Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecole, formation

Marseille accueille une nouvelle école du numérique, La Plateforme

Publié

le

Cédric O, secrétaire d’état chargé du numérique (Photo Robert Poulain)

On connaissait Simplon, le Wagon, la Wild Code School ou la Passerelle, il faudra désormais compter avec la Plateforme Marseille… Inaugurée jeudi 11 juillet en présence de Cédric O, le nouveau secrétaire d’Etat chargé du Numérique, l’école a été créée pour répondre aux besoins de formation aux métiers du numérique, et en particulier au codage, spécifiquement pour le bassin Aix-Marseille et sa région. Ce nouvel acteur de la formation complète ainsi une offre déjà fournie, mais pas suffisante. « Aujourd’hui, en France, 80 000 jobs dans le numérique sont non pourvus, ils seront 200 000 en 2022’’, souligne Cédric O. ‘’Si l’on veut lutter contre le chômage il faut accélérer les formations de ce type. Et les ouvrir à la diversité« .
Car le but de La Plateforme, qui est entrée dans le programme « Grande école du numérique », est  d’encourager la mixité sociale de l’écosystème numérique, un sujet auquel est sensible Cédric O, qui le même jour annonçait  le lancement de « French Tech Tremplin« , un programme visant à encourager l’entrepreneuriat parmi les personnes issues des quartiers prioritaires notamment. La nouvelle structure s’engage en outre à atteindre les quotas de féminisation des effectifs prévus par la Grande école du numérique. « Pour les femmes dans les technologies, le sujet n’est pas catastrophique, il est pire et ça empire…’’ précise le secrétaire d’état, ‘’Il faut que les jeunes filles puissent apprendre le code. Et je crois au rôle des modèles. Elles se diront que c’est possible quand elles verront plus de femmes chefs d’entreprises’’.

Lire aussi : Marseille : Cédric O en visite à Marseille donne le coup d’envoi du programme French Tech Tremplin

Cyril Zimmerman, fondateur de La Plateforme Marseille (Photo Robert Poulain)

Imaginée et créée par l’entrepreneur marseillais Cyril Zimmerman (HiMedia, Hipay), La Plateforme est soutenue par les entreprises du Top20*, club qui regroupe les grands groupes de la Métropole Aix-Marseille Provence, dont le Crédit Agricole Alpes Provence, principal mécène. Soutien également de la Région Sud, du Département des Bouches du Rhône et de la Métropole Aix Marseille Provence.
La nouvelle structure qui ouvrira ses portes au mois de septembre, au 8 rue Hozier, dans le quartier de la Joliette à Marseille, propose trois types de cursus : le code, une spécialisation axée sur l’intelligence artificielle et l’algorithmie et la formation continue.

La Coding School: C’est l’école du numérique ouverte à tous. Avec ou sans bac, sans limite d’âge et totalement gratuite, la formation Coding School offre leur chance à ceux qui veulent faire du numérique leur avenir. La Coding School ce sont 2 ans dédiés à la formation aux métiers du web et du mobile, un titre reconnu par l’état, une année de spécialisation et un modèle pédagogique unique qui s’adapte aux besoins de chacun. La Coding School est inspirée de la méthode de l’Ecole 42, qui privilégie les cas pratiques aux cours magistraux

Ecole Centrale Digital Lab : C’est le post-graduate d’excellence, dédié à l’IA. Le diplôme post-graduate créé en collaboration avec l’Ecole Centrale de Marseille est un parcours d’excellence de formation à l’Intelligence Artificielle. Ouvert aux étudiants diplômés d’un BAC+5, ou en césure, ayant pour objectif de devenir des acteurs clés dans les métiers de haute technologie.

Executive Education : Pour se former aux métiers des nouvelles technologies et aller plus loin dans sa carrière. Des formations continues destinées aux cadres et aux décideurs souhaitant monter en compétences sur les domaines IT, et plus particulièrement l’IA. En formule ou à la carte pour s’adapter au mieux aux besoins des entreprises.

Coding School, Digital Lab ou Executive Education, La Plateforme Marseille a l’ambition de préparer à tous les métiers, du web, de l’IA, du numérique, de l’informatique : Développeur Back-End, Développeur Full Stack, Intégrateur Web, Designer UX, Développeur Front-End, Chef de Projet Web, Ingénieur Big Data ou Data Scientist. Il s’agit de répondre à la pénurie de compétences numériques, et donc aux attentes des entreprises, et offrir des formations qualifiantes à des publics parfois éloignés de l’emploi comme à des publics déjà très diplômés mais à la recherche d’une spécialisation de pointe.
En 2020, Cyril Zimmermann mise sur une centaine d’étudiants codeurs formés par an (gratuitement) à raison d’un cursus sur deux ans. 25 étudiants suivront le parcours « Bac +6 » en IA, algorithmie, intelligence des données, conçu avec l’Ecole Centrale Marseille et payant (1.600 euros par an). Une quinzaine de stagiaires composera à la rentrée le premier groupe de formation continue (IA, blockchain…), des effectifs qui évolueront au fil de l’eau en fonction de la demande des entreprises.

