Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Accélérateur, incubateur, pépinière

Nice : L’incubateur Az’UP lance la première promotion de son programme d’accompagnement Starter

Publié

le

Propulsé par la French Tech Côte d‘Azur, Inter-made et Veolia, l’incubateur Az’UP a été créé en juillet dernier et a lancé son premier appel à candidatures dans la foulée. L’Objectif de cet incubateur est d’accompagner et former des porteurs de projet liés au secteur de l’économie sociale et solidaire, avec un fort axe Tech For Good grâce aux trois partenaires fondateurs. La French Tech Côte d’Azur tout d’abord et son réseau extrêmement dense (Nice Start(s) Up, Cannes Is Up, Telecom Valley, Club des Entrepreneurs du pays de Grasse) pour son expertise dans le domaine de la Tech For Good et des outils digitaux au service de l’intérêt général. Veolia, acteur du territoire incontournable concernant les questions de l’eau, de la réduction et de la gestion des déchets, de l’assainissement et de l’énergie, pour son apport d’expertise aux entrepreneurs sociaux dans les domaines liés à l’environnement et sa capacité à leur ouvrir des opportunités commerciales. Et Inter-Made pour son expertise reconnue dans le domaine de l’accompagnement d’entrepreneurs de l’économie sociale et solidaire depuis 2001(+800 projets).

Une première promotion avec 5 projets à impact positif
Ils sont cinq porteurs de projets innovants des Alpes-Maritimes à être sélectionné dans la première promotion du programme Starter d’Az’UP. Ils vont bénéficier de coaching, de formations pour concrétiser leur création de startup : challenger son projet (critiques constructives, rebonds), affiner son business model, fixer des indicateurs d’impact, afficher les bons métrics pour communiquer sur sa structure… L’accompagnement passe également par de la mise en relation avec les experts du groupe Veolia et du réseau de la French Tech Côte d’Azur.

  • Le collectif sustainable design (Nice) qui propose de la prestation de service d’écoconception applicable à un très large panel de produits (objets, espaces, identité de marque, démocratie, énergie, résilience, mobilité, etc.). Ils conçoivent des projets/objets qui ont un impact positif sur l’environnement et la société.
  • Ecotourisme responsable (Nice) souhaite créer un lieu innovant, proposant du tourisme expérientiel et insolite, pour faire découvrir un territoire en étant axé sur l’authentique. Ecotourisme responsable, solidaire et équitable. Ce lieu proposera des expériences uniques d’immersion en pleine nature à travers une diversité d’hébergements visionnaires et disruptifs.
  • Consigne Resto (Sophia Antipolis) est un projet de consigne de contenants réutilisables pour la restauration à emporter sur la zone de Sophia Antipolis. Ce projet est en lien avec la loi économie circulaire, qui encourage le réemploi et la consigne avec un objectif de réduction des déchets liés aux produits à usage unique.
  • Happy zen Trees (Nice) conçoit des projets paysagers et d’aménagement pour entretenir des espaces qui associeront fonctionnalités pédagogiques et plantes comestibles dans les jardins d’entreprises, les jardins partagés ou encore des parcelles à vocation agricole. Ils proposent à des entreprises d’aménager un espace de verdure (jardin comestible) pour la détente et les pauses déjeuner des salariés. Ils souhaitent participer à amener des îlots de fraîcheur au cœur des villes et améliorer la capacité d’autonomie alimentaire du département.
  • Tiers lieu au service des citoyens (Cagnes Sur Mer) propose des services citoyens de proximité : give box, repair café, monnaie locale, ressourcerie, outils partagés, coworking, coopérative d’achat, ferme pédagogique, familles zéro déchet, compost collectif, auto-partage, inter-association, etc. Commerce équitable, éco habitat, lien social, tourisme solidaire, environnement, développement durable…

 Le programme Starter
Le programme Starter propose trois mois de formation et d’accompagnement afin de réaliser une étude de faisabilité, construire un budget prévisionnel, définir une stratégie commerciale, trouver un statut juridique adapté… Il permet aussi de répondre à des points cruciaux pour n’importe quel entrepreneur : calculer son prix de revient, trouver des débouchés pour ses produits ou services, etc. Quel que soit le secteur de l’entreprise, l’ESS doit constituer le cœur du projet de départ.
A ce jour, neuf projets en tout sont accompagnés par Az’UP : cinq avec le programme Starter, trois avec le programme Couveuse qui offre un hébergement physique et juridique pour tester le projet tout en étant accompagné et formé et un avec le programme Accélération qui consiste à apporter des marchés à des entreprises de l’économie sociales et solidaires du territoire à partir de besoins identifiés par les partenaires.
Une deuxième session Starter sera lancée au printemps 2020.

