Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Accélérateur, incubateur, pépinière

Marseille : L’incubateur Provence Travel Innovation accueille sa troisième promotion de 9 start-up

Publié

le

En amour, il existe deux caps à passer : celui des 3 ans et l’autre des 7 ans. Provence Travel Innovation (PTI), l’incubateur de start-up du Sud-Est de la France, vient de franchir symboliquement le premier. A un détail près. “Nous présentons officiellement notre 2e promotion, car la première n’était constituée que de 3 start-up. Elle nous a permis de faire des tests” et d’essuyer quelques plâtres, se remémore Marie Allantaz, directrice de l’ESCAET.
Après trois ans d’existence, l’incubateur vient de se doter d’un plateau pour accueillir les start-up. Situés dans l’Hôtel Technologique de Marseille, les locaux permettront aux jeunes pousses de recevoir leurs rendez-vous, de pouvoir travailler dans un même lieu pour créer une émulation entre des entrepreneurs venant de toute la région. Désormais hébergées, les start-ups bénéficient aussi d’un “programme beaucoup plus solide cette année“, espère la responsable de l’école du tourisme. Ainsi l’ensemble des formations, du contenu, des rendez-vous des experts ont été adaptés. L’équipe encadrant le Provence Travel Innovation souhaite participer à plus d’événements “nationaux, mais aussi internationaux” et dorénavant communiquer autant sur la structure que les start-up. Petit à petit, le PTI fait son nid. Dans un pays où le maillage pour aider les jeunes pousses est l’un des meilleurs du monde, il n’est pas facile de se faire une place. Pour exister, l’incubateur ne se contente pas seulement d’amorcer une idée, mais veut aussi s’attarder sur les projets durables, locaux et surtout “ayant un engagement sociétal”. Le tourisme doit se réinventer dès la base.

Le premier fonds d’investissement de soutien à l’innovation touristique
Et pour se faire, la réinvention a besoin de moyens. Alors que par le passé, les start-up devaient trouver par elles-mêmes leur financement pour intégrer l’incubateur (18 000 euros), cette démarche est révolue. L’argent sera apporté directement par la Région Sud (ex-PACA).  Sous l’impulsion de son président, l’entité territoriale a pris le parti de créer un fonds de soutien à l’innovation touristique. Dotée de 400 000 euros, une somme qui ne sera pas entièrement allouée à l’incubateur, l’initiative est une première en France. Elle vise à “soutenir les projets innovants du tourisme, notamment en aidant les nouvelles entreprises qu’elles planchent aussi bien sur la technologie que les usages du futur“, explique Gwenaële Rubinstein, chef de projet au sein de la Région Sud. Avec ce soutien et ses nouveaux locaux, le Provence Travel Innovation poursuit sa structuration. Après une première promotion incubée durant six mois, la période a été doublée pour mieux répondre aux besoins.  “La réussite dépend non seulement d’une bonne idée, mais aussi du réseau et de l’encadrement“, croit savoir la responsable du territoire. Ce n’est pas tout, car pour Marie Allantaz, un projet ne sera excellent que “s’il est porté par la bonne personne. Notre nouvelle promotion correspond aussi à un choix humain.”

Une promotion très féminine pour le Provence Travel Innovation – Crédit photo : RP

Une promotion très féminine pour le PTI
Et sur les 9 start-up intégrant l’incubateur marseillais, la proportion de femmes interpelle, même s’il n’est pas une volonté du jury. “Je pense qu’il y a plutôt un changement en douceur des mentalités, les femmes osent plus,” s’enthousiasme la responsable de l’ESCAET.  Sur les neuf porteurs de projets, cinq sont des femmes, alors que seules 5% des start-up françaises seraient fondées par une équipe 100% féminine. A commencer par Élisa Balladur, créatrice de Bobee spot. “Entre Instagram et Tinder, l’application a pour vocation de faire ou refaire découvrir des lieux grâce aux locaux.”  Après avoir été pendant quelques années focalisé sur le quantitatif, le digital vient d’entrer dans une deuxième phase celle de l’authenticité, mais aussi de l’émotion, c’est l’une des grandes tendances actuelles.  La donnée est si massive qu’elle en devient illisible, alors pour accompagner les hôteliers dans la gestion de leur e-réputation, la start-up Xenia leur propose de qualifier leurs avis clients. “Notre IA permet de remonter les émotions dans les avis. A terme, l’objectif sera de qualifier les offres émotionnellement, par un filtre,” explique Ariane Flahault, la créatrice de la start-up. Autre bureau, autre technologie. Cette fois-ci, la réalité virtuelle est utilisée comme une aide à la vente, dans un rôle de réassurance. “Nous reconstituons une visite live en 360°, mais elle est commentée par un guide, le tout en direct avec la possibilité d’interagir avec lui. Dans le cadre de destinations exotiques ou particulières, cela peut permettre de rassurer le client“, explique Franck Adraï, le fondateur de My Tour Live.  Si pour le moment chacun des projets n’en est qu’à ses balbutiements, les créateurs pourront s’appuyer sur toute une équipe de professionnels de l’ESCAET et d’experts avant de s’envoler ailleurs. “La suite logique pour les start-up serait d’intégrer l’accélérateur de Nîmes,” imagine Marie Allantaz.
La prochaine étape sera peut-être d’organiser l’innovation dans le sud en rapprochant les structures.

