Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Economie numérique

[CES 2019] Première délégation française à Las Vegas, la Région Sud emmène 55 startups !

Publié

le

Fort de ses 200 000 visiteurs et ses plus de 4 700 exposants en 2018, le Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas (8 au 11 janvier 2019) est le rendez-vous mondial incontournable pour les start-up innovantes qui souhaitent présenter leurs nouveaux produits aux grands groupes et à un public d’experts du monde entier.
À l’occasion de cet événement, une délégation de 55 start-up régionales, toutes porteuses d’innovations technologiques, est conduite par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, en partenariat avec les Métropoles Aix-Marseille Provence, Nice-Côte d’Azur, Toulon Provence Méditerranée et les communautés d’agglomération Sophia Antipolis et du Grand Avignon.
Parmi ces jeunes pousses, 9 ont obtenu un CES Innovation Award 2019 et l’une d’entre elles, BeeLife s’est vu remettre l’Award suprême, le CES Best of Innovation Award.
L’ambition de la Région Sud est d’améliorer l’attractivité de Provence-Alpes-Côte d’Azur vis-à-vis des investisseurs et de renforcer le développement des entreprises régionales à l’international. Elle a ainsi décidé, avec ses partenaires, d’offrir à 55 start-up régionales l’opportunité de participer au CES pour y rencontrer des investisseurs nationaux et internationaux et identifier les tendances à venir afin d’accélérer leur développement. Cette année, ce sont 390 m² de stand qui sont dédiés aux start-up pour qu’ils exposent leurs innovations.
Soulignons qu’en dehors de la délégation régionale, d’autres start-up du Sud sont également présentes au CES de Las Vegas mais en indépendant. C’est le cas de Fenotek (Marseille), 3DRudder et 2JProcess, toutes les deux d’Aix-en-Provence, ou Qwant (Nice), Fingertips/Spinoff (Sophia-Antipolis) et Key Infuser (Valbonne).
Certaines d’entre elles sont installées au sein de l’Eureka Park sur le stand de la French Tech.

1 start-up régionale récompensée d’un CES Best of Innovation Award

✔️ Beelife (Aix-en-Provence) : Beelife permet aux abeilles de conserver leur place sur notre planète à l’aide d’une ruche innovante, CoCoon . Cette ruche IoT et thermoactive utilise la chaleur du soleil pour traiter l’acarien Varroa destructor et permet la résistance au changement climatique. CoCoon est une ruche IoT solaire hybride et isolée (brevet en cours). Le confort thermique prolonge la vie des abeilles, assainit leur habitat, et les débarrasse de leur principal ennemi, le Varroa destructor.

10 startups de la Région Sud récompensées par un CES Innovation Award

À l’occasion du CES Unveiled de New York, la CTA (Consumer Technology Association) a dévoilé le 8 novembre dernier les innovations technologiques les plus spectaculaires du CES Las Vegas 2019. 10 entreprises régionales sont primées:

✔️ AllRoad Mobile (Marseille) : Chez AllRoad Mobile, nous préservons la perfection du design de votre iPhone et étendons son champ d’action grâce à un écosystème d’accessoires, tout en le rendant bien plus résistant, prêt à affronter l’outdoor. Nos produits sont développés, testés et validés avec l’aide d’athlètes de haut niveau. Grâce à une combinaison innovante de Titanium Grade 5 et de matériaux techniques antichocs, le TI.X offre à l’iPhone une protection premium très résistante, ultrafine, légère, qui ne dénature pas les lignes de l’iPhone. L’écosystème d’accessoires de Ti.X vous permet de fixer votre iPhone sur tous vos équipements.
✔️ Emuage by B2B Cosmetics (La Seyne-sur-Mer) : Créer ses produits cosmétiques aussi facilement que l’on se fait un café. C’est l’idée de Grégoire Tutenuit avec sa machine Emuage, qui permet de fabriquer à domicile shampoings, crèmes, dentifrices et autres parfums. Quand les solutions concurrentes se contentent de mélanger des bases existantes, Emuage fabrique tout type de produit cosmétique à partir d’eau et de matières premières, exactement de la même manière que dans un laboratoire. Il en résulte une qualité de produit inégalée, avec plusieurs centaines de milliers de combinaisons possibles. Le produit fini est délivré à la maison dans un flacon et prêt à l’emploi en quelques minutes, la machine ne nécessite aucun nettoyage.
✔️ BioPoolTech (Aix-en-Provence) : Dans l’ère de la Smart City, BioPoolTech se développe sur un marché de 25 millions de piscines, avec 2000 piscines neuves par jour et a développé BioPoolSafe, la 1ère Smart Pool au monde, bio-filtration Intelligente et connectée pour rendre les piscines écologiques et autonomes. BioPoolSafe est exemplaire sur le plan environnemental et vient d’être primé au CES 2019 Substainable & Eco-design ! Sur 20 ans par piscine, BioPoolSafe élimine 1T de chimie, 2.6 T de CO², 3,6Mw d’électricité, 350.000 litres d’eau, 875h d’entretien et 44.000€ de coûts de fonctionnement ! imaginez le résultat sur 25 millions de piscines dans le monde.
✔️ Boarding Ring (Ollioules) : Boarding Ring veut devenir le leader mondial des solutions anti-mal des transports. Surfant sur le succès de ses lunettes de voyage Boarding Glasses, la société adapte à présent sa technologie au secteur de la réalité virtuelle. Boarding VAR évite le motion sickness en réalité virtuelle et permet une immersion sans limite. Ce module complémentaire adaptable à tous les casques VR affiche des références inertielles sur 2 petits écrans additionnels et re-synchronise l’oeil avec le sens de l’équilibre.
✔️ Connected Garden (Aix-en-Provence) : Connected Garden propose aux particuliers un coach jardinier digital et écoresponsable : Archibald. Archibald permet à ses clients de 1/ choisir des plantes parfaitement adaptées à leur jardin et 2/ de prendre de leurs plantes au bon moment tout en s’amusant. L’application Connected Garden est présentée avec ses 2 composantes principales : 1/ démonstration de Super Capteur 2/ démonstration de l’application en Réalité Augmentée pour entretenir ses plantes grâce aux 5 pots présents sur le stand (1 olivier, 1 citronnier, 1 plant de tomate, 1 rosier, 1 gardenia)
✔️ Ellcie Healthy  (Villeneuve-Loubet) : Ellcie Healthy est une start-up française 20 personnes, qui développe des lunettes connectées dotées d’Intelligence Artificielle pour veiller sur la santé des individus. Quinze capteurs embarqués dans la monture Ellcie Healthy collectent des données physiques, physiologiques et environnementales sur le porteur qui sont interprétées par l’Intelligence Artificielle ; en cas d’alerte, le porteur est alerté grâce aux lunettes qui sonnent et s’allument et à l’Application qui joue un message d’alerte. Conçues pour la vie quotidienne, les lunettes Ellcie Healthy pèsent 23 grammes seulement et sont très confortables et design. Elles bénéficient de mises à jour logicielles régulières permettant l’ajout de nouvelles fonctionnalités telles que : la détection de la chute, la prévention de la chute, le suivi de l’activité physique etc.
✔️ onTracks(Marseille) : onTracks est une société technologique innovante spécialisée dans la conception de produits connectés haptiques facilitant les déplacements de son utilisateur. onTracks développe les GuideWatches, le premier système de navigation multi-usage (activité outdoor, mobilité, voyages…) qui adapte la technologie à l’humain. En utilisant la technologie haptique, les deux modules connectés permettent tout type de navigation personnelle, de manière plus intuitive. Laissez-vous guider par les vibrations – onTracks !
✔️ 0W1 audio (Aix-en-Provence) :  0W1 audio conçoit des enceintes portables connectées pour les amateurs de musique. Notre vision est qu’un système audio moderne devrait rendre son pouvoir magique à la musique. Nous avons intégré des applications à nos enceintes pour que ce rêve devienne réalité. Dessinée par Sacha Lakic, 0W1 D5 est la première enceinte portable réellement connectée. Elle embarque des expériences contextuelles centrées sur la musique. Avec D5, 0W1 audio révèle la chaîne hi-fi du 21e siècle.
✔️ Protecto (Aix-en-Provence) : Protecto est une start-up spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation de dispositifs innovants et certifiés de protection et d’isolation contre le gel des compteurs d’eau et de détection de fuites d’eau sur réseau. La housse connectée Protectonnect isole les compteurs d’eau et protège contre le gel jusqu’à -23°C. Son système IoT permet la détection des fuites d’eau au compteur et sur les installations des habitations et bâtiments et informe via une application mobile l’abonné.

