Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

IoT

Nice : la start-up Fingertips présente la nouvelle génération de son coussin intelligent ViKtor

Publié

le

Fingertips n’en finit pas d’étonner, alors que la première génération de son coussin connecté, commercialisé depuis la fin de 2017, connaît un réel succès auprès des séniors en perte d’autonomie en EHPAD et à domicile, la start-up niçoise vient de dévoiler au salon Health-IT Expo (29 – 31 mai à Paris) la « nouvelle génération » de ViKtor, le coussin intelligent relationnel.
Sélectionnée par le « Orange LAB » pour être présent au dernier Viva Technology, le ministre de l’économie, Bruno Lemaire en personne s’est intéressé à cette innovation disruptive. Viktor est un ami qui veut du bien aux personnes en perte de mobilité et d’autonomie.

Viktor, le coussin connecté qui facilite le quotidien des personnes en manque d’autonomie
Plus qu’un simple coussin 3.0, c’est tout un système de conciergerie qui est embarqué. Depuis son tableau de bord situé sur le dessus, il permet à ses utilisateurs de garder le contact avec leurs proches, de façon ludique, mais aussi d’interagir avec les objets connectés présents dans leur foyer.
Le coussin destiné à être posé sur les genoux embarque, sur sa surface, un tableau de bord avec quelques pictogrammes, un pavé numérique et une touche SOS. Connecté en 3G ou en 4G, celui-ci peut être relié à l’écran de télévision du propriétaire. En appuyant sur les pictogrammes qui sont très facilement identifiables et personnalisables, l’utilisateur active des fonctions qui sont projetées sur l’écran de télé. Ainsi, il leur sera possible d’accéder aux programmes préinstallés comme Skype, appeler un service d’urgence au besoin, faire leurs courses en ligne, accéder aux soins à distance, etc. Relié aux objets connectés de la maison, il peut faire office de télécommande en communiquant avec les solutions e-santé de son propriétaire. Chacun des programmes est personnalisable en fonction du handicap, des besoins et des envies de son utilisateur. Incassable et étanche, ViKtor a une autonomie de 6 mois grâce à sa pile embarquée.

Près de 900 coussins vendus au 1er semestre 
L’objectif de la start-up était de vendre en 2018, près de 900 coussins.  Objectif atteint au cours du seul premier semestre de l’année. Il est vrai que Fingertips vient de remporter quatre appels à projets auprès de collectivités tels que les départements de Paris (75), des Yvelines (78), du Bas-Rhin (67), des Hauts de Seine (92) sans oublier les 500 coussins acquis par la communauté d’agglomération de Nevers, des unités qui seront fabriquées localement.
La start-up se veut confiante pour aborder les nouveaux enjeux sociétaux liés à la personne âgée d’autant plus que les dernières barrières technologiques viennent d’être levées pour que la téléconsultation et la télémédecine à domicile soient désormais possibles en « Visio » d’excellente qualité, même en 4G sur la propre télévision des patients, et cela à partir de ViKtor et sans tablette, smartphone ou ordinateur.

Rappelons que ViKtor a remporté deux médailles d’Or au concours Lépine National de Paris et international à Strasbourg et 11 autres récompenses nationales (French IoT La Poste, Silver Night international, etc… ). Cela fait de cette entreprise de 7 personnes, la start-up française la plus titrée en 2017 dans le domaine de la Silver économie.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cluster, association

SoFAB by Telecom Valley lance la 4ème édition du Trophée Objets connectés & Services 2019

