Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

De Monaco à Avignon, déploiement des bennes de tri Cliiink qui permettent de gagner de l’argent tout en recyclant !

Publié

le

Déjà adopté par Monaco, Grasse et Cannes, le dispositif Cliiink doit être déployé dans le courant du mois de septembre à Avignon, au cœur de la Cité des Papes. Né de l’imagination de trois associés, réunis au sein de la start-up Terradona dont le siège est à Rousset dans les Bouches-du-Rhône, Cliiink est une application mobile permettant de se connecter à un conteneur intelligent et chaque objet recyclé rapporte des points à l’utilisateur. C’est la politique du recycleur-gagneur qui a pour but d’inciter les citoyens à trier leurs déchets. “Il s’agit tout simplement de valoriser le geste de tri, souligne Jean-Marc Toubiana, le président de Terradona.
Ainsi, près de 300 bennes à verres équipent déjà le Grand Avignon dont Vedène qui a servi de ville pilote au projet, avant d’être déployé notamment à Entraigues-sur-la-Sorgue, Bédarrides, Velleron, Morières-Lès-Avignon, Sorgues, Le Pontet ou Caumont-sur-Durance…  Le pays de Grasse et la Communauté d’agglomération de Cannes Pays de Lérins (CACPL) en ont également installé sur leur territoire. Pour Cannes Lérins, ce sont 100 bennes qui sont opérationnelles depuis novembre 2018 et moins d’un an après leur installation, les compteurs indiquent 2.555 utilisateurs et la barre du million de verres recyclés a été franchi il y a quelques jours. Sur la communauté d’agglomération du pays de Grasse, le dispositif mis en place en septembre 2018, a permis sur les 3 premiers mois de collecter 100 tonnes de verre supplémentaires par rapport à l’année passée sur la même période.

Comment ça marche ?
L’utilisation est des plus simples. Après avoir télécharger l’application Cliiink et se créer un compte, l’usager que l’on appelle un « Cliiinker » peut géolocaliser dans son entourage le ou les conteneurs équipés du dispositif. Il lui suffit de s’y rendre et de s’y connecter. Ensuite, pour chaque dépôt d’un emballage en verre trié (bouteilles, bocaux, flacons etc.), le Cliiinker récolte un point. Les points cummulés peuvent ensuite être reversés à des associations humanitaires, ou échangés dans les 24 ou 48 h qui suivent contre des bons cadeaux chez les commerçants locaux qui ont adhéré à l’idée.

En récompensant cet acte écologique, la solution Cliiink permet de faire marcher le commerce local. Ainsi, dans le seul Pays de Grasse, 100 commerçants de différents secteurs ont adhéré à l’idée: restaurants, mode, accessoires, culture, sport…  A Saint-Saturnin-lès-Avignon, Optique Mobile propose un bilan visuel pour 100 points. A Vedène, VED’N conduite offre l’examen du Code de la route pour 40 points.
Son décompte de points peut être consulté à n’importe quel moment via l’application mobile et pour les personnes qui ne sont pas équipées de smartphones, il est aussi possible de se munir d’une carte magnétique, à disposition dans toutes les villes qui se sont lancées dans le dispositif, et de connecter sa carte avec le conteneur souhaité.
Les bennes équipées et les commerces partenaires sont à retrouver sur le site www.cliiink.com ou sur l’application mobile.

Une solution à déployer en France et en Europe
Au-delà de la région Sud, le déploiement de la solution Cliiink s’accélère depuis plus d’un an et demi. La communauté d’agglomération Lens-Liévin (120 conteneurs) l’a adopté ainsi que le territoire de Normandie Cabourg Pays d’Auge (90 conteneurs), alors que Grenoble-Alpes Métropole (140 conteneurs) expérimente encore la solution. A ce jour, ce sont près de 1000 bennes à verres qui sont connectées et répartis en France. C’est encore bien peu au regard de la loi du Grenelle de l’Environnement (2009) qui prévoyait d’atteindre 75 % de recyclage des emballages ménagers pour 2012. Un objectif qui a du mal à être atteint, 68 % en 2017 !
Mais Terradona voit déjà plus loin, la start up vise l’Europe. Il est vrai que les objectifs de recyclage de l’Union Européenne sont importants et de très nombreux pays européens sont à la traine…’’La république Tchèque, la Hongrie, la Pologne, l’Italie, l’Espagne, le Portugal sont en besoin et attendent des solutions” précise Jean-Marc Toubiana.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BioTech, MedTech

