Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Accélérateur, incubateur, pépinière

French Tech Tremplin Aix-Marseille : c’est parti pour les 11 porteurs de projets de la Promo 1

Publié

le

Annoncé le 11 juillet dernier par le secrétaire d’Etat chargé du Numérique, Cédric O, au Cloître des Faiseurs d’avenirs, à Marseille, le French Tech Tremplin, dispositif French Tech unique dont l’objectif est de surmonter les obstacles sociaux-économiques à l’entrepreneuriat, vient d’accueillir sa 1ère promotion. Les 11 candidats choisis sur le territoire Aix Marseille vont être accompagnés pendant 6 mois par les incubateurs Belle de Mai et Premières SUD, sélectionnés pour mener à bien cette mission.

Favoriser la diversité sociale dans l’écosystème start-up
Le manque de mixité sociale prive notre écosystème de nombreux talents : actuellement, 90% des startuppers sont des hommes, 71% ont fait une grande école (de commerce ou d’ingénieurs) et seuls 1% d’entre eux sont des autodidactes.
Les talents issus de la diversité font face à de nombreuses barrières sur le chemin de l’entrepreneuriat et des start-up : l’absence de modèles de référence à leur image empêche toute identification et crée un phénomène d’autocensure. Les difficultés d’accès aux financements, le manque de réseau et la méconnaissance des codes informels du milieu des start-up constituent également des freins.
Le programme French Tech Tremplin a été conçu pour dépasser ces barrières et pour permettre à des populations jusqu’ici sous-représentées dans notre écosystème d’intégrer l’écosystème de la French Tech en devenant entrepreneurs. Il s’adresse à des résidents de QPV, bénéficiaires de minima sociaux, étudiants boursiers ou encore, réfugiés. En proposant des formations, un système de mentorat et en mobilisant des financements, le programme a pour objectif de rééquilibrer les chances de chacun.

6 mois pour se préparer avant de se lancer dans le grand bain
Les porteurs de projets sélectionnés participent au challenge “8Clos” : parcours accéléré d’un projet tech, à la façon d’un Escape Game, conçu par l’incubateur Belle de Mai. Cette journée a pour but de révéler leur esprit entrepreneurial et leur appétence à manipuler le numérique.
Puis, va commencer le programme intense (une rencontre par semaine), d’une durée de 4 mois, en collectif, avec un parcours personnalisé adapté aux objectifs individuels. Il va permettre à l’ensemble des participants de structurer leur réflexion sur le produit/service dès le stade de l’idée. A la façon Half Life, le parcours est entièrement ‘’scripté’’ pour entreprendre dans les meilleures conditions.
‘’Ce programme permet aux lauréats de développer leur entreprise dans un environnement favorable pour réussir la phase d’entrée sur le marché’’, explique Céline Souliers, directrice de l’Incubateur Belle de Mai. ‘’Il les prépare aussi au passage en Comité de sélection pour leur donner toutes les chances d’accéder à la suite de l’accompagnement de l’incubateur Belle de Mai ou des Premières Sud’’.

Mobilisation d’entrepreneures et de formatrices en savoir-être entrepreneurial
De son côté, l’incubateur Les Premières Sud va se concentrer sur le développement de leur posture entrepreneuriale, ces fameuses ‘’softskills’’ qui permettent de se dépasser et devenir un « super-entrepreneur » : le développement de ces aptitudes au quotidien permet de relever le défi de la création d’entreprise et de faire la différence tous les jours.
En plus du programme d’accompagnement, les entrepreneurs ont accès aux espaces de coworking et aux salles de réunion de l’Incubateur Belle de Mai. Ils peuvent également participer à tous les événements proposés par la Capitale French Tech Aix-Marseille, coordinateur local.
A l’issue du programme, les femmes et les équipes mixtes vont pouvoir finaliser leur création d’entreprise avec la suite du programme GO-1ere ® (4 mois) et démarrer leur activité en programme BOOST-1ere ® (1 an) dans la continuité de leur accompagnement. Les entrepreneur.e.s pourront également bénéficier d’un statut juridique temporaire permettant de tester leur offre : une opportunité de valider la viabilité du projet et se donner une chance d’ajuster ou de pivoter en se testant avec un Minimum Viable Product pertinent avant de créer la structure juridique définitive.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Accélérateur, incubateur, pépinière

P.Factory avec le soutien de ses actionnaires débloque 200 000€ pour soutenir ses startups accompagnées

