Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Economie numérique

Maeva Bentitallah et Julie Moya sont étudiantes et lauréates du concours national Prix Pépite-Tremplin pour l’entrepreneuriat !

Publié

le

Étudiantes entrepreneures accompagnées par Pepite Paca Ouest dans le cadre du statut étudiant entrepreneur porté par l’Université d’Aix Marseille, Maeva Bentitallah et Julie Moya ont appris vendredi dernier, le 12 octobre, qu’elles étaient lauréates du concours Prix Pepite Tremplin pour l’entrepreneuriat étudiant et allaient obtenir respectivement une dotation de 10 000 euros et 5000 euros pour continuer le développement de leur entreprise. Maeva Bentitallah a fondé fin 2017 sa propre marque de vernis anti gaspi, Clever Beauty et Julie Moya a créé sa propre marque de vêtements dédiés à l’équitation sous le nom Tw Equitation.
Impulsé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, en partenariat avec la Caisse des dépôts, le Prix Pepite-Tremplin dont c’était la 5ème édition est un dispositif de soutien destiné à favoriser la création d’entreprise par les étudiants et les jeunes diplômés. C’est l’un des deux volets du dispositif i-LAB avec le concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes.
Chaque année des étudiants issus de Pepite Paca Ouest – Pôle Etudiant Pour l’Innovation le Transfert l’Entrepreneuriat – sont lauréats du concours national. L’an dernier, cela concernait Arnaud Pioli fondateur de Panda Orthopedics (conception d’une genouillère connectée) et Anton Fert fondateur de Tchek (conception de scanner innovants pour véhicules).
Le 24 octobre prochain, Maeva Bentitallah et Julie Moya seront à leur tour récompensées à l’École Centrale de Marseille avec les 3 autres lauréats régionaux et le 15 novembre à Montpellier avec les 53 lauréats nationaux choisis parmi les 300 candidatures reçues en présence de la Ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal.

Julie Moya, fondatrice Tw Equitation, chef d’entreprise à 18 ans !
Etudiante en licence économie gestion de l’Université d’Aix Marseille bénéficiant du statut Etudiant Entrepreneur 2017/2018, Julie a seulement 18 ans lorsqu’elle créée en 2015 sa propre entreprise, Tw Equitation, pour développer sa marque de vêtements pour la pratique de son sport, l’équitation. Elle s’associe avec Jacques Le Garrec, couturier marseillais et créent une collection de vestes de costume pour des cavaliers de compétitions en utilisant une matière première alliant confort, technicité et élégance car dans le domaine équestre, le confort du cavalier est primordial. La première veste de concours nommée Flora est fabriquée avec un tissu ultra élastique et très léger, une première dans le milieu équestre ! Elle ne pèse que 200 gr au lieu de 600 gr pour une veste classique et permet donc une totale liberté des mouvements. Depuis, une collection complète a vu le jour, les textiles sont tous fabriqués à Marseille dans un atelier du 8ème arrondissement et ces costumes ‘’Made in France’’ habillent même l’équipe de France lors de compétitions internationales.
Grâce à l’accompagnement de Pepite Paca Ouest, Julie a aussi développé un nouveau concept unique dans le milieu équestre en proposant aux cavalier(e)s des abonnements à partir de 29 euros par mois pour permettre à chaque cavalier(e) de bénéficier d’une tenue complète tout en maîtrisant son budget car la pratique de ce sport peut s’avérer très coûteuse !
TW Equitation en 3 chiffres clés :
– TW Equitation est représentée sur 3000 concours en France et en Europe depuis 2016 grâce à son réseau d’ambassadrices, mondialement connues dans le milieu équestre.
– TW Equitation Sponsor d’Or de la coupe des Nations à Fontainebleau en avril 2017.
– Plus de 15 000 personnes suivent les actualités de la marque TW Equitation sur les réseaux sociaux.

Maeva Bentitallah, fondatrice de Clever Beauty, du fab lab à la vente en boutique en une année seulement !
Plus âgée que Julie Moya, Maeva Bentitallah, 27 ans, est une ancienne étudiante en management des entreprises bénéficiant du statut Etudiant Entrepreneur 2016/2017. Elle fonde Clever Beauty, une gamme de cosmétiques anti-gaspillage et naturels sur un simple constat : 211 tonnes de vernis à ongles sont gaspillées chaque année et se retrouvent dans la nature. « 68% des femmes n’ont jamais fini un vernis à ongles. La cause ? Un pinceau trop court pour atteindre le fond du flacon. Le produit devient hors d’atteinte dès la moitié du flacon », explique-t-elle. Elle imagine alors sa solution ; doter le flacon de vernis d’un pinceau plus long mais aussi d’un bouchon qui permettrait de le faire descendre jusqu’au fond du flacon sur une simple pression. Après deux années de recherches, le produit, développé en partie au Fab lab de l’IUT d’Aix-en-Provence grâce à des imprimantes 3D, est au point fin 2017. En plus du contenant innovant, Maeva a également travaillé le contenu pour proposer un produit sain et cohérent, composé à 85% d’ingrédients naturels. La première gamme créée par Maeva comporte 12 teintes… rouge, corail, rose poudre… qui font déjà le Bonheur des consommatrices.
Désormais installée à la pépinière Clean Tech du technopôle de l’Arbois, Maeva travaille déjà à son deuxième produit cosmétique toujours plus naturel et éco-responsable!
Clever Beauty en 3 chiffres c’est :
-1200 vernis à ongles vendus depuis le début de l’année 2018.
-15 revendeurs en France, Belgique et Réunion.
-Une campagne de crowdfunding réussie à 152% pour le lancement de son produit.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Digital marketing & sales

