Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

*

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

FinTech, legalTech

Linxo s’offre la start-up Sharepay pour créer une alternative au compte joint

Linxo diversifie son activité d’agrégation de comptes en rachetant la start-up Sharepay et sa carte bancaire permettant de partager un paiement en temps réel.

Publié

le

Linxo, spécialisée dans les services d’agrégation des comptes bancaires et de gestion des finances personnelles, fait l’acquisition pour un montant non dévoilé de la start-up parisienne Sharepay qui a créée en 2016 la première carte de paiement partagé.
Forte d’une levée de fonds de 20 millions d’euros réalisée en 2017 auprès du Crédit Agricole, de Crédit Mutuel Arkéa et de la MAIF, la fintech aixoise Linxo a pu autofinancer l’opération. D’autant que les fondateurs de Sharepay sont devenus actionnaires de Linxo.
Pour les fintechs, qui mettent en avant leur réactivité, les partenariats sont une manière d’accroître rapidement leur palette de services. Le rachat de la start-up Sharepay par l’agrégateur de comptes Linxo s’inscrit dans cette logique. Ce rapprochement leur permettant d’accélérer dans leurs domaines respectifs, mais aussi de créer des synergies.

Hugues Pisapia et Bruno Van Haetsdaele, fondateurs de Linxo. Crédits : Linxo

Pour Linxo, c’est une affirmation de ses ambitions dans le paiement
L’acquisition de Sharepay va permettre à la fintech Linxo, fondée par Bruno Van Haestdaele et Hugues Pisapia, d’affirmer ses ambitions dans le paiement. En mars dernier, la sart-up s’est lancée dans ce secteur en annonçant la création d’un établissement de paiement baptisé « Oxlin ». Celui-ci a obtenu un agrément auprès de l’ACPR, le gendarme bancaire français, pour permettre à ses utilisateurs de réaliser des virements et des paiements sur leurs comptes sans devoir passer par les applications de ses différentes banques.
Linxo, qui ne propose pas de carte de paiement aujourd’hui, compte capitaliser sur cette technologie pour enrichir les solutions qu’elle déploie en marque blanche auprès de professionnels (offre B to B) tels que BforBank , Fortuneo ou HSBC. L’offre de Sharepay viendra aussi compléter les services de « l’assistant financier » en ligne Linxo déployé en direct (B to C) auprès de plus de 1,7 million d’utilisateurs.

Pour Sharepay, l’ambition reste l’international
Cofondée en avril 2014 par David Finel et Jonas Braoudé, Sharepay est née dans le but de créer une alternative au compte joint. La carte de paiement développée par la start-up est une innovation mondiale : il s’agit de la première, et aujourd’hui de la seule, carte au monde qui permet de partager des paiements en temps réel en débitant les montants sur plusieurs comptes bancaires. Pour un couple qui emménage, plus besoin de créer un compte bancaire commun pour se répartir les frais des courses. Lors du paiement avec la carte Sharepay, le montant du ticket de caisse est directement réparti et débité sur les deux comptes bancaires sélectionnés. Plusieurs comptes peuvent être reliés à la carte dans le cadre d’une colocation par exemple. Sur l’application couplée à la carte, l’utilisateur peut suivre en temps réel les dépenses effectuées et modifier les paramètres de répartition.
L’offre Sharepay continuera en parallèle à être développée de manière autonome. « Notre intégration à Linxo Group va offrir plus de moyens et de débouchés à cette technologie et nous permettre de continuer à innover dans le paiement », affirme le cofondateur de Sharepay, David Finel, qui est nommé directeur paiements de Linxo. La start-up qui a dépassé le cap des 10.000 utilisateurs en fin d’année dernière, compte intensifier le développement de son service en France et à l’international.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FinTech, legalTech

La Banque Postale lancera début 2019 ‘’Ma French Bank’’ avec KissKissBankBank

La Banque Postale, maison mère de KissKissBankBank, a confirmé la création d’ici à la fin de l’année de ‘’Ma French Bank’’, l’entité digitale de l’établissement bancaire qui intégrera l’ensemble des offres KissKissBankBank.

