Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ressources humaines

Focus sur Medinjob, le rendez-vous essentiel de l’emploi dans les TIC

Le Forum Medinjob est aujourd’hui le rendez-vous annuel par excellence de l’emploi dans les TIC et des formations numériques dans le secteur d’Aix-Marseille.

Publié

le

Après TIC Emploi, Aix-Marseille French Tech a proposé cette année deux forums appelés Medinjob, l’un le 28 septembre à la Fondation Vasarely Aix-en-Provence et l’autre, le 8 octobre, au Pôle Média de la Belle de Mai, à Marseille. Lors de ces rencontres réunissant des écoles et des entreprises, 400 offres d’emplois étaient proposées ainsi que 70 offres de stage.

Aujourd’hui, le Forum Medinjob est le rendez-vous annuel par excellence de l’emploi dans les TIC et des formations numériques dans le secteur d’Aix-Marseille. «Son objectif est de permettre aux entrperises de cibler, identifier et rencontrer leurs futurs collborateurs», a expliqué André Jeannerot, président de Medinsoft, organisateur des deux forums dans le cadre d’Aix-Marseille French Tech, avec le CIP Méditérranée, le Pôle SCS, Primi, Pôle Emploi, le cabinet Omniciel, et le soutien de Syntec Numérique, Marseille Innovation, l’APEC, Cadremploi, Keljob, la GGPME, le GEPA et la Cité des Métiers. Plus de mille deux personnes étaient attendus pour ces deux rencontres, l’une à Aix-en-Provence et l’autre à Marseille. Cinq cent avaient participé au premier rendez-vous et plus de quarante recrutements étaient d’ailleurs en cours de finalisation. Sept cent personnes étaient attendues au Pôle Média de la Belle de Mai, la plupart dans l’objectif d’obtenir des renseignements précis sur les métiers du numériques qui bouleversent à présent la donne sur le marché de l’emploi.

Une tendance favorable

TV bd

(De gauche à droite) Stéphane Aucoin, responsable Choose your boss Cadremploi au Figaro, André Jeannerot, président de Medinsoft et Samuel Masson, directeur du Cabinet Omniciel

Au programme de ce forum qui rassemblait une cinquantaine d’entreprises et une dizaine d’écoles, des échanges, des jobs dating, des présentations de formation IT et digitales et un cycle de conférences où une cinquantaine d’intervenants ont évoqué les sujets d’actualité et les problématiques RH de la filière. Les sujets récurrents portaient sur différents aspects à savoir Comment construire une carrière idéale ? Manager ses collaborateurs vers l’excellence, comment performer? L’un des temps forts était la conférence sur le thème : «Pénurie de main d’œuvre : Comment trouver le bon collaborateur?» avec André Jeannerot, président de Medinsoft et Samuel Masson, directeur du Cabinet Omniciel, tous deux organisateurs de Medinjob et, à leurs côtés, Stéphane Aucoin, responsable Choose your boss Cadremploi au Figaro. Dans l’évolution des attentes des collaborateurs, le salaire arrive en premier dans l’étude qui a été présentée aux participants.

Pour Stéphane Aucoin, le contexte est favorable: «Ce sont 40 000 emplois et 10 000 créations nettes dans ce secteur. Cette 12e vague d’étude a permis d’interroger les cadres sur le niveau de mobilité». Après trois années de destruction d’emploi, il y a eu 23 800 emplois créés au premier semestre. Il y a 176 000 recrutements de cadres attendus. La tendance est portée par un essor de l’informatique devant le commercial et la recherche. Les perspectives se portent pour moitié en Ile-de-France, pour 10% en Rhône-Alpes et pour 5% en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le taux de croissance est passé de 0,2 à 0,5%. Le contexte s’avère favorable avec un taux de croissance du PIB passé de de 1,2 à 1,7% sur la période 2015/2016 et des perspectives très positives en matière de recrutement de cadres. Le chiffre de 176 000 pourrait dépasser les 190 000 en 2017. Aussi, le bassin Marseille-Aubagne-Aix-en-Provence est devenu le troisième en France après l’Ile-de-France et Toulouse. Pourtant, tout n’est pas parfait, loin de là ! Un cadre sur deux est peu satisfait de son emploi et de ses conditions de travail. Il estime ne pas être reconnu, avoir une charge de travail trop importante, être sujet à un stress trop prégnant. «Mais, pour les cadres dans le secteur du numérique, tout va très bien. Le marché est favorable aux candidats», a stipulé Samuel Masson.

Autre signe de cette mutation, les indicateurs de mobilité sont très nets: 42% des cadres souhaitent un changement d’entreprise et 35% désirent changer de région dans moins d’un an.

