Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Infrastructures IT, Cloud

Le Groupe Altersis poursuit sa croissance en faisant l’acquisition du suisse Sword Performance Solutions

le Groupe aixois Altersis poursuit l’extension de son réseau dans le domaine des services numériques avec une nouvelle acquisition, la société suisse Sword Performance Solutions.

Publié

le

Presque 8 mois après avoir réalisée sa dernière acquisition, en l’occurrence la société CGSI, cabinet de conseil en région parisienne, le Groupe Altersis poursuit l’extension de son réseau dans le domaine des services numériques avec une nouvelle acquisition, la société Sword Performance Solutions.
Cette ESN, spécialisée dans le domaine de la Performance et de l’APM, est implantée en Suisse (Bâle), au Maroc (Rabat) et en Tunisie (Monastir et Tunis). Elle cumule aujourd’hui plus de 15 ans de présence dans le monde de la Performance, en proposant des offres tant sur un point de vue méthodologique que technologique. Trois grands domaines composent l’offre délivrée par Sword Performance Solutions : l’APM nouvelle génération, l’Ingénierie de la Performance Applicative et l’Assurance Qualité Continue pour les environnements DevOps. Pour la société suisse, cette acquisition ‘’va permettre de s’inscrire dans un projet d’entreprise à la fois ambitieux et visionnaire tout en préservant notre expertise ancrée dans le domaine de la Performance et de l’Optimisation des Systèmes d’Information de nos clients.’’ explique Tobias Sager, Business Unit Director de Sword Performance Solutions.
Le Groupe Altersis, grâce à cette offre à forte valeur ajoutée, devient ainsi un des leaders européens du secteur, capable de délivrer des solutions complètes à ses clients. Il poursuit ainsi sa stratégie de croissance externe, en se rapprochant de sociétés qui partagent ses valeurs. Guy Puech, président-fondateur du Groupe Altersis souligne dans le communiqué d’annonce que « Sword Performance Solutions et le Groupe Altersis se sont construits autour des mêmes valeurs fondamentales : le sens du service, les relations humaines, l’esprit d’équipe et le respect des engagements. »
De plus, cette opération stratégique permet au Groupe Altersis de renforcer sa présence sur la Suisse, le Maroc et la Tunisie, emplacements stratégiques au cœur du développement des services numériques des grandes entreprises européennes et internationales. Ceci confère au Groupe une maitrise accrue du secteur de la Performance, aux côtés de ses filiales Scopteam et Valid’IT, spécialisée également dans ce même domaine. L’ensemble de ces structures seront réunies désormais sous un nom commun : Altersis Performance.
Créé en 2008 à Aix-en-Provence, le Groupe Altersis dispose désormais d’un effectif de plus de 350 techniciens et ingénieurs, répartis sur 10 agences et 6 pays. Depuis 10 ans, l’entreprise connaît une croissance exceptionnelle de plus de 50% par an.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

C’est parti pour le projet de datacenter Titan à Mougins, 4 ans après l’obtention du permis !

Publié

le

La ville de Mougins, à proximité de Sophia Antipolis, avait délivré un permis purgé de tout recours le 19 mai 2015 pour la construction d’un Datacenter Titan de 10 000 m2, annoncé comme l’un des plus grands en France. Quatre ans après, Titan Datacenters France en charge de l’exploitation du site a enfin bouclé son budget et le projet a été revu à la baisse. Il fait désormais projet commun avec un centre d’activité et de bureaux construit par la société Valimmo de Mouans-Sartoux qui a investi 21 millions d’euros pour la construction totale des 10.000 m², livrés en deux tranches, une première au 3° trimestre 2020 avec 4.500 m² de bureaux et locaux destinés aux PME-PMI et une livraison finale fin 2020. le groupe Titan Datacenters France veillera à la bonne exécution des travaux.
Ce projet d’envergure internationale pour la région Sud sera doté des toutes dernières technologies et répondra aux besoins des entreprises françaises en particulier de celles basées à Sophia -Antipolis qui ont d’énormes besoins en stockage de données. C’est le cas notamment de l’Institut interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle qui vient d’être lancé. Ce sera d’autre part le premier data center français modulaire et certifié Tiers 4 (public), écoresponsables de dernière génération. Il devrait permettre la création de 70 emplois dont 20 en R&D dans les 3 ans suivant la sortie du datacenter et générer une centaine d’emplois dans l’écosystème
La traditionnelle cérémonie de pose de la première pierre du Parc d’activités et du Datacenter s’est déroulée le 7 juin dernier en bordure du Chemin de la Plaine à Mougins, en présence de Richard Galy, maire de Mougins, François Moison, président de Valimmo et Jean-Sébastien Femenia, président de Titan Datacenters France,

www.titandc.net

Facebook Comments
Lire la suite

Blockchain

Avec ‘’Extended Monaco’’, La principauté de Monaco entend devenir le pays le plus digitalisé au monde !

