Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Blockchain

Marseille : Skeepers (Avis Vérifiés) rachète la start-up Surprise et parie sur la blockchain

Publié

le

Spécialisé dans l’expérience et l’engagement client, le groupe marseillais Skeepers (anciennement NetReviews), qui vient d’intégrer le classement Next40 des 40 start-up françaises les plus prometteuses, annonce le rachat de la start-up parisienne Surprise. Editeur du site Avis Vérifiés, la pépite française de l’engagement client, qui authentifie les retours clients de marques telles que Fnac, Darty, But, Carglass ou Sushi Shop, Skeepers a pour ambition d’être présent sur toute la chaîne de valeur de l’expérience client, de la découverte des produits en ligne au parcours d’achat, jusqu’au réengagement à travers des mécanismes de récompense et ce grâce à l’application Surprise et au protocole blockchain Sandblock développé également par les fondateurs de Surprise.

Surprise, l’application pionnière de la blockchain

Cofondée en 2017 par Sarah Diane Eck et Fabrice Bascoulergue, Surprise a développé une application qui permet à des marchands de proposer un mécanisme de récompenses « cashback » pour tout achat, physique ou en ligne, dans un commerce de proximité. Ces dernières sont calculées de manière à augmenter la visibilité et le chiffre d’affaires du commerçant, sans que celui-ci n’ait besoin d’une compétence particulière en marketing digital et sans perte de temps.
L’application repose sur le protocole blockchain open source Sandblock, un des projets les plus aboutis en termes de recherche et développement dans le domaine des rewards sur blockchain. Sandblock, c’est la volonté de créer un réseau décentralisé de partage de données et de valeur qui garantit aux participants la juste répartition des récompenses associées à la donnée (ex: récompenses clients suite à un achat ou à une review), la fiabilité des données remontées et une visualisation plus fine des mécanismes qui ont conduit à une récompense. Soulignons que la start-up Surprise a été retenue «solution de sortie de crise» par le gouvernement français à destination des commerçants indépendants en avril 2020.

Objectif : créer des synergies technologiques

Après avoir intégré son concurrent brésilien Trusted Company en 2018, et les pépites Mediatech-cx et Teester il y a quelques mois en France, le groupe Skeepers, maison mère d’Avis Vérifiés, se dote avec la suite logicielle de Surprise d’une technologie d’authentification et de traçabilité inégalée – ultime maillon de la relation de confiance entre marques et consommateurs – et d’une solution de reward extrêmement innovante. L’acquisition de Surprise dont le montant n’a pas été communiqué, va permettre entre autres à Skeepers d’augmenter le taux de conversion sur les demandes de reviews et récompenser les consommateurs sur la base d’indicateurs représentants la qualité d’une review ou d’une réponse déposée sur le système (qualité du texte, contenu additionnel type image ou vidéo). Aujourd’hui, neuf achats sur dix sont effet conditionnés par la consultation d’avis d’autres clients. Un système de récompense (réductions, bons d’achat, fidélisation…) peut ainsi être mis en place pour les avis les plus utiles à d’autres consommateurs.
Chacune des sociétés reste pour l’instant indépendante, même si le groupe marseillais qui compte désormais 245 salariés répartis entre Marseille, Nantes et la région parisienne et qui est déjà présent dans 44 pays, « réfléchit à des synergies technologiques » entre toutes les sociétés acquises.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Blockchain

Marseille : KeeeX aide la Fondation UEFA pour l’enfance a amorcé sa transformation numérique

Publié

le

La pandémie de Covid-19 et ses conséquences comme celles liées aux difficultés actuelles de se déplacer à l’international auront obligé bon nombre d’entreprises et d’institutions à négocier leur virage vers le numérique. C’est notamment le cas de la Fondation UEFA pour l’enfance qui a bénéficié pour cela de la collaboration de la start-up marseillaise KeeeX et de sa solution de protection des données basée sur la blockchain pour la certification et la traçabilité de documents, de processus et de décisions.

275 projets dans 109 pays

Depuis sa création en 2015, la Fondation UEFA pour l’enfance soutient des projets proposant des mesures pratiques pour aider les enfants vulnérables dans les domaines du sport, de la santé, de l’éducation, du développement personnel et de l’emploi. À ce jour, elle a déjà financé 275 projets, dans 109 pays, sur les six continents. Pour veiller à ce que les financements soient utilisés à bon escient, que les activités soient conformes au mandat et que le projet respecte le code d’éthique de la Fondation, un représentant est envoyé sur place pour procéder aux vérifications nécessaires. Une tâche essentielle qui implique néanmoins des coûts importants, en temps et en argent, et exerce un impact négatif sur l’environnement mais une tâche qui ne peut être réalisée aujourd’hui pour cause de Covid-19.

