Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Evénements, initiatives et projets

Creative Enterprises Network 2016 : Où en est la filière Jeu Vidéo ?

Organisée par le Pole transmedia Méditerranée Primi, à La Friche de la Belle de Mai, Creative Enterprises Network 2016 associait show-room convivial orienté réalité virtuelle et conférences.

Publié

le

Organisée par le Pole transmedia Méditerranée Primi, à La Friche de la Belle de Mai, Creative Enterprises Network 2016 associait show-room convivial orienté réalité virtuelle et conférences.

La première faisait l’état des lieux des entreprises du Jeu Vidéo made in France. En voici les points clés.

Marseille était la 7ème étape du Tour de France organisé par le Syndicat National du Jeu Vidéo (SNJV). Un syndicat jeune, efficace et mobilisé qui, avec 200 adhérents – producteurs, éditeurs, distributeurs et prestataires de services – regroupe tout l’écosystème de la minuscule start-up au géant Ubisoft.

julien-villedieu-delegue-general-snjv-0467-light

Julien Villedieu, Délégué Général du SNJV

Julien Villedieu, son Délégué Général et Levan Sardjevéladzé, Président et CEO de Celsius online, ont ainsi passé en revue les dernières avancées de la filière Jeu Vidéo dans tous les domaines. Financement, contrat de travail, assurance, juridique, formation, promotion… Une heure de PowerPoint avec zéro animation mais que des bonnes nouvelles !

Déjà trois chiffres soulignent le travail de fond mené depuis 8 ans : le CNC a distribué plus de 20 M€ de Fonds d’aide au Jeu Vidéo, l’Etat a accordé plus de 60 M€ de Crédit d’impôts aux productions et la banque privée IFICIC vient de créer un fond de 20 M€ pour soutenir la croissance par des avances participatives avec, au bout de 10 mois, déjà 6 M€ investis dans 7 projets.

Autres évolution positives pour le business, les dirigeants et les salariés de la branche : l’accès au dispositif fonds TEPA ISF pour financer la filière par la défiscalisation des investissements et la mise en place de trois garanties : une assurance chômages pour les dirigeants membres du SNJV, une assurance Responsabilité Civile Professionnelle pour les entreprises et un contrat type de complémentaires santé pour les salariés.

L’accès à la profession s’améliore également avec un soutien du réseau des Ecoles du jeu vidéo, des réflexions sur le référentiel métiers, la définition de modèles de contrats de travail et, dans le segment de l’e-sports, la création d’un CDD adapté aux joueurs. Idem en juridique avec un veille réglementaire et législative très vigilante et une démarche pour trouver un système de rémunération de la musique plus équitable avec la SACEM.

Enfin, côté feuille de route 2017, le SNJV va profiter de l’année électorale à venir pour démontrer que la filière Jeu Vidéo est créatrice de valeurs et questionner les candidats sur leur programme de soutien à la filière, à travers la Plateforme de propositions France Digitale 2017. Les prochains rendez-vous du SNJV ? La Indie Games Play 7, les 24 et 25 octobre 2016 à Montreuil (www.indiegamesplay.fr) et l’incontournable Game Developers Conference, fin février 2017 à San Francisco (www.gdconf.com).

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Nice : Le tramway niçois pourrait tester un logiciel qui décoderait les émotions des usagers

Publié

le

Prenez la ligne 1 du tramway niçois et vos états d’âmes n’auront plus aucun secret pour la ville de Nice qui étudie la mise en place d’un logiciel capable de mesurer l’humeur des passagers, d’analyser leurs émotions dans le but de détecter les individus potentiellement dangereux.
Selon le quotidien Nice-Matin, le projet est en cours d’étude et pourrait être expérimenté dans les transports en commun déjà équipées de caméras de surveillance reliées au CSU, le centre de supervision urbain.
Ce logiciel développé par une start-up de Metz, Two-I (pour Two-eyes), spécialisée dans l’analyse vidéo, pourra déterminer si vous êtes anxieux, en colère, apeuré, ou bien serein… Parmi les indicateurs de bonheur ou de stress par exemple, les yeux et le regard sont importants et les froncements des sourcils très utiles. Le logiciel d’analyse vidéo de Two-I est capable de “lire” plus de 10.000 visages à la seconde pour fournir des données de groupe, de la macroscopie, mais en aucun cas, il ne s’agit de reconnaissance faciale.
Two_I et sa quinzaine de collaborateurs, développe des programmes informatiques pour traiter des images et les soumettre aux mailles de l’intelligence artificielle. Ainsi le logiciel permet aussi d’établir des données par exemple sur la fréquentation : la présence et le nombre de femmes, de personnes en fauteuil roulant, ou de vélos dans une rue, un quartier, mais aussi pour tenter de détecter des sentiments d’une foule. L’outil doit permettre d’aider les agents du CSU niçois à s’orienter rapidement sur les zones concernées, et de pouvoir si besoin alerter la police. Une mesure supplémentaire pour renforcer la sécurité dans une ville marquée par l’attentat du 14 juillet 2016.