Publié

le

A l’occasion d’un point presse organisé le 19 avril dernier au Wagon Marseille pour le premier anniversaire de l’agence KissKissBankBank à Marseille (cf. article KissKissBankBank fête son premier anniversaire dans le Sud), La Banque Postale, maison mère de KissKissBankBank, a confirmé la création d’ici à la fin de l’année de ‘’Ma French Bank’’, l’entité digitale de l’établissement bancaire qui intégrera l’ensemble des offres KissKissBankBank.

6 ans de partenariat pour un mariage…
Après six années de partenariat avec La Banque Postale, cette dernière rachetait en juillet 2017 la plateforme de financement participatif afin, notamment, de répondre aux nouveaux usages bancaires. Cette acquisition à 100 %, dont le montant n’avait pas à l’époque été communiqué, s’inscrit dans la stratégie de développement digital de la filiale bancaire de la Poste qui souhaite élargir son offre de produits et services pour répondre aux attentes de ses clients.
Pour KissKissBankBank, s’adosser à un groupe bancaire qui partage la même vision de la banque de demain apparait stratégiquement essentiel et permet à la plateforme de poursuivre son développement en France et à l’international tout en musclant ses arguments face à une concurrence de plus en plus féroce. De plus, KissKissBankBank qui emploie une quarantaine de personnes, a gardé son autonomie, dans ses bureaux de la rue de Paradis, dans le 10e arrondissement de Paris. La Banque Postale s’appuie sur l’équipe dirigeante initiale, composée des trois fondateurs KissKissBankBank, et capitalise sur leur expertise pour continuer à développer l’éditeur et ses trois plateformes (KKBB, Hellomerci et Lendopolis).
KissKissBankBank aime souligner que La Banque Postale est la première banque au monde à avoir signé un deal avec une plateforme de crowdfunding en 2010.
Adrien Aumont, co-fondateur et dirigeant de KissKissBankBank nous explique quel est l’intérêt pour la plateforme de crowdfunding d’avoir signé une alliance avec La Banque Postale.

Ma French Bank : une plateforme fintech citoyenne française
Baptisée « Ma French Bank », précisément pour évoquer la mission en France de La Banque Postale, elle se veut un outil bancaire du quotidien mais « solidaire ». Concrètement, cette banque en ligne associera des services bancaires de tous les jours (compte courant, moyens de paiements, crédit à la consommation, services d’assurance, etc.) et les offres de « crowdfunding » de la plate-forme KissKissBankBank. La Banque Postale mise sur sa proximité avec les foyers français et pour déployer massivement ces nouvelles offres sur le territoire, sur la force de frappe des 9.000 bureaux de Poste : les guichetiers seront en effet chargés d’ouvrir des comptes à la manière dont ils vendent déjà des abonnements téléphoniques. L’intérêt pour le groupe La Poste est de décupler sa conquête commerciale bancaire puisque, aujourd’hui, seuls les conseillers bancaires de La Banque Postale sont en mesure d’ouvrir des comptes.
Pour l’organisme bancaire, le lancement de ‘’Ma French Bank’’ est une première étape dans la création d’un écosystème fintech autour de la Banque Postale.
Explications de Benoit de Rosamel, directeur Méditerranée de La Banque Postale pour les entreprises et le développement des territoires.

Ma French Bank sera physiquement implantée à Paris, rue de Paradis, juste à côté du siège social de KissKissBankBank. Une phase de tests sera lancée en fin d’année et un lancement grandeur nature au premier semestre 2019.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Kwote, c’est la 1ère plateforme de pilotage et de services ‘’All in one place’’ dédiée au crédit management

Kwote, c’est le nom de la toute nouvelle fintech made in Marseille et celui de la première plate-forme intelligente regroupant, dans un seul et même univers, l’ensemble des outils et services nécessaires à la gestion du poste clients.

