Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Aéronautique, spatial

Nice : Les start-up Aqua-module et Milanamos, lauréates de la 5ème édition de Digital In Pulse

Publié

le

La 5ème édition de Digital In Pulse, programme d’accompagnement pour les start-up françaises organisé par Huawei, a récompensé Aqua-Module (Mougins) et Milanamos (Sophia-Antipolis) lors de sa première étape à Nice, en présence de Christian Estrosi, président de la Métropole Nice Côte d’Azur et de Shi Weiliang, Directeur général de Huawei France. La thématique de cette année est consacrée aux « Nouvelles mobilités ».
La start-up Aqua-Module a obtenu le premier prix lors de cette édition niçoise. La société est spécialisée dans la conception et le développement de matériels et accessoires nautiques et aquatiques innovants. Elle développe et commercialise ainsi des plateformes aquatiques modulaires et innovantes à usage multiple et à destination de professionnels ou de particuliers. Ses principales réalisations sont : des éléments modulaires pour constituer des plateformes, des plages privées, des pontons, des bassins, des rampes à jet-ski, des supports ; ainsi que des supports modulaires lumineux et des bouées lumineuses.
Le deuxième prix a été attribué à Milanamos, une plateforme de planification multimodale destinée au secteur aérien. La start-up propose sa solution PlanetOptim a 40 aéroports et compagnies aériennes à travers le monde pour les aider à identifier de nouvelles opportunités de routes dans un environnement ultra concurrentiel en perpétuelle mutation. Lancée en 2014 par des experts du transport aérien, Milanamos a pour ambition de devenir le premier outil d’analyse prédictive multimodal permettant de combiner différents modes de transports pour construire des offres porte à porte.
A la clef pour les gagnants, une dotation financière de 30 000 et 20 000 euros pour les deux start-up sélectionnées, à laquelle s’ajoute un voyage d’affaires en Chine du sud.
A l’initiative de Huawei, Digital In Pulse est un programme mené depuis 5 ans en partenariat avec Business France, le Comité Richelieu et la French Tech. 39 start-ups ont été accompagnées dans leur développement entre la France et la Chine dans les grands domaines d’excellence comme l’IoT, le Big Data ou encore des services innovants dont des start-ups azuréennes comme Feeligreen, Key Infuser, MyCoach, SecludIT, TRAXXS, BF Systemes.
Les prochaines éditions se dérouleront dans les villes de Lyon, Bordeaux et Lille courant octobre.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aéronautique, spatial

Thales repousse la finalisation du rachat de Gemalto au premier trimestre 2019

Publié

le

Le rachat de Gemalto par Thales devrait être finalisé au premier trimestre 2019 et non plus avant fin 2018, a annoncé le groupe technologique le 11 octobre dernier en faisant le point sur l’avancement de l’opération. Les deux groupes soulignent que leur projet de rapprochement se déroule de manière satisfaisante. 6 des 14 autorisations réglementaires requises ont déjà été obtenues, et les démarches en vue d’obtenir les 8 autres avancent bien.
Thales et Gemalto discutent avec certaines autorités de concurrence de mesures correctives pour répondre à leurs préoccupations relatives au marché des modules matériels de sécurité à usage général (GP HSM – General Purpose Hardware Security Modules)”, précisent-ils. Ils sollicitent ainsi des autorisations règlementaires auprès des autorités de concurrence compétentes en Afrique du Sud, en Australie, aux Etats-Unis, au Mexique, en Nouvelle-Zélande, en Russie, et auprès de l’Union Européenne. La date limite pour réaliser l’opération de rachat est fixée au 31 mars 2019.
Thales avait annoncé en décembre 2017 son projet de rachat pour 4,8 milliards d’euros de Gemalto, également convoité par la SSII Atos, afin de se renforcer dans le traitement et la protection des données, un secteur stratégique pour les géants de la technologie et des industries comme l’aérospatiale et la défense.

Facebook Comments
Lire la suite

Aéronautique, spatial

Cannes : La start-up azuréenne O’Sol signe un accord avec le CNES

Publié

le

La start-up cannoise O’sol, qui développe une solution solaire photovoltaïque innovante pour des applications itinérantes et/ou temporaires, vient de signer un accord avec le CNES, le Centre National d’Etudes Spatiales, basé à Toulouse pour mettre en œuvre une étude technique visant à déployer les générateurs d’O’Sol dans le secteur spatial. Le CNES souhaiterait en effet décliner cette solution énergétique sur ses nano satellites.

