratuitement et par besoin, sur une plateforme en ligne unique et accessible via le site de la French Tech Aix-Marseille.
L’objectif de French Tech Central est de faire en sorte que les startups puissent avoir accès directement à des personnes qui connaissent leurs problématiques au sein des services publics”, explique Jean-Baptiste Geissler, directeur général de la French Tech Aix-Marseille. C’est au Palais de la Bourse, siège de la CCI Aix-Marseille-Provence, où les startups d’Aix-Marseille peuvent désormais rencontrer les experts de 11 administrations publiques différentes, de Pôle Emploi, à l’URSSAF en passant par la Banque de France, ou encore l’INPI.
En plus de la plateforme de prise de rendez-vous individuel, la French Tech Aix-Marseille proposera des “masterclass” sur des sujets qui touchent un grand nombre de startups. La première s’est tenue le 21 octobre à l’occasion du lancement du programme, sur le dispositif de financement French Tech Seed. “Les administrations ont fait beaucoup d’efforts pour devenir des alliées de la croissance des entreprises. Avec ce programme, nous contribuons à déconstruire certains clichés persistants, et nous augmentons la lisibilité de cette offre riche pour les startups ”, conclut Jean-Baptiste Geissler.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Meyreuil : Pytheas technology implante une filiale aux Etats-Unis et signe un premier contrat US

Publié

le

C’est un long chemin que Pytheas technology, start-up innovante incubée dans la pépinière de Meyreuil, a parcouru aux Etats-Unis avant d’implanter sa filiale à New-York suite à une collaboration réussie avec son partenaire américain Resolute Marine.  Grâce au soutien de la Région Sud, risingSUD, Région Sud Investissement, Bpifrance et Team France Export Sud, l’entreprise a bénéficié d’un accompagnement sur-mesure, répondant pas à pas à son besoin d’internationalisation. Créée en 2015 et spécialisée notamment dans le domaine des énergies renouvelables, Pytheas technology a développé une génératrice piézoélectrique adaptée aux mouvements lents et irréguliers et capable de transformer ainsi les mouvements de la houle marine en énergie. Le principal avantage de cette solution est d’offrir un rendement indépendant de la vitesse de rotation ; une innovation qui permet d’augmenter la production d’électricité à partir de sources renouvelables, améliorant leur rentabilité et augmentant leurs chances de déploiement à grande échelle.
Ainsi aux Etats-Unis, la start-up annonce avoir signer un contrat pour équiper un premier système pilote de conversion de l’énergie des vagues en électricité au large des côtes américaines. Elle répond également avec son partenaire américain rencontré lors du Bootcamp New York 2019 à des appels d’offres du Département des Energies Américain (DOE) dont elle a obtenu un financement. En parallèle du marché américain, Pytheas s’intéresse aussi au Japon où elle développe une solution commune avec un partenaire technologique rencontré lors du Japan Business Starter.
Aujourd’hui, Pytheas technology, c’est un chiffre d’affaires en constante croissance, une équipe de 18 personnes et une croissance de 100% sur les 3 dernières années.

(de G à D) Bernard Kleynhoff, Vincent Alcaniz et Frédéric Mosca

Mardi 20 octobre, Vincent Alcaniz et Frédéric Mosca, les deux fondateurs et dirigeants de Pytheas technology ont reçu la visite de Bernard Kleynhoff, conseiller régional, président de la commission Economie, Industrie, Innovation, Nouvelles Technologies et Numérique, et président de risingSUD. Venu les féliciter, l’élu régional a tenu à célébrer cette réussite singulière dans le contexte de crise économique que nous connaissons. “La success story de Pytheas technology doit être un modèle pour nos entreprises régionales. [–] Leur dynamisme et leur attractivité pour nos jeunes talents sont remarquables. En cette période de morosité, échanger avec ses co-fondateurs est un vrai coup de frais et d’optimisme”.

Facebook Comments
Lire la suite

Cluster, association

Gréasque : Vincent Dupart, DG du groupe STid, devient président de Réseau Entreprendre P.A.C.A.

Publié

le

Directeur général de STid, PME spécialisée dans les solutions de sécurité et contrôle d’accès sans contact (RFID, NFC, Bluetooth), Vincent Dupart devient président du Réseau Entreprendre P.A.C.A., un réseau de chefs d’entreprises qui accompagne les entrepreneurs dans la création, la reprise et la croissance d’entreprises.
En 2016, Vincent Dupart reçoit le trophée « Lauréat Ambition Croissance » du Réseau Entreprendre et découvre alors la force du Réseau : le partage d’expérience et la mobilisation autour d’entrepreneurs en devenir. Quatre ans plus tard, en prenant la présidence, Vincent Dupart, avec les autres membres (840 chefs d’entreprises membres actifs) et les autres associations du Territoire : Alpes du Sud, Côte d’Azur, Provence, Rhône-Durance et Var, s’engage à poursuivre la mission du Réseau : participer à la réussite de femmes et d’hommes animés par la volonté d’entreprendre et la passion de leur métier.
L’action de Réseau Entreprendre repose sur 3 principes fondamentaux :
▪ Le choix d’une personne par rapport à son potentiel à devenir entrepreneur
▪ La gratuité de l’accompagnement
▪ L’esprit de réciprocité pour contribuer bénévolement aux succès d’autres futurs entrepreneurs.
Dans le contexte actuel, Réseau Entreprendre est essentiel. Plus que jamais, il continue d’être un levier pour les futur(e)s Chef(fe)s d’Entreprise.
’Le Réseau Entreprendre joue un rôle de facilitateur en mettant en œuvre tous les outils et moyens pour accompagner les chefs d’entreprises, créateurs de startups ou repreneurs d’entreprises. L’une de nos valeurs est la réciprocité. Je suis fier aujourd’hui de contribuer à mon tour à « créer des employeurs.’’ explique Vincent Dupart.
212 créateurs ou repreneurs d’entreprises sont actuellement en cours d’accompagnement.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X