Une technologie ancrée dans la blockchain

La solution, c’est KeeeX qui la fournit avec sa technologie innovante ‘’Photo Proof Pro’’ composée d’une application mobile destinée essentiellement aux professionnels qui permet aux organisations partenaires sur site de prendre des photos et des vidéos pour illustrer l’utilisation du financement lié au projet en question. Cette application génère des données fiables (intégrité, identité, horodatage et géolocalisation) afin d’assurer l’origine et l’authenticité des informations ainsi transmises.
‘’Bien qu’il soit important de se rendre sur place dans le cadre de certains projets, cette solution d’audit à distance nous permettra de faire des économies importantes en matière de déplacements et de réduire notre empreinte carbone’’, explique Urs Kluser, secrétaire général de la Fondation UEFA pour l’enfance. ‘’La gestion des financements destinés à nos partenaires sera ainsi mieux contrôlée, et les économies réalisées permettront à la Fondation de soutenir davantage de projets’’.
Avec l’application Photo Proof, la Fondation peut suivre les activités des différents projets sans se déplacer. Les photos sont alors ‘’keeexées’’ et leurs preuves d’existence sont écrites pour toujours sur la Blockchain. En outre, grâce à Photo Proof Pro, les bénéficiaires peuvent participer à l’évaluation qualitative du projet.
‘’La Fondation UEFA pour l’enfance illustre de façon remarquable la force éthique d’une relation de confiance dématérialisée et transparente, une relation rendue possible par notre technologie associée à la blockchain Bitcoin’’ explique Laurent Henocque, fondateur et CEO de KeeeX.
En janvier 2021, un projet pilote a été lancé en collaboration avec trois organisations non gouvernementales (ONG) basées respectivement en République démocratique du Congo, en Jordanie et en Ukraine.

La Fondation UEFA pour l’enfance s’est inscrite aux Prix 2021 du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) avec KeeeX. Ces prix récompensent des projets d’excellence en matière de mise en œuvre des résultats du SMSI, en particulier en ce qui concerne la réalisation des objectifs de développement durable (ODD). Ils répondent à une demande des parties prenantes du SMSI, à savoir la mise en place d’un mécanisme efficace d’évaluation des projets et des activités qui tirent parti des possibilités des technologies de l’information et de la communication (TIC) pour promouvoir le développement durable. Les lauréats seront connus en mai 2021

https://fondationuefa.org/
https://keeex.me

Facebook Comments
Lire la suite

Blockchain

#Covid 19 : eMana (Aix-en-Provence) et Keeex (Marseille) se mobilisent pour aider les entreprises à ‘’télétravailler’’

Publié

le

Face à la crise sanitaire que nous connaissons à laquelle se rajoute une crise d’ordre économique, de nombreuses entreprises innovantes de la région se mobilisent et mettent en place des mesures de solidarité envers les entreprises qui doivent le temps du confinement assurer la continuité de leur activité notamment en télétravail. A situation d’exception, mesure d’exception !

Ainsi eMana, start-up aixoise, propose de mettre gratuitement à disposition sa solution mail sécurisée 100% française, une messagerie intelligente et collaborative qui priorise le traitement des emails et classe automatiquement l’ensemble des données. eMana pour ‘’electronic man assistant’’ permet ainsi aux managers et à leurs équipes de se consacrer à des tâches à plus forte valeur ajoutée pour l’entreprise. La solution a été conçue pour aider à structurer le travail collaboratif et le travail à distance. À partir de vos emails, eMana construit votre armoire personnelle, et constitue automatiquement une armoire commune à l’entreprise.  La messagerie intelligente se synchronise avec votre boîte mail, intercepte tous vos emails reçus et émis, les classe automatiquement et surtout range les documents associés. De par ses fonctionnalités, elle correspond aux deux conditions nécessaires au bon fonctionnement du télétravail : Garder la synergie relationnelle entre chaque personne d’une équipe, assurée par les moyens de communication rapides (téléphone, visio ou messagerie instantanée) et échanger des connaissances par le partage de documents, condition essentielle pour travailler ensemble à distance, assurée par eMana.
’Nous pouvons vous offrir eMana en moins de 24H, la mise en service est simple’’, explique Raynald Wauters, dirigeant fondateur d’eMana. ‘’Si vous ne souhaitez plus notre messagerie intelligente en fin de pandémie, eMana se débranche aussi vite qu’il se branche’’.
L’offre d’eMana est valable le temps du confinement pour les 200 premières entreprises qui se manifesteraient et est limitée à 5 utilisateurs par société.
https://www.emana.io/