Hors délégation Région Sud…

✔️ 3D Rudder  (Marseille): Avec le 3DRudder, les utilisateurs de la VR peuvent se déplacer dans la réalité virtuelle sans se fatiguer, ni se ruiner. Le 3DRudder est cette planche incurvée que l’on contrôle avec les pieds et qui laisse les mains libres, c’est une toute nouvelle façon de se déplacer. Le 3DRudder est un appareil polyvalent, non content d’être interactive avec la VR, la planche peut également revêtir le rôle d’une souris d’ordinateur, d’un clavier ou encore d’une manette de jeu, selon les besoins de l’utilisateur. On le comprend immédiatement, la planche propose principalement de libérer les mains et peut aider les personnes souffrantes de handicaps à bénéficier des mêmes expériences que les joueurs en pleine possession de leurs facultés motrices.

2 start-up régionales récompensées d’un « CES Climate Change Innovator Award 2019 »

✔️ Lumi’in (Malijai) : Lumi’in est un fabricant français de lampadaires solaires autonomes et intelligents. Les lampadaires Lumi’in peuvent aussi alimenter d’autres types d’applications au cœur des villes et sites isolés : émetteurs WiFi, caméras de protection, recharges pour téléphone portable, capteurs météorologiques pour prévenir des risques naturels (inondations, incendies, ouragans …), etc. Le Flex est la première tête LED solaire et connectée au réseau électrique, adaptable sur tout lampadaire existant. Il permet de réduire la consommation électrique jusqu’à 90%. Il peut aussi intégrer d’autres options spécifiques pour le client : détecteur de présence, émetteur 4G ou WiFi, caméra, détecteur d’incendie, émissions de CO2, …
✔️ SmartEmbed (Aix-en-Provence) : SmartEmbed est une jeune entreprise aixoise qui développe des solutions connectées et écoresponsables conçues pour réduire la consommation d’eau et d’énergie dans les douches collectives et individuelles. eddo.drop est une solution connectée innovante de réduction de la consommation d’eau et d’énergie dans les foyers grâce à un dispositif, facile d’installation entre la pomme et le flexible de douche, permettant de contrôler et de limiter la durée de douche.

