Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Infrastructures IT, Cloud

Fabrice Coquio, président d’Interxion France , devient ambassadeur de la ville de Marseille

Fabrice Coquio, président d’Interxion France, a été nommé début juillet « M-Ambassadeur » par le maire de Marseille, M. Jean-Claude Gaudin.

Publié

le

Fabrice Coquio, président d’Interxion France, a été nommé début juillet  « M-Ambassadeur » par le maire de Marseille, M. Jean-Claude Gaudin. Cette distinction symbolique souligne le rôle central joué par Interxion dans l’économie numérique locale.

Fabrice Coquio a ainsi rejoint le Club -M-Ambassadeurs qui réunit à ce jour 353 ambassadeurs désireux de s’engager à promouvoir le développement et le rayonnement de Marseille.

Lancé à l’initiative de la municipalité en juillet 2015, le club fédère les acteurs du dynamisme local pour porter un message positif, uniforme et sincère avec pour objectif de représenter et promouvoir les filières d’excellence et le savoir-faire marseillais via la nomination d’« Ambassadeurs » influenceurs et experts dans leur secteur d’activité. Les « M-Ambassadeurs » sont des marseillais de cœur ou d’adoption qui souhaitent porter haut et fort les couleurs de la ville sur la scène nationale et internationale.

Convaincue par les atouts et le potentiel de la ville, Interxion a choisi Marseille pour ouvrir son huitième data center français. Inauguré en avril 2015, il s’agit du premier data center d’Interxion en France installé en dehors de la région parisienne.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Marseille : Le datacenter MRS3 d’Interxion a ouvert dans une ancienne base sous-marine du IIIème Reich

Publié

le

La base sous-marine allemande Martha, en 1951.

Le 1er juillet dernier Interxion a réceptionné la première tranche de son nouveau datacenter marseillais ‘’Interxion MRS3’’ qui a accueilli son premier client dont le nom n’a pas été communiqué. Ce centre est construit dans une ancienne base sous –marine conçue en 1943 par l’armée allemande pendant la seconde guerre mondiale et reconvertie pour l’occasion. Appelée Martha, cette base allemande n’a jamais été achevée, mais le bâtiment s’étend sur 249 mètres de longueur pour 44 mètres de large.
Le MRS3 sera le troisième Data Center d’Interxion à Marseille. Il vient compléter deux autres MRS1, MRS 2 implantés dans la cité phocéenne depuis 2015. MRS3 est construit en trois phases, la première réceptionnée en début de mois offre environ 2 300 m² d’espace, les deux phases suivantes devraient être complétées en 2021. Une fois le site achevé, MRS3 proposera aux clients environ 7 100 m² d’espace équipé, avec 17 MW de puissance disponible. Il s’agit d’un projet à 157 millions de dollars, pour un centre qui sera entièrement alimenté par des sources d’énergie renouvelables.

Interxion France, filiale du groupe néerlandais Interxion, deuxième opérateur mondial de datacenter (50 dans 13 pays d’Europe), ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. L’opérateur rappelle qu’il a investi plus de 300 millions d’euros en cinq ans et annonce deux nouveaux centres, MRS 4 et MRS 5 en prévision à Marseille.
Cet engouement pour la cité phocéenne du deuxième opérateur mondial de centres de données s’explique par la position géographique de la ville, notamment son emplacement stratégique au cœur de la Méditerranée. Avec 14 câbles de télécommunication à fibre optique et près d’une dizaine en prévision pour les cinq prochaines années, la cité phocéenne connecte 4,5 milliards d’utilisateurs entre l’Europe, l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie. Marseille est ainsi le 10e « hub » mondial en termes de connectivité.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Sophia-Antipolis : Stella Telecom en passe d’être racheté par le groupe Celeste

Publié

le

Ce serait la cinquième opération de croissance externe pour le groupe Celeste en moins d’un an. Après les acquisitions de Via Numérica (Archamp – 74), Option Service (Genvry – 60), Pacwan (Aix-en-Provence – 13) et plus récemment Ariane Network (Albi – 81), l’opérateur spécialisé dans la fibre optique et les solutions réseaux innovantes et écologiques est entré en négociations exclusives pour procéder à un rapprochement avec Stella Telecom.
Créé en 1997 à Sophia Antipolis, Stella Telecom est un opérateur sur le marché des entreprises et des collectivités. L’opérateur fournit des prestations d’accès Internet, d’interconnexion, de téléphonie fixe et mobile à environ 2 000 clients, pour moitié issus du secteur public.
‘’Grâce à notre rapprochement, nous pourrons désormais nous appuyer sur les 6 000 kilomètres du réseau fibre optique en propre de Celeste, mais également sur ses différents datacenters régionaux, pour offrir une qualité de service optimale à nos clients’’, souligne Laurent Bernauer, président et fondateur de Stella Telecom.
Opérateur dédié aux PME, aux grandes entreprises ainsi qu’aux collectivités, Celeste est en effet propriétaire de plus de 6 000 kilomètres de réseaux de fibre optique et dispose de 234 points de présence dans de nombreuses agglomérations à travers la France. Créée en 2001, Celeste équipe aujourd’hui plus de 10 000 établissements clients et ses ambitions sont loin d’être encore concrétisées.
‘’Cette cinquième opération de croissance externe en moins d’un an confirme l’ambition de Celeste d’accompagner les entreprises dans leur révolution numérique. La crise du Covid-19 a démontré plus que jamais le besoin et l’importance de la fibre optique pour les entreprises. La sécurisation des réseaux, leur capacité, et l’accès des télétravailleurs aux données et aux applications des entreprises ont permis à celles-ci une continuité d’exploitation pendant le confinement’’ explique Nicolas Aubé, président du groupe Celeste. Et de conclure ‘’Nous allons poursuivre notre offensive sur ce segment de marché et nous maintenons notre objectif de dépasser les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires dès 2023‘’ .

