Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

ICC, gaming, e-sport

Hyperconnexion, la série 100% marseillaise

L’une des attractions de cette sixième édition du Marseille Web Fest, festival international de la série digitale, fut la présentation du pilote d’Hyperconnexion, une websérie 100% marseillaise et 100% collaborative.

Publié

le

L’une des attractions de cette sixième édition du Marseille Web Fest, festival international de la série digitale, fut la présentation du pilote d’Hyperconnexion, une websérie 100% marseillaise et 100% collaborative. Cette série, véritable événement pour les amateurs, a été imaginée avec brio et réalisée par Nicolas Debru, alias Lasko, un jeune marseillais très doué.

lasko-p2-bdC’est dans le métro marseillais qu’est né en 2014 le projet Hyperconnexion. En observant les voyageurs rivés sur leur téléphone Nicolas Debru, le jeune réalisateur, spécialiste de vidéoclips expérimentaux et passionnés de nouveaux formats numériques, imagine le concept d’une websérie dont l’histoire explorerait nos liens à l’hyperconnectivité omniprésente. Il confie le scénario à Fred Belin et s’attèle à la mise en œuvre de ce projet exaltant. Il s’agit d’une série anticipation à tendance polar: «Dans un futur proche, l’apparition du réseau mobile Xenia ouvre une nouvelle ère dans la communication  qui favorise la connexion aux relations avec le voisinage. Rivés sur leur écran, les hommes ont perdu toute notion du monde qui les entoure», relate Nicolas Debru, révélé au public par son clip «Happy, we are Marseille, by Lasko». Son remake de «Happyness» fut d’ailleurs sélectionné par Pharrell Williams et intégré au clip pour la journée mondiale de la joie à New-York.

Son protagoniste va tenter de combattre cette invasion de la technologie : «Animé par un douloureux secret, Mathieu, une jeune hacker de génie, s’infiltre chez Xenia mais il sait que le danger n’est pas seulement virtuel», précise Lasko. La saison 1 de cette série sur l’hyperconnectivité mais aussi sur la déshumanisation de la société est annoncée pour fin 2017. L’épisode 1 qui a été diffusé en avant-première hors compétition à Marseille a été présenté par la suite avec un «real pilote» au Mipcom à Cannes. «L’épisode 2 est tourné à 80%, l’épisode 3 est écrit, les épisodes 4 et 5 sont en cours», annonce le réalisateur qui a travaillé auparavant sur Canal Plus et M6.    

Intelligence collaborative

Ce projet singulier qui a pour socle l’association ITEM (Institut Transmedia Euroméditerranéen)  est avant tout une aventure humaine. Ce sont plus d’une centaine de bénévoles professionnels du secteur, comédiens et techniciens, issus de la région qui se sont engagés dans cette série innovante. Etude du niveau de fatigue pour une maquilleuse, costumes sur mesure, drones, effets spéciaux, cascades, rien n’est laissé au hasard. Une des ambitions de cette aventure est de montrer qu’il s’avère encore possible aujourd’hui de réaliser un projet grâce à l’intelligence collaborative. «A travers différents épisodes de cette série d’anticipation, nous allons traiter de l’insociabilité et de la déshumanisation dûe à l’hyperconnectivité», confie t-il. Le public va pouvoir s’identifier aux personnages fictifs et se poser des questions sur l’utilisation du réseau. En termes de casting et de personnels encadrant la série, la projet a souhaité associer un maximum d’acteurs locaux afin de mettre en avant le dynamisme de la ville. Le tournage est effectué dans la cité phocéenne et dans des lieux emblématiques de la région afin de valoriser le territoire. Pour Lasko, ce festival est bien côté sur le plan international. «Notre ambition est de montrer que cette série est créative et a du style aux nombreux producteurs qui sont venus cette année», a t-il précisé. D’ores et déjà, une campagne de crowfunding a été ouverte afin d’assurer la logistique des tournages pour les deux prochains épisodes.