Facebook Comments
Lire la suite

Big Data

Beelife, Bioceanor, Bynd, Easygan, MyDataModels & I-MC, lauréats du concours PME Innovantes du Numérique Sud

Publié

le

Les lauréats de la 10e édition du concours PME Innovantes du Numérique Sud ont été annoncé jeudi 19 décembre en point d’orgue du séminaire international Startups Studios organisé par le Pôle de compétitivité mondial Solutions Communicantes Sécurisées (SCS) dans les locaux d’Amadeus à Sophia-Antipolis.
Soutenu par la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Concours PME Innovantes du Numérique Sud 2018 récompense chaque année des startups et PME innovantes de la région. Six prix sont décernés dont le 6e prix qui récompense une innovation numérique co-développée par un couple laboratoire/entreprise directement issu de la recherche ou d’un transfert d’un laboratoire. Les catégories de prix adressent les différents marchés et domaines de compétences couverts par le pôle SCS : cybersecurité/sécurité numérique, IA/big data, microélectronique, IoT et industrie du futur.

Catégorie “IA/Big Data” :
Le lauréat est la start-up MyDataModels (Sophia-Antipolis) fondée en début d’année dans la technopole par Simon GazikianMyDataModels et son équipe d’une douzaine de personnes cherchent à automatiser la technologie du machine learning pour permettre à des experts d’un domaine donné de construire facilement et de faire tourner leur propre modèle prédictif à partir de données petites ou grandes venant de l’IoT.

Catégorie “Cybersécurité/Sécurité Numérique” :
Bynd (Marseille), incubé par Korner (Klanik), réinvente l’expérience des laboratoires de biologie médicale, en fournissant des informations plus compréhensibles aux patients et plus pertinentes aux médecins, grâce à l’Intelligence Artificielle

Catégorie “IoT” :
Deux lauréats dans cette catégorie IoT : Bioceanor (Valbonne) et Beelife (Aix-en-Provence) ;
Bioceanor (Valbonne) est spécialisée dans les systèmes de mesure de la qualité de l’eau de mer, la jeune pousse basée à Sophia-Antipolis développe à destination des fermes aquacoles une station météo sous-marine aux capacités prédictives actuellement expérimentée dans la baie de la Seyne-sur-Mer.
Beelife (Aix-en-Provence) a conçu la première ruche connectée pour les abeilles qui disparaissent, victimes des vagues de chaleur et de froid, de l’acarien Varroa et de la mauvaise qualité de leur habitat, la ruche. Pour survivre, elles ont besoin d’un foyer adapté et d’un peu de technologie. C’est la ruche CoCoon, elle traite le Varroa avec une arme purement biologique, la chaleur (brevet en attente), et aide les abeilles à vivre plus longtemps, à récolter plus de miel, à vivre dans un habitat sain. L’apiculteur n’a aucun entretien à réaliser : le système est autoalimenté, et il dispose d’une surveillance à distance complète. L’ordinateur embarqué avertit dès qu’une anomalie est détectée, et gère de manière autonome l’énergie et la régulation thermique. Beelife dévoilera CoCoon en janvier 2019, à l’occasion du prochain CES à Las Vegas.

Catégorie “Microélectronique” :
EasyGan (Nice) incubé par Paca Est. Cette start-up propose des produits pour la filière GaN sur Silicium. Située à Sophia Antipolis, EasyGaN est une spin-off du CRHEA-CNRS, un centre de recherche reconnu avec 20+ années d’expérience dans la croissance épitaxiale du GaN. La société développe des substrats clés en main répondant aux barrières technologiques du GaN (Nitrure de Gallium) sur silicium et aux exigences du marché́ en termes de qualité́ et de coût.

Catégorie “Industrie du Futur” :
Le lauréat est I-MC (Pertuis), pour Innovative Manufacturing & Controls, une jeune entreprise innovante créée en 2017 avec l’appui de plusieurs associés dont le CEA et l’Ecole Centrale de Nantes.
I-MC qui obtient également le Prix spécial “Collaboration Laboratoire & Entreprise” justement pour le partenariat fort engagé avec CES Recherche et Centrale Nantes.

Depuis maintenant 10 ans, le pôle SCS a ainsi primé près de 60 entreprises.  Le concours a mis en avant un grand nombre d’entreprises à l’instar de Starchip, Oléa Medical, Ombrea, Feeligreen, Option Way, Anapix Medical, SunPartner Technologies, Wooxo, Texplained, Kinaxia, Eukles Solutions, Data Solutions, …

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Traxens (Marseille) et le laboratoire I3S (Sophia-Antipolis), lauréats des Trophées INPI 2018

Publié

le

Trois entreprises françaises innovantes et un laboratoire de recherche en sciences de l’information et de la communication ont été distingués par l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI) le 10 décembre à Paris, lors de la cérémonie des Trophées INPI 2018 qui s’est déroulée au théâtre Le Trianon et à laquelle étaient conviés plus de 250 invités, décideurs de l’écosystème de l’innovation et de la propriété intellectuelle.
Les trophées de l’INPI, établissement public dont la mission est d’enregistrer et de délivrer les titres de propriété industrielle (brevets, marques, dessins et modèles), récompensent chaque année des entreprises et laboratoires innovants « pour la qualité de leur stratégie de propriété industrielle ».
Douze nominés, 9 PME et 3 centres de recherche ont été sélectionnés en novembre dernier parmi 100 dossiers dans 4 catégories : « Brevet », « Design », « Marque » et « Recherche ».