Publié

le

Autour d’Albert II, Luc Jacquet, Frédéric Genta, Cédric Biscay et Thomas Battaglione. © Principauté de Monaco

C’est en grande pompe que le 30 avril dernier dans la salle de bal du Yacht-club, la principauté de Monaco a officiellement présenté son programme de transformation digitale ‘’Extended Monaco’’ avec un objectif : développer en parallèle et dans un même temps l’ensemble des technologies numériques – 5G, cloud souverain, blockchain ou encore smart city – pour devenir le pays le plus digitalisé au monde afin de développer de nouvelles sources de revenus et favoriser une nouvelle économie.

Monaco entièrement en 5G à l’été !
Si la taille de Monaco a pu sembler être un handicap dans les révolutions industrielles précédentes, elle est un atout et offre aujourd’hui une capacité de réaction unique” a souligné dans son discours d’introduction, le prince Albert II. Il est vrai qu’annoncer, d’après le calendrier du programme, le déploiement de la fibre optique pour 2022 et celui de la 5G dès cet été, ne paraît pas irréaliste au regard de la superficie de la principauté : 2 km² à couvrir. A l’été donc, Monaco devrait devenir le premier au monde à posséder un réseau 5G national grâce aux infrastructures du géant chinois des télécoms Huawei, partenaire historique depuis près de 10 ans de Monaco Telecom.

De nouveaux services émergent pour devenir ‘’Smart Principauté’’
La 5G va permettre à la Principauté d’utiliser le numérique pour mieux servir la qualité de vie de ses 40 000 résidents (mobilité ville intelligente, e-santé), augmenter la valeur du service public (dématérialisation totale des démarches administratives à l’horizon 2022) et offrir un nouveau cycle de prospérité économique. Le réseau 5G va voir se développer de nouveaux services tels que des navettes autonomes pour desservir des quartiers dans lesquels peu de bus passent. Une phase de test est attendue cet été. À l’automne, la première plateforme de e-santé sera lancée par le gouvernement monégasque afin de prendre rendez-vous en ligne chez tous les professionnels de médecine, en quatre langues. Enfin à la rentrée, Monaco sera le premier pays à proposer aux 7 000 élèves monégasques, de la maternelle au collège, des cours de programmation informatique.

La priorité absolue, c’est la cyber sécurité
Pour Frédéric Genta, un ancien de Google, passé par Amazon et Orange, nommé il y a un an délégué interministériel chargé de la transition numérique, “Le programme Extended Monaco fera de la cyber sécurité une priorité absolue”. La principauté entend bien protéger les données personnelles de ses habitants et de ses entreprises en se dotant dès décembre prochain d’un cloud souverain, un datacenter implanté sur le territoire doublé d’un autre, une “e-ambassade” implantée au Luxembourg.

Devenir la Blockchain nation !
La Principauté espère aussi attirer de nouvelles entreprises et activités en misant sur le développement de ces nouvelles technologies, comme la blockchain, ou la mise en place de moyens de financement innovants. L’Etat monégasque ambitionne par exemple de devenir leader mondial des ICO environnementales (Initial Coin Offering), des levées de fonds sous forme de crypto-monnaies. Il souhaite accueillir une dizaine de projets ICO par an et compte investir dans certains d’entre eux.  De quoi créer, selon Frédéric Genta, “quelque 150 emplois sur le Rocher tous les ans”.
Le réalisateur Luc Jacquet, oscarisé pour La Marche de l’empereur, est le premier bénéficiaire d’une ICO monégasque pour la production de son nouveau film documentaire. Sa société Icebreaker s’installera à Monaco, avec sa cinquantaine de salariés.
Ainsi en levant le voile sur les ambitions de la Principauté pour amorcer son virage numérique, le Prince Albert II a prôné l’obligation d’entreprendre “une nouvelle phase de notre histoire“. Pour concrétiser ce programme, trois lois vont être promulguées courant 2019 autorisant et encadrant les concepts de blockchain, d’identité numérique et de dématérialisation. Le programme Extended Monaco verra sa pleine mise en œuvre au cours des trois années à venir.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