Les autres start-up de la délégation régionale…

✔️Aitivity (Marseille) : Société de cyber sécurité, Aitivity s’efforce de fournir une cyber sécurité sans faille aux entreprises. Notre produit, le Portail, utilise une sécurité transparente associée à des techniques d’amélioration du comportement afin de garantir la protection du maillon de sécurité le plus important : l’utilisateur.
✔️ AMedSU (Nice) :  AMedSU, a pour objet le développement de logiciels et d’applications destinés aux professionnels de santé. Elle jouit d’une solide expérience dans le domaine du suivi patient, de la numérisation des process et de la sécurité des données de santé. Smart Clinical Trials Manager est la première solution complète de numérisation et d’optimisation des essais cliniques dans les domaines médical et cosmétiques.
✔️ Anse Technology (Toulon) : Spécialisé dans la TV numérique connectée et l’informatique embarquée. Anse Technology a développé UpTV, la première solution innovante qui transforme un téléviseur en social TV. C’est un produit breveté qui est connecté à une application mobile, le client peut visualiser ses photos et vidéos directement sur son téléviseur, chatter avec ses proches et organiser des événements en live.
✔️ Azur Tech Concept (Sophia-Antipolis) :  spécialisée dans l’innovation au service des personnes sourdes ou malentendantes. L’entreprises a développé SmartEar, un dispositif qui écoute les sons au sein de l’habitat ou le lieu de travail et les retransmet en flashs colorés sur des boitiers portatifs ou un smartphone pour permettre aux personnes sourdes ou malentendantes de « voir les sons ».
✔️ Babeyes (Valbonne) : Babeyes développe une solution innovante permettant de conserver pour toujours les premiers souvenirs des bébés. Il s’agit d’une smart camera Haute Définition miniature, qui s’attache sur le vêtement du bébé ou à proximité du bébé, et va enregistrer, classer et conserver pour toujours ses premiers moments de vie. Tout cela du point de vue du bébé. Une fois plus grand, l’enfant pourra revoir comment sa maman le regardait, quelle fut l’émotion de son papa lors de son premier pas.
✔️ BeNomad (Villeneuve-Loubet) : Editeur de logiciels innovants de cartographie, de calcul d’itinéraire et de navigation GPS , BeNomad a développé ev-Move, une plateforme de services pour accélérer l’adoption des véhicules électriques et la transition énergétique en diminuant les craintes des conducteurs grâce à des fonctionnalités innovantes : optimisation d’itinéraires avec recharges et affichage de zone d’autonomie.
✔️ Biocenor (Valbonne) : Changement climatique, pollution, industrialisation…l’océan est en souffrance et il est temps d’écouter ce qu’il a à nous dire ! Bioceanor propose des solutions innovantes de suivi de la qualité de l’eau en temps réel avec alertes et prédictions grâce à l’intelligence artificielle.
✔️ Black-Line (La Cadière d’Azur) : Deux frères, Rémi le snowboardeur et Sylvain le skieur, amoureux des sommets enneigés et des sports extrêmes, ont créé Black-line pour améliorer le quotidien des pratiquants de sports de glisse. Le système développé par Blackline, le QuickSett, repense le quotidien des snowboardeurs pour leur apporter une nouvelle sensation et plus de confort. Il s’agit d’un disque qui s’inséré dans les fixations de snowboard, et qui permet de verrouiller et déverrouiller la rotation du pied grâce à une télécommande située au poignet.
✔️ Buquati (Sophia-Antipolis) : Nous croyons à la transformation et sa forte valeur-ajoutée pour notre société et pour notre planète en utilisant l’Intelligence Artificielle, la Science des Données, le Cloud, le Big Data, et l’IoT parmi d’autres. Nous avons le Shaz.Am.azon ! Venez découvrir ce que cela signifie pour vous. BQT-ViPR pour BuQuaTi Visual intelligent Product Recommender crée une toute nouvelle expérience de shopping basée sur notre sens dominant : la vision. Regagnez votre liberté de découvrir ce qui vous plaît et pas ce que l’on vous impose.
✔️ Catching Box (Nice) : Nous réinventons l’expérience client et la rendons inoubliable avec différentes solutions uniques et fun. Nos solutions s’appliquent entre autres aux domaines du sport et du marketing. Le « Streetbooth » est une invention fun et unique au monde combinant gyropode et borne photo. C’est une arme de communication et une innovation de rupture concernant les actions de Street Marketing.
Codesna (Nice) : Codesna est une société spécialisée dans la santé et le bien-être. Nous développons des solutions d’évaluation et d’aide à la gestion du stress chronique. Cette évaluation est basée sur notre brevet unique et innovant qui analyse en temps réel le Système Nerveux Autonome. Nous présentons BeWell@Work by Codesna (www.bewell-at-work.com), notre solution d’aide à la gestion du stress chronique en milieu professionnel (entreprises, hôpitaux, …). Une évaluation scientifique du risque de stress chronique et de la résistance au stress est effectuée en 2 minutes seulement avec 2 marqueurs fournis à la fin. Des conseils et méthodes sont ensuite proposés pour réduire ce stress éventuel.
✔️ Data-Moove  (Sophia-Antipolis) : Data-Moove est une startup fondée en 2014 à Sophia-Antipolis (France) pour éditer et commercialiser des solutions Big Data de gestion et de diffusion de la donnée touristique via les nouvelles technologies telles que l’IA, le Machine Learning et les bases de connaissances sémantiques. Minotour est un chatbot utilisant les dernières technologies de Compréhension Naturelle du Langage pour répondre à toutes les questions des touristes et citoyens, et ainsi promouvoir une offre touristique exhaustive d’une destination : événements, activités, lieux, hébergement, restauration, …
✔️ Dreaminzzz (Montfavet) : DreaminzZz est une société française qui imagine et fabrique des objets connectés Made in France afin d’apporter des solutions innovantes en matière de santé et de bien-être. Avec HiLo, méditer devient un jeu d’enfant. Oubliez le stress du quotidien en l’utilisant n’importe où et n’importe quand. Il vous aide à vous relaxer et vous endormir où que vous soyez. HiLo détecte vos mouvements et vous plonge dans ses nombreuses ambiances sonores afin de vous apaiser.
✔️ Exalt3D (Aix-en-Provence) : Exalt3D, la 1ère solution 3D interactive et photo réaliste pour Sublimer, Visualiser et Personnaliser en ligne vos produits. Via un player interactif, l’internaute peut manipuler des produits en 360°, se déplacer dans un espace et personnaliser avec une qualité photo réaliste. Exemple de déplacement dans un espace 3D interactif, et de personnalisation de produit possible sur tous les supports connectés (smartphone, tablette, ordinateurs…).
✔️ Fox Tripper (Marseille) : Fox Tripper réinvente votre façon de voyager en vous offrant une expérience différente et unique pendant votre vol. Nous développons des applications qui vous apportent les contenus et les offres nécessaires vous permettant d’organiser votre séjour, depuis votre siège, pendant votre vol. City PAD est la première application interactive au monde permettant aux passagers d’organiser leur séjour pendant le vol. Un billet pour le match des Yankees ? Un transfert à votre arrivée ? Organisez votre séjour en accédant aux meilleures activités et services disponibles à l’achat depuis votre smartphone ou écran derrière le siège.
✔️ Gladis (Aix-en-Provence) : L’entreprise travaille sur les technologies IoT. Nous développons matériels et applications mobiles. Gladis est un produit et une application vous permettant de retrouver votre animal de compagnie partout. Il fonctionne avec le réseau Sigfox et un réseau Lora propriétaire. La combinaison de ces deux réseaux fait de Gladis le tracker GPS le plus fiable et le plus précis du marché.
