Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Digital marketing & sales

FEVAD : L’e-commerce maintient sa croissance à 13% au 1er trimestre 2018

22,3 milliards d’euros ont été dépensés en ligne sur les 3 premiers mois de l’année, d’après la Fevad. L’e-tourisme reste dynamique avec une croissance de 13%.

Publié

le

La Fevad (fédération du e-commerce et de la vente à distance) a présenté jeudi 24 mai le bilan des ventes sur internet en France au 1er trimestre 2018. L’e-commerce maintient sa croissance : +13% au 1er trimestre 2018 (vs +13,5% au 1er trimestre 2017) pour atteindre 22,3 milliards d’euros. Une croissance portée par l’augmentation du nombre d’acheteurs aujourd’hui à 37,5 millions d’acheteurs, soit 900 000 de plus en un an. 344 millions de transactions ont été réalisées soit +18,5% en un an. (Source : Médiamétrie).
La fréquence d’achat poursuit son rythme de progression des 12 derniers mois entrainant la hausse du montant moyen dépensé par acheteur sur le trimestre : +9 %. Bien que le panier moyen soit encore en baisse de 4,5 % sur un an et arrive à 65 € au 1er trimestre (vs 68 € au 1er trimestre 2017), un acheteur en ligne dépense en moyenne 700 € sur le trimestre ; c’était 100 € de moins il y a 2 ans. Pour ce 1er trimestre 2018, cela représente 10,7 transactions contre 9,4 transactions au même trimestre 2017.
La diversification de l’offre se poursuit avec + 12 % de nouveaux sites en un an soit 19 000 sites supplémentaires.

Le m-commerce toujours en plein boom
Au premier trimestre, les ventes sur mobile augmentent de 25%. Les ventes sur smartphones et tablettes continuent de croître avec un montant moyen de la commande des sites du panel qui s’élève à 74 euros vs 93 euros tous écrans confondus. Les sites du panel réalisent 32% de leur volume d’affaires sur terminaux mobiles soit 4 points de plus en un an.

L’e-tourisme reste (très) dynamique
Sur les trois premiers mois de l’année, les ventes en ligne de voyages affichent une croissance à deux chiffres, dans la lignée de l’année 2017.
Les sites leaders de l’e-tourisme affichent des ventes cumulées en hausse de 13%, le même rythme qu’en 2017, dans un contexte favorable pour l’ensemble des distributeurs du voyage : le volume d’affaires des réservations a augmenté de 8% au 1er trimestre 2018, selon le baromètre Les Entreprises du voyage Gestour /Orchestra.
Sur les autres segments, en général, la dynamique n’est pas aussi favorable. A périmètre constant, les commandes des sites leaders de ventes de produits enregistrent une hausse de 5% au 1er trimestre. Celles de produits grand public progressent elles aussi de 5%. Les ventes aux professionnels dudit panel bénéficient du plus fort bond (+15,7%).

Audience : Oui.sncf talonné par Booking
Par ailleurs l’Observatoire des Usages Internet de Médiamétrie a établi le top 10 des sites et applications de voyage en ligne les plus visités en France au 1er trimestre 2018.
Le trio de tête est composé dans l’ordre de Oui.sncf, Booking.com et Aribnb.com. En 4e position se place la compagnie aérienne Air France. L’aixois Voyage Privé se situe à la 8ème place.

*smartphones et tablettes, sites mobiles et applications hors téléchargements d’application et hors ventes sur les places de marché.

Le bilan des ventes sur internet en France est réalisé à la fois à partir des données collectées par la Fevad auprès de plus de 100 sites marchands leaders dans leur secteur et de 9 plateformes sécurisées de paiement.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Digital marketing & sales

Marseille : Oxatis absorbe son concurrent allemand Channel Pilot Solutions

Publié

le

Par voie de communiqué, Oxatis confirme son ambition de bâtir un leader européen du SaaS e-commerce en annonçant l’acquisition de Channel Pilot Solutions, spécialiste allemand des solutions SaaS pour le traitement et l’optimisation des flux e-commerce et poursuit ainsi.
Créée en 2012, Channel Pilot Solutions développe et commercialise des solutions technologiques permettant aux e-commerçants de référencer leurs catalogues sur tous les réseaux de marketing influents (comparateurs de prix, places de marché, …), d’analyser leurs performances et d’optimiser le marketing de leurs produits. Ces solutions reposent sur une expertise éprouvée dans le domaine de l’Intelligence Artificielle (IA) au travers d’algorithmes complexes et du déploiement d’outils technologiques de pointe dans le traitement des données.
Channel Pilot Solutions qui compte plus de 40 collaborateurs à fin juin 2018 a enregistré un chiffre d’affaires 2017 de 2,5M€ (+44%) dont 84% réalisés sur la zone Allemagne, Autriche et Suisse. En plus de son siège à Hambourg, la société dispose de bureaux à Paris, Londres, Madrid, Milan, Moscou et Palo Alto.
Avec cette acquisition, Oxatis, prend position en Allemagne, deuxième marché européen pour le e-commerce. En 2017, le chiffre d’affaires e-commerce B to C réalisé dans ce pays dépassait les 85 milliards d’euros, il devrait atteindre 93 milliards en 2018. Autre apport de cette opération : Oxatis intègre un portefeuille de plus de 400 nouveaux clients – totalisant plus d’un milliard d’euros de commandes annuelles – dont une grande proportion d’ETI et de grands comptes. L’entreprise marseillaise réaffirme ainsi ses objectifs financiers pour 2020 : doubler de taille en franchissant le cap des 20 M€ de chiffre d’affaires.