© Jean-Pierre Enaut

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Accélérateur, incubateur, pépinière

CréACannes s’unit avec le DigiHub de Shawinigan et crée une passerelle transatlantique pour les entreprises

Publié

le

(de G à D) David Lisnard et Michel Angers

Basé au cœur de Shawinigan, le DigiHub a su relancer l’économie de cette ville canadienne jusqu’à devenir prospère dans le numérique après la fermeture, en 1963, d’une centrale électrohydraulique et 1 500 emplois perdus ! Aujourd’hui le DigiHub canadien est reconnu pour être le foyer mondial de l’intelligence artificielle et participe au développement de l’économie du numérique au Québec jusqu’à devenir incontournable dans le domaine, de par sa localisation entre Montréal et Québec, mais aussi pour l’ensemble des acteurs qui y gravitent.
Fin mai, le maire de Shawinigan, Michel Angers et Philippe Nadeau, le directeur général du DigiHub version 4.0, ont conclu à Cannes un partenariat avec CréACannes Lérins, pépinière qui accompagne 25 partenaires économiques de l’agglomération. Et pour bien montrer l’importance pour les deux parties de ce partenariat, la signature de la convention et les discours du maire de Shawinigan, Michel Angers, et du maire de Cannes, président de l’Agglomération Cannes Lérins, David Lisnard, ont été retransmis en simultané des deux côtés de l’Atlantique, au Québec et à Cannes.

Favoriser la croissance
Les deux parties s’engagent à mettre à profit l’expertise de leurs écosystèmes afin d’aider leurs acteurs économiques et soutenir leur développement d’affaires dans la mise en relation avec des partenaires, des investisseurs, des donneurs d’ordre qualifiés et les sensibiliser aux règlementations et usages locaux.
L’entente inclut, entre autres, l’accès réciproque aux espaces de coworking des deux structures, offrant ainsi un « point de chute » utile à l’internationalisation de startups et PME de ces deux côtés de l’Atlantique.
Au Québec, le DigiHub, créé en 2014, est composé d’un écosystème complet pour le développement de projets dans le domaine du numérique : espaces collaboratifs, salles de formation et de réunion, incubateur pour le lancement de startups à haute valeur ajoutée technologique, etc. ‘’Le partenariat que nous venons de conclure avec CréACannesLérins jette des bases additionnelles pour le corridor que nous avons établi entre le Québec et la France au profit de nos startups respectives’’ affirme Michel Angers. ‘’Cela nous offre aussi une occasion unique de partager avec leur organisation l’effervescence du grand rendez-vous de l’automne, soit la 2e édition du Sommet de l’innovation en ville médiane. Le SIIViM Shawinigan 2019 qui aura lieu du 13 au 15 novembre prochains » conclut le maire de Shawinigan. Le DigiHub se décline en quatre pôles principaux, soit le Patrimoine et la muséologie numérique, l’Usine intelligente 4.0, le Divertissement numérique et le e-Santé.


Coté azuréen, CréACannesLérins compte désormais parmi les dispositifs d’accompagnement à l’entrepreneuriat les plus complets du Sud de la France. Avec ses 2000 m² d’accueil et ses nombreux aménagements (Coworking, bureaux partagés, services mutualisés, etc.), le dispositif CréACannesLérins est l’un des leviers visant à favoriser l’essor des filières d’excellence du territoire : nautisme, spatial, industries créatives, événementiel, silver economy, agritech.

