Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Marseille : onTracks met sa montre connectée Guidewatch en prévente via une campagne de financement

Publié

le

Quand on pratique le “running”, le “trail” ou la randonnée, c’est plus pour profiter des paysages, du milieu naturel dans lequel se pratique cette activité sportive que pour passer son temps à sortir sa carte ou son téléphone portable pour consulter sa position et savoir quel chemin prendre ! Alors comment apporter plus de liberté aux sportifs “outdoor” sans cesse contraints justement de consulter un écran et d’écouter le guidage vocal d’un GPS en nature pour suivre leur parcours. ? La solution est apparue chez Philippe Leca lors d’une sortie en VTT. Il crée alors onTracks en 2016 et développe la Guidewatch, la première montre connectée qui permet de suivre un parcours sans avoir à regarder une carte ou un GPS, ni subir des instructions vocales intrusives. C’est une solution de guidage intuitive qui s’adapte à toutes les activités “outdoor” (footing, vtt, randonnée, trail, etc.).!

Comment ça marche ?
L’utilisateur doit porter une montre sur chaque poignet et les connecter à l’application onTracks sur son smartphone. Sur l’application, une sélection de parcours est proposée par la communauté, en parfaite adéquation avec ses habitudes, ses performances et sa localisation actuelle. Il lui suffit ensuite de sélectionner son parcours, d’appuyer sur “Go” et ensuite, rien de plus simple, il range son téléphone et se laisse guider !. Dès qu’il faut tourner à droite, la montre droite vibre et donne les indications. Inversement, lorsqu’il faut tourner à gauche, la montre gauche vibre et donne les informations nécessaires.
La Guidewatch a déjà été primée au salon Inosport 2018 dans la catégorie “Applications & Services” et sélectionnée pour représenter l’innovation française au CES 2019.

Une Campagne de crowdfunding en pré-commercialisation
Après avoir levé 1 million d’euros en juin dernier pour financer le développement de son produit, onTracks a lancé le 11 septembre une campagne de financement participatif sur Indiegogo avec des préventes offrant jusqu’à -40% de réduction sur le prix de vente grand public (179€) ! Les internautes peuvent ainsi pré commander leur Guidewatch à un prix préférentiel, être livré en premier et participer ainsi au développement de la start-up. Cette campagne de crowdfunding doit en effet lui permettre de préparer la commercialisation à grande échelle de sa montre connectée prévue pour la fin d’année 2018 !

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

C’est fait ! Monaco est complètement couvert par la 5G

Publié

le

On s’en fait l’écho depuis quelques semaines dans Techsnooper, aujourd’hui c’est fait. Depuis le 9 juillet, Monaco est officiellement doté d’un réseau 5G, plus rapide, jusqu’à 10 fois plus par rapport à la 4G, permettant de connecter plus de monde et plus réactif avec des temps de téléchargements réduits.

(De G à D : Patrick Bouffel, Directeur Réseaux et Systèmes de Monaco Telecom ; Martin Péronnet, Directeur Général de Monaco Telecom; Fréderic Genta, Délégué interministériel chargé de la Transition numérique ; Serge Telle, Ministre d’Etat ; Xavier Niel, Actionnaire majoritaire de Monaco Telecom ; Etienne Franzi, Président de Monaco Telecom ; Guo Ping, Vice-Président de Huawei, Jean-Luc Biamonti, Président-Délégué de la SBM.) Photo ©Direction de la communication – Michael Alesi.

La société Monaco Telecom, dont Xavier Niel, patron de Free, possède 52% du capital et l’Etat monégasque, le reste, a officiellement lancé la couverture totale de la principauté. 23 antennes en tout ont été installées sur le rocher qui a annoncé avec son partenaire technologique Huawei que la commercialisation est désormais effective. ‘’Il s’agit d’une première mondiale’’, s’enorgueillit l’équipementier chinois dans un communiqué, ‘’qui va permettre à l’ensemble des Monégasques, particuliers et entreprises, de faciliter leur vie au quotidien et créer de nouvelles opportunités dans de nombreux domaines grâce à des débits très importants et à des appels de grande qualité’’.
Le partenariat avec l’équipementier chinois a été signé lors du déplacement du Roi Albert en Chine où il a rencontré Ren Zhenfei, le président de Huawei.

