Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Interxion annonce la construction d’un troisième datacenter à Marseille, MRS3

Publié

le

Interxion, l’un des principaux fournisseurs de services de datacenters, poursuit son expansion au sein de la Cité Phocéenne et annonce qu’en réponse à la demande croissante de ses clients, il va construire un troisième data center à Marseille, nommé MRS3.

La base sous-marine allemande en 1951

Situé sur la zone du Grand Port de Marseille-Fos et à proximité immédiate de MRS2, ce futur data center soulève un défi de taille, celui de transformer une ancienne base de sous-marins, construite par les Allemands durant la Seconde Guerre Mondiale, en un site numérique. MRS3 aura en effet vocation à devenir un point névralgique de création, de stockage et de distribution de contenus pour les plates-formes hyperscale cloud et média numérique d’envergure mondiale.

La base sous-marine allemande aujourd’hui

MRS3 sera construit en trois phases et proposera aux clients environ 7 100 m² d’espace équipé, avec 17 MW de puissance disponible une fois le site achevé. La première phase de MRS3, prévue au quatrième trimestre 2019, offrira environ 2 300 m² d’espace. L’investissement associé à la construction de MRS3 devrait s’élever à environ 140 millions d’euros.
MRS3, additionné aux datacenters MRS1 et MRS2, vient renforcer le hub de connectivité et de contenu que représente Marseille. Avec la présence de plus de 130 opérateurs Télécom et celle de 13 câbles sous-marins de télécommunication, la ville offre un accès direct à 43 pays et à plus de 4,5 milliards de personnes en Europe, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Gemalto et GlobalmatiX testent une solution télématique automobile lors de la Porsche GT4 Cup en Allemagne

Publié

le

Installé à bord d’une Porsche Cayman GT4 version course, le dispositif GlobalmatiX xTCU proposé par Gemalto et GlobalmatiX, une filiale à part entière de Softing AG, a été mis à l’essai et approuvée sur le circuit de Nürburgring, lors de la course automobile Porsche GT4 Cup.
Après six heures consécutives à plein régime, dans des conditions extrêmes de chaleur, de vibrations et de vitesse pouvant atteindre 280 km/h, la solution a franchi le drapeau à damier en offrant une fiabilité sans faille, après avoir transmis en temps réel à l’équipe de course, tout au long de la course, les données de diagnostic des 40 capteurs différents répartis sur le véhicule. Les mécaniciens ont ainsi pu surveiller les indicateurs de performance critiques renseignant la pression des pneus, la température de l’huile, le niveau de carburant et la vitesse durant toute la course. Après un accident mineur, grâce à la visibilité immédiate des problèmes, les mécaniciens ont pu organiser les pièces nécessaires et gérer les réparations en une fraction de seconde avant même que la voiture n’arrive sur le stand.
C’est pour répondre à la demande croissante de solutions télématiques IoT sécurisées et de hautes performances, que les deux entreprises se sont associées pour fournir cette solution innovante. Le module IoT Cinterion LTE Cat. 1 et la eSIM de Gemalto ont offert une connectivité sans fil sécurisée et fiable pour l’unité de contrôle GlobalmatiX Telematics (xTCU) permettant ainsi une surveillance continue, des communications et une maintenance prédictive à distance. La solution est disponible immédiatement pour les OEM du monde entier.

Comment fonctionne la solution GlobalmatiX
Le xTCU collecte les données des capteurs intégrés aux véhicules, puis utilise la eSIM et le module IoT Cinterion de Gemalto pour crypter les données et se connecter en toute sécurité via des réseaux 4G/LTE au système back-end Cloud GlobalmatiX. Les applications analytiques transforment les données en informations exploitables qui améliorent les performances du véhicule, la sécurité du conducteur et le confort. La solution Gemalto gère également la fourniture de services sécurisés OTA (over-the-air) qui permet au xTCU de connecter des véhicules sur n’importe quel réseau mobile mondial sans intervention de maintenance ou de mise à jour de la eSIM. Il est prévu d’étendre la collaboration à la 5G.
Mais le GlobalmatiX xTCU n’a pas été seulement conçu pour les voitures de course de hautes performances. En effet, il peut connecter et surveiller n’importe quelle voiture ou camion en temps réel. La solution est idéale pour un ensemble d’applications, notamment les polices d’assurance automobile au kilomètre, les solutions de gestion de flotte, les applications de suivi des véhicules, les systèmes de sécurité du conducteur, la maintenance prédictive et l’info-divertissement à bord.

