Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Accélérateur, incubateur, pépinière

CréACannes s’unit avec le DigiHub de Shawinigan et crée une passerelle transatlantique pour les entreprises

Publié

le

(de G à D) David Lisnard et Michel Angers

Basé au cœur de Shawinigan, le DigiHub a su relancer l’économie de cette ville canadienne jusqu’à devenir prospère dans le numérique après la fermeture, en 1963, d’une centrale électrohydraulique et 1 500 emplois perdus ! Aujourd’hui le DigiHub canadien est reconnu pour être le foyer mondial de l’intelligence artificielle et participe au développement de l’économie du numérique au Québec jusqu’à devenir incontournable dans le domaine, de par sa localisation entre Montréal et Québec, mais aussi pour l’ensemble des acteurs qui y gravitent.
Fin mai, le maire de Shawinigan, Michel Angers et Philippe Nadeau, le directeur général du DigiHub version 4.0, ont conclu à Cannes un partenariat avec CréACannes Lérins, pépinière qui accompagne 25 partenaires économiques de l’agglomération. Et pour bien montrer l’importance pour les deux parties de ce partenariat, la signature de la convention et les discours du maire de Shawinigan, Michel Angers, et du maire de Cannes, président de l’Agglomération Cannes Lérins, David Lisnard, ont été retransmis en simultané des deux côtés de l’Atlantique, au Québec et à Cannes.

Favoriser la croissance
Les deux parties s’engagent à mettre à profit l’expertise de leurs écosystèmes afin d’aider leurs acteurs économiques et soutenir leur développement d’affaires dans la mise en relation avec des partenaires, des investisseurs, des donneurs d’ordre qualifiés et les sensibiliser aux règlementations et usages locaux.
L’entente inclut, entre autres, l’accès réciproque aux espaces de coworking des deux structures, offrant ainsi un « point de chute » utile à l’internationalisation de startups et PME de ces deux côtés de l’Atlantique.
Au Québec, le DigiHub, créé en 2014, est composé d’un écosystème complet pour le développement de projets dans le domaine du numérique : espaces collaboratifs, salles de formation et de réunion, incubateur pour le lancement de startups à haute valeur ajoutée technologique, etc. ‘’Le partenariat que nous venons de conclure avec CréACannesLérins jette des bases additionnelles pour le corridor que nous avons établi entre le Québec et la France au profit de nos startups respectives’’ affirme Michel Angers. ‘’Cela nous offre aussi une occasion unique de partager avec leur organisation l’effervescence du grand rendez-vous de l’automne, soit la 2e édition du Sommet de l’innovation en ville médiane. Le SIIViM Shawinigan 2019 qui aura lieu du 13 au 15 novembre prochains » conclut le maire de Shawinigan. Le DigiHub se décline en quatre pôles principaux, soit le Patrimoine et la muséologie numérique, l’Usine intelligente 4.0, le Divertissement numérique et le e-Santé.


Coté azuréen, CréACannesLérins compte désormais parmi les dispositifs d’accompagnement à l’entrepreneuriat les plus complets du Sud de la France. Avec ses 2000 m² d’accueil et ses nombreux aménagements (Coworking, bureaux partagés, services mutualisés, etc.), le dispositif CréACannesLérins est l’un des leviers visant à favoriser l’essor des filières d’excellence du territoire : nautisme, spatial, industries créatives, événementiel, silver economy, agritech.

Les industries créatives, une filière porteuse d’avenir et d’emplois pour les deux partenaires
Le partenariat permet également de mettre en relation les filières d’excellence communes partagées par les deux territoires, au premier rang desquelles les industries créatives, une filière porteuse d’avenir et d’emplois pour la ville de Shawinigan et fer de lance de la stratégie économique portée par l’Agglomération Cannes Lérins. Prochainement, le futur Campus de l’Image et de la Création de Cannes, véritable hub de 8000 m2 dédié aux industries créatives, réunira dans une logique de fertilisation croisée, entrepreneurs, chercheurs, étudiants, investisseurs, autour des métiers de l’Image (cinéma, audiovisuel, jeux communication, communication digitale, etc.)
‘’Avec ses nombreux projets en cours – Campus de l’Image et de la Création, Musée international du Cinéma, de futurs grands studios de tournage, etc. –, la vocation de Cannes est de devenir l’épicentre de la Silicon Valley de la Côte d’Azur : une terre propice à toutes les créations, à tous les talents, avec pour souci l’exception culturelle francophone. Un impératif que nous savons partager avec nos amis québécois’’ souligne David Lisnard. Un maire serein qui est accompagné dans ce projet global par l’Etat comme l’a réaffirmé le 28 mai dernier, face aux sénateurs, le ministre de la Culture, Franck Riester.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Accélérateur, incubateur, pépinière

Nice : L’incubateur Az’UP lance la première promotion de son programme d’accompagnement Starter