Publié

le

SoFAB by Telecom Valley (Sophia Antipolis) annonce la tenue du 29 mars au 3 juillet prochains de la 4ème édition du Trophée Objets Connectés & Services, un concours de création d’objets connectés en équipes mixtes créé en 2016. Les étudiants, professionnels et passionnés d’Internet des Objets (IoT) qui souhaitent participer peuvent désormais inscrire leur projet ou leur équipe en ligne, jusqu’au 27 mars 2019. L’objectif du concours reste inchangé : en équipes mixtes composées d’étudiants, de professionnels et de passionnés de technologies, il s’agit de concevoir, fabriquer et effectuer une démonstration d’un objet connecté proposant un ou plusieurs services.
A partir du 29 mars, les participants auront accès pendant 12 semaines aux moyens de fabrication de SoFAB, aux ressources techniques des partenaires du concours et à un accompagnement régulier par les experts bénévoles du fablab.
Quatre prix* récompensant le travail de conception et la de réalisation de l’objet, l’utilité du service rendu, la meilleure utilisation des ressources du concours et le meilleur pitch en live seront décernés lors de SophiaConf 2019 (1er au 3 juillet 2019). A l’instar de Dry it Yourself ou WellNest en 2018, de NomadEV et Skavenji en 2017 et de Transfarmers en 2016, les lauréats de la promotion 2019 recevront des dotations (cadeaux et accompagnement techniques ou business) offertes par les partenaires du concours. Au-delà des récompenses matérielles, le Trophée Objets Connectés & Services offre également une belle vitrine pour des inventeurs et des entrepreneurs en herbe, ainsi qu’une belle aventure humaine.
Les participants peuvent s’inscrire gratuitement en ligne jusqu’au 27 mars : www.sofab.tv/tocs

*Récompenses

Trophée Objets Connectés et Services 2019

  • Remis par Telecom Valley, l’organisateur, il récompense l’équipe ayant répondu le mieux à l’ensemble des critères du Trophée toutes catégories confondues.

Prix du public SophiaConf 2019

  • Remis lors de la conférence sur l’IoT et les Fab Labs de l’événement SophiaConf, il est attribué à l’équipe ayant reçu le plus de votes des participants à la conférence.

Prix de SoFAB

  • Récompense la meilleure utilisation de SoFAB.

Prix Orange 

  • Récompense l’équipe ayant le mieux utilisé les services IoT Orange.
Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

SmartPort Challenge : 7 grands comptes, 7 défis innovants et 7 lauréats choisis pour construire le port du futur

Publié

le

Deux entreprises marseillaises, MktxDatos Europe et Searoutes, deux toulonnaises, GreenCityzen et Egerie Software, CAPSIM de Pertuis, Nauvelis d’Aix-en-Provence et une entreprise britannique, NavAlgo, ce sont les 7 lauréats du SmartPort Challenge qui ont été dévoilés jeudi 7 février à l’occasion d’une conférence de presse donnée par Maurice Wolff, vice-président de la CCI Marseille Provence, accompagné de Christine Cabau Woehrel, présidente du Directoire du Port de Marseille Fos, et Charles Barla, représentant Aix-Marseille-Université.

Construire le port du futur
Lancé le 10 octobre dernier par le Port de Marseille Fos, la CCI Marseille Provence, Aix-Marseille Université, avec le soutien de la Préfecture des Bouches-du-Rhône, la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Métropole Aix-Marseille-Provence, le SmartPort Challenge vise à développer des solutions innovantes pour construire le port du futur : un port attractif, innovant, répondant aux enjeux actuels et futurs grâce à une stratégie axée autour des domaines de la logistique, de la performance énergétique et des solutions numériques.
Le challenge repose sur 7 défis lancés par des grands groupes internationaux présents sur le territoire métropolitain : CMA-CGM, EDF PACA, Grand Port Maritime de Marseille, Hammerson/ Les Terrasses du Port, Interxion, La Méridionale et Naval Group. Des défis en lien avec leurs problématiques portuaires.
Les 7 lauréats ont déjà attaqué depuis le début de la semaine une phase d’expérimentation à thecamp, le campus du futur d’Aix-en-Provence, qui durera de 2 à 3 mois. Une récompense de 15 000€ leur sera également attribuée, ainsi qu’une visibilité sur le site web et lors de l’événement SmartPort Day début juin 2019.

Photo de groupe des 7 lauréats entourés de leurs parrains et organisateurs du SmartPort Challenge © CCIMP

Focus sur les 7 lauréats et les défis qu’ils ont à assurer !   