Crédit photos : GlobalmatiX

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Le groupe SII recrute 1 500 nouveaux collaborateurs dans toute la France dont plus de 200 sur le Sud-Est

Publié

le

Fort de sa croissance sur l’année 2017-2018, le groupe SII, société de conseil en technologies, recrute, pour son nouvel exercice 2018-2019, 1500 nouveaux collaborateurs en CDI (95%) sur l’ensemble du territoire national dont plus de 200 sur le Sud-Est entre Lyon, Aix-en-Provence, Sophia Antipolis, Grenoble, Montpellier, Toulon et Valence. Afin d’être en phase avec son plan de développement, la société est à la recherche de nouveaux talents pour enrichir ses équipes sur l’ensemble de ses métiers (ingénieurs, experts, chefs de projet, architectes, commerciaux, etc.) et propose des opportunités de carrières.
Les postes recherchés sont très variés :  Développeurs Web ou Objet, Ingénieurs logiciels embarqués, Ingénieurs Systèmes, Consultants Aéronautique, Ingénieurs Réseaux et Experts Cybersécurité, Ingénieurs Big Data, Ingénieurs Electronique, Chefs de Projet, Scrum Master, Architectes, Directeurs de Projets, Managers Commerciaux, RH, etc.
« Nous prévoyons de recruter aussi bien des profils débutants qu’expérimentés, principalement des formations ingénieurs ou universitaires (Bac+5) pour travailler sur des technologies et expertises très diversifiées : Java EE, Javascript, C#, .Net, C++, PHP, C embarqué, Ingénierie système, DevOps, Cyber Sécurité, Business Analyst, Data, IA, Expertise aéronautique, etc. Nous recrutons à 95% en CDI, quelques CDD exceptionnels et une centaine de stagiaires de fin d’études ainsi que des alternants, toujours dans une optique de pré-embauche.» commente Maud Lorant, Directrice du recrutement chez SII.
Le groupe SII est conscient des tensions actuelles sur le recrutement dans le numérique et la nécessité d’innover. Sans CV ni lettre de motivation, la société de conseil numérique invite les candidats à postuler en un seul clic, en utilisant seulement leur profil LinkedIn. Ceci permettant d’accélérer l’acte de candidature.

www.groupe-sii.com/fr

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Traxens (Marseille) et le laboratoire I3S (Sophia-Antipolis), lauréats des Trophées INPI 2018

Publié

le

Trois entreprises françaises innovantes et un laboratoire de recherche en sciences de l’information et de la communication ont été distingués par l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI) le 10 décembre à Paris, lors de la cérémonie des Trophées INPI 2018 qui s’est déroulée au théâtre Le Trianon et à laquelle étaient conviés plus de 250 invités, décideurs de l’écosystème de l’innovation et de la propriété intellectuelle.
Les trophées de l’INPI, établissement public dont la mission est d’enregistrer et de délivrer les titres de propriété industrielle (brevets, marques, dessins et modèles), récompensent chaque année des entreprises et laboratoires innovants « pour la qualité de leur stratégie de propriété industrielle ».
Douze nominés, 9 PME et 3 centres de recherche ont été sélectionnés en novembre dernier parmi 100 dossiers dans 4 catégories : « Brevet », « Design », « Marque » et « Recherche ».