Monaco 5G au cœur du programme “Extended Monaco”
La Principauté compte beaucoup sur ce déploiement, il est au cœur de son programme “Extended Monaco” qui vise à la faire entrer dans l’ère du numérique avec quelques longueurs d’avance sur les autres pays du monde. La volonté des dirigeants monégasques est de transformer la ville en une « Smart City » et offrir de meilleurs services aux résidents de la principauté dans les transports, l’énergie, les médias, la santé ou les services publics grâce au numérique. Pour marquer le coup, Guo Ping, l’un des présidents tournants d’Huawei a indiqué dans le communiqué sa volonté de poursuivre la collaboration avec Monaco Telecom « pour faire de Monaco la 5G Smart Nation ».
Les futures applications de la 5G dans la vie quotidienne des Monégasques sont très prometteuses. Concrètement, les clients particuliers et entreprises de Monaco peuvent désormais accéder à cette nouvelle technologie sur les smartphones compatibles tels que l’Huawei Mate 20 X et le Xiaomi Mi Mix 3, ‘’premiers smartphones compatibles 5G de la marque’’.  Ils n’ont pas d’autre choix !

Premier état à être doté de la 5G ?
La Principauté l’a de nouveau affirmé lors de l’événement du 9 juillet, elle est le premier pays au monde à être totalement couverte par la 5G. Pourtant rien n’est moins sûr ! Il y a eu un autre pays européen couvert intégralement en 5G avant Monaco : Saint-Marin depuis la fin de l’année 2018. C’est ce qu’avance la firme finlandaise Nokia qui en a assuré l’équipement. Ce micro-État enclavé en Italie compte une population similaire à celle de Monaco, mais il est beaucoup plus grand en superficie, avec un petit peu plus de 61 km², contre 2 km² pour la principauté. C’est un pays nettement moins urbain, ce qui a ses avantages car pour déployer la technologie 5G, plus il y a de bâtiments, plus il faut d’antennes. A San Marin, huit sites équipés d’antennes 5G ont suffi à couvrir 99 % du territoire, alors que Monaco compte 27 sites pour une surface bien inférieure.
Monaco ne serait alors que le deuxième pays à être intégralement couvert en 5G.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

Région Sud : SFR-Altice investit 400 M€ pour le déploiement de la fibre dans le 04, 05 et le nord du 13

Publié

le

Jeudi 11 juillet a eu lieu à Sisteron et à Gap le lancement officiel du déploiement des réseaux La Fibre04, 05 et 13, un chantier titanesque qui débute pour l’opérateur SFR en Région Sud. Pour la signature des conventions régionales et départementales liées ce déploiement, le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier, la présidente du syndicat mixte ouvert sud THD, Chantal Eyméoud, la présidente du département des Bouches-du-Rhône, Martine Vassal, le président du département des Alpes-de-Haute-Provence, René Massette et celui du département des Hautes-Alpes, Jean-Marie Bernard étaient présents aux côtés de leur partenaire SFR-Altice, représenté par Patrick Drahi, président fondateur du groupe Altice et Alain Weill, président directeur général de Altice France.
Concrètement, pour les 3 départements, ce sont 304.000 prises qui seront déployées d’ici 2022 alors que le planning initial envisageait une couverture d’ici 2030. 48 NRO seront construits, 770 points de mutualisation installés, 450.000km de fibre déployés. 383 communes sont concernées par le déploiement. Le coût pour SFR est de 400M€ permettant une économie de 220M€ de fonds publics.

