Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

*

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Accélérateur, incubateur, pépinière

Valbonne : Laurent Londeix prend les rênes de l’Incubateur Paca-Est

Laurent Londeix succède à Patrick Valverde, directeur général de TVT-Innovation, qui ne se représentait pas mais reste trésorier dans le nouvel organigramme. il compte notamment porter les efforts sur la valorisation de la recherche publique.

Publié

le

Délégué régional d’Orange sur les Alpes-Maritimes et le Var, Laurent Londeix a été élu à la présidence de l’incubateur PACA-Est, à l’issue de l’assemblée générale du 15 mai dernier. Laurent Londeix succède à Patrick Valverde, directeur général de TVT-Innovation, président des réseaux Rétis (France) et EBN (Europe), qui ne se représentait pas mais reste trésorier dans le nouvel organigramme.
Très impliqué dans l’écosystème de l’innovation azuréen, Laurent Londeix est administrateur et membre du Bureau de l’incubateur depuis 2007, il a présidé Telecom Valley de 2005 à 2007, le Pôle SCS de 2011 à 2013, le Sophia Club Entreprises de 2015 à 2018. Diplômé de l’Institut National des Télécommunications et titulaire d’un MBA EDHEC en Stratégie et Technologies de l’Information, il est également élu à la CCI Nice-Côte d’Azur et à la CCIR Sud PACA depuis 2016. Enfin, il assure la présidence de la commission Enseignement Supérieur, Innovation, et Recherche de l’UPE 06, où il œuvre pour le rapprochement de l’enseignement supérieur, de la recherche publique et des entreprises. Un sujet qu’il n’a pas manqué d’évoquer car à la tête de l’incubateur Paca-Est, il compte notamment porter les efforts sur la valorisation de la recherche publique.
“La fonction opérationnelle de l’incubateur me tient à cœur”, a expliqué le nouveau président. “Il s’agit d’apporter de la valeur aux entrepreneurs innovants, où qu’ils se trouvent dans le territoire, en accord avec ses membres. Dans ce mandat, je souhaite, en partant des très bons résultats de l’incubateur sur l’emploi et l’entrepreneuriat, poursuivre les développements des activités auprès des entrepreneurs innovants dans leur diversité, en particulier pour la valorisation de la recherche publique”.
Une chose est sure, Laurent Londeix prend les rênes d’un incubateur très actif qui depuis sa création en 2011 par les universités de Toulon et de Nice-Sophia avec la bénédiction de l’INRIA Sophia, a soutenu plus de 195 projets ayant donné lieu à la création de 125 entreprises qui ont levé près de 140 M€ de fonds et créé environ 880 emplois directs. Rappelons que l’incubateur PACA-Est est labellisé par le ministère de la Recherche, de l’Enseignement supérieur et de l’Innovation.

Le nouveau bureau de l’incubateur PACA-Est est composé de :

  • Laurent Londeix, Président ;
  • Frédéric Bouchara (Vice-Président à la valorisation de l’Université de Toulon), Vice-Président ;
  • Thierry Marteu (Vice-Président à la valorisation d’Université Côte d’Azur et de l’Université Nice-Sophia Antipolis), Vice-Président ;
  • David Simplot (Directeur Inria Sophia antipolis Méditerranée), Vice-Président ;
  • Patrick Valverde (Directeur général TVT-Innovation), Trésorier ;
  • Pascal Flamand (co-Président Télécom Valley), Secrétaire général.
Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accélérateur, incubateur, pépinière

Les Premières Provence lancent trois nouveaux programmes d’accompagnement !

Suite à la nomination d’une nouvelle déléguée générale, Caroline Dumond, l’association Les Premières Provence a de nouvelles ambitions dont la mise en place de 3 nouveaux programmes d’accompagnement.