Holingo (Venelles) : Holingo est une révolution sur le marché du séjour linguistique ! La plateforme Holingo met directement en relation les étudiants avec les écoles de langue dans plus de 65 destinations dans le monde : des séjours 100% sur mesure, le plus grand choix de programmes et des tarifs “sans intermédiaire”. La plateforme Holingo vous permet de préparer le séjour linguistique de vos rêves… faites votre choix parmi nos 270 écoles partenaires, sélectionnez les programmes & hébergements de votre choix, communiquez avec l’école et partez l’esprit tranquille !
✔️ iCare Sciences (Marseille) : iCare Sciences est une start-up française spécialisée dans le secteur des sciences de la vie et de la santé. La mission d’iCare Sciences est de favoriser le transfert des connaissances issues de la recherche scientifique fondamentale vers des applications pratiques dans le domaine de la santé connectée. iCare Sciences développe des solutions innovantes pour aider les professionnels et les particuliers à gérer efficacement leur santé et à améliorer leur qualité de vie. Neural Up est une solution simple et efficace conçue pour aider les personnes à surveiller, détecter et gérer leur état de stress. Une solution rapide basée sur une technologie acoustique brevetée qui induit un effet relaxant intense pour favoriser la régulation du système nerveux, contre les effets négatifs du stress.
✔️ Litica Labs (Grasse) : Litica Labs est une beauty Tech pionnière engagée pour une consommation plus responsable des produits de beauté et d’hygiène en alliant une expertise scientifique de pointe à des solutions technologiques innovantes. Beautylitic est la première API en mode SaaS permettant aux retailers d’analyser scientifiquement la composition de l’ensemble de leur offre beauté et hygiène pour piloter plus efficacement leur référencement, anticiper les risques et répondre aux nouvelles attentes des consommateurs.
✔️ Morphée+ (Marseille) : Morphée est un objet à déposer sur sa table de nuit, qui contient plus de 200 séances de méditation / sophrologie à écouter au coucher pour faciliter l’endormissement. Toutes les séances ont été réalisées par des professionnels du sommeil.
✔️ MoTeBo SAS (Marseille) : MoTeBo développe des solutions pour des Wearables et pour l’Internet des Objets en utilisant technologie propriétaire. Nous concevons des circuits textiles électroniques, photoniques et thermiques qui apportent une fonctionnalité sans précédent dans notre quotidien. Le gilet pare-balles intelligent permet une surveillance en temps réel et intégrale de l’utilisateur qui porte le vêtement de sécurité et comprend : vêtement avec Wearable Tech, modules de communication compatibles avec le gilet et système logiciel composé de : application mobile, infrastructure Cloud et dashboard pour la prise des décisions.
✔️Movin’Smart (Meyreuil) : Movin’Smart propose des technologies et services destinés aux cavaliers et entraineurs. La technologie MS100 permet le suivi en temps réel de paramètres biomécaniques et physiologiques du cheval et du cavalier en activité ainsi que leurs interactions pour améliorer la performance en respectant la santé du cheval (tableau de bord temps réel, bilan de la séance et historique du travail du cheval).
✔️My Keeper (Le Bar-Sur-Le-Loup) : My Keeper conçoit et développe un logiciel de sécurité innovant et facile d’utilisation pour les particuliers et les collectivités. Notre objectif est de créer une solution qui peut être couplé avec une application mobile et l’ensemble de notre gamme d’objets connecté à l’attention de tous et à partir de 0 euro. Notre produit, en cours de développement, sera présenté pour la toute première fois au CES (la balise hybride « Athéna » ; réseaux de communication GPRS, GSM et Lora). Nous prévoyons une pénétration massive de My Keeper sur le marché afin de résoudre les problèmes de sécurité dans nos écoles et dans la vie quotidienne.
✔️ Nanoz (Fuveau) : Nanoz développe, fabrique et commercialise une gamme de composants capteurs uniques et protégés par brevets. Le Bracelet permettant de détecter le niveau d’alcool dans le corps via l’haleine ou la peau.
✔️ NFCom (Nice) : Designer de nouveaux usages, NFCom développe depuis 2012 des applications mobiles innovantes, utilisant les nouvelles technologies comme le NFC ou le BLE, dans le monde du sport, du transport, de la santé, de l’événementiel, du retail et du tourisme. Key Master, smart access manager, est l’évolution du contrôle d’accès pour votre entreprise. Le smartphone remplace vos bips et vos badges pour gagner du temps avec une gestion des accès en un clic, économiser de l’argent avec un trousseau de clé sécurisé et dématérialisé, contrôler la durée de vie des accès et surveiller en temps réel.
✔️ Notilo Plus (Marseille) : Notilo Plus est l’un des principaux concepteurs de solutions sous-marines autonomes. Les solutions Notilo Plus utilisent les dernières technologies en matière d’intelligence artificielle et d’auto-apprentissage pour capturer et exploiter des images et des données à haute valeur ajoutée. iBubble est le premier drone autonome sous-marin conçu par la société Notilo Plus. Grâce à sa technologie de positionnement inédite en milieu sous-marin, iBubble devient le cadreur personnel du plongeur, capable de réaliser des films d’une qualité professionnelle.
✔️ O’Sol (Cannes) : O’Sol développe des batteries intelligentes qui peuvent être rechargées au travers d’énergie solaire ou d’une autre source renouvelable. Elles sont idéales pour des loisirs en plein air, et combinent simplicité, flexibilité et design. Kino est notre générateur solaire mobile, déployable et intelligent. Par un simple geste, Kino déploie ses panneaux solaires automatiquement et suit le soleil à la manière du tournesol. Grâce à ses batteries, Kino vous permettre d’être alimenté en électricité la nuit comme la journée.
✔️ PerspectiveS (Aix-en-Provence) :  Chez Perspective[S], nous sommes spécialisés dans la création de solutions 3D mobiles en Réalité Augmentée et Virtuelle, Web3D. Le développement de notre moteur multimédia propriétaire NX Graphics© nous permet de développer des produits sur-mesure avec une qualité optimale. REVE© c’est une visite virtuelle 3D en haute définition de votre bien au sein d’une application qui réunit d’autres données comme les plans, le BIM ou les diagnostics énergétiques. Mais ce n’est pas tout, lors de cette visite virtuelle, vous pouvez configurer et personnaliser votre bien en temps-réel.
✔️ Pliiz (Nice) : L’entreprise est spécialisée dans l’amélioration du service client sur le lieu de vente ou de consommation, en apportant des solutions d’appel digitales visant à fluidifier le parcours client. Pliiz™ est une application mobile multisectorielle qui permet au consommateur, par un simple clic sur son mobile, d’interpeller directement le personnel d’une enseigne ou de passer une commande, en scannant un Pliiz™ code à sa disposition.
✔️ XRapid France (Aix-en-Provence) : xRapid révolutionne le secteur de la santé et de l’environnement avec ses plateformes de diagnostique automatisées. Avec ces solutions basées sur l’intelligence artificielle, xRapid s’adresse à la fois aux industriels et aux particuliers pour améliorer leur quotidien. xRblood est la première solution de numération sanguine à domicile. Utilisant les mêmes principes que les tests en laboratoires, l’intelligence artificielle d’xRblood compte les globules rouges et les globules blancs à partir d’une simple application du doigt sur une lancette.
