Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Aix-en-Provence : L’IA de Ween intègre l’application de domotique connectée de SmartHab

Les start-up Ween (Aix-en-Provence) et SmartHab (Neuilly-sur-Seine) ont signé un partenariat pour simplifier et sécuriser l’accès à la domotique connectée grâce à l’Intelligence Artificielle.

Publié

le

Implantée à Neuilly-sur-Seine (92) et créée il y a seulement un peu plus d’un an, la start-up SmartHab innove sur le marché de la domotique numérique en lançant son application mobile dont l’objectif est de démocratiser la domotique numérique dans l’immobilier résidentiel neuf.
Cette application, qui intègre de l’intelligence artificielle signée de la start-up aixoise Ween, se positionne comme l’ordinateur de bord de l’appartement, elle permet aux occupants de gérer les fonctions essentielles de leur appartement neuf pour un meilleur confort, plus de sécurité et d’économies d’énergie : Gestion de l’énergie et du chauffage, qui intègre à la fois le comptage (« savoir combien je consomme et comment réduire ma consommation »), pilotage des équipements (volets roulants, éclairage) avec des programmes simplifiés de programmation (simulation de présence, programmation horaire), sécurisation du logement (détection d’intrusion, visualisation à distance, alarme…), et gestion des incidents (fumée, intrusion, surconsommation) via des notifications par SMS et par email, enfin communication avec les parties prenantes de l’immeuble (syndic, voisins, fournisseurs). Intuitive et évolutive, la solution est prête à l’emploi dès l’entrée dans l’appartement et répond aux attentes de 80% des Français intéressés par le logement connecté et intelligent.
« L’application SmartHab sera utilisée dès juillet 2018 par les résidents des premiers immeubles livrés et nativement équipés avec le système intelligent SmartHab », explique Godefroy Jordan, Président et co-fondateur de SmartHab.


Une vision partagée par Ween et sa technologie ween.ai, qui souhaite rendre nos lieux de vie toujours plus autonomes dans leur fonctionnement, tout en protégeant la vie privée de ses utilisateurs.
Créée en 2014, Ween est connu pour le premier thermostat connecté autonome qui réagit en temps-réel à tous les imprévus. Renfermant 19 innovations technologiques, le brevet Ween protège un algorithme unique récompensé d’un Innovation Award lors du CES Las Vegas 2016. Basée sur une intelligence artificielle, la technologie développée par Ween est proposée aux tiers depuis 2017 via l’offre ween.ai, également récompensée d’un Innovation Awards au cours du CES Las Vegas 2018.
En intégrant la technologie de localisation non intrusive ween.ai, SmartHab souhaite simplifier et sécuriser l’accès à la domotique connectée et propose de prédire en temps-réel l’arrivée des résidents d’un appartement, via l’intelligence artificielle. Ainsi, en situation d’absence, SmartHab abaisse le chauffage automatiquement de 3°C ou 4°C, générant jusqu’à 30% d’économie d’énergie pendant l’hiver. SmartHab s’adapte par ailleurs aux imprévus et aux changements d’emploi du temps des résidents pour la remise en route automatique du chauffage.
« Ween.ai permet d’adapter la température d’un appartement aux allées et venues de ses occupants, anticipant leur retour sans aucune programmation. Quand on sait que 70%* des foyers sont chauffés à 21°C toute la journée sans interruption pour cause de planning trop contraignant à gérer, on perçoit tout de suite l’avantage d’une technologie capable de le faire à la place des occupants » détaille Jean-Laurent Schaub, président et co-fondateur de Ween.
Commercialisée depuis la mi-juin, l’application SmartHab est disponible sur Google Play et l’Apple Store.

* Etude de l’observatoire Deloitte : « Usages des mobiles 2015 : a Game of Phones ».

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

La Poste se dévoile à la Foire de Marseille à travers ses dernières innovations dont le robot autonome EffiBOT

Publié

le

Il est docile, silencieux, écologique et infatigable, EffiBOT, c’est son nom, s’est déjà forgé une belle notoriété au sein du Groupe La Poste. Cinq exemplaires de ce robot totalement autonome sont actuellement testés avec un objectif : améliorer les conditions de travail des facteurs. Le nouveau chariot suiveur de La Poste est présenté en avant-première à la Foire Internationale de Marseille dont c’est la 94e édition (21 septembre au 1er octobre au Palais des Congrès).

Le robot assiste le facteur lors de la distribution du courrier
Imaginé et développé par la société clermontoise Effidence, le robot EffiBOT emboîte le pas du postier sur l’intégralité de son parcours à pied. Y compris les trottoirs. Il contourne les obstacles et les passants amusés grâce à une technologie multi-capteurs laser qui lui permet d’analyser l’espace autour de lui, à 360°. Il vient en appui du facteur qu’il suit à distance (6 km/h maximum) et de manière totalement autonome par le biais de capteurs situés sous le châssis. Il s’arrête net quand le facteur observe une halte, et quand il repart, le robot repart aussi ! Grâce à une batterie électrique, il a environ huit heures d’autonomie et il n’émet aucune forme de pollution, qu’elle soit aérienne ou sonore.

Une capacité d’emport plus importante qu’à vélo
Finies les masses de colis, exit les problèmes dorsaux, ce robot autonome se charge du travail. Une révolution pour le facteur. Sa capacité d’emport – 150 kg – leur évite par exemple de retourner chercher le reste des tournées du jour dans les points relais. À vélo, un facteur ne peut emporter que 40 kilos de courrier mais pas les colis. Là, c’est 150 kilos de courrier en une seule fois, plus quelques colis à livrer et les recommandés.
Ce robot autonome est envisagé comme une solution d’avenir pour améliorer les conditions de distribution du courrier en centre-ville. La Poste pourrait déployer à terme plusieurs centaines de chariots autonomes sur toute la France.