Défi 1 lancé par le groupe CMA-CGM : Comment optimiser les opérations portuaires ?
Lauréat : NavAlgo, une entreprise de neuf salariés implantée à Londres avec une agence à Palaiseau, en banlieue parisienne. NavAlgo est une entreprise de Recherche et Développement qui accompagne ses clients dans leurs grands chantiers de R&D. Elle créée des innovations disruptives en modifiant et optimisant le processus de R&D et la manière dont les entreprises utilisent leurs données.
Son objectif : optimiser les opérations du terminal conteneurs, acquérir une meilleure connaissance de ce qu’il se passe en amont et permettre d’anticiper le meilleur créneau pour accueillir/sortir les conteneurs des terminaux.

Défi 2 lancé par EDF Provence-Alpes-Côte d’Azur :  Comment s’appuyer sur les énergies renouvelables pour le raccordement des navires au réseau électrique ?
Lauréat : CAPSIM (Pertuis), un bureau d’études indépendant en électrotechnique et réseaux électriques certifié ISO 9001 v 2015. Spécialisé dans l’assistance à maîtrise d’ouvrage ou d’œuvre sur les réseaux électriques haute tension ou les systèmes électrotechniques, CAPSIM intervient dans le secteur de l’industrie, de l’énergie, des transports, du nucléaire civil et militaire ainsi que de la défense. La société CAPSIM est composée de 20 personnes dont 19 ingénieurs généralistes ou électrotechniciens diplômés.
Son objectif : le GPMM souhaite développer un système de branchement électrique à quai, de manière à minimiser la dépendance des navires aux combustibles fossiles lorsqu’ils sont en escale. Il a par ailleurs l’ambition d’accroître sa production d’énergies renouvelables.

Défi 3 lancé par le Grand Port Maritime de Marseille : Comment réduire les émissions de gaz à effet de serre du transport de fret ?
Lauréat : Etablie à Marseille et accélérée par ZeBox, la toute jeune start-up Searoutes est un service de suivi, de planification et d’optimisation des routes pour les navires marchands — le Google maps, pour la marine. Grâce à des algorithmes d’apprentissage approfondi, Searoutes calcule les routes les moins coûteuses en terme de carburant, à partir des historiques des trajectoires passées. La vision de Searoutes est de participer à la réduction des émissions (COx, NOx, SOx), et rendre la chaine logistique plus transparente.
Son objectif : la réduction des émissions de gaz à effet de serre est un objectif planétaire acté lors de la COP21 et plus récemment par l’Organisation Maritime Internationale (OMI). Le défi proposé ici consiste à prototyper un « éco calculateur » permettant de quantifier les émissions de gaz à effet de serre selon les trajets door-to-door envisagés d’un conteneur et intégrant des éléments de compensation d’empreinte écologique.

Défi 4 lancé par Hammerson/Les Terrasses du Port : Comment mieux informer les usagers sur et autour du port ?
Lauréat : MktxDatos Europe est le chaînon manquant entre Marketing et vente. C’est ce qu’avance la société marseillaise accélérée par M qui construit des ponts technologiques dans chaque entreprise, entre le marketing et les ventes. Son but est d’éliminer l’incertitude et la probabilité pour la remplacer par des preuves. Elle guide les entreprises dans la compréhension et l’optimisation de leur modèle de revenus, de leur budget promotionnel et des publications sur leur page Facebook.
Son objectif : proposer et prototyper une ou plusieurs solutions numériques (application / panneaux d’information innovants / objets connectés) à destination des passagers de croisière et ferries, notamment sur l’offre de transport et de parking existante entre navires et centre-ville, lien aéroport et gares SNCF et les activités (restauration, shopping, culture, hôtels) potentielles autour du port.