*Top 20 : 52 entreprises membres – NGE, Voyage Privé, Compagnie Fruitière, Marbour, Seafoodia, Société Marseillaise de Crédit, Richardson, Foselev, Oxatis, Aéroport Marseille Provence… – représentant 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 400 000 salariés. Le président actuel du club Top20 est Denis Philippon, président de Voyage Privé.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecole, formation

L’AMU et la Délégation Ministérielle pour l’Intelligence Artificielle s’engagent pour 3 ans de collaboration

Publié

le

Aix-Marseille Université (AMU) et la Délégation Ministérielle pour l’Intelligence Artificielle (DMIA) ont annoncé vendredi 12 février une collaboration sur trois ans (2021-2023) pour le développement régional dans le champ de l’intelligence artificielle. Un projet d’accord signé le 12 février en présence d’Éric Berton, président d’AMU, Romain Laffont, vice-président partenariat avec le monde socio-économique et directeur de Polytech Marseille, Ludovic Escoubas, directeur du programme doctoral « Défense et Sécurité intérieure » d’AMU et Jean-Martin Jaspers, préfet DMIA.
Les éléments de cette collaboration portent sur :

  • La création d’un nouveau master universitaire permettant de renforcer la formation des cadres en IA destinés aux services de sécurité de l’Etat, des entreprises, des collectivités locales ou de la sécurité privée.
  • La réalisation d’une étude commune sur la vision stratégique de l’IA et les industries de sécurité.
  • L’intégration de cadres et collaborateurs du Ministère de l’Intérieur français parmi les formateurs en IA d’Aix-Marseille Université.
  • L’organisation de colloques et séminaires afin d’échanger expertises, expériences, jeux de données, de procédures de test, lutte contre les biais etc.
  • Œuvrer à une meilleure intégration des demandeurs d’emplois dans des administrations, des collectivités locales, des entreprises de sécurité sur des nouveaux métiers de l’IA
  • Développer les échanges d’informations sur l’Intelligence artificielle en Afrique et en Asie.

Cette coopération vise un changement majeur en faveur du développement de l’intelligence artificielle au sein du monde universitaire, désignant le site d’Aix-Marseille comme acteur stratégique. Aix-Marseille Université est l’une des premières universités en France à ouvrir une telle collaboration stratégique nationale. Le positionnement français dans le domaine de l’enseignement, de la data analyse et la sécurité sur l’arc méditerranéen ouvrira la voie à d’autres partenariats universitaires.

Facebook Comments
Lire la suite

3D, VR, AR

Aix-en-Provence : WiXar crée un module de formation immersive ‘’désinfection et nettoyage Covid 19’’

Publié

le

Spécialisée dans l’apprentissage immersif, WiXar, une start-up aixoise a développé une plateforme collaborative de Learning en réalité virtuelle et propose à ses clients des scénarios de formation en sur-mesure, personnalisables selon leurs besoins. Avec WiXar, la réalité virtuelle devient un format pédagogique puissant, ludique et inclusif. Cette technologie, bien que moins répandue que les MOOCS ou les webinars n’est pas nouvelle mais avec la crise sanitaire et le développement du télétravail et des cours à distance, l’apprentissage immersif se développe. Ses avantages pédagogiques sont avérés. Grâce à la VR, l’expérience est plus engageante et motivante pour l’apprenant. En devenant acteur du scénario de formation, il apprend plus vite et retient davantage. De plus, la multiplication des casques de réalité virtuelle joue un rôle considérable dans le développement de l’apprentissage immersif, avec un coût désormais accessible à nombre d’entreprises.

Mettre les agents de nettoyage en lumière 

Les agents de nettoyage, c’est la population prioritaire du projet de WiXar. Tout comme les donneurs d’ordre économiques dont l’une des préoccupations majeures est la réouverture des lieux publics. Face à l’épidémie que nous connaissons depuis plus d’un an, les agents de nettoyage ont un rôle crucial : ils sont aux avant-postes face au coronavirus, prenant des risques pour eux et leurs proches. Leurs actions vont être cruciales dans les mois et années qui viennent. Pour WiXar, il faut les former rapidement et efficacement en adaptant les gestes actuels aux risques émergents.

