Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

BioTech, MedTech

Marseille : Volta Medical lève 2,30 millions pour financer les tests cliniques de son logiciel d’IA médicale

Publié

le

Volta Medical, jeune medtech marseillaise qui a mis au point AIFib, le premier logiciel d’Intelligence Artificielle (IA) en rythmologie interventionnelle permettant de guider des cardiologues au bloc opératoire dans le traitement de la fibrillation auriculaire (FA), a réalisé une levée d’amorçage de 2,3 millions d’euros dont 2 millions auprès du Groupe Pasteur Mutualité (assurance mutualiste – 138 000 adhérents), et le reste auprès d’investisseurs privés.  Cette levée fait suite aux premiers tests effectués sur une dizaine de patients à l’hôpital Saint-Joseph et à l’arrivée de Denis Hansjacob, figure de proue de l’industrie medtech au plan international, en tant que directeur des opérations commerciales de la start-up créée en 2016.
Volta Médical avait concrétisé une première levée de fonds de 400 000 euros auprès de cardiologues pour développer le logiciel. Les nouveaux fonds vont servir à la mise en place d’une “étude clinique européenne multicentrique” pour démontrer les performances de son logiciel d’IA au bloc opératoire, d’étoffer son équipe de R&D pour le développement de nouveaux produits et de préparer l’entrée sur le marché d’AIFib courant 2020.
La fibrillation auriculaire, aussi appelée fibrillation atriale, est un trouble du rythme cardiaque. Elle est définie par une activité électrique anarchique et rapide du muscle des oreillettes (cavités supérieures du cœur) et se traduit par la contraction désordonnée et inefficace de ces oreillettes. C’est l’arythmie cardiaque la plus répandue au monde. Dans bien des cas, le diagnostic de la fibrillation auriculaire est établi lorsqu’un patient se présente chez son médecin ou au service des urgences avec des symptômes. Dans d’autres cas, on détecte cette maladie au cours d’un examen courant, le médecin passant en revue vos antécédents médicaux, et procédant à un examen physique complet avec examens (électrocardiographie, moniteur Holter, échocardiographie…)
En compilant, analysant et “digérant” une multitude de données sur la maladie, Volta Médical a conçu le logiciel, “AIFib”, qui aide le médecin à identifier plus facilement les signaux électriques intracardiaques et à les traiter durant les opérations chirurgicales.
La solution résulte de deux ans de recherches mais tire profit des dix ans d’expériences des médecins cofondateurs dans les signaux intracardiaques, Julien Seitz, Clément Bars, à Marseille, et Jérôme Kalifa, à Rhode Island, aux Etats-Unis, explique le directeur général, Théophile Mohr-Durdez, lui-même ingénieur, sollicité pour la réaliser. “À terme, on souhaite étendre ce logiciel vers d’autres pathologies. À cet effet, nous sommes à la recherche de Data Scientist.”

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BioTech, MedTech

Marseille : Grâce à un investisseur américain, C4Diagnostics lève 2,3 millions pour détecter les bactéries infectieuses

Publié

le

Plus d’un après avoir réalisé sa première levée de fonds (1,5 M€), la jeune biotech marseillaise spécialisée dans le diagnostic de maladies infectieuses, vient de réaliser une seconde levée de fonds de 2,3 millions d’euros dans le cadre d’un tour de table de série A réalisé auprès de ses actionnaires historiques, dont Région Sud Investissement (géré par Turenne Capital) et R2V (géré par ACG Management), avec la participation du fonds français CAAP Création et d’un investisseur privé américain Andreï Polukhtin,

Younes Lazrak

L’arrivée d’Andreï Polukhtin au capital et au conseil d’administration de C4Diagnostics est un véritable atout, grâce à son expertise scientifique et sa connaissance du marché nord-américain “, commente Younes Lazrak, directeur général de C4Diagnostics.
Andrei Polukhtin est le fondateur et le directeur général de Click Chemistry Tools (CCT), une entreprise américaine qui distribue depuis plus de dix ans une gamme de réactifs de bioconjugaison et de colorants fluorescents au niveau international. C’est un investissement personnel qu’a engagé Andrei Polukhtin auprès de C4Diagnostics.