✔️ Sensineo (Nice) : Sensineo est une spin-off d’un laboratoire d’intelligence artificielle. Sensineo est spécialisée dans les objets connectés intelligents. CoolTemp est une solution disruptive qui assure le suivi de la chaîne du froid en temps réel et permet d’être conforme aux régulations de traçabilité.
✔️Skavenji (Nice) : Skavenji veut démocratiser l’autoconsommation énergétique, en rendant la production de petites quantités d’électricité aussi simple et libre que la culture d’un potager. La SkavenjiBox se branche chez soi, au bureau ou dans une salle de classe, et permet à n’importe qui de produire et consommer directement de petites quantités d’électricité issue de sources d’énergie « maison », artisanales voire issues de la récupération.
✔️ Sniffy by Laboratoires Juving Brunet (Toulon) : Conception, production et commercialisation de cosmétiques, parfums et de technologies parfumantes Made in France. Sniffy est le premier écran capable d’agir avec nos 5 sens en permettant de transformer tous les écrans tactiles en 5D sollicitant l’odorat et le goût des consommateurs. Une fois stimulés via ces nouveaux supports publicitaires multi sensoriels, les consommateurs peuvent commander leurs produits et voir aussi leurs émotions analysées par l’Intelligence Artificielle embarquée pour permettre aux industriels d’augmenter leur compréhension du consommateur avec des métriques émotionnelles.
✔️ SportBak (Bouc-Bel-Air) : A la pointe de l’innovation sportive, SportBak® est la première solution connectée permettant aux joueurs de sports collectifs d’analyser leurs performances et se comparer les uns aux autres. Statistiques physiques, techniques, influence de jeu, découvre enfin quel type de joueur tu es et amuse-toi avec ton profil via notre appli ! Qui est le meilleur buteur, le meilleur défenseur ou tout simplement le meilleur joueur du match ? Technologie innovante destinée aux passionnés de foot indoor, FutBak t’offre enfin la possibilité de retrouver l’intégralité de tes performances et de refaire le match… statistiques à l’appui !
✔️ Qista de Techno Bam (Aix-en-Provence) : Qista est spécialisée dans la lutte écoresponsable contre les moustiques, grâce à l’utilisation de pièges à moustiques brevetés. Qista apporte une réponse sanitaire et environnementale à cette problématique mondiale. Qista, c’est une équipe composée de techniciens, de biologistes et de commerciaux. Smart Bam est le premier piège à moustiques connecté équipés de capteurs électronique, capable de rendre possible l’analyse en temps réel des évolutions de population de moustique dans des zones où les maladies vectorielles représentent un risque (zika, paludisme dengue. etc.)
✔️ Ted Orthopedics (Marseille) : Ted Orthopedics développe la nouvelle génération de soins d’orthopédie, centrée sur le patient et la prévention. Grâce à sa technologie d’analyse de mouvement propriétaire, l’entreprise permet aux patients de gagner en autonomie dans leur rééducation. L’assistant de rééducation Ted Orthopedics permet à un patient en rééducation de genou de réaliser des exercices de rééducation à domicile, en complément de ses séances de kiné.
✔️ Touchify (Gignac) : Touchify aide les entreprises à transformer leurs traditionnelles campagnes marketing et commerciales en véritables expériences interactives et mémorables pour augmenter leur taux de transformation et leur image de marque. Touchify est une plateforme cloud de création et de diffusion de contenu interactif adaptés aux écrans tactiles. Créez simplement vos contenus promotionnels pour écrans tactiles, diffusez-les sur tous vos périphériques et analysez les statistiques d’utilisation pour mesurer leur performance.
✔️ VisioPM (Marseille) : Développement et conception de la Première Solution Interactive d’Affichage sur écran 3D relief visible sans lunettes. VisioPM commercialise une solution complète d’affichage 3D sans lunettes intégrant, l’interactivité par le mouvement de la main et la collecte ainsi que l’analyse de données clients. Cassia3D, la Première Solution Interactive d’Affichage en 3D relief visible sans lunettes. Combinés à l’effet « Wow ! », l’interactivité par le mouvement de la main et la collecte et analyse de données sont de véritables atouts pour le client (Retail, Industrie, Evénementiel ..)
✔️ Volumic 3D (Nice) : Volumic est un fabriquant d’imprimantes 3D basé en France et spécialisé dans des machines multi-matériaux hautes performances. La Volumic Stream Ultra SC, est la plus rapide, précise et polyvalente imprimante 3D du marché. Avec ses 50 Matériaux imprimables, ses très grandes vitesses d’impression et sa qualité de finition hors norme, elle représente la nouvelle génération d’imprimantes 3D.
✔️ WitMonki (Marseille) : WitMonki est spécialisée dans le développement et la commercialisation de solutions dans le domaine de la e-santé. Nous développons des dispositifs médicaux de mesure et des services de diagnostics à partir d’algorithmes d’intelligence artificielle permettant d’accélérer la prise en charge du patient et d’offrir au médecin une aide au diagnostic médical. Notre offre est basée sur 2 dispositifs médicaux utilisés en combinaison ; la WitCard, au format carte bancaire, est utilisée par le patient pour enregistrer ses tracés ECG et le WitDisplayer utilisé par le médecin est un logiciel de visualisation et d’aide au diagnostic des tracés ECG.
✔️ Wintual (Aix-en-Provence) : Wintual proposent des fenêtres virtuelles qui apportent la perception d’une fenêtre dans les lieux fermés pour améliorer votre confort. Nos fenêtres affichent la vue en direct sur le lieu de votre choix et adaptent l’angle de vue à votre position comme de vraies fenêtres. WinActiv est une fenêtre virtuelle qui transforme un simple mur en fenêtre ultra-réaliste. Elle convertit un espace terne en lieu de vie en offrant la vue en direct sur le lieu animé de votre choix. Comme une vraie fenêtre, l’angle de vue s’adapte à votre position avec un réalisme bluffant.
✔️Konekto by Wor7d (Six-Fours les Plages) : Wor7d a créé l’application Konekto. Konekto, est un nouveau réseau social, qui met en relation les citoyens du monde, au-delà de toutes les frontières. Grâce à son moteur de recherche muni de plusieurs filtres, l’application Konekto propose de contacter très facilement un individu partout dans le monde suivant vos critères de recherche. L’intégration d’un tchat avec une traduction instantanée dans la langue de votre interlocuteur aide à échanger sans barrière, ni frontière, et offre un accès direct à sa culture.
✔️ Zimple  (Solliès-Pont) : Une imprimante 3D n’est pas un produit ou un jouet facile à utiliser, mais une véritable machine de fabrication. Les utilisateurs ont besoin d’améliorations pour les utiliser de la manière la plus efficace, la plus simple et la plus sûre possible. C’est ce que fait Zimple en proposant des produits (matériels et logiciels) pour que l’impression 3D reste simple et sûre. Zimpure est un purificateur d’air compatible avec toutes les imprimantes 3D. Il aspire et filtre les nanoparticules et les gaz émis lors des processus d’impression FDM. Ziflex est une plateforme d’impression 3D magnétique et flexible qui simplifie et fiabilise le retrait de pièces imprimées en 3D. Zimple3d.com est un moteur de recherche de fichiers 3D utilisant des algorithmes de machine learning pour fournir des designs pertinents à chaque type d’utilisateur.