L’e-commerce en France franchit le cap des 100 milliards d’euros en 2019 et va se doter d’un label responsable

Publié

le

Pour la première fois, les ventes du commerce en ligne ont franchi le cap historique des 100 milliards d’euros, grâce à une forte hausse de plus de 11%, un montant qui comprend à la fois les ventes de services et celles de produits, a annoncé mercredi 5 février, la Fevad, la Fédération du e-commerce et de la vente à distance.
Le total des ventes sur internet en France s’élève en 2019 à 103,4 milliards d’euros (…) Malgré un fléchissement de la croissance observé au dernier trimestre, la hausse du chiffre d’affaires a atteint 11,6% par rapport à 2018, précise la Fevad. En 10 ans, souligne la fédération, les ventes de produits et de services sur internet ont été multipliées par quatre. Toutefois, précise-t-elle, les ventes de produits ne représentent aujourd’hui encore que 10% en moyenne de l’ensemble du commerce de détail, contre 90% des ventes qui se font toujours en magasin. L’offre en ligne continue de son côté de s’étoffer avec plus de 190 000 sites marchands recensés, soit une hausse de 15% sur un an.
Par ailleurs, plus de la moitié des ventes de produits sur internet sont réalisées par des sites d’enseignes qui possèdent aussi des magasins.
Enfin, pour 2020, la Fevad anticipe un niveau de croissance comparable à celui de 2019: “les sites de e-commerce devraient réaliser un chiffre d’affaires de 115 milliards d’euros et près de 2 milliards de transactions”, estime-t-elle.

Mettre en avant les e-commerçants les plus vertueux
À l’occasion de la présentation des résultats annuels de l’e-commerce français, Cédric O, secrétaire d’État chargé du numérique annonce de son côté le lancement d’un label à destination des e-commerçants les plus vertueux en termes d’environnement, d’ici avril prochain.
À mesure que le poids de l’e-commerce augmente, ses responsabilités le sont également notamment en termes environnementaux, souligne le secrétaire d’État chargé du Numérique. Les acteurs du commerce en ligne doivent être au rendez-vous de la transition énergique. La manière de voir l’e-commerce est parfois trop négative alors même que les nuances de comportements entre les e-marchands sont très fortes. Aussi, nous souhaitons lancer, d’ici le mois d’avril, un label pour récompenser les e-commerçants les plus vertueux et mettre en avant les acteurs français qui s’engagent. Nous voulons qu’il soit un marqueur pour les consommateurs.
Les cyberacheteurs sont en pleine transition écologique souligne la Fevad : selon un sondage réalisé par Médiamétrie, 53% d’entre eux déclarent prendre en considération l’environnement lors de leurs achats en ligne et 45% d’entre eux ont déjà acheté sur internet un produit issu de l’économie circulaire.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

L’Identité Numérique La Poste est la 1ère identité électronique française validée par l’ANSSI

Publié

le

La question de l’identité numérique, c’était l’un des sujets d’actualité du FIC, le Forum International de la Cybersécurité, qui s’est tenu les 28,29 et 30 janvier à Lille. Or pour la première fois en France, l’ANSSI, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information, a certifié conforme à un niveau de sécurité “substantiel”, un service d’identité numérique. Celui du groupe La Poste.
L’Identité Numérique va permettre à un utilisateur de se connecter de façon sécurisée à différents services en ligne avec un seul identifiant. Elle va également accélérer le développement de démarches 100 % en ligne, et d’usages innovants dans différents secteurs d’activité tels que la banque, l’assurance, la santé ou la vie citoyenne.

Le seul service d’identité électronique validé par une vérification en face à face
La Poste a fait le choix d’une solution d’identité électronique basée sur une vérification en face à face. Cette vérification est assurée à domicile par un facteur ou en bureau de Poste par un chargé de clientèle. La sécurité de l’Identité Numérique La Poste repose sur la combinaison unique d’un identifiant, d’une application mobile et d’un code secret. Cette procédure d’authentification forte s’appuie sur deux méthodes distinctes de vérification : la saisie de son identifiant par l’utilisateur et une confirmation de connexion sur l’application l’Identité Numérique à l’aide d’un code secret. Facteur supplémentaire de sécurité, l’hébergement des données est réalisé en France sur les serveurs de Docaposte, la filiale numérique de La Poste.

