Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Industrie 4.0

Le Pôle SCS pilote le projet européen sur l’industrie du futur : IoT4Industry

le Pôle de compétitivité SCS annonce la sélection et le lancement du projet européen IoT4Industry.

Publié

le

En cohérence avec les stratégies de renouveau industriel en Europe et en France notamment dans le cadre des programmes « Industrie du Futur » et « French Fab », le Pôle de compétitivité SCS annonce la sélection et le lancement du projet européen IoT4Industry. Financé par la Commission européenne à hauteur de 5 millions d’euros ce projet vise à mettre en œuvre pour des entreprises industrielles européennes souhaitant numériser leurs processus, des démonstrateurs intégrant l’IoT, le Big Data, l’Intelligence Artificielle et la Cybersécurité.
Le principe est de monter des binômes offreur-utilisateur de deux pays de l’Union européenne, avec la participation au minimum d’une PME. C’est une excellente opportunité pour l’écosystème du Pôle SCS et en particulier les Startups et PMEs de bénéficier de bons de 25K€ à 60K€ pour co-financer des études de faisabilité, des prototypages et des démonstrateurs, ainsi que de l’accompagnement pour la mise en place de ces projets. C’est également l’opportunité de nouer des relations technologiques et commerciales avec les acteurs des clusters partenaires du projet, en France, Allemagne, Belgique, Italie, Angleterre, et aux Pays-Bas.

Le projet regroupe des partenaires européens dans des filières industrielles stratégiques (automobile, aérospatial, médical, énergie, robotique, …) : Microtech Südwest (Allemagne),DSP Valley (Belgique), MESAP (Italie), Mont-Blanc Industries (France), Pôle Mecatech (Belgique),MTC (Manufacturing Technology Center, Royaume-Uni), inno TSD (France).
IoT4Industry est au cœur depuis 3 ans de la stratégie de SCS dans ces domaines technologiques et marchés verticaux. Pour Georges Falessi, directeur général du Pôle SCS « Les 20 partenariats européens ainsi que les 6 projets sélectionnés depuis 2016, positionnent SCS et son écosystème comme un acteur international incontournale. »
Le lancement officiel d’IoT4Industry aura lieu les 26 et 27 avril prochains à Sophia-Antipolis.
Quant au premier appel à candidature dans le cadre d’IoT4Industry, il sera réalisé d’ici l’été 2018 pour une sélection des premiers projets à la fin de l’année 2018.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Industrie 4.0

Marseille : Nexvision lance 2 nouveaux produits à l’occasion du salon VISION de Stuttgart

Publié

le

VISION, c’est le salon mondial de la vision industrielle qui a lieu tous les 2 ans à Stuttgart en Allemagne. Cette année, il a lieu du 6 au 8 novembre 2018 et propose de découvrir les dernières technologies et tendances de la vision industrielle tels que la vision embarquée, l’imagerie hyperspectrale et le deep learning.
Plus de 470 exposants de renommée mondiale seront présents pour dévoiler les derniers systèmes et composants autour des technologies clés liées à l’industrie 4.0 et aux processus automatisés : des capteurs aux processeurs, des câbles aux caméras, des logiciels aux systèmes d’éclairage. Le tout pour des applications industrielles telles que la construction mécanique, l’industrie automobile, médicale, le trafic & la sécurité routière, etc…
Parmi eux,  Nexvision, entreprise de haute technologie spécialisée en optronique et basée à Marseille, aura son stand au cœur du Pavillon Optitec pour y présenter et lancer 2 nouveaux produits dédiés à la vision industrielle basés sur des liens fibre optique :

  • MOOVCAM : une caméra vidéo modulaire qui a été conçue pour de nombreuses applications (vision industrielle, surveillance du trafic, sécurité, sciences de la vie et médecine…). Cette caméra est particulièrement efficace pour l’observation d’objets en mouvement rapide (pas de distorsion dû au capteur “global shutter”) et elle a une connexion fibre optique, qui lui permet de transmettre des flux d’image à très haut débit.
  • La carte PCIe SWITCH : une carte de commutation PCIe avec transmission par fibre optique [liaison haut débit (jusqu’à 128 Gb/s, longue portée 100m, insensible aux perturbations électromagnétiques), disponible en 2, 4 ou 8 liens fibre optique]. Cette carte permet de déporter la puissance de calcul pour le traitement et l’analyse d’images (jusqu’à 100m) ou de créer un concentrateur de flux. Une des applications de cette carte est par exemple le système de vision panoramique 360° ultra haute définition (PANOMIX) que Nexvision a développé dans une version marine (marine marchande, frégates multi-missions).

Vincent Carrier, CEO de Nexvision, nous présente ces 2 produits :

 

Facebook Comments
Lire la suite

Défense & sécurité

[Vidéo] Marseille : Lancement officiel du iBubble, le 1er drone sous-marin autonome créé par la start-up Notilo Plus

Publié

le

C’est en grande pompe que la start-up marseillaise Notilo Plus a lancé officiellement son drone sous-marin autonome et sans fil, iBubble, qui à ce jour n’a aucun concurrent mondial. La jeune pousse a réuni pour la circonstance ses clients et ses partenaires, mercredi 24 octobre à la Casa Delauze à Marseille, une maison sur pilotis créée en 1981 par Henri Delauze, explorateur des fonds marins et fondateur de la Comex, devenue aujourd’hui un espace dédié aux événements privés.

