Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

BioTech, MedTech

La SATT Sud-Est dévoile les lauréats du Concours My Innovation Is… 2018, les Super-Héros de l’Innovation

Publié

le

Deux Super-Héros de l’Innovation ont vu leurs projets récompensés lors de la 3ème édition du concours My Innovation Is…, qui s’est tenue le 27 novembre dernier au Palais des Papes d’Avignon, 10 chercheurs et futurs startuppers issus des laboratoires publics des Régions Sud & Corse ont présenté leurs projets innovants devant un jury d’experts.
Le Dr Christine Contino-Pépin et le Pr Michel Alain Bartoli sont les lauréats 2018 du concours organisé en partenariat avec Avignon Université, Avignon Terres de création, Vaucluse Provence Attractivité et IODA Consulting. Les deux lauréats ont notamment remporté un accompagnement en pré-maturation par la SATT SudEst d’une valeur maximale de 20 K€, des séances de mentoring dispensées par la SATT Sud-Est, ainsi que des tablettes offertes par IODA Consulting.

A droite, le Pr Philippe Obert – Vice-Président en charge du Développement Économique et de la Valorisation d’Avignon Université, et membre du jury, remet le prix au Dr Christine Contino-Pépin – © 2018 Julie Lagier

Christine Contino-Pépin est Maître de Conférences à Avignon Université et Directrice de l’Equipe Chimie Bio Organique et Systèmes Amphiphiles – Institut des Biomolécules Max Mousseron (IBMM, UMR CNRS 5247). Ses travaux de recherche du Dr Christine CONTINO-PEPIN sont consacrés à l’extraction de composés d’origine végétale avec des applications vastes dans l’industrie. Ils peuvent être utilisés comme ingrédients naturels de choix pour l’alimentation, ou les compléments alimentaires, les médicaments, les cosmétiques ou même les parfums. « De nos jours les consommateurs sont de plus en plus exigeants sur la qualité et l’origine des produits qu’ils consomment, en particulier dans le domaine de l’alimentation, de la santé, ou des cosmétiques. Le mot magique c’est « naturel », mais comment extraire des substances naturelles en mettant en œuvre des procédés efficaces et éco-compatibles, c’est-à-dire avec un nombre limité d’étapes, peu consommateurs d’énergie et non polluants ? Malgré l’essor des procédés innovants dits d’éco-extraction, la baguette magique n’existe pas encore à l’échelle industrielle, surtout lorsqu’il s’agit d’extraire à partir du végétal des actifs dits « lipophiles », c’est-à-dire des molécules solubles dans les corps gras comme l’huile, et pas dans l’eau. Dans ce cas précis, l’utilisation de solvants est quasi inéluctable et indissociable du rendement. Notre innovation consiste à extraire des actifs végétaux lipophiles dans un milieu essentiellement composé d’eau et à stabiliser ces extraits sous forme d’émulsions selon un procédé « one pot » », développe le Dr Christine Contino-Pépin.
Suite à cette récompense, Christine Contino-Pépin souhaite créer son entreprise. Elle réfléchit actuellement à ce qui serait le plus intéressant en termes de création d’entreprise au regard de ses projets dans le domaine de l’innovation.

Pr Michel Alain Bartoli en pitch – © 2018 Julie Lagier

Le Professeur Michel Bartoli est chirurgien vasculaire spécialisé dans la prise en charge endovasculaire des pathologies aortiques complexes au CHU de la Timone à Marseille (AP-HM). Son projet consiste au développement d’une endoprothèse dédiée au traitement endovasculaire des dissections de type A. Cette innovation permettra de traiter cette pathologie, la dissection aortique de type A, de façon mini invasive. « La dissection aortique de type A est une pathologie gravissime pour laquelle nous avons un seul traitement : une chirurgie avec ouverture de la cage thoracique et un arrêt cardio circulatoire de 30-40 min. Cette intervention peut engendrer des complications post-opératoires et des durées d’hospitalisation très longues. C’est la raison pour laquelle j’ai inventé une prothèse qui a pour but de traiter cette pathologie de façon mini invasive sans ouvrir le corps et en passant par les voies naturelles que sont les artères. Si on regarde la progression des traitements endovasculaires dans les pathologies de l’aorte, les endoprothèses pour les anévrysmes de l’aorte abdominale inventées dans les années 90 représentent actuellement 80% des patients traités pour anévrysme aujourd’hui. Pour les ruptures de l’isthme, une autre pathologie aortique, 100% des malades sont actuellement traités par ces techniques. Il y a donc un vrai bénéfice et un intérêt à proposer ces technologies mini invasives aux patients », explique le Pr Michel Alain Bartoli.

