Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Economie numérique

Maeva Bentitallah et Julie Moya sont étudiantes et lauréates du concours national Prix Pépite-Tremplin pour l’entrepreneuriat !

Publié

le

Étudiantes entrepreneures accompagnées par Pepite Paca Ouest dans le cadre du statut étudiant entrepreneur porté par l’Université d’Aix Marseille, Maeva Bentitallah et Julie Moya ont appris vendredi dernier, le 12 octobre, qu’elles étaient lauréates du concours Prix Pepite Tremplin pour l’entrepreneuriat étudiant et allaient obtenir respectivement une dotation de 10 000 euros et 5000 euros pour continuer le développement de leur entreprise. Maeva Bentitallah a fondé fin 2017 sa propre marque de vernis anti gaspi, Clever Beauty et Julie Moya a créé sa propre marque de vêtements dédiés à l’équitation sous le nom Tw Equitation.
Impulsé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, en partenariat avec la Caisse des dépôts, le Prix Pepite-Tremplin dont c’était la 5ème édition est un dispositif de soutien destiné à favoriser la création d’entreprise par les étudiants et les jeunes diplômés. C’est l’un des deux volets du dispositif i-LAB avec le concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes.
Chaque année des étudiants issus de Pepite Paca Ouest – Pôle Etudiant Pour l’Innovation le Transfert l’Entrepreneuriat – sont lauréats du concours national. L’an dernier, cela concernait Arnaud Pioli fondateur de Panda Orthopedics (conception d’une genouillère connectée) et Anton Fert fondateur de Tchek (conception de scanner innovants pour véhicules).
Le 24 octobre prochain, Maeva Bentitallah et Julie Moya seront à leur tour récompensées à l’École Centrale de Marseille avec les 3 autres lauréats régionaux et le 15 novembre à Montpellier avec les 53 lauréats nationaux choisis parmi les 300 candidatures reçues en présence de la Ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal.

Julie Moya, fondatrice Tw Equitation, chef d’entreprise à 18 ans !
Etudiante en licence économie gestion de l’Université d’Aix Marseille bénéficiant du statut Etudiant Entrepreneur 2017/2018, Julie a seulement 18 ans lorsqu’elle créée en 2015 sa propre entreprise, Tw Equitation, pour développer sa marque de vêtements pour la pratique de son sport, l’équitation. Elle s’associe avec Jacques Le Garrec, couturier marseillais et créent une collection de vestes de costume pour des cavaliers de compétitions en utilisant une matière première alliant confort, technicité et élégance car dans le domaine équestre, le confort du cavalier est primordial. La première veste de concours nommée Flora est fabriquée avec un tissu ultra élastique et très léger, une première dans le milieu équestre ! Elle ne pèse que 200 gr au lieu de 600 gr pour une veste classique et permet donc une totale liberté des mouvements. Depuis, une collection complète a vu le jour, les textiles sont tous fabriqués à Marseille dans un atelier du 8ème arrondissement et ces costumes ‘’Made in France’’ habillent même l’équipe de France lors de compétitions internationales.
Grâce à l’accompagnement de Pepite Paca Ouest, Julie a aussi développé un nouveau concept unique dans le milieu équestre en proposant aux cavalier(e)s des abonnements à partir de 29 euros par mois pour permettre à chaque cavalier(e) de bénéficier d’une tenue complète tout en maîtrisant son budget car la pratique de ce sport peut s’avérer très coûteuse !
TW Equitation en 3 chiffres clés :
– TW Equitation est représentée sur 3000 concours en France et en Europe depuis 2016 grâce à son réseau d’ambassadrices, mondialement connues dans le milieu équestre.
– TW Equitation Sponsor d’Or de la coupe des Nations à Fontainebleau en avril 2017.
– Plus de 15 000 personnes suivent les actualités de la marque TW Equitation sur les réseaux sociaux.

Maeva Bentitallah, fondatrice de Clever Beauty, du fab lab à la vente en boutique en une année seulement !
Plus âgée que Julie Moya, Maeva Bentitallah, 27 ans, est une ancienne étudiante en management des entreprises bénéficiant du statut Etudiant Entrepreneur 2016/2017. Elle fonde Clever Beauty, une gamme de cosmétiques anti-gaspillage et naturels sur un simple constat : 211 tonnes de vernis à ongles sont gaspillées chaque année et se retrouvent dans la nature. « 68% des femmes n’ont jamais fini un vernis à ongles. La cause ? Un pinceau trop court pour atteindre le fond du flacon. Le produit devient hors d’atteinte dès la moitié du flacon », explique-t-elle. Elle imagine alors sa solution ; doter le flacon de vernis d’un pinceau plus long mais aussi d’un bouchon qui permettrait de le faire descendre jusqu’au fond du flacon sur une simple pression. Après deux années de recherches, le produit, développé en partie au Fab lab de l’IUT d’Aix-en-Provence grâce à des imprimantes 3D, est au point fin 2017. En plus du contenant innovant, Maeva a également travaillé le contenu pour proposer un produit sain et cohérent, composé à 85% d’ingrédients naturels. La première gamme créée par Maeva comporte 12 teintes… rouge, corail, rose poudre… qui font déjà le Bonheur des consommatrices.
Désormais installée à la pépinière Clean Tech du technopôle de l’Arbois, Maeva travaille déjà à son deuxième produit cosmétique toujours plus naturel et éco-responsable!
Clever Beauty en 3 chiffres c’est :
-1200 vernis à ongles vendus depuis le début de l’année 2018.
-15 revendeurs en France, Belgique et Réunion.
-Une campagne de crowdfunding réussie à 152% pour le lancement de son produit.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Economie numérique