Les 9 start-up incubées au Provence Travel Innovation

– Abitio : agence réceptive visant à organiser les séjours et loisirs adaptés aux besoins des seniors ou personnes à mobilité réduite.

– Air Cigale : bons plans sur le thème du voyage à destination des étudiants et des jeunes actifs.

– Explora Game : le voyageur devient voyajoueur, grâce à ce jeu d’énigmes et de découvertes.

-Jana Concierge : digitalisation et accessibilité des services hôteliers, notamment ceux de la conciergerie.

– Xenia : pour faire remonter les émotions dans les avis et qualifier les notations.

– MICE Corner : optimiser la planification de l’événementiel en hôtellerie.

– My Tour Live : de la visite guidée live et commentée, grâce à la vidéo à 360°.

– Bobee spot : un compagnon de voyages entre Tinder et Instagram, pour des visites plus authentiques.

– Triend : une plateforme pour découvrir, partager et créer des expériences indépendantes et alternatives en temps réel.

Ecrit par Romain Pommier – Journaliste /TourMaG.com
Crédit photo : Romain Pommier

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Accélérateur, incubateur, pépinière

Marseille Innovation rejoint le programme Amazon Web Services Activate

Publié

le

Marseille innovation, la pépinière aux cent entreprises, vient d’annoncer être membre du programme d’accompagnement AWS Activate proposé par Amazon Web Services (AWS), une filiale d’Amazon.com.
Crée en 2006, Amazon Web Services est spécialisée dans les services de cloud computing à la demande pour les entreprises et particuliers et offre à ses clients un accès à des services d’infrastructure dans le cloud afin de leur permettre de créer des applications sophistiquées et extensibles. Aujourd’hui, AWS offre plus de cinquante services à plus d’un million de clients actifs, aussi bien des grandes entreprises que des start-up, dans 190 pays, tout en étant un réel moteur pour l’innovation dans de nombreux domaines comme les médias, la finance, le e-commerce…
C’est avec le programme AWS Activate qu’Amazon Web Services s’investit auprès des start-up. Ce programme est destiné à fournir aux start-up les ressources dont elles ont besoin pour devenir opérationnelles sur AWS. Ainsi, AWS propose une infrastructure peu coûteuse et simple d’utilisation, qui permet de mettre à l’échelle et de développer des activités de toutes tailles. Certaines des start-up les plus dynamiques au monde, comme Airbnb, Spotify et Dropbox, ont su tirer parti de la puissance d’AWS pour démarrer en toute simplicité et profiter d’un dimensionnement rapide.
AWS Activate proposera des crédits d’utilisation sur la plateforme AWS et un accompagnement des start-up au sein de Marseille Innovation. En effet, AWS offre un crédit d’hébergement valable 2 ans, un accès gratuit à une formation permanente aux différents services par AWS, une année de support, et supportera un forum de start-up afin de mettre en relation les entreprises marseillaises avec elles étant déjà membres de ce programme mondial.

Pour chaque Startup de Marseille innovation, l’offre AWS Activate Portfolio Plus comprend :

  • $10k de crédits d’utilisation AWS sur 2 ans
  • 1 an de support business (24/7 et – 80 jetons pour des labs en ligne https://aws.qwiklab.compour se former rapidement
  • Revues 1on1 de l’architecture applicative (scalabilité, disponibilité & sécurité)
  • Conseils en optimisation de coûts
  • Pas de notion d’engagement, ni d’obligation de consommation.
  • Inscrivez-vous à Activate ! 

Enfin le 17 juin prochain se tiendra l’AWS Summit Online, un événement virtuel gratuit, qui donne l’opportunité de découvrir les dernières technologies et nouveautés du Cloud AWS, et de participer à 55 ateliers sur 11 thèmes différents allant de formations pour bien débuter sur AWS, à des sessions sur l’intelligence artificielle, l’analyse de données, les technologies serverless et aux meilleures pratiques et programmes pour lancer ou accélérer sa startup.

