Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Economie numérique

Le gouvernement dévoile la feuille de route de la 5G en France

Publié

le

Lundi 16 juillet, Mounir Mahjoubi a présenté à Bercy, la feuille de route de la France pour la 5G, en présence de la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie Delphine Geny-Stephann et de Sébastien Soriano, président de l’ARCEP, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes. Ce dernier insistant sur le fait qu’“Etre en retard sur la 5G n’est pas une option !”.
Le secrétaire d’état en charge du numérique a ainsi dévoilé différentes dates-clés, en laissant malgré quelques flous dans les applications et les mesures concrètes que le gouvernement entend entreprendre.
Le premier des chantiers prioritaires, c’est de libérer et attribuer les bandes de fréquences d’ici 2019 avec pour objectif de déployer la 5G dans une grande ville de France en 2020. La feuille de route mentionne également l’intégration de cette cinquième génération de standard de téléphonie mobile dans les transports principaux en 2025.
Selon l’ACERP qui a déjà mis en place un guichet pilote 5G au mois de janvier dernier, la 5G permettra dès l’horizon 2020, d’augmenter la capacité des réseaux, d’offrir des débits plus élevés et rendra possible le développement de nombreux services innovants pour le grand public (démocratisation du streaming vidéo ultra haute définition, 3D, etc.) que pour les entreprises (réalité virtuelle et augmentée, développement d’applications de rupture dans tous les secteurs industriels).
Des expérimentations sont déjà menées ou prévues pour la 5G dans onze villes de France ; Belfort, Bordeaux, Douai, Grenoble, Lannion, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Toulouse, et la technopole Sophia-Antipolis, près de Nice.
Des tests seront également réalisés à l’autodrome de Linas/Montlhéry visant à explorer les usages rendus possibles par la 5G pour les services liés à la voiture connectée (transfert de données en mobilité, platooning ou capteurs étendus…) avec la participation d’Orange et Bouygues Telecom. Autres exemples, le « 5G véhicules autonomes Saclay » de Nokia et de Vedecom,dont l’objectif est de fournir une couverture radio à des véhicules autonomes ou encore la démonstration effectuée le 10 juillet dernier par PSA en collaboration avec BMW et Ford concernant la communication entre les voitures de marques différentes.
“Il faut que dans les expérimentations de 2018, on ait des projets qui inspirent et qui donnent à tous le regard de ce qui va se passer derrière. Sinon on va prendre un an ou plus de retard”, a souligné en conclusion le secrétaire d’État chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Digital marketing & sales

E-commerce : Palmarès des ”pure players” en France… l’aixois AlloPneus est en 8ème position !

Publié

le

Avec la montée en puissance du commerce électronique, certaines entreprises ont fait le choix d’en faire leur cœur de métier. Les “pure players” sont les enseignes qui vendent uniquement leurs produits en ligne. Le graphique réalisé par Statista, le portail des statistiques, est basé sur les données d’eCommerceDB et présente les “pure players” qui ont réalisé les plus gros chiffres d’affaires net en France en 2017.
Ce classement exclut les vendeurs en lignes dont la part B2B et “click & collect” excède 50 % du total des ventes. On remarque un trio de tête formé par Amazon, qui a réalisé 1,96 milliard d’euros de chiffre d’affaires dans l’Hexagone en 2017, CDiscount (1,91 milliard d’euros) et Vente Privée (près de 1,90 milliard d’euros). La société aixoise Allo Pneus se classe en 8ème position avec un chiffre d’affaires de 248 millions d’euros.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

3,9% de croissance prévue en 2019, Syntec confirme l’excellente santé du marché des logiciels et services

Publié

le

A l’occasion de son bilan de fin d’année, Syntec Numérique a publié ses prévisions pour 2019 et les chiffres de 2018 et a confirmé la bonne santé du secteur IT en France. La croissance des services et conseils IT et de l’édition de logiciels en France a été dynamique cette année et le restera l’an prochain.
En juin dernier, le syndicat des éditeurs et sociétés du numérique tablait sur une croissance de 4,2% de l’ensemble de l’activité, un chiffre aujourd’hui – très – légèrement revu à la baisse, à 4,1%. Un dixième de point en moins qui représente une cinquantaine de millions d’euros de manque à gagner pour le secteur. La croissance est soutenue par les projets de transformation numérique, notamment les SMACS (Social, Mobility, Analytics, Cloud & Security), briques de base des projets de transformation numérique, qui progressent de + 15,4 % en 2018. En 2019, les SMACS atteindront 28,5 % du marché logiciels et services et une croissance de + 14,7 %.

Croissance du secteur des logiciels et services de 2010 à 2019

Les prévisions de croissance pour 2019 sont en revanche très légèrement moins optimistes qu’en 2018 avec une hausse globale du secteur IT en France attendue autour de 3,9%. Le segment Conseils et services devrait progresser de 3% (versus 3,3% en 2018), celui de l’édition logiciels de 5,1% (contre 5,3%), idem avec le segment Conseil en technologies (5,2% vs 5,5%).
En 2019, 87 % des entreprises envisagent par ailleurs une croissance de leur chiffre d’affaires. Elles sont moins de 80% à en avoir enregistré une en 2018.

 

Détail de la croissance du secteur du conseil et des services en 2018 et 2019

Côté emploi, Syntec Numérique annonce que le secteur a créé 28 000 postes en 2017 contre 24.500 attendues. C’est 56% de plus que les 18.000 créations nettes de 2016. Le secteur comptait fin 2017, 474.000 emplois. Il faudra attendre la fin de l’année 2019 pour connaître le nombre de créations nettes d’emplois en 2018 mais Syntec estime déjà qu’il sera encore supérieur à celui de 2017.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

Grâce à l’Europe, 23 villes et villages de la région Sud vont offrir du WiFi gratuit

Publié

le

Du Wifi gratuit partout, c’est le souhait de l’Union Européenne qui a lancé en 2016 l’initiative Wifi4UE, un programme de financement pour certains lieux publics. Budget du projet : 120 millions d’euros. L’idée : fournir une connexion Wifi dans tous les lieux publics de l’Union Européenne (soit 6 000 à 8 000 municipalités) d’ici à 2020. En région Sud Provence-Alpes Côte d’Azur, 23 villes sont concernées.
Les villes recevront 15 000 € chacune pour l’acquisition d’une borne Wifi publique à installer dans le lieu de leur choix. Elles doivent s’engager à prendre en charge l’abonnement internet et la maintenance des appareils.
Pour Renaud Muselier, président de la Région Sud PACA, c’est l’occasion de valoriser le rôle de l’Europe qui “sert si on sait s’en servir. L’Europe s’engage donc aux côtés de la région et des communes pour cette initiative très concrète. Cela permettra d’améliorer l’offre de connexion et d’accès au numérique dans des territoires qui en ont besoin.”

Liste des communes retenues

Alpes-de-Haute-Provence :  Aubenas-les-Alpes, Roumoules, Simiane-la-Rotonde
Hautes-Alpes :  L’Argentière-la-Bessée, Le Monêtier-les-Bains, Vallouise-Pelvoux
Alpes-Maritimes : Cannes, Le Mas
Bouches-du-Rhône : Aix-en-Provence, Gardanne, La Roque d’Anthéron, Les Pennes-Mirabeau, Les Saintes-Marie-de la Mer
Var : Besse-sur-Isole, Fayence, Le Cannet-des-Maures, Les Arcs, Hyères
Vaucluse : Apt, Courthézon, L’Isle-sur-la-Sorgue, La Bastidonne, Valréas

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X