Depuis 2016, My Innovation Is… met en lumière les talents et pépites des Régions Sud & Corse auprès d’acteurs de l’écosystème technologique industriel et donne une impulsion à la recherche régionale.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BioTech, MedTech

Marseille : Provepharm lève plus de 42 M€ pour renforcer son développement à l’international.

Publié

le

Le groupe pharmaceutique marseillais Provepharm Life Solutions annonce avoir obtenu un crédit syndiqué de 42,5 M€ auprès de plusieurs banques françaises, dont Société Générale, BNP Paribas, Banque Populaire Méditerranée et Crédit Agricole Alpes Provence. Via cette opération, Provepharm entend accélérer son développement international, notamment aux Etats-Unis, marché majeur pour l’entreprise qui vient de créer une filiale dont le siège est à Philadelphie. Mais la société marseillaise pousse également ses pions en Asie

Michel Féraud, président-fondateur de Provepharm (©laprovence.com)

Fondé en 1998 et présidé par Michel Féraud, le groupe Provepharm Life Solutions emploie aujourd’hui près de 60 salariés dont 55 à Marseille, autour d’un savoir-faire central : la Revitalisation des molécules qui ouvre la voie à de nombreuses innovations décisives pour le futur de la santé. Ainsi en 2006, Provepharm avait revitalisé le bleu de méthylène. A la suite de cette innovation, les premiers produits ont été développés et enregistrés afin de répondre à des besoins thérapeutiques jusqu’alors non couverts. Ces avancées majeures ont ouvert les portes de nouveaux marchés, positionnant l’entreprise comme un acteur incontournable de ce segment. Ce succès lui a permis l’an passé de réaliser un chiffre d’affaires de 38 millions d’euros, en forte progression.

 

 

 

Facebook Comments
Lire la suite

BioTech, MedTech

La biotech Therachon fondée à Nice est rachetée par l’américain Pfizer pour 340 millions de dollars

Publié

le

Fondée en 2014 à Nice par Elvire Gouze, chercheuse à l’Inserm et à l’Université Nice Sophia, la société de biotechnologie Thérachon, spécialisée dans les maladies rares, vient d’être rachetée par le groupe pharmaceutique américain Pfizer pour 340 millions de dollars. Ce montant pourrait être complété par 470 millions de dollars, subordonnés à la réalisation des étapes clés dans le développement et la commercialisation d’un traitement, le TA-46, contre l’achondroplasie, la forme la plus la plus répandue de nanisme parmi les 250 qui existent. L’achondroplasie peut occasionner de graves complications cardiovasculaires, neurologiques et métaboliques chez environ 250 000 personnes dans le monde. ‘’Il n’y a pas actuellement de traitement autorisé de l’achondroplasie’’ indique le groupe américain.
Aujourd’hui basé à Bâle en Suisse, tout en disposant d’un laboratoire de recherche à Nice, Therachon développe son traitement TA-46 sous forme d’injections sous-cutanées pour les enfants et adolescents porteurs de la maladie. « Le TA-46 a réussi la phase 1 et a reçu l’appellation de Médicament orphelin de l’Agence européenne des médicaments (AEM) et de l’US Food and Drug Administration (l’administration américaine de l’alimentation et des médicaments)’’ indique la biotech.
“Chez Pfizer, notre stratégie est de faire avancer les recherches scientifiques les plus prometteuses, qu’elles soient développées par nos laboratoires ou pas’’, a déclaré Mikael Dolsten, directeur scientifique et président de la Recherche et du Développement médical de Pfizer. ‘’En faisant l’acquisition de Therachon, nous espérons exploiter les capacités scientifiques et de développement de premier plan de Pfizer pour faire progresser plus rapidement ce traitement potentiellement prometteur pour les personnes atteintes d’achondroplasie.”
De son côté, Therachon a estimé qu’’’avec son expertise dans le domaine des maladies rares et sa portée mondiale, Pfizer était bien placé pour accélérer le développement du TA-46 et concrétiser le dessein de Therachon de traiter les complications dont souffrent les enfants atteints d’achondroplasie en ciblant les causes moléculaires profondes de cette maladie’’ précise Luca Santarelli, son directeur général.

