Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Economie numérique

La Région Sud lance une nouvelle plateforme dématérialisée de demande de subvention

Publié

le

Après avoir créé en 2018 la plateforme « Sud Marchés Publics », la Région Sud continue de moderniser son administration pour devenir la première Smart Région d’Europe. Depuis le 21 mai 2019, elle a lancé un portail unique pour accueillir l’ensemble des demandes de subventions.
Cette nouvelle plateforme dématérialisée assure à tous une harmonisation du traitement de la demande depuis son dépôt jusqu’à l’obtention de la subvention. Accessible à tous depuis le web, ce portail se substitue dès à présent au traitement papier et marque un nouveau tournant dans la volonté de faire de la Région Sud, une administration avec une « COP d’avance ». En effet, seules les associations demandant moins de 5 000 euros d’aides et les communes de moins de 1 250 habitants pourront, si elles le souhaitent, continuer à utiliser la démarche papier. Avec cette nouvelle plateforme, la Région Sud continue de mettre en place de nouveaux outils numériques au service des usagers.
‘’J’ai pour ambition de faire de Provence-Alpes-Côte d’Azur la 1ère Smart Région d’Europe. Cela passe par une transformation profonde de l’administration régionale. Faire le choix de la dématérialisation, c’est faire le choix de l’innovation pour notre administration. Avec des procédures dématérialisées, elle sera plus accessible, plus rapide et toujours plus respectueuse de l’environnement. C’est l’esprit de ce portail unique que nous lançons aujourd’hui. Destiné à tous les porteurs de projets quels qu’ils soient, il assure une simplification des échanges avec la Région Sud’’ indique Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Cliquez ici pour toutes demandes de subventions.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dossiers, expertises

[VIDÉO] Medinsoft édite un Livre Blanc sur le RGPD qui fête son premier anniversaire

Publié

le

Il y a un an, le 25 mai 2018, entrait en application le règlement général sur la protection des données (RGPD), un texte redéfinissant les droits des citoyens et les obligations des entreprises en matière de données personnelles dans toute l’Union européenne (UE). Un an plus tard, alors que chacun établit un premier bilan de ce qui avait été annoncé comme une révolution dans un monde numérique dopé à la donnée personnelle, la Commission Legal’In Tech de Medinsoft édite un Libre Blanc sur le RGPD : ‘’Un guide pour comprendre l’essentiel et mettre en œuvre le RGPD au sein de son entreprise’’.
Ce guide tombe à pic car assez logiquement, le bilan de la première année démontre qu’il y a encore beaucoup à faire, et que les entreprises françaises ciblant notamment les marchés grand public ont encore de grandes difficultés dans leur majorité à appliquer pleinement le nouveau règlement.

 

 

 

 

 

 

Fruit d’un travail de plusieurs mois, réalisé par des experts, ce Livre Blanc est consultable et téléchargeable sur le site de Medinsoft.

 

[VIDÉO] Océane Phan-tan-luu, présidente de la commission Legal’In Tech explique pourquoi un Livre Blanc et comment se caractérise son contenu.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

37 communes de la région Sud vont bénéficier d’une borne Wi-Fi financée par l’Union européenne

Publié

le

La Commission européenne vient de communiquer les résultats de son deuxième appel à projets WIFI4EU qui consiste à attribuer à des communes européennes une enveloppe financière de 10 000 euros, afin de s’équiper d’une borne Wi-Fi pour un lieu public.
Au total, ce sont 3 400 communes qui ont été retenues dans toute l’Europe, dont 37 en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Celles-ci viennent s’ajouter aux 23 communes retenues lors du premier appel à projets, en 2018.
Renaud Muselier a tenu à souligner : ‘’Une nouvelle fois, voici la démonstration que l’Europe sert si on sait s’en servir ! De manière très concrète, pour les citoyens de Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’Union européenne s’engage pour l’accès au numérique et à une connexion Internet pour tous. C’est une réussite remarquable pour la Région, déjà bénéficiaire de 3,3 milliards d’euros de fonds européens engagés sur notre territoire depuis 2015, dans tous les domaines’’. Le président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur qui en conclusion a tenu ‘’à féliciter les maires de toutes les communes retenues sur cet appel à projets.’’

Liste des communes retenues par la Commission européenne :

  • Alpes-de-Haute-Provence :  Champtercier, Entrepierres, Oraison, Revest-du-Bion.
  • Alpes-Maritimes :  Le Cannet, Saint-Martin-du-Var, Saint-Paul-de-Vence, Valbonne.
  • Bouches-du-Rhône : Berre-l’Étang, Cassis, Martigues, Mimet, Peyrolles-en-Provence, Venelles.
  • Hautes-Alpes : Aiguilles, Saint-Léger-les-Mélèzes, Villar-Saint-Pancrace, Châteauvieux.
  • Var : Aiguines, Artignosc-sur-Verdon, Aups, Baudinard-sur-Verdon, Bauduen, Brenon, Ginasservis, La Martre, Le Bourguet, Les Salles-sur-Verdon, Moissac-Bellevue, Régusse, Saint-Raphaël, Solliès-Ville, Tourtour, Trigance, Vérignon, Villecroze.
  • Vaucluse : Carpentras

 

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

[Etude] Le moral des start-up françaises est toujours aussi bon

Publié

le

D’après une étude d’Opinion Way commandée par le label We Are Innovation (WAI) de la banque BNP Paribas et parue mi-mai 2019, l’optimisme est toujours aussi présent chez les start-up françaises.
Premiers chiffres marquants, 92% des 200 start-up sondées indiquent ” avoir une grande confiance dans l’avenir de leur entreprise “ et 96% d’entre-elles qualifient leur activité de ” passionnante “. En comparaison, l’étude révèle que 79% des dirigeants d’entreprise classique sont confiants dans le futur.
” Cet enthousiasme des start-upper, nous le ressentons énormément lorsque nous les rencontrons et il est très communicatif’’ commente Dorothée Julliand, directrice WAI BNP Paribas ‘’Il est aussi lié à ce qu’ils déclarent être leurs moteurs : notre étude montre que 95% d’entre eux sont motivés par la volonté d’innover, 81% souhaitent être utile à la société. ” A ajouter comme motivation : 83% apprécient l’indépendance offerte par l’entrepreneuriat.

Selon le baromètre, cet optimisme des jeunes pousses se traduit par une intention très marquée : 73% des start-up sondées comptent embaucher de nouveaux collaborateurs. Les dirigeants des autres types d’entreprises sont a contrario 9% à vouloir recruter, 90% préférant maintenir le même nombre de salariés. Donnée étonnante, l’économie française en berne n’entache pas l’optimisme des start-upper pour développer leur activité : 76% d’entre-eux considèrent que les conditions économiques actuelles sont optimales pour se faire.
Quelles sont les difficultés auxquelles ils sont le plus souvent confrontés ? Sans surprise, l’obtention de fonds (46%), les difficultés financières (56%), les ressources humaines (33%) et le commercial (30%) constituent les challenges principaux du quotidien des start-up.
Côté soutien, l’étude révèle que 75% des dirigeants de start-up en attendent plus de la part des banques et 67% des pouvoirs publics. Des chiffres que l’on peut accoler à leur envie de voir davantage de grands groupes collaborer avec eux (88%).

Méthodologie : Sondage téléphonique réalisé par Opinion Way en mars 2019 auprès d’un échantillon de 200 dirigeants de start-up. Ces start-up devaient respecter plusieurs critères : avoir au moins 2 ans d’existence et moins de 100 salariés, avoir réalisé au moins une levée de fonds d’un montant minimum de 250 000 euros.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X