Défi 5 lancé par Interxion : Comment mesurer la capacité des batteries avec un capteur à bas coût ?
Lauréat : De 5 à 10 collaborateurs, GreenCityZen est une eco-startup toulonnaise pionnière dans l’internet des objets industriels. Elle propose des solutions de mesure en continu pour le monitoring de données environnementales. Ces solutions autonomes en énergie et en moyen de communication sont très simples à déployer et interopérables. Elles apportent comme bénéfices immédiat une réduction des coûts de déplacements sur le terrain, une amélioration des performances des processus et permettent d’enrichir les offres de service. Greencityzen connecte l’environnement pour la préserver tout en en faisant une source d’économie et de nouveaux profits pour ses clients.
Son objectif : créer une solution de monitoring à bas coût pour chacune des batteries de sites Data Center Interxion sur la zone portuaire.

Défi 6 lancé par La Méridionale :  Comment informer les chauffeurs de la position à quai d’une remorque?
Lauréat : Implantée à Aix-en-Provence, Nauvelis met à disposition une plateforme d’interconnexion dédiée aux objets et services connectés. La société simplifie l’utilisation de ces technologies pour des clients essentiellement B2B pour leur éviter les problèmes de compatibilité. L’objectif est de rendre facilement accessible le développement de produits ou services connectés aux entreprises.
Son objectif : s’inscrire dans la démarche Smart Port en vue d’améliorer la fluidité du trafic portuaire et de diminuer la consommation de carburant sur le terminal.

Défi 7 lancé par Naval Group : Comment établir une cyber cartographie portuaire ?
Lauréat : Egerie Software de Toulon.  Impliqués depuis près de 20 ans dans le conseil et l’audit Cyber en France, les experts EGERIE ont matérialisé leurs savoir-faire et compétences au travers de la marque EGERIE en Janvier 2016, désormais éditrice de la plateforme n°1 de cyber-risk management en Europe. La plate-forme logicielle EGERIE permet aux entreprises de gérer leurs cyber risques et leur data-protection avec agilité et intelligence.
Son objectif : élaborer une méthode visant à cartographier l’ensemble des éléments techniques numériques portuaires (bassins, grutages, ponts, réseau électrique, système informatique pilotant les containers, systèmes informatiques internes du port, systèmes de contrôle d’accès…).

www.lefrenchsmartportinmed.com 

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

L’incubateur-accélérateur Monaco Tech en quête de nouvelles start-up innovantes

Publié

le

Cofondé par l’Etat Monégasque, Xavier Niel et Monaco Telecom, l’incubateur-accélérateur Monaco Tech a depuis son lancement en 2017, accompagné 24 start-up, dont 14 y sont toujours actuellement. Afin de continuer à détecter de nouvelles start-up innovantes, un nouvel appel à projets, le 4ème,  est ouvert sur www.monacotech.mc. Les entreprises ont jusqu’au 24 février pour déposer leur candidature.
Les start-up aux projets les plus innovants seront sélectionnées, après plusieurs étapes, le 13 mai 2019. Une fois intégrées dans le programme d’incubation d’entreprises, celles-ci pourront bénéficier du savoir-faire de Monaco Tech avec du mentorat, des ressources en business développement, un réseau professionnel et un suivi adapté à leurs besoins.

Les étapes de recrutement 
Lundi 4 février : lancement de l’appel d’offres.
Dimanche 24 février : fin de l’appel d’offres.
11 et 12 mars : entretiens vidéo des candidats.
5 avril : soutenance des entreprises sélectionnées.
13 mai : accueil des nouvelles start-up à l’incubateur Monaco Tech.

Pour rappel, Monaco Tech, c’est 820 m2 en open space, jusqu’à 20 start-up pour 60 bureaux, un espace de coworking et deux “Fablabs”, l’enceinte est dédiée aux projets de jeunes pousses ou aux start-up déjà existantes mais en quête d’un soutien pour se développer davantage, son objectif est d’accompagner des projets innovants et de faire émerger des start-up à succès dans la Principauté. Les domaines d’activité ciblés que ce soit dans la sphère locale ou internationale sont liés à la technologie, fintech (finance), healthtech (santé), les villes intelligentes ou encore les objets connectés.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X