Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Marseille : Iadys obtient le Prix de la créativité aux Trophées des Entrepreneurs positifs pour son robot Jellyfishbot

Publié

le

L’ensemble des entrepreneurs positifs récompensés cette année réunis autour d’Alain Gargani, président de la CPME13 (©Georges Robert)

Après les demi-finales qui se sont déroulées tout au long de l’année à Aubagne, Aix, Arles et Marseille, la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises des Bouches-du-Rhône (CPME 13) remettait pour la cinquième année consécutive ses Trophées des entrepreneurs positifs. Cette cérémonie qui s’est tenue le 24 octobre dernier à la Friche de la Belle de Mai de Marseille a permis de récompenser des dirigeants et des chefs d’entreprise tout particulièrement innovants et bienveillants, à l’image de Iadys, jeune pousse née en 2016 à Aubagne et implantée à Roquefort-la-Bédoule, dans les Bouches du Rhône.


Nicolas Carlési, président-fondateur de Iadys, s’est vu remettre le prix de la créativité dédié au développement de technologies innovantes dans les domaines de la robotique et de l’intelligence artificielle pour son invention, Jellyfishbot, un audacieux robot marin télécommandé dont le rôle est de nettoyer les ports. Conçu en Provence, dans les ateliers de Roquefort-la-Bédoule, avec une fabrication 100% française, le Jellyfishbot a la capacité de collecter des déchets flottants et des hydrocarbures à la surface de l’eau. D’un poids de 18 kilos, le Jellyfishbot est téléguidé avec une portée de 400 mètres et propulsé par trois moteurs électriques. Il peut, grâce à sa petite taille, travailler sur les zones critiques des ports et traiter 1 000 mètres carré de superficie en une heure à la vitesse d’un nœud. Les premiers de série ont été adopté par une dizaine de communes dont Cassis, Marseille et Mayotte… L’objectif de Nicolas Carlési est désormais d’ajouter de nouvelles fonctionnalités et de se développer à l’étranger.
Dans ces trophées, il y a une âme qui permet d’aller chercher les pépites qui sont en dessous de tous les radars. J’ai été bluffé par les candidats”, s’est félicité Alain Gargani, président de la CPME 13 et de la CPME Région Sud. Il a annoncé la création dès 2020 de la déclinaison régionale des Trophées des entrepreneurs positifs.

Intégralité du palmarès des Trophées des entrepreneurs positifs 2019 :

Prix de la bienveillance : Fanny Schosseler (Nursea)
Prix de la persévérance : Romain Sombret (Mon Club E-Sport)
Prix de l’éco-responsabilité : Bernard Benayoun (Bamboo for life)
Prix du courage : Sylvie Sullitzer (Gastronomaniak’)
Prix de la solidarité : Assia Ali (Yemma Yummy)
Prix de la créativité : Nicolas Carlési (Iadys)
Prix coup de cœur : Christophe Roturier (Cagnotte des proches)
Prix du jury : Pierre Lilamand (Confiserie Lilamand)

 

[Vidéo]  Présentation du Jellyfishbot de la société Iadys à Cassis

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cluster, association

Sophia-Antipolis : Le projet Geoffre, lauréat de la finale 100% digital du Challenge Jeunes pousses

Publié

le

Telecom Valley l’avait annoncé : l’adaptation de ses événements aux circonstances exceptionnelles pour continuer d’animer l’écosystème du numérique azuréen. Une belle manière agile de garder le lien de façon innovante avec ses adhérents et de montrer le savoir-faire du numérique.  La finale de la 18ème édition du Challenge Jeunes Pousses a donc été maintenu le 25 mars dans un format 100% digital via Zoom, la plateforme de vidéoconférence.
Pour rappel, le Challenge Jeunes Pousses est le rendez-vous annuel de la création de startups étudiante sur le territoire azuréen. Plus de vingt équipes pluridisciplinaires ont participé au lancement du concours en octobre dernier. Cinq mois plus tard, elles étaient quatre à atteindre la finale. Les équipes Clava, Swety, Geoffre et Ucango ont défendu leur projet d’innovation en live et près de 50 personnes les ont soutenues en direct de chez eux. Les 4 équipes ont une nouvelle fois ‘’pitché’’ leur projet pendant 15 minutes avant de se prêter à l’exercice des questions/réponses en live avec le jury composé deLaurent Londeix (Orange), Christian Gazquez (Métropole Nice Côte d’Azur), Dorothée Lamée-Laroche (Communauté d’Agglomération Sophia-Antipolis), Pierre Corbucci (Pirotekniks) et Brigitte De Angelis (Communauté d’Agglomération Cannes Pays de Lérins). À la suite des délibérations à huit-clos, c’est via les réseaux sociaux que le jury a annoncé l’équipe gagnante et désigné lauréat de cette 18ème édition, le projet Geoffre.

