Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecole, formation

Marseille : Dédié aux enfants et aux séniors, le 1er Centre Agitateur de Neurones ouvre aux Terrasses du Port

Crocos-Go-Digital, une start-up spécialisée dans les nouvelles générations de Formations à la Programmation pour enfants et séniors, ouvre le 1er Centre Agitateur de Neurones à Marseille.

Publié

le

Face à certains pays tels que l’Asie, les Etats-Unis voire même l’Angleterre, la France enregistre un retard non négligeable sur les nouvelles technologies (IA, robots, drones…), pouvant entraîner pour nos enfants de futures lacunes importantes. Au même titre que l’anglais, c’est même une priorité pour les parents qui veulent donner toutes les chances à leurs enfants pour leur avenir !
Une start-up marseillaise, Crocos-Go-Digital, spécialisée dans les nouvelles générations de formations à la Programmation pour enfants et séniors, l’a bien compris et vient d’ouvrir au cœur des Terrasses du Port à Marseille, le 1er Centre Agitateur de Neurones.
Pour Vincent Berge et Toni Doublet, les 2 fondateurs de Crocos-Go-Digital, « L’accélération des nouvelles technologies, va fragmenter le monde et les populations. La mission de Crocos Go Digital est d’accompagner les enfants et les séniors dans cette révolution digitale pour éviter un accroissement des inégalités. Apprendre les bases de la programmation informatique au travers d’ateliers ludiques et pédagogiques travaillés avec les neurosciences leur permet de se familiariser plus facilement et de réduire ce fossé ».

Les neurosciences au cœur des formations 
Ce 1er centre, car d’autres ouvertures en France sont déjà prévues dans des écoles, centres commerciaux, et villages séniors, accueillera à partir de juillet 2018 des enfants de 6 à 12 ans et séniors, afin d’apprendre à programmer des petits robots, des drones, des moteurs d’intelligence artificielle, … Les formations de nouvelle génération qui sont proposés sont adaptatives, c’est à dire construites sur plusieurs niveaux, permettant à toute personne, enfants en difficultés cognitives ou précoces, de toujours s’amuser. Elles sont préparées avec des spécialistes en neurosciences, orthophonistes, neuropsy, ergothérapeutes,… pour stimuler toutes les fonctions du cerveau.
A terme, l’objectif de Crocos-Go-Digital, est de pouvoir améliorer certains dysfonctionnements cognitifs en ayant recours à un moteur d’Intelligence Artificielle et en pratiquant des exercices adaptés.

Dans les écoles, les premiers résultats
Des premières formations expérimentales ont eu lieu à l’école Université des Petits (une école bilingue, de la maternelle au collège), à Bouc-Bel-Air dans les Bouches du Rhône, pour toutes les classes primaires (du CP au CM2), sur 2 jours.
« Les résultats ont été tellement impressionnants aux dires des parents et de l’équipe pédagogique, que nous avons décidé d’intégrer ces formations dans le programme pédagogique pour l’année scolaire prochaine » indique Patricia Molina, fondatrice del’école.

Les Ateliers programmation robotiques/drones/aux Terrasses du Port, Université des Petits :
– Une introduction de 10 min à la programmation aux robots et drones est offerte, à tout moment.
– Pendant les vacances scolaires, stages de 5 jours, de 9h30-16h30, tarif : 250€/stage
– En période scolaire, les mercredi et samedi, de 9h30 à 12h30, tarif : 50€/atelier
– Tout le temps (dimanche compris aux Terrasses du Port), Formation d’1 heure, tarif : 20€/heure

Planning des formations / Inscriptions sont sur : www.crocos-go-digital.com

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecole, formation

Sophia Antipolis : 400 emplois et stages sont à pourvoir au SophiaTech Forum

Publié

le

Il est devenu un rendez-vous incontournable des entreprises de la technopole de Sophia Antipolis. Pour sa 6e édition, le SophiaTech Forum regroupe cette année plus de 45 entreprises, petites ou (très) grandes, Air France, Thales, Virbac, Elsys Design, le BE… qui viennent rencontrer les étudiants et jeunes diplômés de l’école d’ingénieurs Polytech à la recherche de stage ou d‘un premier emploi.
Le 15 novembre prochain, sur le campus SophiaTech, plus de 400 offres seront proposées ; des stages, des contrats en alternance, des sujets de thèses, des emplois, avec pour thématique centrale l’innovation et la R&D. Pour les étudiants, ce forum est un excellent moyen de connaitre l’écosystème local, d’élargir leur réseau professionnel, d’apprendre à “vendre” leurs compétences et leur savoir-faire, et mettre toutes les chances de leur côté afin que les entretiens d’embauche soient couronnés de succès.
Organisée par Polytech Nice Sophia, la Fondation UCA, Telecom Valley et le Sophia Club Entreprises, cette journée sera rythmée par des conférences (Pôle PASS, Altereo et Axe PI) et des tables rondes sur le bâtiment, le génie de l’eau, l’informatique, les mathématiques appliquées, et l’électronique.