Andrei Polukhtin

Je suis particulièrement enthousiaste à l’idée de prendre part à C4Diagnostics. Le potentiel de cette société pour le développement d’applications de rupture dans le diagnostic des maladies infectieuses ne doit être sous-estimé. Click Chemistry Tools a bénéficié d’années de collaboration productive avec C4Diagnostics en tant que distributeur, et maintenant nous pouvons enfin faire passer notre relation commerciale à un niveau supérieur grâce à mon investissement personnel et à mon implication au sein du Board “, déclare de son côté Andreï Polukhtin, directeur général de Click Chemistry Tools.

Créée en mai 2017, C4Diagnostics conçoit, développe et commercialise des tests de diagnostic in vitro innovants dans le domaine des maladies infectieuses. La biotech répond aux problèmes de santé publique croissants et globaux de la résistance aux antibiotiques et du diagnostic des maladies infectieuses en développant et commercialisant des tests diagnostic faciles à utiliser pour le laboratoire et rapides et précis pour le patient et les professionnels de la santé.
Ainsi cette seconde levée de fonds permettra de renforcer le développement commercial de C4LegioTM, le premier produit de C4Diagnostics pour le diagnostic de la légionellose. Elle permettra également de soutenir le développement du portefeuille de produits dans le domaine des infections urinaires (C4UTI™) et de la résistance aux antimicrobiens (C4AST™), deux projets ambitieux sur des enjeux majeurs de santé publique. Les tests de C4Diagnostics sont basés sur une technologie de rupture qui permet aux bactéries pathogènes d’être rapidement détectables grâce à leur propre métabolisme.
L’ambition de C4Diagnostics est désormais de devenir l’un des principaux acteurs du diagnostic des maladies infectieuses et de bouleverser le marché mondial du diagnostic in vitro des maladies infectieuses, en fournissant les informations appropriées aux médecins et aux patients de manière plus sensible et plus rapide.
www.c4diagnostics.com

Facebook Comments
Lire la suite

BioTech, MedTech

A Saint-Maur-des-Fossés, la clinique Gaston Métivet joue la carte de l’hôpital 2.0 avec Wraptor

Publié

le

Spécialiste de la gestion des flux et éditeur de logiciels d’intégration à destination des professionnels de santé,  Wraptor accompagne la clinique Gaston Métivet de Saint-Maur-des-Fossés (Val de Marne) dans la mise en place d’une plateforme lui permettant de créer toujours plus d’interopérabilité entre ses applications et intégrer les informations au sein du DMP – le Dossier Medical Partagé.
Déjà utilisatrice de la version SaaS de la solution MSSanté de Wraptor (échange sécurisé des données médicales) et de Jeebop pour assurer les liaisons entre la gestion administrative et le dossier patient informatisé Expert Santé, la clinique du Val de Marne a souhaité étendre sa collaboration avec l’éditeur d’Aubagne. L’objectif consiste à remplacer une solution de récupération des constantes des patients, à les intégrer directement dans le dossier patient et éviter ainsi les erreurs de saisies.
Dans ce contexte, l’intégration d’applications d’entreprise (EAI) de Wraptor permet de récupérer l’ensemble des constantes des différents appareils biomédicaux (connecteurs Nihon Kohden, General Electric et des objets connectés iHealth). Plus que jamais, les structures de santé et les hôpitaux manipulent de nombreuses données sur leurs patients. Il est fondamental que les données échangées entre les services soient affectées au bon patient afin d’avoir une vue complète et concrète des informations le concernant. Ce constat est d’autant plus important lorsque les échanges de données se font entre des établissements différents. Agissant comme une véritable multiprise, l’EAI Jeebop assure l’interopérabilité et la gestion des flux de l’ensemble des applications internes et externes.
À travers ce projet, la clinique Gaston Métivet souhaite permettre au personnel soignant de ne plus avoir à effectuer ce travail de prise des constantes, à éviter d’éventuelles erreurs de saisies, d’accroître et sécuriser la remontée des données et à automatiser intégralement ce processus.
« Au-delà des projets sur lesquels nous collaborons déjà avec succès, la solution EAI de Wraptor nous donne la possibilité de moderniser et d’industrialiser la gestion de nombreuses opérations et d’interconnecter efficacement nos applications’’ explique Bertrand Renaud de la clinique Gaston Métivet. ‘’Nous pourrons ainsi nous appuyer sur un système d’information performant, évolutif et sécurisé qui s’inscrit parfaitement dans la dynamique de l’hôpital 2.0.’’
Pour mettre en œuvre ce projet dans les meilleures conditions, un déploiement progressif va être réalisé ces prochains mois. Dès le mois de janvier 2020, les salles d’opération et de réveil seront concernées puis une extension vers les autres services comme la maternité sera effectuée.