Catégorie Brevet : Traxens (Marseille). La société marseillaise Traxens conçoit des boîtiers de traçabilité des conteneurs. L’entreprise a été récompensée pour ses boîtiers électroniques à fixer sur les conteneurs afin de leur fournir des informations à forte valeur ajoutée : position du conteneur en mer et sur terre, intensité des chocs éventuellement subis, historique des ouvertures et fermetures de portes ou variations de température.
« Notre solution est en cours de déploiement sur l’ensemble des flottes des armateurs MSC et CMA CGM et nous déclinons aujourd’hui notre offre pour la SNCF en l’adaptant à des wagons de train. Nous développons également avec Daher une mallette connectée pour suivre en temps réel le transport de produits à très haute valeur ajoutée », indique Jacques Delort, directeur général de Traxens. « Sur le marché encore balbutiant de la logistique 4.0, nous avons su créer des solutions technologiques de rupture, en partenariat avec huit laboratoires publics, dont l’INRIA. Nous sommes propriétaires de plusieurs brevets internationaux et nous menons une politique très active contre les contrefacteurs ».
www.Traxens.com

  • Date de création : 2012 – 103 salariés – CA : 2200 K€ / Part à l’export : 22 % – 8 brevets / 7 marques. 

Catégorie Recherche : Laboratoire I3S (Sophia-Antipolis). Installé au cœur du Campus SophiaTech, le laboratoire I3S effectue des recherches dans le domaine des sciences de l’information et de la communication. En partenariat avec le CNRS et Inria, et par de nombreuses collaborations industrielles, il travaille sur des thématiques de recherche innovantes, à la pointe de la science et de la technologie : systèmes et réseaux ubiquitaires, biologie et santé numériques, modélisation pour l’environnement, interactions et usages. L’intelligence artificielle y est abordée sous de nombreux aspects, que ce soit au niveau fondamental, en intégration ou dans ses applications. Les travaux et dépôts de brevets du laboratoire ont permis la création de six entreprises. On lui doit notamment la création d’un studio de jeux vidéo, d’un système de ciblage des individus ayant visité un site internet sans rien acheter ou d’une solution de cartographie 3D en temps réel. Cette récompense de l’INPI salue le travail mené depuis plusieurs années par les différentes équipes du laboratoire.
Olivier Meste, directeur de I3S, a souligné la vertu pédagogique d’un tel prix : “le grand public a souvent l’image de chercheurs isolés, déconnectés de la vraie vie. Cette distinction va contribuer à montrer que les labos se préoccupent de la société et de ses besoins.”
http://i3s.unice.fr/

  • Date de création : 1989 – 250 collaborateurs, dont 28 chercheurs et 86 enseignants chercheurs – 9 brevets – 26 collaborations de recherche en cours, dont majoritairement des partenariats industriels – 5 projets européens financés par le programme Horizon 2020 – 3 licences concédées – 13 entreprises créées.

Catégorie Marque : Agriconomie (Coole, Grand Est). Agriconomie est une place de marché pour les agriculteurs. Cette plateforme de e-commerce spécialisée dans la vente d’engrais, de semences et de matériel agricole a été créée en 2014 par trois jeunes entrepreneurs, exploitants agricoles. La plateforme n’a que quatre ans d’existence mais déjà un tiers des agriculteurs français s’y connecte chaque mois.

Catégorie Design : Sericyne (Paris, Ile-de-France et Monoblet, Occitanie). La jeune entreprise cofondée en 2015 par Clara Hardy et Constance Madaule a mis au point un savoir-faire unique au monde : la production de soie en trois dimensions. Avec la technique brevetée de la jeune entreprise, les vers à soie ne produisent pas de cocons mais directement des formes variées. Les vers à soie sont délicatement posés sur des moules où ils déposent leur soie. La matière produite, une fois récupérée, est un in-tissé résistant et étincelant.

Dans le passé, les Trophées INPI ont été remportés par des entreprises comme BlaBlaCar, Devialet, Carmat ou KissKissBankBank.

L’INPI en chiffres

  • 706 collaborateurs sur 19 implantations en France et 11 à l’international, couvrant 68 pays.
  • 300 dépôts de brevets, 90.500 de marques, 5.900 de dessins et modèles.
  • 500 entreprises sensibilisées à la propriété industrielle
  • 7 millions de données ouvertes et réutilisables.

Photo : (de droite à gauche) Paolin Pascot, PDG d’Agriconomie, Clara Hardy, fondatrice de Sericyne, Pascal Faure, directeur général de l’INPI, Michel Fallah, fondateur de Traxens, Jacques Delort, directeur général de Traxens, Eric Carreel, président du Jury, et Olivier Meste, directeur général d’I3S.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X