Publié

le

Ces derniers mois, l’actualité des Premières Provence, association implantée à Aix-en-Provence, au Carrefour de l’Innovation, a été marqué par l’élection d’un nouveau bureau et la nomination d’une nouvelle déléguée générale, Caroline Dumond.  La nouvelle équipe a de nouvelles ambitions dont la mise en place de 3 nouveaux programmes d’accompagnement beaucoup plus musclés.
Les Premières Provence, un réseau d’entrepreneures
L’incubateur Les Premières Provence fait partie du 1er Réseau d’incubateurs pour entrepreneures et équipes mixtes innovantes, présent en France, en Belgique, au Luxembourg et au Maroc.  Depuis plus de 10 ans, Les Premières mobilisent l’immense potentiel économique des femmes entrepreneures pour créer de la valeur, des emplois et de la croissance. L’entrepreneuriat féminin est devenu un enjeu sociétal et économique. Aujourd’hui seulement 30% des chefs d’entreprises sont des femmes ! L’objectif ? Faire bouger les lignes et agir pour faire grandir et diffuser un modèle de réussite entrepreneurial plus mixte, plus innovant, plus diversifié, plus humain et plus performant.
Depuis leur création, les Premières ont accompagné à l’échelon  national 12 200 porteuses de projet qui ont permis la création de 770 entreprises et 1 200 emplois directs.

Pourquoi de nouveaux programmes ?
En cours de déploiement, les nouveaux programmes répondent davantage aux attentes des créatrices et créateurs d’entreprises : ils sont structurés, adaptés à la maturité de l’entreprise créée ou en devenir (idée / projet / décollage) pour permettre de franchir les étapes une à une sans se soucier d’avoir oublié quelque chose. La pédagogie déployée s’appuie sur du E-learning et des ateliers physiques permettant la confrontation de la mise en œuvre de l’item avec la promotion et l’expert. Le fonctionnement en promotion est également un point très important car cela permet avec la mixité des thématiques de voir son projet sous un nouvel angle et s’inspirant de ce que font les autres dans une thématique différente : c’est la richesse du collectif.
Les rencontres avec le responsable d’accompagnement qui étaient la base de l’accompagnement des anciens programmes sont bien sûr maintenus avec une périodicité plus importante ; les points d’étapes et des indicateurs mis en place permettent d’objectiver l’état d’avancement et de répondre avec agilité aux bonnes et aux mauvaises nouvelles.

Alors …. C’est quoi ces programmes ?
Les Premières Provence proposent désormais 3 nouveaux programmes pensés pour vraiment guidé, orienté, accompagné, écouté chaque porteur de projet ! Les inscriptions sont déjà ouvertes !
Le START1 est un programme révélateur pour clarifier son idée ou son envie, pour se tester et décider si c’est un GO ! C’est la solution d’accompagnement pour la phase d’émergence. Avec ce programme, Les Premières proposent des outils de diagnostic, du e-learning et 2 jours d’ateliers pour clarifier votre démarche. Par groupe de 15 personnes maximum, on découvre les clés de l’entrepreneuriat, et on repart avec son diagnostic et sa feuille de route pour la suite !

Le GO1 est un programme agitateur qui permet de « secouer » un projet pour le transformer en une création concrète d’entreprise. Pour cela chaque porteur de projet travaille sur son offre en injectant profilage client, étude de marché et des concurrents, les meilleures tendances du moment et à venir, et une pincée de créativité pour élaborer un premier produit prêt à être testé, ensuite tous les fondamentaux de la création marketing, commercial, business plan, juridique et assurances et l’incontournable pitch. Le tout avec du co-développement pour abattre les obstacles au fur et à mesure, des rencontres avec son accompagnateur de suivi, et d’autres entrepreneurs.

Le BOOST1 est un programme activateur. Il s’agit d’amorcer son chiffre d’affaires en intégrant la toute nouvelle Ecole des Ventes et développer toutes les thématiques dont l’entreprise a besoin, et ce de manière personnalisée : Stratégie, financement, communication et marketing, RH … pour cela est réalisé un mapping des besoins dès la première journée de démarrage du programme puis est défini en commun le rythme de déploiement sur l’année.  Il s’agit de faire grandir la dirigeante en même temps que son entreprise en prenant le temps de prendre du recul avec d’autres entrepreneurs sur des thématiques en lien avec votre processus de prise de décision, de leadership …

www.lespremieresprovence.com

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

La région Sud à Station F pour échanger avec les start-up régionales du programme ‘’Fellowship’’

Renaud Muselier et Christian Estrosi ont invité jeudi 16 mai à la Station F à Paris, les start-ups régionales qui bénéficient gratuitement depuis septembre dernier du programme « Fellowship ».