Une solution énergétique autonome
Entre la jeune pousse, fondée en 2016 par Idriss Sisaïd et Enrique Garcia Bourne, et le CNES, c’est une longue histoire qui remonte à 2014. A l’époque, les deux fondateurs d’O’Sol, alors ingénieurs, sont lauréats d’Act in Space, un concours porté par le CNES. Depuis, leur projet a donné naissance à la start-up et au dépôt d’un brevet technologique pour une solution énergétique solaire, mobile et autonome, grâce notamment au soutien de l’incubateur Paca-Est.
Baptisé Kino, le générateur d’O’Sol produit de l’énergie (puissance de 120Wc à 1kWc) pour un usage immédiat ou pour être stocké dans leurs batteries. Il peut également être interconnecté pour rapidement créer un mini-réseau électrique. Ressemblant à une fleur de tournesol, le générateur déploie automatiquement ses panneaux photovoltaïques et les oriente vers le Soleil, il peut être aussi piloté à distance.

Simple, robuste et fiable
Les premiers utilisateurs de la solution d’O’Sol, ce sont les professionnels des interventions temporaires et urgentistes (interventions humanitaires et militaires, mais également expéditions et événements temporaires). Ils nécessitent une source d’énergie pour alimenter leurs équipements, allant des téléphones et ordinateurs portables aux réfrigérateurs, projecteurs et sonorisations. Ils cherchent des sources d’énergie mobiles, simples d’utilisation, robustes et fiables.
Le générateur d’O’Sol se différencie de ses deux principaux concurrents: les groupes électrogènes d’un côté, et les systèmes solaires classiques de l’autre. Il a plus de mobilité, de simplicité et de flexibilité que les systèmes solaires traditionnels, tandis que contrairement aux groupes électrogènes il ne nécessite pas de carburant, n’émet pas de gaz d’échappement et nécessite moins de maintenance.

 

En 2019, mise sur le marché du générateur solaire Kino
Si la collaboration avec le CNES représente une belle reconnaissance pour O’Sol, l’entreprise n’en perd par de vue son objectif majeur : la mise sur le marché de son générateur solaire.
Pour l’heure, deux prototypes opérationnels, d’un diamètre respectif de 1m et 3,5m, ont été mis au point sur fonds propres. D’ici fin 2018, la jeune pousse se concentre sur le développement d’un Minimum Viable Product (MVP) et compte lancer son produit dès 2019, sur le marché français en premier. L’entreprise envisage également d’effectuer une levée de fonds en début d’année prochaine pour lancer la production de ses hélices solaires.
Enfin, toujours dans les objectifs, l’équipe d’O’Sol devrait se renforcer, passant de 6 collaborateurs à fin 2018, à 9 d’ici fin 2019.

http://osol.fr/

Facebook Comments
Lire la suite

3D, VR, AR

Les pôles Safe et Optitec emmènent dix entreprises au salon Eurosatory

Eurosatory réunit pendant 5 jours au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte tous les acteurs impliqués dans la Défense et la Sécurité terrestres et aéroterrestres.

Publié

le

Safe Cluster et Optitec, deux des six pôles de compétitivité implantés en région Provence-Alpes côte d’Azur seront présents en force sur le prochain salon Eurosatory. Organisé tous les 2 ans en alternance avec le salon du Bourget, Eurosatory est le salon international de Défense et de Sécurité, il se tiendra cette année du 11 au 15 juin 2018 au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte. Tous les acteurs impliqués dans la Défense et la Sécurité terrestres et aéroterrestres s’y retrouveront pour mettre en lumière leurs dernières innovations.

Le Pôle de compétitivité SAFE Cluster, qui emmène 8 entreprises, est positionné sur la filière industrielle de sécurité et anime un réseau de 450 acteurs (PME, ETI, Grandes entreprises, Centres de recherche et de formation, utilisateurs finaux) répartis sur la France entière. Ses activités portent sur l’accompagnement à l’innovation, le développement de business, de partenariats technologiques, basés sur une bonne connaissance des usages et des besoins grâce à une grande proximité des utilisateurs finaux (sécurité intérieure, sécurité privée, opérateurs d’infrastructures critiques, Défense).
Optitec est de son côté un cluster photonique reconnu et moteur de la filière photonique du sud de la France. A Eurosatory, il accompagne deux entreprises, TDM, une entreprise de Mérignac (33) etcelle de Toulon, EPCOTS. Identifié comme « Key Enabling Technologies » par la Commission Européenne, le marché mondial de la photonique connait une croissance de 10 % par an, tirée par de larges secteurs applicatifs. C’est un domaine où les innovations et les ruptures technologiques (lasers, fibres optiques, imageurs, diodes électroluminescentes, optique adaptative) font l’objet d’applications très diversifiées (télécoms, vision, imagerie, instrumentation, cryptographie), touchant aussi bien à l’énergie (photovoltaïque, éclairage, ITER), l’environnement (capteurs, tri sélectif, épuration), la santé (imagerie médicale, thérapie), la sécurité, les transports ou le spatial. L’action du pôle et sa visibilité européenne doivent permettre aux entreprises du territoire de maximiser leur accès à ces marchés européens et internationaux.