[VIDÉO] Toulon : Renaud Muselier lance officiellement le réseau public Var THD

Publié

le

Renaud Muselier,, Stéphane Richard, et Marc Giraud

Pas moins de 320 000 lignes en fibre optique vont être construites à l’horizon 2023, pour couvrir tout le département du Var dont 20 000 d’ici à août-octobre 2019. Voilà le challenge qui doit désormais relever le groupe Orange qui a obtenu la délégation de service public pour le déploiement du réseau optique d’initiative publique dans le département. De nombreux élus et représentants étaient présents à l’occasion du lancement du réseau d’initiative publique pour le déploiement de la fibre optique dans le Var. Une signature (symbolique) qui a eu lieu vendredi 11 janvier à l’Hôtel du Département à Toulon en présence entre autres de Renaud Muselier, président de la région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marc Giraud, président du conseil départemental du Var et Stéphane Richard, président directeur général du groupe Orange.
La région Sud, le département du Var et 11 établissements publics de coopération intercommunale varois ont ainsi décidé de construire ensemble, au sein du syndicat mixte ouvert Sud THD, un réseau public de communications électroniques performants, qui va mailler d’ici à 2023 l’ensemble du département, avec la création de 320 000 lignes en fibre optique en tout. Sud THD a choisi de s’associer au groupe Orange, dans le cadre d’une délégation de service public (DSP), en vue de déployer et d’exploiter ce réseau. Pour ce faire, le groupe français a créé la société de projet “Var Très Haut Débit“.
Ce projet majeur complétera les déploiements déjà initiés dans le département en zones d’initiative privée, et permettra d’apporter le très haut débit à l’ensemble des foyers et entreprises Varois, tant en zone urbaine qu’en zone rurale“, se félicite, de son côté, Stéphane Richard, PDG du groupe Orange.
Renaud Muselier, de son côté,  a rappelé que l’aménagement du territoire en haut débit est une priorité de la majorité régionale au travers de sa stratégie « Smart Région ». L’objectif est d’atteindre à un horizon de quatre ans d’une part, la résorption des zones blanches en région et d’autre part, la couverture fibre sur 100 % du territoire. Le président de la région souligne aussi que ‘’ Le chantier est historique et devient le plus grand projet d’infrastructure et d’investissement de ces dernières années et des cinq prochaines dans le Var, avec plus de 295 M€ d’investissements prévus par Orange au titre de la convention. Un rendement coût / recette de 1 pour 10 : pour 1 € public investi, le retour pour la collectivité est de 10 €, ce qui est suffisamment exceptionnel pour être souligné. Il s’agit d’un chantier crucial puisque, grâce à ce contrat, le Var sera, dès 2023, intégralement connecté au très haut débit’’.

Le réseau 100% fibre du Var construit en 5 ans
Choisi par le syndicat mixte Sud THD pour construire et exploiter le réseau public de fibre optique dans le Var, le groupe Orange se voit attribuer une délégation de service public d’une durée de 25 ans. Le Var ayant opté pour une DSP portant à la fois sur la conception / réalisation et sur l’exploitation du réseau. La construction du réseau doit permettre de desservir 119 communes sur 11 intercommunalités et s’échelonnera de novembre 2018 à octobre 2023, avec un séquencement en 3 phases : La première phase entamée en novembre 2018 porte sur un total de 151 706 prises et s’achèvera en avril 2021. Suivra une autre tranche de 87 527 prises, planifiée sur mai 2021- juillet 2022. Enfin, la dernière portion du chantier (80 253 prises) sera réalisée entre août 2022 et octobre 2023. Les premières livraisons pour commercialisation interviendront quant à elles entre août et octobre 2019.
Au global, cet énorme chantier représente un investissement de plus de 400 M€. L’essentiel est apporté par le délégataire et sera complété par des financements de l’Europe (FEDER), de l’Etat (FSN) et des contributions des membres du SMO Sud THD.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

France IT : 7 entreprises de la filière numérique labellisées ENR dont deux régionales : Evode (83) et Guardea Cyberdéfense (13)

Publié

le

Alors que France IT lance une nouvelle campagne de labellisation (initiale et renouvellement) ENR – Entreprise Numérique Responsable, le réseau national des clusters du numérique dévoile les noms des  7 entreprises de la filière numérique labellisées ENR à l’issue de la campagne précédente. Deux de ces entreprises sont implantées dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur :  Evode dans le Var à Lorgues et Guardea Cyberdéfense à Marseille dans les Bouches-du-Rhône.