Simplification, gain de temps et sécurité dans les démarches
Service gratuit accessible aux personnes majeures possédant une pièce d’identité en cours de validité, l’Identité Numérique La Poste permet d’accélérer le développement de démarches 100 % en ligne et de les réaliser de manière simple, rapide et sécurisée : un seul identifiant suffit pour se connecter à des centaines de sites, simplifiant la gestion des multiples comptes et mots de passe. Ainsi via son partenaire FranceConnect, plus de 700 services en ligne sont proposés. Ce portail de services publics numériques permet d’accéder à ses impôts, ses remboursements de la sécurité sociale, à son compte personnel de formation, la possibilité de renouveler ses titres… L’Identité Numérique La Poste ouvre aussi de nombreuses perspectives dans le domaine de la santé telles que : remplir un dossier de pré-admission à l’hôpital, donner son consentement aux soins, consulter son dossier médical… Dans le secteur de la banque-assurance, elle facilitera l’ouverture d’un compte bancaire, la souscription d’un contrat ou d’un prêt…
Aujourd’hui, 260 000 personnes ont créé une identité numérique La Poste et peuvent l’utiliser, en premier lieu, pour des services postaux comme pour l’envoi et la réception d’une lettre recommandée électronique.

EN PRATIQUE
Une Identité Numérique validée à domicile ou en bureau de poste
Pour créer son Identité Numérique La Poste, 3 étapes suffisent :

  1. Inscription sur le site https://lidentitenumerique.laposte.fr. Puis scan de la pièce d’identité. Après contrôle de l’authenticité de cette pièce d’identité, le scan n’est pas conservé par La Poste.
  2. Vérification de cette même pièce d’identité en face à face soit à domicile par le facteur soit par un chargé de clientèle en bureau de poste. Cette démarche valide l’association entre la personne physique, son identifiant et son smartphone en tant que moyen d’authentification.
  3. Activation de l’Identité Numérique sur le smartphone avec l’application mobile dédiée et le choix du code secret 

Comment utiliser son Identité Numérique ?

  1. L’utilisateur clique sur le bouton L’Identité Numérique La Poste dans France Connect ou sur les sites partenaires.
  2. Il reçoit instantanément une notification sur son smartphone et valide la connexion depuis son application mobile. Si un utilisateur suspecte un risque de fraude, il peut bloquer instantanément son Identité Numérique.
  3. L’utilisateur peut ensuite se connecter au site choisi en toute sécurité.
Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

La Ciotat : suppression de postes chez Thales DIS France (ex-Gemalto) dont 70 en Région Sud

Publié

le

Nouvelles craintes pour l’emploi chez Thales DIS France, ex-Gemalto. Selon le syndicat CFE-CGE, la direction du groupe Thales qui avait fait l’acquisition du leader de carte à puce en avril 2019, a annoncé mardi 21 janvier en « Commission centrale d’anticipation » à Paris son intention de supprimer 220 emplois dans différents sites de sa filiale Thales DIS France dont 70 suppressions de postes en Provence-Alpes-Côte d’Azur : 47 sur un total de 600 à La Ciotat dans les Bouches-du-Rhône et 23 sur les 85 sur le site de Sophia Antipolis, dans les Alpes-Maritimes. A cela s’ajoutent 150 suppressions de postes à Pont-Audemer dans l’Eure où Thales DIS France possède un site industriel qui compte 330 salariés.
Toutes ces suppressions d’emploi sont liées à l’activité Mobile Connectivity Solutions (MCS), présentée comme « en difficulté à cause d’une décroissance plus rapide que prévue du marché de la carte SIM » qui aurait pu être mieux anticipé selon les syndicats. Sur ce marché, le fabricant français de cartes à puce peine à se relever et son nouveau propriétaire, Thales, se prépare à prendre des mesures.
Dans les colonnes de La Provence, Anthony Vella, représentant de la CFE-CGC parle d’une ‘’douche froide‘’ et explique que ‘’Le plan de sauvegarde de l’emploi annoncé en novembre 2017 quand nous étions toujours Gemalto est encore en cours. Nous pensions être tranquilles car Thales s’était engagé à ne pas parler de pertes d’emplois pendant 18 mois ». En juillet 2018, ce PSE s’était traduit par la suppression de 262 postes en France, dont près d’une centaine à La Ciotat.
Dans son communiqué la CFE-CGC souligne qu’en revanche, cette fois-ci, il ne devrait pas y avoir de « licenciements secs » mais plutôt des départs volontaires, à la retraite ou des transferts.
Pour l’heure, aucune communication officielle du groupe Thales n’a été faite, elle pourrait intervenir le 4 février prochain à l’occasion de la tenue d’un comité central d’entreprise.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X