Au total, les deux pôles emmènent 10 entreprises (8 Safe et 2 Optitec, dont 7 régionales) qui seront réunies sur un pavillon de 116m² au coeur du Hall 5B :

ASSYSTEM TECHNOLOGIES | Paris
Groupe international spécialisé dans les services d’ingénierie, l’assurance qualité et le conseil; construit et améliore en continue son offre de services et de solutions pour répondre aux défis et aux exigences de ses clients défense et sécurité – grands industriels, intégrateurs et équipementiers.

EPCOTS | Toulon
Développeur et fabricant de solutions durcies (tablettes tactiles, écrans, consoles, panel PC, baies…).

GEOMATYS | Arles
Éditeur de logiciel spécialisé dans le traitement de données géospatiales. L’expertise en géotraitement leur a permis de développer une suite logicielle interopérable, respectant les standards OGC. Elle inclut un serveur géospatiale hébergé en local ou sur le cloud, ainsi qu’un kit de développement.
Geomatys réalise également des développements à façon dans les domaines de la défense et de la gestion des risques.

IRTS| Toulon
PME innovante évoluant depuis plus de 20 ans sur le marché de l’électronique professionnelle, dont l’expertise technologique et le savoir-faire industriel permettent de maîtriser les phases de développement d’une offre produit depuis l’étude et la conception, jusqu’à la fabrication, la commercialisation et le support de systèmes électroniques embarqués et de solutions de visualisation renforcées.

KONTRON | Toulon
Leader mondial du marché de l’informatique embarquée et de l’Internet des Objets (IoT). Au sein du groupe de haute technologie S&T, Kontron propose un large portefeuille de matériel, de middleware, de services de haute qualité et d’ordinateurs embarqués pour l’industrie 4.0, de la défense/aéronautique, du transport, du médical et de l’IoT.

NEXVISION | Marseille
Nexvision est un bureau d’études optroniques spécialisé dans les systèmes électroniques embarqués, notamment dans la conception de systèmes de vision complexes. En parallèle de son activité de bureau d’études, Nexvision sort une gamme de produits destinée au “situational awareness” (capacité à comprendre son environnement quelles que soient les conditions). Deux nouveaux produits seront ainsi lancés sur le salon : digitowl, une monoculaire digitale de vision de nuit (nuit 5 OTAN) pour les forces spéciales et Panomix, un système de vision panoramique 360° très haute résolution pour les navires de guerre.

SOPHIA ENGINEERING | Sophia Antipolis
SOPHIA ENGINEERING est depuis 2005, un lieu d’innovation entre la Recherche et l’Industrie, qui transforme les idées en réalité industrielle et propose un partenariat stratégique d’innovation.
L’indépendance, le business model, la culture managériale et les expertises reconnues de SOPHIA ENGINEERING développent la compétitivité de ses partenaires en apportant des solutions disruptives, personnalisées et sur-mesure.

TBC-France | Aix-en-Provence
TBC-France fournit aux entreprises de surveillance et aux services de sécurité des grandes sociétés publiques et privées des solutions de pointe en robotique de sécurité et en inspection du dessous des véhicules (UVSS).
TBC-France est le fabricant de JACK, un robot de sécurité autonome entièrement fabriqué en France qui combine intelligence artificielle embarquée, navigation intelligente et technologies évoluées pour patrouiller en toute autonomie de grands périmètres intérieurs et extérieurs, et procéder à des levées de doute rapides en cas d’alarmes.

TDM | Mérignac
TDM développe des systèmes électroniques embarqués dédiés à l’industrie Aéronautique, l’Aérospatiale et la défense avec comme spécialité la vidéo HD (H264 encoder/decoder, ARINC818, SDI-SMPTE, DVI, GIGEVISION, COAXPRESS…) et l’enregistrement ultrarapide de data et de vidéo.

UAVIA | Vitry sur Seine
UAVIA propose la première plateforme de robotique connectée pour l’industrie, “the Internet of drones”, extrêmement sécurisée, qui permet d’introduire la robotique (et drones) dans le métier des industriels, de manière simple et scalable pour différents usages temps ou temps différé pour l’apprentissage des données. Cette plateforme permet une approche totalement collaborative aussi bien dans le contrôle à distance des drones et robots que dans le partage et le traitement de données massives.
Les applications visées sont notamment la gestion de crise, la sûreté et la sécurité, la maintenance périodique et prédictive, la supervision d’actifs clés ou encore la cartographie 2D et 3D.

Pour toutes les entreprises régionales, Eurosatory est une excellente vitrine internationale. En quelques chiffres, Eurosatory c’est 167 000 m² de superficie, plus de 1500 exposants, 57000 visiteurs sur 5 jours et plus de 212 délégations officielles de 94 pays sont attendues pour aller à la rencontre des exposants. C’est la manifestation dédiée à la défense et la sécurité qui accueille le plus grand nombre de délégations officielles dans le monde.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X