De son côté, la start-up marseillaise KeeeX créée par Laurent Henocque se mobilise aussi pour venir en aide aux entreprises touchées par la crise sanitaire et ses conséquences économiques et a décidé de mettre gratuitement à disposition des TPE/PME deux de ses applications jusqu’au 30 Juin 2020.
La première est une application web, KaaaS, qui permet de ‘’keeexer’’, signer numériquement, horodater et ancrer la preuve d’existence de vos fichiers sur la blockchain pour les rendre vérifiables par tous. L’outil est notamment utilisé pour garantir l’authenticité de documents, déposer des preuves d’antériorité, signer numériquement des fichiers.
La seconde, Photo Proof Pro, est une application mobile permettant de recueillir des preuves photographiques et vidéos, l’audit à distance, la saisie de formulaires, la preuve de passage par flash de QR codes. Les fichiers sont horodatés et géolocalisés et peuvent être envoyés directement sur vos serveurs. Photo Proof Pro peut être utilisée pour une expertise à distance, des preuves de présence, des états des lieux ou la dématérialisation de processus logistiques.
Les entreprises intéressées peuvent se manifester sur contact@keeex.net

Facebook Comments
Lire la suite

Blockchain

[VIDEO] Marseille : French ICO.com réalisera la première levée de fonds française en crypto monnaie début mars

Publié

le

French ICO.com, c’est la fintech marseillaise qui restera dans les mémoires comme étant la première à avoir obtenu le 17 décembre 2019 le tout jeune visa de l’Autorité des marchés financiers (AMF) préalable à une levée de fonds en crypto monnaie. Ce visa optionnel a été délivré dans le cadre du nouveau régime instauré par la loi dite loi Pacte du 22 mai 2019, dont les articles 85 et 86 encadrent les émissions de jetons via la blockchain.

Une ICO entre 100 000 et 1 million d’euros
Créée en 2018 par Christophe Gauthier et Frédéric Gilles, avec pour base la technologie blockchain Ethereum, la start-up marseillaise souhaite développer justement une plateforme d’accompagnement de futurs projets de levées de fonds crypto monnaies. Une activité qui ressemble à celle d’une plateforme de financement participatif classique, à ceci près qu’il s’agit d’émettre non pas des titres financiers mais des crypto-actifs, et que les investissements ne se font qu’en crypto monnaies.
Grâce à ce visa, French ICO.com vise une levée de fonds entre 100 000 (soft cap) et 1 million d’euros (hard cap) pour « financer la commercialisation et l’accélération du projet, mais aussi acquérir la légitimité indispensable pour accompagner les futurs porteurs de projets et souscripteurs ». Son objectif : permettre à des entreprises françaises souhaitant financer l’amorçage, la croissance ou le développement de leurs projets de lever des fonds auprès d’investisseurs français et étrangers. Le jeton émis, qualifié d’« utilitaire assimilable à des bons d’achats », est pour French ICO.com, le FICO.
La startup ouvrira les souscriptions du 1er mars au 1er juin 2020, date de fin de validité du visa.

Six mois d’instruction pour un visa
Déposé au cours de l’été 2019, le dossier French ICO.com aura été instruit pendant presque six mois par l’AMF. Précisons que la procédure d’obtention du visa n’est pas obligatoire. Un émetteur de jeton, souhaitant procéder à une offre au public de jetons (ICO), a la possibilité de le solliciter, mais le visa de l’AMF, gendarme de la Bourse, assure aux souscripteurs une information claire, compréhensible et non trompeuse. Il faut souligner que les sanctions sont particulièrement lourdes pour l’émetteur, notamment en cas d’informations trompeuses.
L’AMF se prononce exclusivement sur la base d’un document d’information communément appelé « white paper », rédigé par le porteur de projet et qui fera figure de référence pour le marché. (consulter le white paper de French ICO.com).
Afin d’assurer la protection des investisseurs, quatre conditions sont requises pour obtenir le visa  : l’obligation pour l’émetteur d’être basé en France; l’utilisation d’un système pour suivre et sauvegarder les actifs collectés durant l’ICO; la réalisation d’un document comportant les principales informations de l’offre de pièces numériques ainsi que le respect des règles en vigueur en matière de blanchiment et financement du terrorisme. Autrement dit, le régulateur ne porte aucune appréciation quant à l’opportunité ou non de participer à une offre de jetons, ce qui signifie qu’à l’issue de la clôture de l’offre, l’AMF n’effectuera aucun suivi de l’émetteur et de son projet.

[Vidéo] Christophe Gauthier – président fondateur de French ICO.com, évoque l’obtention par l’AMF du visa qui lui permet désormais de réaliser la première levée de fonds française en crypto monnaie.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X