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

L’Occitane ouvre Obratori à Marseille, son incubateur et accélérateur de start-up

Au cœur de Marseille, Obratori accueillera une dizaine de jeunes pousses spécialisées dans les cosmétiques, le bien-être ou la digitalisation de solutions pour le retail.

Publié

le

Après L’Oréal et Sephora, c’est au tour de L’Occitane en Provence d’accélérer ses partenariats avec les start-up. Le groupe basé à Manosque ouvre son start-up studio baptisé Obratori à Marseille. Ce lieu se veut être un incubateur et un accélérateur de « projets orientés vers l’innovation dans le domaine du cosmétique, du bien-être, et des solutions digitales pour la distribution ». Il accueillera une dizaine de jeunes pousses en début de croissance, qui ont besoin d’un soutien technique, financier, commercial ou autre, pour une durée maximale de 23 mois.
« La création de start-up à travers le monde est une révolution économique dont on verra les conséquences très vite, ils sont devenus les plus importants acteurs du système entrepreneurial », avance Reinold Geiger, le PDG du groupe L’Occitane.
Obratori occupe le second étage d’un bâtiment, Le Castel, classé style art déco situé au numéro 61 du boulevard des Dames au cœur de la Cité de l’Innovation et des Savoirs Aix-Marseille. Sur ces 950 m2, 108 postes de travail, un laboratoire de recherche cellulaire L2 et un FabLab, c’est-à-dire un laboratoire de fabrication conforme aux critères établi par le Massachussetts Institue of Technology (MIT), sont mis à disposition des start-up. Elles vont aussi bénéficier des ressources du groupe cosmétique.
“Concrètement, les start-up sélectionnées suivront un programme d’accompagnement de 23 mois maximum. Elles bénéficieront d’un espace de travail adapté, du soutien des ressources internes d’Obratori, d’un réseau d’experts et de mentors, et de l’écosystème du Groupe L’Occitane selon leurs besoins, explique Ingo Dauer, DG d’Obratori.  ” C’est un accompagnement sur-mesure que nous proposons. Une start-up peut avoir plutôt besoin d’une expertise en recherche, une autre d’ une expertise en marketing, ou bien de visibilité internationale pour une troisième…”
Les premières start-up sélectionnées, en France ou à l’international, par L’Occitane arriveront dans les locaux d’ici novembre 2018.

Facebook Comments
Lire la suite

Digital marketing & sales

[Etude] 26 % des Français achètent en mobilité

Publié

le

« L’Observatoire du commerce mobile » de la Mobile Marketing Association avance  les derniers  chiffres des achats sur mobile qui prouvent l’importance croissante du mobile, même si la France affiche encore un retard. 17 millions de Français ont réalisé des achats sur mobile au premier semestre 2018. Le mobile s’impose dans les habitudes de consommation, que ce soit de l’Internet et de ses services, ou de l’e-commerce.
L’e-commerce, au travers du m-commerce, est l’un des principaux bénéficiaires de ces nouveaux usages. Ainsi au cours du premier semestre 2018, les achats via mobile en France ont connu une croissance de 24 %. Ce qui offre au m-commerce une part de marché de 36 % de l’ensemble de l’e-commerce.

 

 

Le m-commerce français encore en retard
Certes, nos amis européens prennent de l’avance ! Le m-commerce représente :

  • 54 % de l’e-commerce en Grande-Bretagne ;
  • 48 %  de l’e-commerce en Allemagne ;
  • 46 %  de l’e-commerce en Espagne.

Résultat, au cours du semestre, 26 % de la population française, donc 17 millions de Français, ont réalisé des achats via leur smartphone. Par contre, sur la même période, seulement 2,1 millions de Français ont pratiqué des paiements mobiles…

 

Un effet jusque dans les commerces traditionnels

Autre effet constaté dans l’usage du mobile, il s’impose également dans les pratiques des consommateurs dans les magasins. Le mobinaute dégaine de plus en plus facilement son smartphone sur les points de vente.

Quels usages du mobile dans le magasin ?

  • 40 % – Prendre des photos de produits ;
  • 27 % – Comparer des prix ;
  • 24 % – Echanger avec ses proches ;
  • 24 % – Géolocaliser un magasin.

 

Source : « Observatoire du commerce mobile » de la Mobile Marketing Association (MMA) France, réalisé avec le concours d’App Annie, CB, comScore, Criteo, Mobiyo, newXt, RetailMeNot et BNP Paribas

par  Yves Grandmontagne ,  Directeur des Publications, IT Social

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X