[Vidéo] Reportage diffusé le 31 Mars 2018 sur TF1 : ‘’Quand les robots se mettent au service des facteurs’’

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

L’accélérateur WeSprint annonce à l’occasion du GO 2018 son implantation à Marseille

Basé déjà à Montpellier et Toulouse, ce nouvel accélérateur veut proposer une ambitieuse offre d’accompagnement de jeunes pousses dans le sud de la France.

Publié

le

Lancé il y a dix-huit mois à Montpellier puis un après à Toulouse, WeSprint arrive à Marseille et l’annonce à l’occasion du Grand Opening organisé le 20 septembre à La Vieille Charité par Medinsoft en partenariat avec Aix-Marseille French Tech ! En soi, cela n’est pas une surprise car l’implantation de cet accélérateur régional dans la cité phocéenne s’inscrit dans leur plan de développement depuis l’origine, c’est-à-dire en juillet 2016, date à laquelle Patrick Chekib, actuel président, et Arnaud Laurent, directeur général créent WeSprint. Ils ont pour ambition d’être leader de l’investissement en amorçage dans le sud de la France et ont une vision de l’accompagnement qui est avant tout opérationnelle.

80% opérationnel et 20% stratégique
Le modèle que souhaitent déployer les deux fondateurs se veut totalement différent des offres existantes sur le marché. Il s’adresse aux start-up et propose des programmes d’accélération sur mesure. Pour Patrick Chekib et Arnaud Laurent, il faut être capable de créer de la valeur et de permettre aux start-up accélérées de passer d’importants caps de développement en quelques mois. ‘’Chez nous, souligne Arnaud Laurent, directeur général, c’est 80% d’opérationnel et 20% de conseils stratégiques. Les autres font généralement le contraire“.
En un an et demi, WeSprint a déjà suivi une trentaine de start-up et près de deux structures sur trois accélérées ont déjà levé des fonds, ou vont annoncer une levée.

Un accélérateur créé par des entrepreneurs pour des entrepreneurs
Pour assurer son succès, la recette de WeSprint est aussi simple qu’efficace : s’appuyer sur une équipe locale opérationnelle de haut niveau et un réseau d’entrepreneurs / investisseurs également fortement implantés dans l’écosystème. Patrick Chekib & Arnaud Laurent ont convaincu plusieurs d’entre eux de rejoindre leur aventure pour créer un collectif d’entrepreneurs associés fort et sans équivalent dans le sud de la France ; en tout 16 entrepreneurs représentant plus de 400 millions d’euros d’Exit, 200 millions d’euros levées et des milliers d’emplois créés.
Dans le capital se trouvent également, suite à une levée de fonds de 3,5 M€ réalisée en avril dernier, la Société Générale (1,2 M€) et Bpifrance (1,2 M€) via le fond French Tech Accélération créé par le programme d’investissements d’avenir. Le reste de la somme provient en partie des Business Angels (500 K€) et de la dette bancaire (600 K€). Les deux fondateurs restent néanmoins les principaux actionnaires de cet accélérateur créé par des entrepreneurs pour des entrepreneurs.

(de G à D) Antoine Guyon, Arnaud Laurent, Patrick Chekib et Thomas Bru

Une équipe 100% marseillaise
A l’image de Montpellier et de Toulouse, WeSprint a monté à Marseille une équipe 100% locale qui bénéficie d’une grande autonomie et de moyens pour accélérer. L’équipe majoritairement composée d’entrepreneurs est animée par Antoine Guyon, bien connu au sein de l’écosystème ‘’start-up’’, il est Head of Acceleration et Thomas Bru, spécialiste du business développement. ​ Ils seront en charge de suivre la trentaine de startups qui seront accélérées à Marseille d’ici 2020. Des start-up qui bénéficieront de programmes d’accélération sur mesure et d’une équipe opérationnelle mutualisée de très haut niveau (business développement, marketing, communication, produit, levées de fonds) :
La qualité des programmes d’accélération et le réseau d’investisseurs / entrepreneurs sont les éléments sur lesquels s’est reposé le fonds French Tech Accélération pour investir“ explique Antoine Guyon, head of acceleration. ​“En contrepartie, l’accélérateur entrera au capital des sociétés accélérées et détiendra entre 3 et 8% avec l’objectif d’effectuer une plus-value de cession à terme“
Les candidatures pour la première saison d’accélération​ sont ouvertes jusqu’au 10 octobre 2018.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Le FIDMed 2018 s’installe dans le nouveau lieu du numérique marseillais, la CIC Place de l’Innovation

Publié

le

Pour tout savoir sur le financement des entreprises innovantes, le FIDMed, Financial Innovation Day Méditerranée, est le lieu où il faudra être le 2 octobre 2018 prochain, d’autant plus que leur 6ème édition, les organisateurs, Medinsoft investissent le nouvel espace numérique marseillais : la CIC-Place de l’Innovation.
« Le FIDMED 2018 confirme ainsi son rôle majeur au cœur de l’information relative au financement de nos entreprises qui innovent’’ explique l’organisateur du FIDMED, Francis Papazian. Le FIDMed est désormais positionné comme le rendez-vous des acteurs du financement du territoire Aix Marseille.

[Vidéo] Francis Papazian de l’agence Communication & Image, organisateur du FIDMed 2018, nous détaille le programme de cette édition ainsi que les nouveautés qui y seront proposés.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X