www.celeste.fr
https://www.stellatelecom.com

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Mougins : Quelques mois avant le lancement de son datacenter DC1, Titan DC sort une solution cloud innovante

Publié

le

Implantée à Mougins, dans les Alpes-Maritimes, où elle a posé en juin 2019 la première pierre de son datacenter DC1 à haute densité dont l’ouverture est prévue en 2021, la société Titan Datacenter, spécialiste des prestations d’infrastructures à hautes performances, vient d’annoncer avoir finalisé la conception de Titan SmallCloud, sa solution de Cloud Computing. Cette solution, indique la société, va lui permettre d’ajouter un volet cloud à son offre d’architectures. C’est la première brique d’une offre globale innovatrice reposant sur une technologie française.

Une solution flexible à la française

Fondée par Jean-Sébastien Femenia, Titan DC conçoit des architectures ingénieuses à partir de technologies et de matériels de pointe, afin de délivrer des prestations d’infrastructure à haute performance dans un environnement stable et sécurisé unique en France. En lançant sa propre solution de Cloud Computing en mode IaaS (Infrastructure as a Service) Titan permettra à ses clients de regrouper les outils nécessaires à leurs besoins en infrastructures web (logiciels, serveurs, stockage, etc.) et de les aider à concevoir rapidement des environnements applicatifs cohérents.
Cette solution clé en main leur permet de s’affranchir du temps nécessaire à la préparation de l’infrastructure de leurs projets pour se concentrer uniquement sur la création d’applications.
“Cette nouvelle solution 100% made in France, vient enrichir les outils d’infrastructures que nous proposons déjà“, explique la société. “Cela répond à un besoin fort de nos clients de maximiser leurs performances et leur élasticité grâce à des taux d’écritures (iops) nettement supérieurs à des serveurs physiques équipés de disques SSD, mais également une sécurisation des data en la dupliquant sur plusieurs supports distincts. L’offre est basée sur une architecture cluster haute disponibilité afin d’assurer à ses clients l’élimination de tous les risques de perte de données et le déploiement immédiatement d’un grand nombre de serveurs virtuels”.
Le SmallCloud de Titan DC est basé sur la haute performance et la sécurité ! La solution prometteuse de l’entreprise azuréenne se veut 30% plus rapide qu’un Cloud classique et améliore de 40% la rapidité des applications.

Une offre dédiée aux TPE, PME et PMI à des prix très intéressants

L’offre SmallCloud a été conçue spécialement pour les petites et moyennes entreprises et pour les web agencies. Elle dispose d’une interface ergonomique très facile d’utilisation. Son prix reste abordable car il est dorénavant possible d’avoir un Cloud à partir de 10€ par mois seulement avec 1 Go de RAM, 10 Go de stockage et 100 Mbps en illimité.!
« En proposant une offre complète de solutions d’architectures et d’infrastructures web, nous proposons un savant cocktail de technologies pour répondre aux besoins métiers de l’industrie. » précise Jean-Sébastien Femenia, fondateur de Titan DC.
Quant au datacenter en construction, il aura quelques mois de retard en raison de la crise sanitaire. Le datacenter DC1 de Titan devrait voir le jour à la fin du premier semestre 2021, à Mougins, sur un parc d’activité de plus de 4 200 m2. Le bâtiment comprendra des infrastructures divisées en 11 modules indépendants, avec une puissance utile de 24 000 KW – soit 11 datacenters de 2 MW, qui accueilleront à terme 86 016 serveurs dans 1 792 racks, avec 15 kW par rack de 48 U. Point d’orgue de cet ambitieux projet, une disponibilité de 99,995% et une rapidité annoncée supérieure de plus de 55% à un datacenter classique. DC1 de Titan a placé la barre très haut en ciblant la certification Tier IV de l’Uptime Institut. Ce sera le plus haut niveau de certification et de disponibilité disponible en France.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X