Geoffre, l’assistant virtuel de gestion du secteur de la restauration

Monté par l’équipe d’étudiants composée de Mélina, Thibault, Mathieu et Gabriel, le projet Geoffre se présente comme un assistant virtuel de gestion qui permet à un restaurateur, un hôtelier ou un propriétaire de bar, de calculer les besoins exacts d’ingrédients en fonction du nombre de couverts et de plats choisis par les clients. Il est capable de calculer le coût de revient des recettes, de planifier les menus et l’approvisionnement en quelques clics. L’utilisateur peut ainsi acheter ce dont il a besoin, ce qui lui évite de jeter. Il connaît précisément le coût de chaque recette, maîtrise mieux ses achats. Le tout afin de réaliser des économies. Selon les calculs de l’équipe, cet assistant doit lui permettre une économie de 10 à 15% sur les achats. L’assistant est proposé sur abonnement à 49 euros par mois.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Sophia-Antipolis : Euclyde Datacenters fait entrer au capital le Crédit Agricole pour poursuivre son développement

Publié

le

En ouvrant son capital au Groupe Crédit Agricole, via IDIA Capital Investissement et SOFIPACA (filiale des caisses régionales de Crédit Agricole Provence Côte d’Azur et Alpes Provence), l’objectif d’Euclyde Datacenters est de poursuivre sa stratégie de développement avec un partenaire financier de long terme.
 ‘’ L’arrivée d’une banque de premier plan comme le Crédit Agricole au capital d’Euclyde Datacenters est un gage de pérennité financière et de stabilité pour nos clients’’, explique Magdi Houry, fondateur et PDG d’Euclyde Datacenters dans un communiqué. ‘’Cette opération représente un tournant important dans l’histoire de la société. Grâce à ce partenariat, Euclyde sera en mesure dans les prochaines années de poursuivre organiquement l’ouverture de nouveaux sites en régions et d’étudier d’éventuelles opportunités de croissance externe si elles se présentent.’’

Un réseau de 7 datacenters en France

Euclyde Datacenters (25 salariés) se présente comme un opérateur français indépendant spécialisé dans le développement et l’exploitation de centres de données Tier 3 et Tier 4 en colocation, principalement en régions. Avec son siège social à Sophia-Antipolis et une première implantation ouverte à Antibes en 2009, la société s’est développée sur l’ensemble du territoire national, et compte aujourd’hui 7 centres de données – Antibes, Besançon, Villeurbanne, Aix-les-Milles et à Lognes en région Ile-de-France, la dernière acquisition faite il y a deux mois par le président fondateur d’Euclyde. Un investissement de l’ordre de 10 millions d’euros. Les 7 datacenters proposent des solutions d’hébergement d’infrastructures IT et de connectivité une large gamme de clients : grandes entreprises, banques, institutions gouvernementales, services de santé, entreprises de services informatiques, tout comme des ETI régionales.
Euclyde Datacenters est devenu leader de l’exploitation de datacenters régionaux de proximité, idéalement positionnés pour répondre aux futurs besoins du Edge Computing et aux enjeux de souveraineté des données. Cette opération de capital développement accompagne la croissance de l’entreprise, notamment pour financer l’ouverture de nouveaux centres de données sur le territoire français.

Une stratégie basée sur la recherche de proximité avec les clients

Pour Magdi Houry, le choix du Crédit Agricole n’est pas anodin. Les deux ont une stratégie basée, entre autres, sur la proximité géographique avec ses clients. C’est cette recherche de proximité avec les clients, privés ou institutionnels, qui a orienté le choix d’Euclyde Datacenters alors que des contacts avaient été établis avec d’autres investisseurs.
‘’ Comme pour la société Euclyde Datacenters, la proximité est une valeur forte pour nous’’, souligne Florence Politi, directeur d’Investissement chez SOFIPACA, ‘’et nous sommes convaincus que le maillage territorial du groupe Crédit Agricole pourra être un réel appui dans le développement de la société dans les prochaines années ». Magdy Houry a déjà en vue plusieurs opportunités. “Avec ce partenariat, dans les cinq ans qui viennent, nous allons pouvoir accélérer notre plan de développement”.
Soulignons enfin que dans cet investissement, aucun montant de la transaction n’a été donné mais Magdi Houry a juste précisé qu’il s’agit d’une entrée minoritaire dans le capital d’Euclyde Datacenters.

Facebook Comments
Lire la suite

Digital marketing & sales

Le tribunal de commerce de Marseille valide la reprise d’Oxatis par le groupe CMA CGM

Publié

le

Sans grosse surprise, le tribunal de commerce de Marseille a validé le 26 mars dernier l’offre de reprise d’Oxatis, spécialiste des solutions e-commerce basé à Marseille, déposée par le groupe CMA CGM, associé à la start-up montpelliéraine Lundi matin, éditrice de logiciels de gestion d’entreprise innovants. L’armateur marseillais détiendra 90 % des parts, la start-up de Montpellier récupérant les 10 % restants. l
Ensemble, les deux entreprises ‘’repreneuses’’ déclarent dans un communiqué, vouloir proposer une offre de bout en bout de la chaîne commerciale et logistique : création de sites internet e-commerce, logiciels de gestion et logiciels de caisse, et solution intégrée de logistique et de transport”. Le siège social de l’activité demeurera à Marseille et la majorité des salariés sera reprise, a fait savoir CMA CGM.
Oxatis se trouvait en redressement judiciaire depuis le 28 novembre 2019 sur demande de sa gouvernance. Son président du Conseil d’administration, Philippe Ozanian avait démissionné “pour motifs personnels avec effet immédiat” de cette fonction ainsi que de son poste d’administrateur, le 6 janvier 2020. Un jugement du tribunal de commerce avait permis de maintenir la période d’observation de six mois avec pour objectif de réaliser la cession de l’entreprise. Huit offres de reprise et une proposition de plan de continuation (déposée par un tiers) ont été reçues.
A l’ouverture de la procédure par le Tribunal de Commerce de Marseille, L’entreprise spécialisée dans les solutions de e-commerce affirmait avoir développé plus de 10 000 sites marchands et solutions marketing en mode SaaS en France, Allemagne, Espagne, Italie et Royaume-Uni. Son chiffre d’affaires 2019 s’élevait à 14,9 millions d’euros. La cotation des actions Oxatis sur Euronext Paris (en vigueur depuis avril 2018) a été suspendue le 8 janvier 2020.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X