100 postes chez Telecom Valley
Nouveauté cette année, en plus de la quarantaine de stands réservés par les entreprises recruteuses, Telecom Valley s’offre un pavillon, le Village Telecom Valley. L’association y accueillera une dizaine de startups et PME du numérique et d’acteurs institutionnels (CCI, Pôle emploi, APEC), qui proposeront une centaine d’emplois et de stages dans les métiers du numérique… également ouverts à ceux qui ne sont pas étudiants Polytech.

Programme et inscription : https://entreprises.polytech.unice.fr/sophiatech-forum/

Facebook Comments
Lire la suite

Cluster, association

Sophia-Antipolis : 17ème Challenge Jeunes Pousses : L’entreprenariat étudiant, un tremplin pour l’avenir

Publié

le

Lancée le 13 octobre dernier, la 17ème édition du concours d’entreprenariat étudiant Challenge Jeunes Pousses ne s’essouffle pas et rencontre toujours un succès auprès des étudiants du territoire des Alpes Maritimes.
Le coup d’envoi de la 17ème édition du Challenge Jeunes Pousses a été donné le 13 octobre à SKEMA Business School Sophia-Antipolis, partenaire phare du concours. Cette année encore une centaine d’étudiants issus de formations différentes, dispensées dans 7 grandes écoles azuréennes, ont formé 17 équipes projets qui porteront sur les secteurs de mobilité-transport, de l’écologie, du tourisme sur le territoire etc.
La bataille pour atteindre la finale en mars 2018, s’annonce déjà rude, puisque 7 équipes seront éliminées à l’issue des quarts de finale qui auront lieu le 21 novembre, après seulement 4 semaines de travail.
Chaque équipe devra présenter une ébauche de business plan préparée avec l’aide de Laurent Masson (Incubateur PACA Est) et Samih Abid (Abid Avocats), professionnels bénévoles, en session de coaching collectif, sur les aspects business plan et juridiques des projets.
L’étape des quarts de finale passée, les équipes encore en lice seront coachées sur les aspects de la communication digitale avec Frédéric Bossard (WACAN), sur les techniques de pitch avec Guy Sepahi (expert en communication) et en design avec Maurille Lariviere (co fondateur de The Sustainable Design School).
Pour cette 17ème édition, un nouveau coach fera partie de l’aventure. Sophie Roux (Brandsilver) partagera son expertise sur le Branding avant la demi-finale de Janvier.
Les équipes seront également accompagnées individuellement après les quarts de finale par un coach bénévole choisi selon les affinités métier.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecole, formation

[Vidéo] Martine Vassal inaugure la Wild Code School de Marseille

Publié

le

(de G à D) Caroline Larcié, André Jeannerot et Martine Vassal

Située en plein cœur du Panier à Marseille, juste à côté de la Vieille Charité, ouverte seulement depuis début septembre avec une première promotion composée de 16 étudiants, la Wild Code School de Marseille, l’école de formation aux métiers du numérique, a été officiellement inaugurée mardi 16 octobre à Marseille. Inauguration en présence de Martine Vassal, présidente du Conseil Départemental des Bouches du Rhône et présidente de la Métropole Aix-Marseille Provence, de Sabine Casali, élue à la CCI Marseille Provence et d’André Jeannerot, président du cluster numérique Medinsoft.
Pour la fondatrice du concept, Anna Stépanoff, la Wild Code School est une école nouvelle génération qui propose de former de manière intensive les développeurs web et mobile de demain via un parcours débouchant sur un titre de développeur logiciel reconnu par l’Etat (équivalent bac+2). Il s’agit d’une formation intensive de 5 mois, du « blended learning » qui associe e-learning et classiques cours présentiels en petits groupes de 15 à 20 élèves. Aujourd’hui, la Wild comme ils disent, représente un réseau de 14 écoles implantées en France et en Belgique, avec une moyenne d’âge des étudiants de 29 ans et une très forte féminisation. A Marseille, elles sont 10 parmi les 16 étudiants qui composent la première promotion. Féminiser un secteur qui ne l’est que trop peu, c’est une des volontés de la Wild, comme le rappelle dans cet interview vidéo, Caroline Larcié, campus manager de la Wild Code School de Marseille.

Selon la Wild Code School, 87% des élèves formés trouvent un débouché professionnel (emploi très majoritairement ou création d’entreprise) en lien avec leur formation de développeur dans l’année suivant la fin de la formation, alors que 62% d’entre eux sont demandeurs d’emploi au début de la formation et que 23% sont en poste mais souhaitent changer de profession.
Des chiffres qui parlent à Martine Vassal dont on connaît le combat qu’elle mène depuis des années pour l’emploi…et c’est ce que la nouvelle présidente de la métropole Aix-Marseille Provence et présidente du Conseil départemental 13 a tenu à rappeler en conclusion de son allocation.

Fin septembre, le groupe Wild Code School a réalisé une levée de fonds de 3 millions d’euros auprès d’Alter Equity. Avec ce tour de table, la Wild souhaite financer l’ouverture d’une vingtaine d’écoles supplémentaires en France et en Europe d’ici 4 à 5 ans. Elle prévoit également d’élargir son offre en proposant des formations aux nouveaux métiers du numérique comme Data scientist ou encore Product manager.

La Wild Code School de Marseille

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X