Facebook Comments

Dossiers, expertises

[Dossier] “Rencontres Aix-en-Seine”: Une édition 2020 placée sous le signe de la résilience face à la crise

Publié

le

Du 3 au 5 juillet se déroulaient la vingtième édition des Rencontres économiques, cette fois-ci à la Maison de la Radio à Paris, loin du soleil d’Aix-en-Provence, en raison de la crise sanitaire. Rebaptisée pour l’occasion “Rencontres Economiques Aix-en-Seine : Agir face aux dérèglements du monde – on va s’en sortir !”, cette édition un peu spéciale analyse les conséquences de la crise sanitaire sur l’économie.
Décryptage d’un échantillon de conférences par risingSUD sur 5 thématiques :

  • Commerce international et politique industrielle
  • Consommation énergétique
  • Entreprises vertueuses
  • Intelligence artificielle
  • Télétravail et nouveau modèle de management

1/ COMMERCE INTERNATIONAL ET POLITIQUE INDUSTRIELLE

Comme le souligne Patrick ARTUS, membre du Cercle des économistes, la crise liée au covid rime avec montée du nationalisme économique, retour des politiques de souveraineté et volonté de produire plus localement. « Les frontières se durcissent » précise Suzanne BERGER, professeure au MIT ; Patrick ARTUS explique lui que les chaînes de valeurs globales des sociétés se retrouvent en conflit avec les politiques locales au sein d’un système international qui a un besoin massif de coopération et de coordination.

Pour l’économiste Elie COHEN, l’une des « grandes découvertes de la pandémie » est le degré de dépendance de la France à des actifs pharmaceutiques essentiels, dont la fourniture est concentrée de 60 à 80% en Chine ou en Inde. Selon lui, dans toute industrie amenée à se globaliser, on observe une « courbe du sourire » c’est-à-dire un transfert de la production manufacturière des pays développés vers les pays en développement, et une remontée vers l’amont (R&D) et vers l’aval (marketing et commercialisation) dans les pays développés. Pourtant, selon l’économiste, il n’existe pas une remontée réelle de la courbe du sourire en France et notamment dans le secteur pharmaceutique où le modèle consiste à concentrer les efforts de R&D sur certains produits, faire peu de recherche interne et sous-traiter notamment aux startups.