Des carences identifiées

Zooah2 bd

L’équipe 100% féminine de la société Zooah

Plus d’une cinquantaine d’entreprises étaient présentes et notamment Zooah, une jeune société créée en 2014. Spécialisée dans le recrutement et l’ingénierie, elle la particularité d’être composée de dix jeunes femmes. «Je travaillais depuis 13 ans dans le monde du service en ingénierie et les pratiques n’ont pas évolué», a estimé Sophie Belais, sa responsable. Or, les sociétés de service ont besoin d’être en temps réel. Pour répondre aux sollicitations des ingénieurs, les dix chargés de réseau animent une communauté d’ingénieurs en activité ou en recherche d’emploi sur une base de données de 50 000 profils. «Nous travaillons sur toute la France et tous les métiers de l’ingénierie. Nous allons ouvrir des antennes en Angleterre, en Espagne et en Suède. La transformation numérique n’a plus de frontière dans le secteur du recrutement». Le but est pour elle de bousculer les codes. Une animatrice analyse les données sur le recrutement de manière fine et coordonne les besoins de l’entreprise. Zooah a créé un label et même une école appelée «la Zooah Académie» afin de se former sur les technopénuries. «Dans le Sud de la France, nous manquons de profil Java en PACA et de bibliothèque graphique QT à Montpellier»,  a t-elle confié.

Un plaidoyer pour l’alternance

Cesi 1 bd

Michel Riggenbach (à gauche) responsable des formations informatiques au CESI.

L’une des écoles les plus importantes en matière de formation en alternance, le CESI qui dispose de 25 centres en France dont un à Aix-en-Provence, l’une des trois unités du Sud-Est avec Sophia Antipolis et Grenoble, est présente depuis la création de TIC Emplois. «Notre souhait est de promouvoir les actions de formation basées sur l’alternance et plus spécialement dans les métiers de l’informatique», précise Michel Riggenbach, responsable des formations en informatique. L’école d’Aix assure intervient auprès de 80 alternants répartis sur quatre formations de Bac à 2 et Bac +2  à Bac +5. Selon lui, il y a, aujourd’hui dans la région, un besoin de compétences pour les métiers en développement. «Les élèves sont captés avant la fin de la formation. On n’arrive pas à pourvoir», a-t-il confié. Autre constat, les entreprises sont encore timides sur ces métiers de l’alternance. Il y a à son sens, un besoin de personnes compétentes et immédiatement opérationnelles. Pourtant, les entreprises qui utilisent l’alternance sont très satisfaites et ont les moyens d’investir avant le retour sur investissement. L’objectif est donc de trouver des ressources et de les présenter aux entreprises prêtes à les accompagner et les former sur un parcours de deux ans. «Le rythme de l’alternance avec trois semaines en entreprise et une semaine en formation semble un modèle bien adapté pour confier un projet aux collaborateurs», a estimé Michel Riggenbach.

Jean-Pierre Enaut

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BioTech, MedTech

Sophia-Antipolis : Hublo née de la fusion de Whoog et medGo part à la conquête de l’Europe !

Publié

le

En juin dernier, pendant la crise sanitaire, la start-up de Sophia-Antipolis Whoog et celle de Paris medGo, fusionnaient pour donner naissance à Hublo dont la mission est au cœur des préoccupations actuelles : améliorer le quotidien des professionnels de santé et répondre aux défis RH de l’hôpital de demain. Hublo permet de répondre à cette problématique de la gestion des équipes soignantes, avec sa solution digitale intuitive et performante qui permet aux professionnels de santé de se concentrer sur le cœur de leur travail : le soin des patients.

Lire aussi : Sophia-Antipolis : Whoog fusionne avec la start-up medGo pour répondre aux défis RH de l’hôpital de demain

Implantée à Sophia-Antipolis et Paris, Hublo est aujourd’hui leader sur le marché français avec plus de 1 500 établissements utilisateurs et plus de 5000 missions de remplacement lancées en moyenne chaque jour. Hublo a su s’implanter définitivement sur l’hexagone. Aujourd’hui, l’entreprise poursuit son développement à l’échelle européenne et annonce une première concrétisation en Allemagne. Dans ce pays limitrophe, la situation des personnels soignants se rapproche de celle de la France. Directeurs d’établissements, cadres de santé, syndicats infirmiers, tous déplorent la pénurie criante de soignants dans les hôpitaux. Une étude de la Fondation Hans-Böckler chiffre à 100 000 le nombre de postes infirmiers à temps plein qu’il faudrait créer. La gestion RH se trouve en difficultés, et la crise sanitaire de la Covid-19 ne fait malheureusement qu’aggraver la situation.
Pour Hublo et son équipe composée aujourd’hui d’une soixantaine de personnes, c’est le début d’une nouvelle aventure après la fusion réussie en juin 2020.
« Hublo n’a que quelques mois mais avec l’expérience respective de Whoog et medGo (5 et 3 ans) nous avons déjà une belle expertise et notre outil a fait ses preuves. Se lancer à l’international était un de nos nouveaux objectifs en fusionnant. Ensemble nous pouvons relever ce pari ! Nous avons voulu commencer par l’Allemagne car la situation des établissements de santé se rapproche beaucoup de la nôtre en France, il était donc logique de leur proposer notre solution ! » s’enthousiasme Antoine Loron, co-fondateur et CEO d’Hublo.