La start-up parisienne Zenpark accélère son activité de ‘’Smart Parking’’ à Marseille

Publié

le

Garer sa voiture en ville, c’est souvent cher et compliqué. Pour vous éviter de tourner en rond, il existe une application, Zenpark, du nom de la start-up parisienne éponyme, qui recense les places disponibles dans les parkings publics et privés, ceux de partenaires : hôtels, supermarchés, bailleurs résidentiels, entreprises, exploitants de parkings, bâtiments administratifs…) qui optimisent ainsi l’utilisation de leurs places. En prime, c’est bien moins cher !
Devenu en quelques années le 1er opérateur de parkings partagés connectés d’Europe et le numéro un français du parking mutualisé pour la smart city, Zenpark a ouvert il y a quelques jours un nouveau parking à Marseille, situé dans le parc automobile du bailleur social Silentronik aux abords du Stade Vélodrome (Bld Michelet). Il s’agit du 14ème emplacement Zenpark dans la cité phocéenne.

Fabrice Marguerie, William ES Rosenfeld, et Frédéric Sebban

Le principe du partage de parking connecté
Un automobiliste sur trois cherche une place de stationnement et les places de stationnement destinées aux véhicules particuliers tendent à se réduire de façon importante. C’est en partant de ce double constat que l’entreprise Zenpark, créée par Fabrice Marguerie, William ES Rosenfeld, et Frédéric Sebban, a décidé de créer le parking partagé. Objectif, déployer un réseau de parkings partagés, le plus dense possible dans les grandes villes européennes, afin de mieux vivre la mobilité en ville, pour tous: automobilistes, riverains et collectivités locales. En effet, le partage de parkings permet d’optimiser l’utilisation des places de stationnement laissées libres à certains moments. Zenpark propose aux automobilistes à la recherche d’une place de stationnement, des places de parking usuellement non disponibles. Dans le même temps, Zenpark permet aux propriétaires de parkings de partager ceux-ci, de manière simple et sécurisée, de façon à mieux rentabiliser leurs actifs.
Aujourd’hui, Zenpark permet à tout automobiliste de se garer de manière pratique, économique et responsable dans plus de 1 000 parkings privés partagés en France et en Europe, pour quelques heures, quelques jours ou même au mois et ce à un tarif compétitif et de façon simple. Zenpark est même devenue une véritable référence avec un taux de satisfaction de ses utilisateurs estimée à plus de 90%. »

L’innovation technologique
Zenpark a conçu et développé une solution technologique pouvant être installée à l’entrée de tout type de parkings sécurisés, qui permet à tout automobiliste membre Zenpark d’accéder à des parkings privés ou publics, grâce à une télécommande Zenpass ou via l’application disponible sur Google Play et Apple Store, sans qu’il soit nécessaire de modifier les systèmes d’ouverture existants, ni reproduire les moyens d’accès. Tout est automatisé et sécurisé
La solution de la start-up parisienne exploite les technologies les plus avancées : machine-to-machine (M2M), technologies web, applications mobiles et cloud computing. La solution Zenpark est conçue, développée et produite en France.

 Comment ça marche ?
Pour l’étape de recherche d’un emplacement et réserver selon les disponibilités, sa place de stationnement, il suffit tout simplement de créer son compte, l’inscription est gratuite et sans engagement sur Zenpark. Les conditions sont d’enregistrer ses coordonnées bancaires, la plaque d’immatriculation de son véhicule et d’attester que celui-ci est bien assuré.
Concernant la facturation, le paiement se fera automatiquement par prélèvement en fin de mois. Vous avez le choix entre une facturation à l’heure, forfait journaliers ou hebdomadaires. Il existe aussi des abonnements mensuels à temps partagés ou pleins.
A Marseille, ce sont 14 parkings qui sont ainsi disponibles mais Zenpark est également opérationnel dans d’autres villes de la région. C’est le cas à Avignon et Cannes avec un emplacement disponible chacune et Nice qui en compte trois.

www.zenpark.com

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X