Même constat dans l’industrie automobile, où l’on produit vingt fois moins de véhicules en France que par le passé même si les usines de production actuelles n’ont rien à voir avec celles du passé avec l’inclusion de plus d’intelligence et de compétence sur les chaines de production.

Pour l’économiste Nathalie COUTINET, la crise actuelle permet une prise de conscience générale sur les questions de relocalisations mais elle rend aussi concrètement ceci plus difficile à cause des difficultés des entreprises et de la perte de revenus des ménages. Le Directeur Général de l’institut des entreprises Paul ALLIBERT estime que la relocalisation impliquerait que les français soient prêts à payer les coûts supplémentaires induits par la production française.

Denis FERRAND, Directeur Général de Rexecode et Patrick POUYANNE, PDG du Group Total ajoutent respectivement « On a vu ce qu’était le coût de la non-souveraineté, mais est-ce qu’on est prêts à assumer le coût de la souveraineté ? », « les consommateurs sont-ils prêts à payer plus chers ? ».

Rodolphe SAADE, PDG de CMA-CGM constate une accélération de la régionalisation tandis que Patrick ARTUS fait le pari des relocalisations en Europe mais des relocalisations ciblées notamment sur les secteurs les plus stratégiques.

Dès lors, plutôt que d’une relocalisation, Vincent CHARLET, Directeur Général de La Fabrique de l’industrie appelle à une réindustrialisation : « Il faut que nos territoires, nos écosystèmes, soient attractifs et propices à l’émergence d’activités industrielles ».  Pour que les territoires se réindustrialisent il faut selon lui favoriser la libre organisation autour de clusters et l’investissement dans l’appareil productif, notamment dans les biens immatériels. Pour Vincent PARIS, Directeur Général de Sopra Steria, les nouvelles technologies permettent de gagner 20 à 30% de productivité, ce qui permettrait de redynamiser les territoires, et rapprocher industries et services pour proposer des offres plus globales.

Ana LEHMANN, professeur à l’université de Porto et ancienne secrétaire d’état à l’industrie du Portugal estime que la réindustrialisation doit se faire « du point de vue du consommateur », en tirant partie des avantages de chaque territoire (la France pourrait se baser par exemple à l’avenir sur la tradition et l’authenticité).

Elie COHEN ajoute que l’on peut aussi « penser à un nouveau partage en matière de financement, de développement de la recherche et de localisation de l’activité ». Ainsi, selon Nathalie COUTINET, un financement public est requis dans le secteur pharmaceutique si certains biens sont des biens communs mondiaux, mais ce financement peut être également requis au sein de projets à fort impact tels que rendre l’industrie plus inclusive et durable.

Pour Nathalie COUTINET, pour mettre en place ces relocalisations, il faut penser Europe avant de penser France. L’économiste plaide pour un European Act afin d’inciter les administrations et entreprises publiques à acheter européen. Patrick POUYANNE prône également une souveraineté européenne qui passe par la « diversification des chaînes de production, des sources de production et d’approvisionnement » et un système de coopération fort afin de maîtriser les technologies clefs.

Dominique REYNIE, Directeur Général de la Fondation pour l’innovation Politique propose lui d’étendre l’arc européen à un arc euro-méditerranéen en favorisant les coopérations. Cependant pour Paul ALLIBERT, il n’est pas nécessaire de viser une « souveraineté intégrale » mais plutôt de cibler quelques domaines stratégiques voire pour Vincent CHARLET « de constituer des stocks stratégiques ».

Afin de mettre ceci en place, Vincent PARIS propose de s’inspirer des méthodes d’analyses et de suivi utilisées par le ministère de la défense afin de garder compétitives les activités stratégiques et de cibler celles à protéger car une trop grande protection est contraire à l’innovation. Enfin, Elie COHEN conclut sur le sujet « il s’agit d’une nouvelle articulation de la relation entre Etat et entreprises, une nouvelle division du travail internationale, un investissement informationnel pour savoir ce qui se passe et où ça se passe ».

 Si vous souhaitez visionner les conférences en entier :

La redistribution des cartes sectorielles
https://www.lesrencontreseconomiques.fr/evenements/la-redistribution-des-cartes-sectorielles/

Participants : Jacques BIOT (membre associé du Cercle des économistes), Franck DEDIEU (Deputy Editorial Director de Marianne), Elie COHEN (Directeur de recherche au CNRS), Merouane DEBBAH (Director of Huawei R&D France and Professor at CentraleSupelec), Ana LEHMANN (Professeur à l’Université de Porto et ancienne secrétaire d’Etat à l’industrie du Portugal), Marie-Christine LOMBARD (Présidente du Directoire de GEODIS) et Vincent PARIS (Directeur Général de Sopra Steria).

Les voix de l’Economie – Quelle politique industrielle ?
https://www.lesrencontreseconomiques.fr/evenements/les-voix-de-leconomie-quelle-politique-industrielle/

Participants :  Isabelle CHAILLOU (Head of economincs departement de franceinfo), Paul ALLIBERT (Directeur Général de l’Institut de l’Entreprise), Vincent CHARLET (Directeur Général de La Fabrique de l’industrie), Nathalie COUTINET (économiste chez Les économistes attérés), Denis FERRAND (CG de REXECODE), Dominique REYNIE (Directeur Général de la Fondation pour l’innovation Politique).

Surmonter les tension géostratégiques
https://www.lesrencontreseconomiques.fr/evenements/surmonter-les-tensions-geostrategiques/

Participants : Patrick ARTUS (membre du Cercles des économistes), Hedwige CHEVRILLON (présentatrive TV chez BFM Business), Suzanne BERGER (Porfesseure au MIT), Shaye LU (Ambassadeur de la République populaire de Chine en France), Patrick POUYANNE (PDG de Total) et Rodolphe SAADE (PDG de CMA-CGM).