Marseille : L’AP-HM se dote du 1er robot CyberKnife S7 en Europe pour traiter plus efficacement le cancer

Publié

le

Les Hôpitaux Universitaires de MarseilleAP-HMse sont dotés début juin d’un nouveau dispositif de radiothérapie robotique : le CyberKnife S7 qui permet de traiter des tumeurs par radiothérapie stéréotaxique beaucoup plus rapidement et plus précisément qu’auparavant. Financé par l’AP-HM à hauteur de 4,7 M€, le CyberKnife S7 vient s’ajouter à un parc d’accélérateurs de particules performants au sein du futur institut de radiothérapie stéréotaxique des Hôpitaux Universitaires de Marseille (Hôpital Nord) dont l’inauguration aura lieu au mois d’octobre. L’Hôpital Nord est le premier établissement en Europe à posséder cette technologie de nouvelle génération.

Une technologie de nouvelle génération

Développé par l’américain Accuray spécialisé dans les dispositifs médicaux, le CyberKnife S7 est doté d’une intelligence artificielle et d’un détecteur de mouvement en temps réel, le ciblage est infra-millimétrique et la séance de radiothérapie est moins difficile pour le patient qui peut respirer librement durant l’irradiation.  Par sa précision exceptionnelle, la radiothérapie stéréotaxique permet d’augmenter les doses de traitement sur la tumeur tout en protégeant les tissus sains adjacents réduisant le nombre de séances pour les patients. Un avantage considérable pour les hôpitaux publics qui ont parfois du mal à absorber le flux de patients.
Ce nouveau dispositif révolutionnaire sera inauguré en octobre prochain et permettra aux équipes de l’institut de radiothérapie stéréotaxique de l’Hôpital Nord, dirigé par le Pr Didier Cowen, de traiter plus efficacement et en un temps record, toutes les métastases extra-crâniennes : cancer du poumon de taille limité, cancer du foie, cancer du sein, cancer des os, ganglions isolés…  Soulignons qu’en France, le cancer est la première cause de décès chez l’homme et la deuxième chez la femme et que la radiothérapie fait partie des traitements de référence de cette maladie. Elle peut être à visée curative pour guérir le patient ou palliative pour le soigner en soulageant les symptômes provoqués par la tumeur.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Sophia-Antipolis : L’OTESIA dévoile les 4 premiers projets de recherche retenus sur l’IA

Publié

le

Créé au mois de novembre dernier à l’initiative du Conseil départemental des Alpes-Maritimes et ses partenaires, que sont la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis, l’Université Côte d’Azur, ainsi que la CCI Nice Côte d’Azur, l’OTESIA – l’Observatoire des Impacts technologiques économiques et sociétaux de l’Intelligence Artificielle vient de lancer quatre grands projets autour de sujets qui nous concernent tous : la santé, la cybercriminalité, l’éducation et le processus d’apprentissage…
Cet observatoire unique en France et en Europe a pour mission de travailler et promouvoir une Intelligence Artificielle responsable et éthique, où l’humain est au cœur des réflexions. Les études et analyses que l’OTESIA se charge de délivrer, visent à la fois à informer les citoyens et à accompagner les politiques publiques. Les résultats de ces travaux conduiront à des publications spécialisées mais aussi à des articles destinés au grand public.

Les 4 premiers projets

– 1er projet : Enquête « IA & Santé »

Décrypter les multiples dimensions et impacts de l’usage du numérique dans les établissements médico-sociaux, notamment les Établissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD), pour évaluer le niveau d’acculturation et d’adoption des outils numériques (dont l’intelligence artificielle) tant des professionnels que des résidents, le lien opéré entre soin et numérique mais aussi le niveau de coopération et coordination avec les autres acteurs du système de santé, dans le but d’identifier les situations à risque, anticiper les besoins et mettre le numérique au service des établissements et de leur résidents.

Dispositif majeur dans l’accompagnement des personnes âgées et de leurs proches, les EHPAD pourraient être les grands bénéficiaires de l’apport du numérique, tant pour la réorganisation de l’offre de soins (échanges avec les structures et compétences sanitaires) que pour la qualité de vie des résidents et la gestion des ressources humaines et matérielles.