Catégorie Brevet : Traxens (Marseille). La société marseillaise Traxens conçoit des boîtiers de traçabilité des conteneurs. L’entreprise a été récompensée pour ses boîtiers électroniques à fixer sur les conteneurs afin de leur fournir des informations à forte valeur ajoutée : position du conteneur en mer et sur terre, intensité des chocs éventuellement subis, historique des ouvertures et fermetures de portes ou variations de température.
« Notre solution est en cours de déploiement sur l’ensemble des flottes des armateurs MSC et CMA CGM et nous déclinons aujourd’hui notre offre pour la SNCF en l’adaptant à des wagons de train. Nous développons également avec Daher une mallette connectée pour suivre en temps réel le transport de produits à très haute valeur ajoutée », indique Jacques Delort, directeur général de Traxens. « Sur le marché encore balbutiant de la logistique 4.0, nous avons su créer des solutions technologiques de rupture, en partenariat avec huit laboratoires publics, dont l’INRIA. Nous sommes propriétaires de plusieurs brevets internationaux et nous menons une politique très active contre les contrefacteurs ».
www.Traxens.com

  • Date de création : 2012 – 103 salariés – CA : 2200 K€ / Part à l’export : 22 % – 8 brevets / 7 marques. 

Catégorie Recherche : Laboratoire I3S (Sophia-Antipolis). Installé au cœur du Campus SophiaTech, le laboratoire I3S effectue des recherches dans le domaine des sciences de l’information et de la communication. En partenariat avec le CNRS et Inria, et par de nombreuses collaborations industrielles, il travaille sur des thématiques de recherche innovantes, à la pointe de la science et de la technologie : systèmes et réseaux ubiquitaires, biologie et santé numériques, modélisation pour l’environnement, interactions et usages. L’intelligence artificielle y est abordée sous de nombreux aspects, que ce soit au niveau fondamental, en intégration ou dans ses applications. Les travaux et dépôts de brevets du laboratoire ont permis la création de six entreprises. On lui doit notamment la création d’un studio de jeux vidéo, d’un système de ciblage des individus ayant visité un site internet sans rien acheter ou d’une solution de cartographie 3D en temps réel. Cette récompense de l’INPI salue le travail mené depuis plusieurs années par les différentes équipes du laboratoire.
Olivier Meste, directeur de I3S, a souligné la vertu pédagogique d’un tel prix : “le grand public a souvent l’image de chercheurs isolés, déconnectés de la vraie vie. Cette distinction va contribuer à montrer que les labos se préoccupent de la société et de ses besoins.”
http://i3s.unice.fr/

  • Date de création : 1989 – 250 collaborateurs, dont 28 chercheurs et 86 enseignants chercheurs – 9 brevets – 26 collaborations de recherche en cours, dont majoritairement des partenariats industriels – 5 projets européens financés par le programme Horizon 2020 – 3 licences concédées – 13 entreprises créées.

Catégorie Marque : Agriconomie (Coole, Grand Est). Agriconomie est une place de marché pour les agriculteurs. Cette plateforme de e-commerce spécialisée dans la vente d’engrais, de semences et de matériel agricole a été créée en 2014 par trois jeunes entrepreneurs, exploitants agricoles. La plateforme n’a que quatre ans d’existence mais déjà un tiers des agriculteurs français s’y connecte chaque mois.

Catégorie Design : Sericyne (Paris, Ile-de-France et Monoblet, Occitanie). La jeune entreprise cofondée en 2015 par Clara Hardy et Constance Madaule a mis au point un savoir-faire unique au monde : la production de soie en trois dimensions. Avec la technique brevetée de la jeune entreprise, les vers à soie ne produisent pas de cocons mais directement des formes variées. Les vers à soie sont délicatement posés sur des moules où ils déposent leur soie. La matière produite, une fois récupérée, est un in-tissé résistant et étincelant.

Dans le passé, les Trophées INPI ont été remportés par des entreprises comme BlaBlaCar, Devialet, Carmat ou KissKissBankBank.

L’INPI en chiffres

  • 706 collaborateurs sur 19 implantations en France et 11 à l’international, couvrant 68 pays.
  • 300 dépôts de brevets, 90.500 de marques, 5.900 de dessins et modèles.
  • 500 entreprises sensibilisées à la propriété industrielle
  • 7 millions de données ouvertes et réutilisables.

Photo : (de droite à gauche) Paolin Pascot, PDG d’Agriconomie, Clara Hardy, fondatrice de Sericyne, Pascal Faure, directeur général de l’INPI, Michel Fallah, fondateur de Traxens, Jacques Delort, directeur général de Traxens, Eric Carreel, président du Jury, et Olivier Meste, directeur général d’I3S.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X