‘’Désinfection et nettoyage Covid 19’’

En proposant une formation immersive ‘’Désinfection et nettoyage Covid 19’’, la start-up va permettre de revaloriser cette profession mal perçue, en donnant des moyens à la hauteur des risques pour qu’ils s’approprient rapidement et efficacement les gestes utiles de protection, de nettoyage, de désinfection.
Cette formation est une chasse aux risques de contamination à la Covid-19 afin de former les agents d’entretien aux risques de contamination. L’immersion leur permet notamment de visualiser les zones à risques et de se former aux bonnes pratiques pour une décontamination efficace, afin de garantir aux clientèles un environnement safe et sain. En quelques minutes, la personne appréhende des situations diverses et apprend les gestes clés.
Pour ce module, WiXar a été récompensée par le comité interministériel du tourisme, Atout France et Welcome City Lab

Vidéo de présentation de la formation immersive ‘’désinfection et nettoyage Covid 19’’

L’apprentissage immersif en VR est ce qui se fait de mieux en terme d’outil

La réalité virtuelle offre la possibilité de se mettre à la place de son interlocuteur pour mieux le comprendre et répondre efficacement à ses attentes. Il est facile de comprendre son potentiel en matière de sensibilisation aux handicaps ou encore au sexisme. La réalité virtuelle possède le pouvoir de placer tout le monde sur le même pied d’égalité en arrivant à gommer les différences. Grâce à son aspect ludique, elle devient un outil d’intégration pour les profils les moins à l’aise avec la formation, rétablissant alors l’égalité des chances entre les apprenants.
Actuellement, WiXar travaille avec l’enseigne PicWicToys, chaîne de magasins de jouets issue de la fusion entre PicWic et Toys R Us. Le scénario de formation en réalité virtuelle créé par WiXar est à destination des futurs commerciaux et vendeurs. Il a pour finalité le développement de leurs qualités d’accueil et de conseil.  

Facebook Comments
Lire la suite

Big Data

Marseille : le projet Shelt.In, lauréat d’Epitech Experience 2021, l’évènement dédié à l’innovation

Publié

le

Sauver la vie de ceux qui la risquent, c’est l’ambition du projet Shelt.In conçu par six étudiant du campus marseillais d’Epitech et grand vainqueur du trophée et du prix des étudiants d’Epitech Experience 2021. Évènement annuel dédié à l’innovation et organisé par l’école Epitech, ce dernier s’est déroulé le dernier weekend de janvier dans un format 100% digital, adapté au contexte sanitaire. Organisé sur deux jours, Epitech Experience a réuni de nombreux acteurs de la Tech, qui ont pu découvrir des projets innovants conçus par les élèves de cinquième année, particulièrement axés sur l’e-santé, la fintech et la Data cette année.
Grande nouveauté cette année, la mise en place d’une plateforme crowdfunding sur laquelle les étudiants et le jury de l’édition 2021 ont investi 52 millions de Tech Coins, monnaie virtuelle créée pour l’événement, afin d’élire les projets qu’ils trouvaient les plus percutants, engagés et viables. Chaque année, cet événement donne naissance à des entreprises prometteuses, dont certaines ont levé depuis des dizaines de millions de dollars.
Parmi les 14 Epitech Innovative Projects en compétition pour remporter le trophée 2021, le jury, composé de professionnels de la Tech (Ubisoft, Google, Microsoft, Orange, FNAC, Mano Mano, L’Oréal, AWS, BNP…), a finalement tranché pour Shelt.In.

Sauver la vie de ceux qui la risquent

Shelt.In a pour ambition de mettre la technologie au service de la sécurité́ des combattants du feu. Il s’agit d’un boitier connecté et portable accompagnant les pompiers durant leurs interventions afin de réduire les risques d’accidents lors d’une intervention. Ce boitier comprend un GPS pour connaître en temps réel la position géographique, un accéléromètre, un gyroscope, un détecteur cardiaque et un logiciel d’intelligence artificielle qui traite les données. Il n’existe que très peu d’outils et de technologies développées spécialement pour eux, excepté le classique talkie-walkie. Or chaque année, les pompiers sont victimes de près de 55.000 accidents de services. Souvent ces accidents pourraient être évités, mais aujourd’hui, à cause d’un matériel trop rudimentaire, le chef d’intervention manque d’informations pour pouvoir agir.
« Gagner ce Trophée va nous permettre de pouvoir accélérer la mise en production et nous rapprocher de notre objectif : sauver la vie de ceux qui la risquent. » souligne l’équipe du projet Shelt.in.

Le jury a également accordé deux autres prix. Le deuxième trophée a été accordé à Whisp’ear développé par des étudiants du campus de Montpellier. Leur projet : un système d’assistance aux sourds et malentendants dont l’objectif est de proposer à l’utilisateur une expérience domotique connectée, mais également financièrement plus accessible que le matériel existant.
Le troisième prix est revenu à l’application mobile du projet Diabetips (campus de Nancy) qui accompagne les personnes atteintes du diabète dans leur vie de tous les jours.

L’équipe du projet Shelt’In (Marseille) 

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X