(de G à D) Benjamin Valtin et Nicolas Gambini

IBubble, le premier drone sous-marin autonome au monde !
Fondée en 2016 à Grenoble par Nicolas Gambini, ancien responsable du programme véhicule électrique chez Renault-Nissan, et Benjamin Valtin, ingénieur, plongeur et réalisateur de vidéos amateurs sous-marines, Notilo Plus se revendique comme la première entreprise à proposer un drone sous-marin grand public autonome et sans fil.
Baptisé iBubble, celui-ci s’adresse aux plongeurs pour leur permettre de filmer leurs performances en eaux profondes dans les meilleures conditions. Le drone sous-marin fonctionne sans fil et sans pilote à la surface, il repère les plongeurs et évite les obstacles grâce à son sonar. Au cours de sa plongée, le plongeur peut donner des indications au drone via un bracelet connecté qui lui permet antre autre de sélectionner les différents angles de vue. Autre techno clé : la reconnaissance et l’analyse d’images en temps réel via une caméra embarquée qui lui permet de bien cadrer les images, suivre un plongeur ou encore d’identifier une fissure sur un navire.
Pour cela, Notilo Plus utilisent les dernières technologies en matière d’intelligence artificielle et d’auto-apprentissage pour capturer et exploiter des images et des données à haute valeur ajoutée.
iBubble peut descendre jusqu’à 60 mètres de profondeur et sa batterie lui permet d’atteindre une heure d’autonomie.

Vidéo – Nicolas Gambini, co-fondateur et CEO de Notilo Plus, développe les atouts technologiques du iBubble.

 

Les opportunités de marché…
Ludique et simple d’usage, une qualité d’image assez extraordinaire, iBubble vise le marché des loisirs aquatiques afin d’élargir leurs activités avec des images étonnantes (baptême plongée, randonnée aquatique, hôtels et resorts bord de mer) … ainsi que le marché professionnel où les solutions Notilo Plus sont destinées à des applications d’inspection autonome pour les infrastructures, la défense, le oil & gas, les navires et les scientifiques… Ce marché des drones sous-marins professionnels est de loin le plus rentable et il devrait doubler pour atteindre 5 milliards de dollars en 2022.
Côté loisir, la plongée compte 10 millions de pratiquants dans le monde.

Vidéo – Second co-fondateur et CMO de la start-up marseillaise, Benjamin Valtin précise les marchés sur lesquelles iBubble peut être proposé ! Deux marchés, deux types de drones sous-marin !

 

Le drone sous-marin de Notilo Plus est proposé aux alentours de 4000 euros. La start-up a commencé à livrer dès la semaine dernière ses premiers iBubbles. En tout près 300 unités ont été commandé lors de la campagne de crowdfunding lancée en début d’année et ont été fabriqué dans l’usine d’EFI Automotive. Ils doivent être livrées d’ici à décembre. Quant au carnet de commandes de Notilo Plus, il est plein jusqu’au premier trimestre 2019, et si les deux dirigeants ne donnent aucun chiffre, il est, soulignent-ils, de plusieurs centaines de commandes.

De Grenoble à Marseille…
Créée à Grenoble, Notilo Plus n’est implantée à Marseille que depuis quelques mois. Suite à seconde levée de fond de 1,9 million d’euros réalisée en mai dernier, la start-up a réorganisé son déploiement géographique en France. Après avoir transférer son siège en région Sud, Notilo Plus a ouvert deux antennes situées en Rhône-Alpes et Grand Est. La jeune pousse de 16 personnes veut désormais accélérer son développement commercial à l’international en 2019, notamment aux États-Unis et en Australie. Notilo Plus a reçu un CES Innovation Award 2019 et sera présent avec son iBubble au prochain CES de Las Vegas en janvier 2019.

Vidéo Notilo Plus (en anglais)

Facebook Comments
Lire la suite

Aéronautique, spatial

Thales repousse la finalisation du rachat de Gemalto au premier trimestre 2019

Publié

le

Le rachat de Gemalto par Thales devrait être finalisé au premier trimestre 2019 et non plus avant fin 2018, a annoncé le groupe technologique le 11 octobre dernier en faisant le point sur l’avancement de l’opération. Les deux groupes soulignent que leur projet de rapprochement se déroule de manière satisfaisante. 6 des 14 autorisations réglementaires requises ont déjà été obtenues, et les démarches en vue d’obtenir les 8 autres avancent bien.
Thales et Gemalto discutent avec certaines autorités de concurrence de mesures correctives pour répondre à leurs préoccupations relatives au marché des modules matériels de sécurité à usage général (GP HSM – General Purpose Hardware Security Modules)”, précisent-ils. Ils sollicitent ainsi des autorisations règlementaires auprès des autorités de concurrence compétentes en Afrique du Sud, en Australie, aux Etats-Unis, au Mexique, en Nouvelle-Zélande, en Russie, et auprès de l’Union Européenne. La date limite pour réaliser l’opération de rachat est fixée au 31 mars 2019.
Thales avait annoncé en décembre 2017 son projet de rachat pour 4,8 milliards d’euros de Gemalto, également convoité par la SSII Atos, afin de se renforcer dans le traitement et la protection des données, un secteur stratégique pour les géants de la technologie et des industries comme l’aérospatiale et la défense.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X