 

Facebook Comments
Lire la suite

Cluster, association

A l’occasion du ForumMedinjob, Medinsoft s’offre une nouvelle plateforme Medinjob dédiée à l’emploi

Publié

le

La plateforme Medinjob.io fait peau neuve alors que se tient jeudi 10 octobre au Pôle Média Belle de Mai à Marseille, la 11ème édition du FormunMedinjob. Créée il y a quelques années par le cluster numérique régional Medinsoft, cette plateforme régionale est totalement dédiée aux demandeurs d’emplois et aux entreprises en recherche de profils, qui sont implantés dans la région Sud et qui touchent au monde du numérique, de l’informatique…
Vous pouvez y déposer gratuitement tous les types d’emplois que vous recherchez (stage, apprentissage, CDD, CDI…) mais aussi les offres de mission pour des prestataires. De plus, si vous avez plusieurs offres d’emploi à publier, un process d’import massif a été mis en place faisant ainsi gagner un temps considérable!
Autre nouveauté, un fil d’actualités sur l’emploi, le recrutement, la formation et un back office pour les utilisateurs beaucoup plus complet et plus simple.
Enfin en complément de la plateforme Medinjob, les offres déposées sont automatiquement reprises sur le site de Medinsoft (rubrique « jobs »), dans la newsletter hebdomadaire de #techsnooper ainsi que sur les réseaux sociaux.
www.medinjob.io

Facebook Comments
Lire la suite

Big Data

Atempo.Wooxo va recruter 30 personnes d’ici à la fin de l’année afin de consolider sa position de leader européen

Publié

le

Basé à Paris et à La Ciotat, le groupe Atempo.Wooxo, leader européen des solutions de protection du patrimoine numérique professionnel avec une présence internationale, annonce vouloir recruter une trentaine de collaborateurs au cours du dernier trimestre 2020 pour renforcer sa R&D et soutenir sa croissance.
Fort des succès commerciaux toujours plus nombreux et de sérieuses perspectives de croissance en Europe, aux Etats-Unis comme en Asie, Atempo.Wooxo entend jouer pleinement son rôle dans le plan France Relance, exposé par Emmanuel Macron aux acteurs de la French Tech invités à l’Elysée le 14 septembre dernier pour un échange avec le Président de la République.
Trente nouveaux collaborateurs seront donc recrutés sur le dernier trimestre pour renforcer l’avance technologique des solutions du portefeuille et garantir aux clients publics comme privés les évolutions fonctionnelles qu’ils sont en droit d’attendre. Les nouveaux collaborateurs se verront confier des missions ambitieuses en bénéficiant d’une large autonomie dans un domaine situé au carrefour de l’innovation big data, de l’Intelligence Artificielle et de la cybersécurité.
Membre de la French Tech 120 et acteur engagé dans la lutte contre la cybercriminalité, le groupe Atempo.Wooxo est un fervent défenseur de la souveraineté et de l’indépendance de l’Europe en matière de numérique.
‘’La crise du COVID-19 a mis en lumière notre dépendance aux industries américaines et chinoises. Le marché européen représente 22 % du PIB mondial. Il attise légitimement les convoitises’’ explique Luc d’Urso, CEO du groupe Atempo.Wooxo. ‘’Dans un contexte de regain des tensions géopolitiques ; si nous tenons à notre indépendance politique et à notre modèle social, il est urgent de consolider notre souveraineté à l’échelle européenne‘’.
”Nous recrutons donc des femmes et des hommes de conviction. Ils partagent notre vision d’une Europe disposant de toutes les compétences et atouts pour imposer un cloud de confiance bienveillant répondant aux attentes des citoyens et organisations professionnelles de toute démocratie. Ils n’envisagent pas un seul instant, en dépit de la taille du défi, que l’Europe puisse se résigner à devenir un vassal numérique des Etats-Unis ou de la Chine” conclut Luc d’Urso.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X