Les industries créatives, une filière porteuse d’avenir et d’emplois pour les deux partenaires
Le partenariat permet également de mettre en relation les filières d’excellence communes partagées par les deux territoires, au premier rang desquelles les industries créatives, une filière porteuse d’avenir et d’emplois pour la ville de Shawinigan et fer de lance de la stratégie économique portée par l’Agglomération Cannes Lérins. Prochainement, le futur Campus de l’Image et de la Création de Cannes, véritable hub de 8000 m2 dédié aux industries créatives, réunira dans une logique de fertilisation croisée, entrepreneurs, chercheurs, étudiants, investisseurs, autour des métiers de l’Image (cinéma, audiovisuel, jeux communication, communication digitale, etc.)
‘’Avec ses nombreux projets en cours – Campus de l’Image et de la Création, Musée international du Cinéma, de futurs grands studios de tournage, etc. –, la vocation de Cannes est de devenir l’épicentre de la Silicon Valley de la Côte d’Azur : une terre propice à toutes les créations, à tous les talents, avec pour souci l’exception culturelle francophone. Un impératif que nous savons partager avec nos amis québécois’’ souligne David Lisnard. Un maire serein qui est accompagné dans ce projet global par l’Etat comme l’a réaffirmé le 28 mai dernier, face aux sénateurs, le ministre de la Culture, Franck Riester.

Facebook Comments
Lire la suite

3D, VR, AR

Marseille : Delta Festival recrute des start-up pour son Village Innovation

Publié

le

Fin février, à l’occasion d’une conférence de presse, les organisateurs du Delta Festival ont présenté la cinquième édition et dévoilé la programmation (voir ci-dessous). Nouveauté cette année, l’événement festif, dont Techsnooper est partenaire, se déroulera non plus sur un week-end mais bien sur une semaine entière de musique, du 30 juin au 7 juillet 2019, et sur tout le territoire métropolitain, à Marseille, Aix-en-Provence et Salon-de-Provence… Plus de 60 000 festivaliers sont attendus.
Les plages du Prado à Marseille seront une nouvelle fois le théâtre d’une grande fête électro, avec trois scènes installées, et elles accueilleront également le Village de l’Innovation pendant deux jours, les samedi et dimanche 6 & 7 juillet 2019 de 12h à 19h.
Le Village de l’Innovation, c’est un espace de 500m2, où plus de 100 start-up, accélérateurs/incubateurs et médias spécialisés venus de la France entière présenteront leur structure aux 40 000 festivaliers attendus ce week-end sur les plages du Prado.
Ce sont 4 dispositifs qui sont proposés aux exposants du Village Innovation :

Open Innovation : Présentation des start-up, incubateurs et dispositifs d’accompagnement regroupant plusieurs thématiques liées à l’innovation.

Carrefour des Techs : Démonstrations spectaculaires dans le numérique, la robotique et les news Techs.

Recruit Games : Proposition d’offres d’emploi, rendez-vous networking diplômé – entreprise dans le milieu du numérique et de l’ingénierie.

Agora : Un espace dédié à la création de contenu avec des invités prestigieux, des experts et des médias spécialisés.

Plusieurs domaines seront représentées : Tech for Good, Healthtech, Foodtech, Arttech, Fashiontech, Greentech & Cleantech, Tourisme & Loisirs et Jeunesse & Education.
Les start-up les plus innovantes se verront décerner le prix Tech for Good, soutenu par la Ville de Marseille et le prix de l’Entrepreneuse de l’année, soutenu par le journal La Tribune.
Enfin pour la première fois, le Delta Festival se dote d’un Espace Pro spécialement réservé aux partenaires privés, médias et institutionnels, pour un moment de networking convivial et détendu, les pieds dans le sable ! Avec ce village, l’objectif est de faire connaitre les jeunes entrepreneurs et projets innovants tout en sensibilisant les festivaliers aux thématiques de l’entrepreneuriat et des nouvelles technologies.

Vous êtes une start-up B2C (possibilité B2B sur le carrefour des Techs) : Pour CANDIDATER

Une offre est également proposée aux différents dispositifs d’accompagnement existants, accélérateurs, incubateurs, … le Delta festival met à leur disposition au cœur du Village de l’Innovation 5 stands groupés en un pour leurs start-up. (Prix : 500€ HT).