Depuis 2011, Evode conçoit et développe des logiciels de gestion 100% sur-mesure qui simplifient, automatisent et améliorent la gestion des entreprises de tout secteur et à travers toute la France. Parce que chaque société est unique, Evode étudie avec précision les besoins et les exigences des métiers de ses clients et construis avec eux l’application qui leur correspond et leur apporte confort, gain de temps et efficacité au quotidien.
« Être certifiés Entreprise Numérique Responsable, pour Evode c’est à la fois apporter une reconnaissance des valeurs que nous véhiculons depuis toujours mais aussi explorer de nouvelles pistes d’amélioration continue pour répondre aux attentes de nos clients, nos collaborateurs, nos partenaires, et aux enjeux de la société actuelle et future.»
www.evode.fr

Guardea Cyberdéfense est un cabinet de conseils en cyber sécurité spécialisé dans le pilotage de projets. Créé en 2002, Guardea Cyberdéfense s’appuie sur un groupe de partenaires experts pour produire ses missions de conseils, d’audits et de formation et répond à l’ensemble des besoins des entreprises. Le cabinet accompagne les Grands Comptes, les PME/ETI et les collectivités dans la protection des usages numériques.
« La démarche ENR engagée, inscrit Guardea Cyberdéfense, dans un processus continu d’amélioration de sa démarche RSE. L’attente exprimée est la reconnaissance des grands comptes et acteurs publics pour faciliter l’ouverture de nouveaux marchés. L’approche ENR de part la qualité de ses processus, engage Guardea Cyberdéfense, vers une politique RSE plus affirmée ».
www.guardea.com

Rappelons que le label ENR récompense les Entreprises Numériques Responsables qui intègrent volontairement des préoccupations éthiques, sociales et environnementales dans leurs activités commerciales et dans leurs relations avec les parties prenantes internes et externes.  Ce label National, dont France IT est à l’origine, est tout particulièrement dédié aux PME et TPE.
Pour tout savoir sur le Label et son processus de candidature, inscrivez-vous gratuitement au webinaire dédié organisé par France IT : « Tout savoir sur le Label ENR » le vendredi 8 février, 9h30-10h15 (programme et inscription).

Date de limite de dépôt des dossiers de candidature au label ENR : 22 mars 2019. En savoir plus
Demander votre dossier à audit.enr@france-it.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

Mounir Mahjoubi lance le ‘’Next 40’’, le CAC 40 de la French Tech

Publié

le

Au micro de BFM Business, le secrétaire d’État chargé du Numérique a annoncé mardi matin qu’il veut créer le « Next40 », un classement de 40 start-up françaises à suivre, identifiées pour leur fort potentiel de développement. Mounir Mahjoubi a développé son idée “Il s’agira d’un indice visant à valoriser les 40 startups françaises à plus fort potentiel mondial, un peu comme le CAC 40 de l’industrie, mais pour les pépites du numérique. Elles seront évaluées et sélectionnées par un jury indépendant qui devront mettre à jour régulièrement la liste de ces startups qu’on considère comme ayant le plus fort potentiel, à la fois sur le plan économique et international, mais aussi qui incarnent les valeurs de l’innovation européenne, c’est-à-dire avec un fort impact sociétal”.
Mounir Mahjoubi insiste sur la « maturité » qu’il perçoit dans le secteur des technologies en France : « Contrairement à il y a un an, à il y a 5 ans, aujourd’hui nous avons des boîtes qui décollent, nous avons des start-up qui deviennent des Entreprises de tailles intermédiaires (ETI), nous avons des start-up qui créent des filiales à travers le monde, et surtout nous avons des start-up qui changent la vie des gens ».
Il cite en exemple Klaxoon, la start-up rennaise qui vend des outils en ligne destinés à dynamiser les réunions dans les entreprises.  «Ils y étaient l’année dernière (au CES), ils avaient pris un stand moyen, ils ont tout vendu, ils ont eu des nouveaux clients, ils ont commencé leur développement international », raconte le secrétaire d’État. « Depuis ils ont ouvert une filiale aux États-Unis et maintenant ils retournent sur place. Ils sont en train de réinventer le travail au quotidien. »
« C’est vraiment ça la French Tech à l’européenne, la French Tech française, ce sont des boîtes qui ont de l’impact et qui sont viables, et c’est ça que nous voulons célébrer », ajoute-t-il pour conclure.
Mounir Mahjoubi avait déjà évoqué cette idée notamment lors du salon VivaTech à Paris au mois de mai dernier. Il a profité de l’ouverture du salon de l’électronique grand public de Las Vegas, le CES qui a débuté mardi 8 janvier, pour annoncer son lancement. Le secrétaire d’état ne se rendra pas cette année à Las Vegas en raison de l’actualité française marquée par le mouvement des Gilets jaunes.

Mounir Majhoubi sur BFM Business – Mardi 8 janvier 2019

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X