Photo de Une : Les lauréats de la première promotion Az’UP prêts pour une accélération de leurs projets dans le secteur de l’économie sociale et solidaire ! ©DR FTCA

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Accélérateur, incubateur, pépinière

P.Factory avec le soutien de ses actionnaires débloque 200 000€ pour soutenir ses startups accompagnées

Publié

le

C’est parce que de nombreuses start-up ont un accès limité aux Prêt Garanti par l’Etat, le PGE distribué par les banques et garanti par l’Etat à 90% que P.Factory a décidé de débloquer une enveloppe de 200 000€,  l’accélérateur privé estimant que certaines start-up allaient être réellement handicapées par un manque de fonds propres. Certes les partenaires bancaires étudient avec attention les demandes de prêts mais restent souverains dans leur décision d’accorder ces prêts et d’en fixer le montant. Parmi leurs critères d’appréciation figurent notamment l’apport de financements complémentaires et le niveau des fonds propres.
De plus, un certain nombre de start-up n’ont accès ni au PGE, ni au PGE-SI proposé par BPI France, car elles sont qualifiées « d’entreprises en difficulté » au sens de la réglementation européenne. C’est à dire dont les fonds propres sont devenus inférieurs à la moitié du capital social. C’est souvent le cas de celles qui étaient en cours de préparation d’une levée de fonds, devenue très hypothétique dans le contexte du Covid-19.
C’est la raison pour laquelle, grâce au soutien de ses actionnaires, 60 entrepreneurs régionaux, la Caisse d’Epargne CEPAC et la Banque des Territoires, P.Factory peut faire cette offre aux start-up à fort potentiel de croissance :
– celles accompagnées par P.Factory et dont l’accélérateur est actionnaire,
– et dont le Chiffre d’Affaires 2019 est supérieur à 100 000€.
L’investissement peut se faire sous forme de capital, d’obligations convertibles ou de BSA Air et venir ainsi renforcer les fonds propres de l’entreprise.
Le dispositif proposé permet de soutenir les start-up accompagnées par P.Factory et complète ainsi la mobilisation de la Caisse d’Epargne CEPAC et de la Banque des Territoires pour le soutien de l’économie régionale dans le contexte inédit qu’on connait. Il permettra de créer un effet de levier avec des prêts tels que le PGE, le PGE-SI de BPI France, ou le dispositif French Tech Bridge proposé par BPI France pour attendre une levée de fonds.

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

L’incubateur Les Premières Sud lance leur nouveau programme e-MERGENCY

Publié

le

Top départ pour la nouvelle promotion de femmes entrepreneures qui rejoignent le nouveau programme e-MERGENCY de l’incubateur Les Premières Sud. Lancé le 24 avril dernier, ce programme a pour objectif d’aider les entrepreneures affectées par la crise du COVID-19.

e-MERGENCY, un programme en 4 axes

Face aux nombreux témoignages reçus d’entrepreneur.e.s qui ont vu leur activité affectée par le confinement ou simplement par le COVID-19, le réseau Les Premières en concertation avec ses incubateurs régionaux a mis sur pied rapidement un programme de formation spécifique pour venir en soutien à ces entreprises et leur permettre de continuer d’exister et de se pérenniser.
Le programme e-MERGENCY dure 3 mois et s’adresse aux jeunes entreprises innovantes de la région Sud, portées par des femmes ou des équipes mixtes, qui ont besoin de s’entourer d’experts pour rebondir et/ou préparer le redémarrage.
Il s’articule autour de 4 axes :

  1. L’analyse des KPI de la structure et analyse de la crise du COVID-19
  2. La préservation de la trésorerie
  3. La gestion de la crise avec les aides mises en place par l’État
  4. La préparation à la reprise

Ce programme est financé par le Fonds Social Européen

Une première promotion de 6 chefs d’entreprises

Il s’agit de 6 entrepreneur.e.s dont 4 sont basées sur la Côte d’Azur et 2 sur Aix-Marseille, qui rencontrent des problématiques bien précises en cette période de crise, qui n’ont pas forcément droit aux aides mises en place, qui souhaitent réfléchir à de nouvelles pistes pour voir les choses sous un autre angle et innover pour s’inscrire dans une économie de reprise forcément différente de celle que nous avons tous connue   :

Côte d’Azur :
Alexandra BREHIER – TalentCoin
Angélique ALASTA – My Perfect Link
Nadia ELOUARGHI-VEGAS – SILVERSatHOME
Ines BACCOUCHE – ArtForNess

Aix-Marseille :
Marie GRUNENWALD – Graines méditations grossesse
Ariane FLAHAULT – l’Aleph

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

Marseille : Charlie BARLA, nouveau président de l’Incubateur Multimédia Belle de Mai

Publié

le

Professeur Associé au sein d’Aix Marseille Université, Directeur de la « Cité de l’Innovation et des Savoirs Aix Marseille » et Directeur de l’Efficience Opérationnelle au sein de la SATT Sud Est, Charlie Barla vient d’être élu à la présidence de l’Incubateur Multimédia Belle de Mai (Marseille) lors de son assemblée générale qui s’est tenue le 25 mars en visioconférence.
‘’ Je suis très enthousiaste à l’idée d’accompagner l’Incubateur Belle de Mai dans son développement national et européen, notamment avec l’arrivée prochaine sur le territoire Aix Marseille d’un Digital Innovation Hub, financé par la Commission Européenne’’ a déclaré Charlie Barla. ‘’Ma mission consistera également à impulser de nouvelles technologies issues des laboratoires de recherche, mission que je compte mener à bien grâce à ma connaissance des systèmes complexes de la recherche et de l’innovation et à mon expérience dans le sourcing de technologies numériques’’ a-t-il précisé.
L’accompagnement de l’équipe sur son développement national et européen, l’émergence de technologies issues des laboratoires de recherche et la création de nouvelles sociétés dans l’Edtech, l’économie sociale et solidaire, les serious games, la réalité virtuelle et augmentée ou encore le e-sport, seront au cœur des priorités du nouveau président.
Charlie Barla succède à Eric Berton, président d’Aix Marseille Université. Il était président de l’Incubateur Belle de Mai depuis 2015.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X