Publié

le

C’est parce que de nombreuses start-up ont un accès limité aux Prêt Garanti par l’Etat, le PGE distribué par les banques et garanti par l’Etat à 90% que P.Factory a décidé de débloquer une enveloppe de 200 000€,  l’accélérateur privé estimant que certaines start-up allaient être réellement handicapées par un manque de fonds propres. Certes les partenaires bancaires étudient avec attention les demandes de prêts mais restent souverains dans leur décision d’accorder ces prêts et d’en fixer le montant. Parmi leurs critères d’appréciation figurent notamment l’apport de financements complémentaires et le niveau des fonds propres.
De plus, un certain nombre de start-up n’ont accès ni au PGE, ni au PGE-SI proposé par BPI France, car elles sont qualifiées « d’entreprises en difficulté » au sens de la réglementation européenne. C’est à dire dont les fonds propres sont devenus inférieurs à la moitié du capital social. C’est souvent le cas de celles qui étaient en cours de préparation d’une levée de fonds, devenue très hypothétique dans le contexte du Covid-19.
C’est la raison pour laquelle, grâce au soutien de ses actionnaires, 60 entrepreneurs régionaux, la Caisse d’Epargne CEPAC et la Banque des Territoires, P.Factory peut faire cette offre aux start-up à fort potentiel de croissance :
– celles accompagnées par P.Factory et dont l’accélérateur est actionnaire,
– et dont le Chiffre d’Affaires 2019 est supérieur à 100 000€.
L’investissement peut se faire sous forme de capital, d’obligations convertibles ou de BSA Air et venir ainsi renforcer les fonds propres de l’entreprise.
Le dispositif proposé permet de soutenir les start-up accompagnées par P.Factory et complète ainsi la mobilisation de la Caisse d’Epargne CEPAC et de la Banque des Territoires pour le soutien de l’économie régionale dans le contexte inédit qu’on connait. Il permettra de créer un effet de levier avec des prêts tels que le PGE, le PGE-SI de BPI France, ou le dispositif French Tech Bridge proposé par BPI France pour attendre une levée de fonds.

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

L’incubateur Les Premières Sud lance leur nouveau programme e-MERGENCY

Publié

le

Top départ pour la nouvelle promotion de femmes entrepreneures qui rejoignent le nouveau programme e-MERGENCY de l’incubateur Les Premières Sud. Lancé le 24 avril dernier, ce programme a pour objectif d’aider les entrepreneures affectées par la crise du COVID-19.

e-MERGENCY, un programme en 4 axes

Face aux nombreux témoignages reçus d’entrepreneur.e.s qui ont vu leur activité affectée par le confinement ou simplement par le COVID-19, le réseau Les Premières en concertation avec ses incubateurs régionaux a mis sur pied rapidement un programme de formation spécifique pour venir en soutien à ces entreprises et leur permettre de continuer d’exister et de se pérenniser.
Le programme e-MERGENCY dure 3 mois et s’adresse aux jeunes entreprises innovantes de la région Sud, portées par des femmes ou des équipes mixtes, qui ont besoin de s’entourer d’experts pour rebondir et/ou préparer le redémarrage.
Il s’articule autour de 4 axes :

  1. L’analyse des KPI de la structure et analyse de la crise du COVID-19
  2. La préservation de la trésorerie
  3. La gestion de la crise avec les aides mises en place par l’État
  4. La préparation à la reprise

Ce programme est financé par le Fonds Social Européen

Une première promotion de 6 chefs d’entreprises

Il s’agit de 6 entrepreneur.e.s dont 4 sont basées sur la Côte d’Azur et 2 sur Aix-Marseille, qui rencontrent des problématiques bien précises en cette période de crise, qui n’ont pas forcément droit aux aides mises en place, qui souhaitent réfléchir à de nouvelles pistes pour voir les choses sous un autre angle et innover pour s’inscrire dans une économie de reprise forcément différente de celle que nous avons tous connue   :

Côte d’Azur :
Alexandra BREHIER – TalentCoin
Angélique ALASTA – My Perfect Link
Nadia ELOUARGHI-VEGAS – SILVERSatHOME
Ines BACCOUCHE – ArtForNess

Aix-Marseille :
Marie GRUNENWALD – Graines méditations grossesse
Ariane FLAHAULT – l’Aleph

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

Marseille : Charlie BARLA, nouveau président de l’Incubateur Multimédia Belle de Mai

Publié

le

Professeur Associé au sein d’Aix Marseille Université, Directeur de la « Cité de l’Innovation et des Savoirs Aix Marseille » et Directeur de l’Efficience Opérationnelle au sein de la SATT Sud Est, Charlie Barla vient d’être élu à la présidence de l’Incubateur Multimédia Belle de Mai (Marseille) lors de son assemblée générale qui s’est tenue le 25 mars en visioconférence.
‘’ Je suis très enthousiaste à l’idée d’accompagner l’Incubateur Belle de Mai dans son développement national et européen, notamment avec l’arrivée prochaine sur le territoire Aix Marseille d’un Digital Innovation Hub, financé par la Commission Européenne’’ a déclaré Charlie Barla. ‘’Ma mission consistera également à impulser de nouvelles technologies issues des laboratoires de recherche, mission que je compte mener à bien grâce à ma connaissance des systèmes complexes de la recherche et de l’innovation et à mon expérience dans le sourcing de technologies numériques’’ a-t-il précisé.
L’accompagnement de l’équipe sur son développement national et européen, l’émergence de technologies issues des laboratoires de recherche et la création de nouvelles sociétés dans l’Edtech, l’économie sociale et solidaire, les serious games, la réalité virtuelle et augmentée ou encore le e-sport, seront au cœur des priorités du nouveau président.
Charlie Barla succède à Eric Berton, président d’Aix Marseille Université. Il était président de l’Incubateur Belle de Mai depuis 2015.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X