Publié

le

Le président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier et le président délégué, Christian Estrosi ont invité jeudi 16 mai à Station F à Paris, les start-up régionales qui bénéficient gratuitement depuis septembre dernier du programme « Fellowship » pris en charge par la région.
Etaient également présents, Xavier Niel bien évidemment, fondateur de Station F considéré comme le plus grand campus numérique de start-up au monde, Cédric Vilani, député de l’Essonne, quelques acteurs régionaux comme TVT Innovation et la French Tech toulonnaise, enfin à cause certainement du football, seulement une trentaine de start-up parmi la cinquantaine concernée! Cela dit, même le président de la Région Sud avait visiblement l’esprit à la finale de l’Europa League qui opposait l’OM à l’Athlético de Madrid le soir même, il devait se rendre à Lyon pour assister au match, aussi il ne fallait pas trop trainer à Paris ! Deux jours avant l’événement, la région avait même avancé de plus d’une heure le rendez-vous, pour démarrer à 14h45.

Renaud Muselier, président de la région Sud

Dans leur discours respectif, Renaud Muselier et Christian Estrosi ont rappelé que ce partenariat établi avec Station F s’inscrivait dans la stratégie menée par la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour devenir ”la première smart région d’Europe” et le ”1er partenaire des entreprises pour gagner la bataille de l’emploi.” Renaud Muselier a de son côté souligné que les efforts de la région pour soutenir les entreprises se poursuivaient, pour les accompagner d’une part à l’international et chasser en meute, exemple au CES de Las Vegas où la région sera une nouvelle fois présente en 2019, ou bien avec le Parcours Sud export que Renaud Muselier présentera fin juin, dans le cadre de la réforme « team France » du gouvernement et pour laquelle la région Sud a été désigné comme région pilote en France.
D’autre part pour accompagner les entreprises dans leur développement, il a rappelé qu’il existait des outils au service d’une politique économique innovante : ”8 Opérations d’Intérêt Régional: un dispositif unique en France, que nous avons initié avec Christian, où nous accompagnons l’émergence de projets structurants et innovants en lien avec nos filières stratégiques. Objectif : 1 milliard d’euros investi, 50 000 emplois créés et 500 nouvelles entreprises implantées sur le territoire.”  Enfin en ce qui concerne le Fonds d’Investissement pour les entreprises de la Région (FIER) qui regroupe un panel d’outils de financement au service des entreprises. Renaud Muselier a martelé ”Nous avons 100 millions d’euros consacrés à l’innovation et plus de 170 entreprises aidées chaque année.  Objectif d’ici à la fin de la mandature : mobiliser 300 millions d’euros pour accompagner plus de 10 000 entreprises”.
Le président de la région Sud a poursuivi en précisant que sa feuille de route à venir passe par l’Intelligence Artificielle, ”Nous allons construire et fédérer un écosystème d’innovation autour de l’intelligence artificielle car nous disposons d’un potentiel incroyable en région autour d’INRIA, de nos 2 universités, de startups comme O² Quant, Amadeus, le pole SCS et bien d’autres. Les domaines d’applications sont multiples, de la transition écologique à la sécurité.’’ Et de conclure que ”La volonté politique est là, la compétence et le souhait d’innover et d’avancer avec vous n’a jamais été aussi fort.”

Cédric Vilani, député de l’Essonne

L’intervention de Cédric Vilani n’avait en revanche rien de politique, bien au contraire le député de l’Essonne a joué sur son expérience pour expliquer aux jeunes pousses que changer de lieux pour travailler, pour se développer peut-être bénéfique car il y a des endroits qui nous transcendent, et Station F en est un ! Pour Cédric Vilani, ”Ce qu’il faut aux start-up, ce n’est pas seulement rencontrer et communiquer avec des investisseurs mais aussi échanger entre elles, apprendre de soi-même mais aussi des autres’’. Pour le mathématicien, un startuper peut avoir tout prévu, il se heurtera de toutes façons toujours à ce qu’il n’avait pas prévu !