Facebook Comments
Lire la suite

BioTech, MedTech

KeeeX, InnatePharma, Hysilabs, GlobalStim, ImCheck, ‏lauréats des 1ers Trophées de l’Innovation Aix-Marseille

Publié

le

Ils étaient plus de 600 personnes à participer le 26 mars dernier au CEPAC Silo de Marseille, à la cérémonie de remise des premiers Trophées de l’Innovation Aix-Marseille. Un événement où les univers de la recherche et de l’innovation, les chercheurs et les entrepreneurs se croisent et se rencontrent, une soirée organisée par Aix-Marseille Université, Aix-Marseille French Tech, Protisvalor et SATT Sud-Est et soutenue par CEPAC, Innate Pharma, IODA Consulting et Obratori.
C’est Alain Gargani, Président de la CPME13 qui a animé cette cérémonie qui a vu huit lauréats, des chercheurs, des étudiants, des start-ups en droit & économie, en santé, sciences dures et Sciences humaines et sociales (SHS) récompensés pour leurs travaux.!
Et c’est un jury composé de 5 universitaires et 5 entrepreneurs qui a étudié les dossiers de candidatures et choisis les lauréats de cette première édition ; Les universitaires sont Denis Bertin, Myriam Zerrad, Monique Bernard, Marc Ferrari et Pierre-Jean Arnoux et les chefs d’entreprises, Jean-Marc Battigello, Olivier Mathiot, Emmanuelle Champaud, Claude Schoonheere et Corinne Vezzoni

Quatre prix décernés à des start-up innovantes
Ainsi Le Prix #startup Sciences a été décerné à la Hysilabs d’Aix-en-Provence. La start-up a développé une solution innovante pour faciliter le transport de l’hydrogène, via un support liquide unique
Le Prix #startup SHS est allé à la jeune pousse GlobalStim (Meyreuil) qui a mis au point ExoStim, un programme de stimulation cognitive personnalisé et personnalisable. ExoStim est un véritable coach cérébral portant sur la perception, le langage, la mémoire et le raisonnement, résolument moderne et accessible.
La biotech marseillaise ImCheck Therapeutics a reçu le prix de la startup Santé pour le développement d’une nouvelle génération d’anticorps thérapeutiques fondée sur de nouveaux systèmes de brouillage.
Enfin la dernière start-up récompensée, c’est KeeeX (Marseille) qui s’est vue remettre un Trophée Innovation dans la catégorie #startup Droit et Économie ! Cette startup invente la Donnée Augmentée, la nouvelle manière de protéger, valoriser et mieux exploiter le patrimoine numérique.

Et quatre prix à la recherche publique
Le jury a également décerné un Prix d’Honneur qui récompense des années de recherche à la biotech marseillaise InnatePharma, partenaire également de l’événement, dont les travaux portent sur l’amélioration du traitement des cancers grâce à des anticorps thérapeutiques innovants exploitant le système immunitaire. La société est un parfait exemple de collaboration entre la recherche publique et le monde industriel.
Pour compléter ce palmarès, Martine VASSAL, Présidente d’Aix-Marseille Provence Métropole, qui a ouvert la soirée de remise des Trophées, a elle-même remis le Prix Etudiant à Camille Scott, doctorante à l’Institut Fresnel, pour ces travaux de détection de cancers. Un Prix International a été décerné au physicien Roland Pellenq, directeur de laboratoire MIT-CNRS et Le directeur de l’Institut Fresnel, Stefan Enoch, s’est vu remettre le Prix Chercheur pour ses recherches appliquées à l’imagerie médicale.

©Photos SATT Sud-Est

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X