– 2er projet : Prévention du cyberharcèlement et de la cyber-haine

Développer un logiciel de détection des messages haineux à partir d’une analyse du langage naturel pour comprendre leur structure argumentative, en permettant aux victimes de développer leur esprit critique et un contre-discours pour une meilleure lutte contre le cyberharcèlement et la cyber-haine. La cyberhaine sur des bases racistes, xénophobe ou critères religieux est en augmentation et 6% de jeunes en Europe sont victimes de cyber-harcèlement. Une étude en Europe montre que plus d’un jeune sur trois est exposé à des contenus haineux en ligne, les victimes sont de 5% à 13% (Machackova, Blaya, Bedrosova, Smahel & Staksrud, 2020).

-3ème projet : Artificial Intelligence Devoted to Education (AIDE)

Etudier le développement de la pensée informatique dans une double approche : créative et d’esprit critique vis-à-vis du numérique, et modéliser les tâches de résolution créative de problèmes. Sous une approche en sciences de l’éducation computationnelles (computational learning sciences) est développée une modélisation tant du sujet apprenant comme de la tâche. La modélisation va permettre de réaliser une analyse du comportement du sujet d’expérience face à la tâche à exécuter à travers la captation de ses gestes. Le projet fait appel à une ontologie des tâches à réaliser et au modèle du cerveau en neurosciences computationnelles (équipe INRIA Mnémosyme).

– 4ème projet : Impact de l’apprentissage machine sur les compétences

Contribuer à une compréhension des processus d’apprentissage par lesquels les entreprises développent de nouvelles capacités technologiques. Ce projet a l’ambition de dépasser les limites de la recherche actuelle. Des études de cas sont prévues dans trois secteurs de la région de Nice et de Sophia-Antipolis : le secteur de la santé, les transports et la logistique, et l’aérospatiale. Une enquête avec questions ouvertes sera adressée à tous les types de personnels : pourquoi et comment l’apprentissage machine et les nouvelles technologies afférentes entrent-elles dans les tâches habituelles de l’agent ? Remplacent-elles les compétences au sein de l’entreprise ? Les diminuent-elles ? Les augmentent-elles ? Conceptuellement, le projet vise à contribuer à une compréhension des processus d’apprentissage par lesquels les entreprises développent de nouvelles capacités technologiques.

Facebook Comments
Lire la suite

Cluster, association

[Vidéo] Marseille : Avec le CIP Network Show, le CIPMed entend contribuer à la relance de l’économie régionale

Publié

le

C’est pour soutenir dès maintenant et malgré les vacances estivales les acteurs du numérique de la région que le Club Informatique de Provence et Méditerranée (CIPMed – 90 décideurs IT membres) et ses partenaires (200 membres issus des prestataires informatiques, data center, start-ups, écoles d’ingénieurs) ont décidé d’organiser en plein mois de juillet un évènement « Business meeting » à l’Orange Vélodrome de Marseille.

Le 1er CIP Network Show se veut être le rendez-vous de la reprise économique IT de l’écosystème numérique et entend ainsi contribuer à la relance de l’activité économique de la région.
Le 24 juillet prochain, le CIP Network Show accueillera dans le temple du football marseillais environ 400 visiteurs, des décideurs IT et des prestataires, des chefs d’entreprise, des acheteurs et des étudiants, …Pour les uns, il s’agira d’échanger sur les enjeux et les projets des décideurs engagés dans la transformation numérique de leur organisation. Pour les autres, de rencontrer des acteurs stratégiques et développer une veille technologique afin de découvrir de nouvelles solutions. Le CIPMed a également invité des acteurs tels que Pôle emploi, Fafiec, Apec, Syntec, Atlas, … afin que les chefs d’entreprises s’informent directement sur les ressources disponibles pour la relance de leurs activités.
Au programme également, une dizaine de conférences centrées sur les retours d’expérience de décideurs IT liés à des thèmes d’actualité, une vingtaine de démo live pour tester et expérimenter… Plusieurs espaces qui sont autant de lieux de rencontres et d’échange seront délimités : un espace Partenaires IT, avec la présence d’une trentaine d’exposants pour découvrir leurs solutions, un espace start-up pour découvrir quelques pépites de l’innovation régionale et un espace démo live.
Enfin le CIPMed a souhaité rendre cet événement très interactif avec diverses animations, notamment un Escape Game et un Serious Game organisés par l’école d’ingénieur CESI d’Aix-en-Provence.

[Vidéo] Guillaume Goury, actuel président du CIPMed dévoile les temps forts du CIP Network Show et explique pourquoi l’avoir organisé dans la foulée du déconfinement.  

CIP Network Show à l’Orange Vélodrome le 24 juillet 2020 à partir de 13h30.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X