Facebook Comments
Lire la suite

BioTech, MedTech

Marseille : ImCheck, biotech spécialisée dans le traitement du cancer, lève 48 millions d’euros

Publié

le

Très belle levée de fonds réalisée par une biotech française ! La start-up ImCheck Therapeutics a annoncé mercredi 4 décembre avoir finalisé un nouveau tour de table de 48 millions d’euros pour financer sa recherche contre le cancer. Cette levée de fonds a été menée conjointement par Bpifrance, au travers de ses fonds InnoBio 2 et Large Venture, et Pfizer Ventures, le fonds d’investissement du géant américain Pfizer Inc, rejoints par de nouveaux investisseurs: Wellington Partners, Agent Capital et Alexandria Venture Investments, précise le communiqué. Depuis sa création en juillet 2015, la biotech marseillaise a levé en tout environ 68 millions d’euros pour développer une nouvelle génération d’anticorps. En avril 2017, ImCheck avait déjà réalisé une première levée de 20 millions d’euros.
Les fonds recueillis permettront à ImCheck de financer, d’une part, l’essai clinique de l’anticorps first-in-class ICT01 et, d’autre part, d’étendre son large portefeuille d’immunomodulateurs ciblant la superfamille des butyrophilines et de conduire de nouveaux programmes d’anticorps d’immuno-oncologie jusqu’à l’entrée en phase clinique chez l’Homme. L’objectif de ImCheck est de développer une nouvelle génération d’anticorps capables de mieux combattre les cellules cancéreuses. Dans le détail, ImCheck Therapeutics fait le pari d’activer des cellules appelées “lymphocytes T gamma delta” pour obtenir une meilleure réponse immunitaire afin tuer les cellules cancéreuses.
Après plusieurs années de recherche et développement, un premier essai clinique débutera en 2020 grâce à cette nouvelle levée de fonds. “ImCheck était une société de recherche, nous passons maintenant dans le monde du développement clinique” se félicite Pierre d’Epenoux, le PDG d’ImCheck Therapeutics. “Avec des essais cliniques des nouvelles molécules qu’on va conduire d’abord en Europe puis, on l’espère, aux Etats-Unis dès 2021“.
L’immunothérapie, après la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie, est une nouvelle arme dans l’arsenal thérapeutique” détaille Pierre d’Epenoux. “L’idée étant de mobiliser, d’activer le système immunitaire pour détruire les cellules cancéreuses.” La technique existe déjà mais manque encore d’efficacité, d’où ces nouvelles recherches de la biotech marseillaise. “A grande échelle, il va falloir attendre au moins cinq ans, probablement même sept ans” conclut le patron d’ImCheck Therapeutics.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X