Publié

le

Kwote, c’est le nom de la toute nouvelle fintech made in Marseille et celui de la première plate-forme intelligente regroupant, dans un seul et même univers, l’ensemble des outils et services nécessaires à la gestion du poste clients. Connectée aux systèmes d’information des entreprises, Kwote s’appuie en effet sur leurs datas, en temps réel et propose un espace de travail sécurisé. Dans cet environnement, l’utilisateur dispose : d’outils de gestion du risque clients, de pilotage de la performance et d’aide au suivi des contrats d’assurance-crédit, d’un bouquet de services complémentaires de renseignement, d’assurance-crédit, de financement et de recouvrement, accessibles seulement en quelques clics. Le bouquet de services se veut alternatif à ce qui est proposé sur le marché : scoring basé sur du comportement de paiement, garanties assurance-crédit en ligne à ligne et non annulables, ou encore solution de financement et recouvrement à la carte.
« Années après années, les retours d’expérience de nos clients étaient toujours les mêmes : une multiplication des logiciels, une gestion chronophage et un accès aux services compliqué. Avec Kwote, notre ambition est de réinventer l’’’Expérience Crédit Clients’’ en proposant une plate-forme connectée, associant des outils de pilotage intuitifs, intelligents et dynamiques, et des services uniques, à la demande. » explique Benoit Lecat, CEO de Kwote.
Filiale du Groupe Delta assurances, la start-up Kwote dévoilera sa plateforme pour la première fois le 7 Juin prochain lors de la Journée Innovation organisée par l’AFDCC (Association Française Des Credit managers et Conseils).
www.kwote-solution.com

Facebook Comments
Lire la suite

FinTech, legalTech

+Simple lève 10 millions d’euros

8 mois après sa première levée de fonds, 800 K€, la startup marseillaise +Simple consolide sa croissance et finalise un nouveau tour de table de 10M€.

Publié

le

8 mois après sa première levée de fonds, 800 K€, la startup marseillaise +Simple consolide sa croissance. Soutenue dans sa stratégie de développement par des partenaires financiers de premier plan, +Simple a finalisé un nouveau tour de table de 10M€ auprès d’Idinvest Partners, Anthemis, OneRagtime et de la famille Rothschild. !
Fondée en 2015 par Eric Mignot, Salah Hamida et Anthony Jouannau, +Simple est un courtier numérique en assurance dédié aux TPE et aux indépendants. La start-up a ainsi conçu une plateforme de souscription et de gestion des assurances qui propose une parcours simplifié 100% digital et des solutions dédiées par métier. Pour supprimer toutes les lourdeurs administratives et gagner en transparence, +Simple a développé un robot-courtier qui analyse les besoins du client pour lui fournir une offre adaptée à son activité professionnelle. ‘’Il adresse déjà de manière autonome près de 500 métiers’’, explique Eric Mignot, co-fondateur et président de +Simple. ‘’Boosté par l’essor des technologies d’intelligence artificielle, nous souhaitons aujourd’hui en faire le robot courtier le plus évolué au monde avec la montée en puissance de sa technologie de machine learning.’’
Cette levée de fonds va donc permettre à la startup de perfectionner son robot courtier, mais aussi multiplier les partenariats stratégiques de distribution et de considérablement renforcer ses effectifs pour franchir la barre des 50 collaborateurs d’ici fin 2018 partagées entre Paris, Nancy et Marseille.
A ce jour, +Simple a signé une dizaine de partenariats et compte plus de 6 000 clients actifs et une satisfaction moyenne de 4,7/5.
« Depuis nos 2 premiers partenariats signés en 2016, nous en avons signé 8 nouveaux avec des courtiers, assureurs et banques de premier plan (Verlingue, Bessé, Marsh, Gras Savoye, Malakoff Médéric, …). D’ici fin 2018, nous envisageons encore d’accélérer en visant plus d’une vingtaine de partenaires actifs. » conclut Anthony Jouannau, directeur général et co-fondateur de +Simple.fr
Plus d’informations : www.plusimple.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X