Publié

le

Propulsé par la French Tech Côte d‘Azur, Inter-made et Veolia, l’incubateur Az’UP a été créé en juillet dernier et a lancé son premier appel à candidatures dans la foulée. L’Objectif de cet incubateur est d’accompagner et former des porteurs de projet liés au secteur de l’économie sociale et solidaire, avec un fort axe Tech For Good grâce aux trois partenaires fondateurs. La French Tech Côte d’Azur tout d’abord et son réseau extrêmement dense (Nice Start(s) Up, Cannes Is Up, Telecom Valley, Club des Entrepreneurs du pays de Grasse) pour son expertise dans le domaine de la Tech For Good et des outils digitaux au service de l’intérêt général. Veolia, acteur du territoire incontournable concernant les questions de l’eau, de la réduction et de la gestion des déchets, de l’assainissement et de l’énergie, pour son apport d’expertise aux entrepreneurs sociaux dans les domaines liés à l’environnement et sa capacité à leur ouvrir des opportunités commerciales. Et Inter-Made pour son expertise reconnue dans le domaine de l’accompagnement d’entrepreneurs de l’économie sociale et solidaire depuis 2001(+800 projets).

Une première promotion avec 5 projets à impact positif
Ils sont cinq porteurs de projets innovants des Alpes-Maritimes à être sélectionné dans la première promotion du programme Starter d’Az’UP. Ils vont bénéficier de coaching, de formations pour concrétiser leur création de startup : challenger son projet (critiques constructives, rebonds), affiner son business model, fixer des indicateurs d’impact, afficher les bons métrics pour communiquer sur sa structure… L’accompagnement passe également par de la mise en relation avec les experts du groupe Veolia et du réseau de la French Tech Côte d’Azur.

  • Le collectif sustainable design (Nice) qui propose de la prestation de service d’écoconception applicable à un très large panel de produits (objets, espaces, identité de marque, démocratie, énergie, résilience, mobilité, etc.). Ils conçoivent des projets/objets qui ont un impact positif sur l’environnement et la société.
  • Ecotourisme responsable (Nice) souhaite créer un lieu innovant, proposant du tourisme expérientiel et insolite, pour faire découvrir un territoire en étant axé sur l’authentique. Ecotourisme responsable, solidaire et équitable. Ce lieu proposera des expériences uniques d’immersion en pleine nature à travers une diversité d’hébergements visionnaires et disruptifs.
  • Consigne Resto (Sophia Antipolis) est un projet de consigne de contenants réutilisables pour la restauration à emporter sur la zone de Sophia Antipolis. Ce projet est en lien avec la loi économie circulaire, qui encourage le réemploi et la consigne avec un objectif de réduction des déchets liés aux produits à usage unique.
  • Happy zen Trees (Nice) conçoit des projets paysagers et d’aménagement pour entretenir des espaces qui associeront fonctionnalités pédagogiques et plantes comestibles dans les jardins d’entreprises, les jardins partagés ou encore des parcelles à vocation agricole. Ils proposent à des entreprises d’aménager un espace de verdure (jardin comestible) pour la détente et les pauses déjeuner des salariés. Ils souhaitent participer à amener des îlots de fraîcheur au cœur des villes et améliorer la capacité d’autonomie alimentaire du département.
  • Tiers lieu au service des citoyens (Cagnes Sur Mer) propose des services citoyens de proximité : give box, repair café, monnaie locale, ressourcerie, outils partagés, coworking, coopérative d’achat, ferme pédagogique, familles zéro déchet, compost collectif, auto-partage, inter-association, etc. Commerce équitable, éco habitat, lien social, tourisme solidaire, environnement, développement durable…

 Le programme Starter
Le programme Starter propose trois mois de formation et d’accompagnement afin de réaliser une étude de faisabilité, construire un budget prévisionnel, définir une stratégie commerciale, trouver un statut juridique adapté… Il permet aussi de répondre à des points cruciaux pour n’importe quel entrepreneur : calculer son prix de revient, trouver des débouchés pour ses produits ou services, etc. Quel que soit le secteur de l’entreprise, l’ESS doit constituer le cœur du projet de départ.
A ce jour, neuf projets en tout sont accompagnés par Az’UP : cinq avec le programme Starter, trois avec le programme Couveuse qui offre un hébergement physique et juridique pour tester le projet tout en étant accompagné et formé et un avec le programme Accélération qui consiste à apporter des marchés à des entreprises de l’économie sociales et solidaires du territoire à partir de besoins identifiés par les partenaires.
Une deuxième session Starter sera lancée au printemps 2020.

Photo de Une : Les lauréats de la première promotion Az’UP prêts pour une accélération de leurs projets dans le secteur de l’économie sociale et solidaire ! ©DR FTCA

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

La Seyne-sur-Mer : La future ‘’Cité du numérique’’ prend forme pour une ouverture prévue en 2020

Publié

le

Annoncé en juillet dernier, la future ‘’Cité du Numérique’’ de La Seyne-sur-Mer élira domicile dans un ancien bâtiment de la CPAM, situé rue Louis Verlaque, à quelques pas du centre-ville et avec vue sur la mer. Le projet initié par l’association seynoise Univers Cité vise à créer un écosystème local en faveur de l’entreprenariat et du développement des entreprises. Pour cela, l’association, qui a été créé en 2018 par Samir Ben Mihoub et Oscar Dacosta, a fait l’acquisition d’un ancien bâtiment de la Sécurité Sociale abandonné depuis l’an 2000. 900 mètres carrés que la CPAM a accepté de céder pour près de 400 000 euros financés par un prêt bancaire accordé par le Crédit Mutuel. Univers Cité disposera également d’un bâtiment mitoyen de 400 m2 appartenant à un privé et acquis sous la forme d’une location avec option d’achat. En tout, la future ‘’Cité du Numérique’’ couvrira au total 1200 mètres carrés de bureaux ?