Vous êtes un dispositif d’accompagnement : Pour CANDIDATER

PROGRAMMATION DELTA FESTIVAL (30 juin au 7 juillet).
Artistes confirmés
Blastoyz, Bob Sinclar, Bon Entendeur, Fritz Kalkbrenner, Mandragora, Moha La Squale, N’to, Neelix, 47 Ter, Cléa Vincent, Electre Posé, Dario Rossi, Francky Vincent, French Fuse, Jazzy Bazz, Julian Jeweil, Kikesa, Popof, Synapson, Tez Cadey, Un Air d’été, Caisson Gauche Records, DJ Moxo, Dupond, Dysk, Emrod, Kedam, Lude, Mark Höffen, Marr Müller, Mezerg, Miel de Montagne, Osch, Pas Sages, Sahalé, Saro, Zave

www.delta-festival.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Agriculture, sylviculture

Les ‘’Women Hackers Action Tank’’ lancent la 1ère édition des Trophées Women In Tech Sud

Publié

le

A l’occasion de la journée de la femme, le 8 mars dernier, la branche azuréenne du collectif WHAT pour ‘’Women Hackers Action Tank’’ a annoncé le lancement d’un nouvel événement unique en Région SUD, les ‘’Trophées Women In Tech Sud’’.
Les WHAT06 réunissent des salarié(e)s, entrepreneur(e)s, académiques, associations, ou réseaux adhérant à titre individuel ou représentant leurs associations et organisations en tout genre et ont pour objectif de mettre en lumière des femmes travaillant dans la Tech ainsi que d’inciter plus de femmes et de filles à s’intéresser aux métiers de l’ingénierie informatique. Pour cela, le collectif organise régulièrement des événements techniques dans la région, hackathons, workshop sur l’intelligence artificielle pour faire découvrir les nouvelles technologies au plus grand nombre, notamment aux femmes.
Les femmes de la Tech s’appuient sur simple constat : Il n’y a que 29.8 % de femmes en France qui travaillent dans la Tech. 28,4% de femmes sont en écoles d’ingénieurs et au CNRS, elles ne sont que 33,6% de femmes chercheuses…
Aussi que vous fassiez du hardware ou du software pour un de ces domaines : Food Tech, Ed Tech, Bio Tech, Green Tech, Med Tech, Silver Economy, FashionTech, Fin Tech, nouvelles Tech… vous pouvez candidater aux premiers ‘’Trophées Women In Tech Sud’’. Ils sont ouverts à toute femme travaillant dans la technologie, en Région Sud ou Monaco, en tant que chercheuse, employée d’une société technologique ou fondatrice/associée d’une start up technologique. Vous avez toutes les chances de devenir la Women in Tech Sud de votre catégorie !
Trois prix seront attribués à trois femmes pour leurs réalisations exceptionnelles dans les domaines de la technologie et de l’innovation, dans les catégories suivantes :
– Startupeuse dans la tech : Elle doit être fondatrice ou/et Associée lorsqu’elle candidate. La start-up doit être enregistrée en France depuis 2 ans.
– Chercheuse dans la tech : Chercheuse en entreprise ou dans un laboratoire. Doit être en poste au lorsqu’elle candidate. La candidate peut aussi être en Thèse ou Post-Doct lorsqu’elle candidate. L’entreprise ou le labo doit avoir un site en France ou en PACA
– Salariée dans la tech : La candidate doit être en poste lorsqu’elle candidate. Sa société doit avoir un site en PACA ou Monaco.

Le concours est gratuit et le dépôt des candidatures en ligne est ouvert jusqu’au 8 juin 2019.
– 8 juin : Fin du dépôt des dossiers de candidature
– 15 juillet : WHAT06 annonce les 5 femmes finalistes sélectionnées par catégorie
– 12 septembre : Remise des Trophées lors d’une soirée au Palais des Festivals de Cannes.

Pour S’INSCRIRE

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X