SFR-Altice remplace le SMO SUD THD pour assurer le déploiement
Délégataire désigné lors d’une procédure AMEL (Appel à Manifestation d’Engagements Locaux) par la Région Sud en décembre 2018, SFR va donc débuter le déploiement de son réseau FTTH dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes. Cet appel d’offre a été assez chaotique dans la mesure où le syndicat mixte ouvert (SMO)  SUD THD, regroupant les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes et des Bouches-du-Rhône avait initialement attribué le marché à Altitude Infrastructures. Voyant le projet patiner, le département des Hautes-Alpes avait menacé de quitter SUD THD. Ce n’est qu’après la mise en place d’un dispositif AMEL qu’SFR a remporté l’appel d’offre et Altitude s’est vu écartée du projet.
L’opérateur se donne quatre ans pour « fibrer » les 383 communes concernées. Cet engagement sera contrôlé par l’Arcep, le régulateur des télécoms. Et si le calendrier n’est pas respecté, SFR s’expose à des sanctions, des pénalités  pouvant aller jusqu’à 3% du chiffre d’affaires.

 

LaFibre04
114 000 prises Fibre seront construites selon le calendrier suivant :

  • 2019 : 19 000 prises Fibre
  • 2020 : 40 000
  • 2021 : 28 000
  • 2022 : 27 000

 

 

LaFibre05
134 000 prises Fibre seront construites selon le calendrier suivant :

  • 2019 : 16 000 prises Fibre
  • 2020 : 31 000
  • 2021 : 41 000
  • 2022 : 46 000

 

 

LaFibre13
56 000 prises Fibre seront construites selon le calendrier suivant :

  • 2019 : 20 000 prises Fibre
  • 2020 : 17 000
  • 2021 : 19 000

 

Un projet économe des fonds publics
Les investissements nécessaires au déploiement de ces réseaux – LaFibre04, LaFibre05 et LaFibre13 – soit plus de 400 millions d’euros, sont portés entièrement par SFR et sa filiale dédiée SFR FTTH, optimisant ainsi conséquemment les ressources publiques qu’il était prévu d’y allouer. Alors que le projet initial avait pour objectif un déploiement de la Fibre à l’horizon 2030, l’accélération conduite ici par les collectivités régionales et départementales représente :
8 années gagnées pour la desserte « full FTTH » de ces trois départements,
de 200 à 250 millions d’euros d’économies de fonds publics (Etat, Région, Départements).

La fibre, un levier de l’économie locale, enjeu majeur pour le territoire
Le déploiement du Très Haut Débit constitue un enjeu économique national. Pour les villes et les métropoles, encore plus peut-être pour les communes rurales et de montagne qui peuvent connaître un nouvel élan grâce à cet aménagement. Le THD est un enjeu de compétitivité, d’attractivité et de création d’emplois, mais aussi et avant tout enjeu de lutte contre la fracture entre les territoires. Le Gouvernement, les Collectivités Locales et les Opérateurs en ont fait une priorité et inscrivent leurs initiatives dans un cadre commun, celui du plan France Très Haut Débit.
Importante pour les habitants, le THD l’est tout autant pour les professionnels et activités économiques de ces territoires. En plus des raccordements FTTH (Fiber to the Home, Fibre à l’habitant), SFR déploiera des raccordements FTTH Pro et FTTO (Fiber to the Office, Fibre dédiée Entreprises) de façon à répondre aux besoins spécifiques des entreprises et des établissements publics. Ces réseaux fibre seront déployés jusqu’à l’intérieur des bâtiments : foyers, maisons, appartements, bureaux, entreprises, mairies, administrations, établissements scolaires. Le débit proposé sera d’entrée de jeu de 1 Gbit/s, soit 50 fois plus rapide en moyenne que l’ADSL. Avec des évolutions ensuite à 5, 10, 20 Gbit/s au fil des années et de l’accroissement des usages.

Pourquoi la fibre ?
Avec près de sept écrans connectés par foyer (du smartphone à la télévision connectée, en passant par les PC et tablettes) et avec l’accroissement des services et de l’audiovisuel en ligne, la demande de débit explose, y compris dans les entreprises et dans les services publics avec la dématérialisation des procédures. La fibre optique, grâce aux débits qu’elle propose, est aujourd’hui la technologie la plus à même de répondre à cette explosion de la demande. Face à cela le réseau cuivre ADSL que nous connaissons ne répond plus aux exigences de la demande et est condamné à disparaître.
Ainsi la fibre optique permet d’accéder aux services Internet Très Haut Débit, téléphone et télévision en haute qualité, dans des conditions de fonctionnement optimales. Les temps de chargement se réduisent considérablement et les utilisateurs peuvent échanger et partager des fichiers volumineux presque instantanément. A titre d’exemple, la durée de téléchargement d’un film ne nécessite que sept secondes avec la fibre optique contre cinq minutes en ADSL.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Marseille : Cédric O en visite à Marseille donne le coup d’envoi du programme French Tech Tremplin