 

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

Marseille : L’Incubateur Belle de Mai adapte la 7ème session de son programme de pré-incubation à la crise

Publié

le

Début 2019, l’Incubateur multimédia Belle de Mai à Marseille présentait la 1ère promotion de son nouveau programme d’accompagnement baptisé La Manufacture, clin d’œil à la manufacture de tabac anciennement installée à la Belle de Mai. Aujourd’hui l’incubateur lance sa 7ème session de pré-incubation qui cible les porteurs de projet d’entreprise dès la phase de l’idée et les aide à structurer leur projet très en amont. Mais cette année, ce programme, centré sur le collectif, a été remanié afin de respecter les consignes sanitaires.

Un programme adapté à la crise

Ainsi le ‘’8 clos’’, le serious game pendant lequel les participants sont isolés pendant toute une journée et vivent le parcours accéléré de la création d’un projet Tech a été annulé pour cause de crise sanitaire. L’accompagnement en collectif est maintenant proposé en visioconférence sur Slack à raison d’une demi-journée par semaine. Les projets peuvent ainsi continuer à échanger sur les points forts de chacun et se soutenir dans leurs démarches.
Les rendez-vous individuels sont maintenus par téléphone et également par Slack. Ils permettent d’approfondir le projet, analyser et renforcer des compétences, se préparer au pitch et au Comité d’engagement pour ceux dont le projet suivra la suite de La Manufacture : le programme d’incubation.
A l’Incubateur Belle de Mai, l’accompagnement à distance se fait depuis de nombreuses années. Depuis sa création en 1999, l’incubateur accompagne des entrepreneurs sur toute la France depuis son siège social à Marseille, plus de 200 porteurs de projets ont ainsi été accompagné, contribuant à la création de 150 entreprises, dont 72% sont toujours en activité. Beaucoup, voire la majorité d’entre eux ont d’ailleurs profité d’un accompagnement à distance.
‘’L’accompagnement à distance nécessite que le porteur soit motivé et impliqué dans son projet. Ce que nous aimons chez eux, c’est leur capacité à être autonome mais aussi à accepter l’aide qu’on leur propose. Nous poussons les échanges mais le porteur doit aussi les provoquer ‘’ explique Morgan Dinkel, chargé d’affaires de l’Incubateur Belle de Mai.
Les candidats souhaitant candidater peuvent le faire jusqu’au 16 juin via cette adresse :
https://www.belledemai.org/candidatez/

Infos pratiques :
Détail du programme La Manufacture : https://www.belledemai.org/la-manufacture/
Les personnes souhaitant prendre rendez-vous avec un membre de l’équipe sont invitées à le faire directement à cette adresse, les visites spontanées n’étant plus autorisées :
https://meetings.hubspot.com/manon-dhennin

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

P.Factory avec le soutien de ses actionnaires débloque 200 000€ pour soutenir ses startups accompagnées

Publié

le

C’est parce que de nombreuses start-up ont un accès limité aux Prêt Garanti par l’Etat, le PGE distribué par les banques et garanti par l’Etat à 90% que P.Factory a décidé de débloquer une enveloppe de 200 000€,  l’accélérateur privé estimant que certaines start-up allaient être réellement handicapées par un manque de fonds propres. Certes les partenaires bancaires étudient avec attention les demandes de prêts mais restent souverains dans leur décision d’accorder ces prêts et d’en fixer le montant. Parmi leurs critères d’appréciation figurent notamment l’apport de financements complémentaires et le niveau des fonds propres.
De plus, un certain nombre de start-up n’ont accès ni au PGE, ni au PGE-SI proposé par BPI France, car elles sont qualifiées « d’entreprises en difficulté » au sens de la réglementation européenne. C’est à dire dont les fonds propres sont devenus inférieurs à la moitié du capital social. C’est souvent le cas de celles qui étaient en cours de préparation d’une levée de fonds, devenue très hypothétique dans le contexte du Covid-19.
C’est la raison pour laquelle, grâce au soutien de ses actionnaires, 60 entrepreneurs régionaux, la Caisse d’Epargne CEPAC et la Banque des Territoires, P.Factory peut faire cette offre aux start-up à fort potentiel de croissance :
– celles accompagnées par P.Factory et dont l’accélérateur est actionnaire,
– et dont le Chiffre d’Affaires 2019 est supérieur à 100 000€.
L’investissement peut se faire sous forme de capital, d’obligations convertibles ou de BSA Air et venir ainsi renforcer les fonds propres de l’entreprise.
Le dispositif proposé permet de soutenir les start-up accompagnées par P.Factory et complète ainsi la mobilisation de la Caisse d’Epargne CEPAC et de la Banque des Territoires pour le soutien de l’économie régionale dans le contexte inédit qu’on connait. Il permettra de créer un effet de levier avec des prêts tels que le PGE, le PGE-SI de BPI France, ou le dispositif French Tech Bridge proposé par BPI France pour attendre une levée de fonds.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X