Anthony Chamak (Twiin App) avec Xavier Niel, fondateur de la station F

Le seul regret de cet événement, c’est qu’aucune start-up n’ait été invité à prendre la parole pour raconter son expérience au cœur de la Station F et connaître son avis sur le programme ‘’Fellowship’’. Alors, voici quelques réactions enregistrées pour #techsnooper par le startuper Anthony Chamak de Twiins App (Aix-en-Provence), qui a croisé le marseillais Vincent Kieffer et le cannois Pedro Melendez.

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

Station F : Renaud Muselier rencontrera la semaine prochaine les 50 start-up régionales du programme ‘’Fellowship’’

La rencontre est prévue le mercredi 16 mai à la Station F à Paris, le plus grand incubateur de start-up au monde. Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur ira à ‘’La Rencontre des 50 entreprises régionales’’.

Publié

le

La rencontre est prévue le mercredi 16 mai à la Station F à Paris, l’ancienne Halle Freyssinet devenue le plus grand incubateur de start-up au monde. Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, et Christian Estrosi, président délégué, iront à ‘’La Rencontre des 50 entreprises régionales’’ qui depuis 8 mois bénéficient gratuitement du programme baptisé ‘’Fellowship’’ (en français camaraderie). L’événement se déroulera également en présence de Xavier Niel, fondateur de Station F, Cédric Villani, député de l’Essonne et Nicolas Dufourcq, directeur général de BPIfrance.

 Station F : 34.000m² d’espaces dédiés aux start-up
Créé par Xavier Niel, fondateur de Free, ce campus de start-up inédit, offre un espace de 34 000 m² aux entreprises innovantes notamment dans le secteur du numérique. Il peut ainsi accueillir plus de 1000 start-up et doit être complété d’une extension logements pour 600 personnes dans le courant de l’année.
La Station F est divisée en trois grands espaces: la zone Create, pour travailler, la zone Share, pour échanger, et la zone Chill, pour se détendre et se restaurer. Le campus héberge une zone startup de plus de 3 000 stations de travail, 1 marketplace, 26 programmes internationaux d’accompagnement et d’accélération, des espaces événementiels et plusieurs lieux de restauration dont un de 1000 places assises, ‘’La Felicità’’, qui ouvre au public le 26 mai prochain. Le bâtiment dispose également d’espaces de réunions et d’un auditorium de 370 places. Dans l’incubateur, sont également présents des services indispensables au fonctionnement des startups : des fonds d’investissement, un fablab, des imprimantes 3-D et des services publics.

”Fellowship”, un programme offrant une visibilité hors norme. 
C’est dans le but d’encourager l’innovation et d’accompagner les start-up régionales dans leur développement que la région Sud a conclu en juillet 2017, un partenariat inédit avec la Station F, en offrant à 50 start-up régionales sélectionnées suite à un appel à manifestation d’intérêt, le programme ‘’Fellowship’’ pendant un an. Ce programme leur permet d’être présentes cinq jours par mois à la Station F, elles peuvent utiliser les postes de travail à disposition et ont aussi accès aux salles de réunions, aux imprimantes, ainsi qu’aux divers évènements organisés sur place. Les entrepreneurs peuvent ainsi entrer en contact avec des investisseurs potentiels et de nombreux entrepreneurs en résidence à la Station F et donc de bénéficier “de ce catalyseur d’innovation afin de développer leur croissance et nouer des partenariats au plus haut niveau”, selon Renaud Muselier.
En souhaitant rencontrer ces jeunes pousses le 16 mai prochain, quelques mois avant la fin du programme, Renaud Muselier veut se faire une idée de ce que cela a apporté à ces entrepreneurs. Faire un bilan en quelque sorte et pourquoi pas annoncer le renouvellement de l’expérience pour une seconde promotion de start-up régionales ?
Rappelons que l’ambition de Renaud Muselier est ‘’de faire de Provence-Alpes-Côte d’Azur la première Smart Région d’Europe’’ et qu’à ce titre il a toujours clamé que son rôle en tant que président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, ‘’c’est de valoriser le potentiel numérique du Sud et d’accompagner nos entreprises’’. Il le fera encore les 24, 25 et 26 mai prochains à Paris à l’occasion du prochain salon Vivatech, le CES français ! La région Sud accueillera sur son stand une quarantaine de start-up.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X