Publié

le

Il était déjà dans la région la semaine dernière, à Sophia Antipolis, pour fêter le premier anniversaire de l’implantation dans la technopole de Symphony. Cédric O accompagnait le cannois David Gurlé, fondateur de cette start-up californienne qui a développé et commercialisé un système de messagerie professionnelle cryptée et est devenue en cinq ans d’existence une licorne.
Aujourd’hui, le secrétaire d’Etat chargé du Numérique est à Marseille et sera demain, 12 juillet à Aix-en-Provence, pour donner le coup d’envoi officiel du programme French Tech Tremplin, qui remplace le programme French Tech Diversité, lancé en octobre 2017. C’est au Cloître des Faiseurs d’Avenir, nouveau pôle d’innovation et d’entrepreneuriat social, dans le 13ème arrondissement de Marseille que Cédric O a dévoilé le contenu du #FrenchTech Tremplin, annoncé en début d’année et qui vise à promouvoir la diversité et l’égalité des chances dans l’écosystème français des start-up.

Échanges entre porteurs de projet et acteurs/actrices de la #tech du Sud et Cédric O

Numérique : des emplois accessibles à tous
L’objectif est d’encourager des porteurs de projets issus de milieux éloignés de l’écosystème Tech à oser créer leur entreprise, et optimiser leurs chances de réussite. ‘’Nous en sommes convaincus, le talent peut et doit venir de partout’’. Mais trop souvent, le manque de financement, de formation, ou de réseaux sont des obstacles au succès.  ‘Avec le lancement de French Tech Tremplin, nous souhaitons faire de La French Tech, un écosystème encore plus inclusif, pour que tout le monde puisse s’y épanouir, soit en rejoignant une startup, soit en créant sa propre entreprise. La diversité est une force !’’ martèle le jeune secrétaire d’Etat qui conclut “Quand on se bat pour le numérique, on se bat pour l’emploi en France !”.
Pour cela, le programme vise plus spécifiquement les habitants des quartiers prioritaires, les réfugiés, les bénéficiaires de minima sociaux, les étudiants boursiers ou encore les personnes isolées socialement ou géographiquement…. Bref toutes les populations dites “isolées” sont ciblées. Il sera mis en place dans les 13 capitales French Tech labellisées en avril dernier. La mission French Tech, en charge du programme, s’appuiera sur ces dernières pour l’identification des opérateurs locaux afin de parvenir à sélectionner un large panel de talents.

French Tech Tremplin, un programme en deux volets
Pour donner les mêmes armes à tout le monde, la même chance d’entreprendre quel que soit le quartier où l’on est né, le programme French Tech tremplin est doté de 15 millions d’euros sur deux ans et s’articule en deux volets.
Le premier dit “Prépa”, est orienté sur l’entrepreneuriat. Cette préparation dure 6 mois à temps plein et permet aux porteurs de projets de rejoindre l’écosystème Tech et d’acquérir toutes les compétences relationnelles et techniques. Durant cette phase, les lauréats pourront être soutenus à hauteur de 17.000 euros.
Le second volet, d’une durée de 12 mois, est une ‘’phase d’incubation’’ : elle vise à accélérer les projets d’entrepreneurs, et notamment ceux issus du premier volet. Pour autant, les deux ne sont pas obligatoirement liés. Les candidats pourront intégrer directement le deuxième volet, selon la maturité de leur projet. Dans cette phase, les jeunes pousses pourront bénéficier d’une bourse de l’ordre de 30.000 euros.
Les premiers candidats peuvent déjà postuler jusqu’au 15 septembre 2019.
Le mot de la fin revient à Cédric O qui s’adressait ce matin à des porteurs de projets marseillais ‘’Pour réussir il ne faut pas être raisonnable, il faut croire en vous. Il faut montrer que c’est possible !’

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X