Une Cité du Numérique totalement gratuite
Cela fait maintenant deux ans que l’association Univers Cité travaille sur ce projet dont le but est de soutenir la création et la reprise d’entreprises en proposant aux porteurs de projets un accompagnement durant toute la durée de leurs démarches. Ils seront suivis par des professionnels dans le montage de leur business plan, les études de marché, la création des statuts, la levée de fonds…
“La Cité du numérique accueillera gratuitement tout porteur de projet lié au numérique, qu’il soit actif, étudiant ou chômeur’’, souligne Samir Ben Mihoub, dans les colonnes de Var Matin. ‘’Cet outil vise à rendre l’entrepreneuriat accessible à tous, permettant de concrétiser les idées créatives des porteurs de projets. Il s’inscrit à la fois dans la continuité des actions de l’association (tutorat scolaire et accompagnement de jeunes entrepreneurs) et dans une volonté de revitalisation économique de La Seyne”.
La Cité du Numérique proposera tout un ensemble de prestations tel un centre de formation qui dispensera, à la carte, des formations qualifiantes et certifiantes, adaptées aux besoins des étudiants et des jeunes entrepreneurs, un centre de recherche et d’innovation, un fablab, une pépinière d’entreprises, un incubateur qui accompagnera les projets en création ainsi qu’un espace de Coworking d’une centaine de places, le premier à La Seyne-sur-Mer.

5% du chiffre d’affaires
En contrepartie de l’accueil gratuit, Univers Cité aura un intéressement aux résultats des projets à savoir 5% du CA ce qui permettra de financer l’accompagnement d’autres entrepreneurs. Au démarrage, l’association lancera une campagne de crowdfunding et une partie du financement sera également assurée par des subventions et du mécénat privé.
Les premiers travaux ont débuté ; désamiantage, remise aux normes électriques et aux normes accueil public…”L’ouverture devrait intervenir avant l’été 2020, et ce projet devrait générer la création d’une dizaine d’emplois”, assure Samir Ben Mihoub.

Source Var Matin

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

Marseille : Obratori, l’incubateur et accélérateur de L’Occitane Group a décerné ses premiers ‘’Awards’’

Publié

le

Lancé officiellement en octobre dernier, le “start-up studio” créé par le Groupe L’Occitane a organisé au Fort Ganteaume à Marseille jeudi 26 septembre la première édition des ‘’Obratori Awards by l’Occitane Group’’. Pour cette 1ère édition présidée par Reinold Geiger, PDG du Groupe L’Occitane et d’Obratori, trois projets particulièrement innovants ont été récompensé et ont été choisi en fonction des valeurs chères à L’Occitane : Innovation, entrepreneuriat, humanité, bien-être et respect de l’environnement ont été mis en exergue à travers 3 grandes catégories.
Ainsi le 1er prix dans la catégorie “Initiative environnementale” a été remis à Bertrand Piccard, co-fondateur de Solar Impulse pour l’ensemble de son travail pour la préservation de l’environnement et de la beauté du monde. Solar Impulse, c’est le premier avion sans carburant qui vole grâce à l’énergie solaire. Il a été conçu et construit à l’initiative des suisses Bertrand Piccard et André Borschberg, à l’École polytechnique fédérale de Lausanne.
Le 2ème prix a distingué des travaux entrepris en recherche dermatologique fondamentale et appliquée. Obratori a initié il y a un an un appel à projet auprès de tous les centres de recherches internationaux et a sélectionné les membres d’un comité scientifique international, afin d’identifier des travaux de recherche et développement à impact positif pour le monde scientifique. Le jury scientifique a remercié Ana Santos, pour ses recherches basées sur l’étude des souches d’Escherichia coli à longue durée de vie. La lauréate bénéficie également de l’accompagnement à la création d’un projet entrepreneurial au sein d’Obratori.
Enfin, le 3ème et dernier prix dans la catégorie “Bien-être des populations” récompense la réussite d’un projet pour le bien de l’humanité et des populations. Il est remis à Alain Gachet , fondateur de RTI Exploration, pour son projet Watex, procédé permettant de détecter des nappes d’eau souterraines à des profondeurs inédites, grâce à la combinaison de l’ensemble des techniques qui sont utilisées pour rechercher du pétrole et les données radars des différentes agences spatiales.
Obratori, le startup studio du groupe L’Occitane accueille au cœur de Marseille depuis octobre 2018 son laboratoire d’innovation, ambitionne de valoriser l’émergence de projets de rupture dans le domaine du cosmétique et du bien-être, et a à cœur d’incarner les valeurs fortes du Groupe.
Pour plus d’informations : www.obratori.com

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X