2/ CONSOMMATION ENERGETIQUE

Selon Valérie MASSON-DELMOTTE, Vice-Présidente du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), en matière d’énergie une question se pose : comment s’adapter au changement climatique compte tenu des infrastructures existantes et de l’inertie ?

Pour Jean-Marie CHEVALLIER, membre du Cercle des économistes, la prise de conscience s’accélère et « il faut agir fortement et rapidement » même si passer à 100 % d’énergies renouvelables est une utopie ; « il faut mixer les solutions » nous précise Marianne LAIGNEAU, Présidente du Directoire d’Enedis. Selon Jean-Philippe PUIG, Directeur Général du groupe Avril, « il faut innover plus vite » au sein d’un secteur des énergies renouvelables qui pour Magnus HALL, Président et CEO de Vattenfall AB comporte de « moins en moins de risques financiers ».

D’après Jean-Philippe PUIG, l’avenir du secteur dépend fortement des « envies sociétales et politiques ». Pour Valérie MASSON-DELMOTTE, il s’agit de sortir des silos existants pour construire des trajectoires de développement résilientes face aux chocs environnementaux et sanitaires.

Pour Jean-Pierre CLAMADIEU, Président du Conseil d’Administration d’Engie, l’enjeu est de passer de la démonstration au passage à l’échelle (notamment pour les énergies nouvelles telles que le biométhane et l’hydrogène). Même constat pour Antoine FREROT, PDG de Veolia : “Ce qui pêche dans l’innovation, c’est notre capacité à la généraliser”.

Jean-Marie CHEVALLIER insiste sur l’importance d’optimiser la consommation d’énergie grâce à la digitalisation des flux. Selon Marianne LAIGNEAU, cette réduction de la consommation passe notamment par des réseaux d’électricité et des bâtiments intelligents ainsi qu’une meilleure valorisation de la donnée.

Philippe DROBINSKI, membre du CNRS, propose, lui de jouer sur les forces des territoires et mettre en place des stratégies adaptées en fonction des ressources (éolien, hydraulique ou panneaux solaires par exemple). Jean-Philippe PUIG pari sur plus de territorialité et plus de production d’énergie à l’échelle locale, tout comme Marianne LAIGNEAU qui constate un développement de l’autoconsommation.

Concernant le secteur logistique et des transports, Rodolphe SAADE met en avant l’importance « d’être plus respectueux et plus vert » tout en étant « créateur de valeur pour notre environnement » via l’usage de technologies moins polluantes telles que les conteneurs à gaz ou les carburants alternatifs dans les bateaux.

Concernant l’avenir, Jean-Philippe PUIG pense qu’une des solutions pour lutter contre le réchauffement climatique est d’augmenter le prix de la taxe carbone. Il propose également de mettre en place un système de rémunération en fonction de l’impact écologique ou encore de développer l’usage des biocarburants car ils permettront de mêler « la transition énergétique et la transition alimentaire ».

A propos des technologies de demain, Magnus HALL propose une meilleure valorisation des déchets, un meilleur stockage de l’énergie ou encore des usines qui fonctionnent à l’hydrogène. Philippe DROBINSKI mise lui sur le développement de l’éolien et un plus grand usage des débits fluviaux et courants marins. Enfin, ce dernier insiste sur les conflits d’usage entre l’alimentation, l’électricité et la santé : trois domaines indispensables à notre survie mais qui se retrouvent en conflit car ils s’impactent entre eux.  A nous alors de trouver les « justes équilibres ».

Si vous souhaitez visionner les conférences en entier :

Consommer en énergies vertes, entre urgence et utopie
https://www.lesrencontreseconomiques.fr/evenements/consommer-en-energies-vertes-entre-urgence-et-utopie/

Participants : Jean-Marie CHEVALIER (membre du Cercle des économistes), Emmanuel CUGNY (éditorialiste sur Franceinfo), Astrid ALVAREZ (Former CEO de Grup Energia Bogota), Philippe DROBINSKI (Professeur au CNRS), Mark FOLEY (CEO de Eirgrid Group), Magnus HALL (President & CEO de Vattenfall AB), Marianne LAIGNEAU (Présidente du Directoire d’Enedis) et Jean-Philippe PUIG (Directeur Général du Groupe Avril).

La transition écologique, moteur de l’innovation
https://www.lesrencontreseconomiques.fr/evenements/la-transition-ecologique-moteur-de-linnovation/

Participants : Patrice GEOFFRON (membre du Cercles des économistes), Nicolas BARR (éditeur en chef au journal Les Echos), Tomas ANKER CHRISTENSEN (embassadeur pour le climat au Danemark), Jean-Pierre CLAMADIEU (Président du Conseil d’Administation d’ENGIE), Antoine FREROT (PDG de Véolia), Ilham KADRI (Duirecteur Général de Solvay), Jean-Bernard LEVY (PDF d’EDF) et Valérie MASSON-DELMOTTE (Vice-Présidente du GIEC).

Surmonter les tension géostratégiques
https://www.lesrencontreseconomiques.fr/evenements/surmonter-les-tensions-geostrategiques/

Participants : Patrick ARTUS (membre du Cercles des économistes), Hedwige CHEVRILLON (présentatrive TV chez BFM Business), Suzanne BERGER (Porfesseure au MIT), Shaye LU (Ambassadeur de la République populaire de Chine en France), Patrick POUYANNE (PDG de Total) et Rodolphe SAADE (PDG de CMA-CGM).

3/ ENTREPRISES VERTUEUSES

Les entreprises vertueuses sont-elles mieux armées pour agir face aux dérèglements du monde ? Pour l’économiste Olivier BABEAU, la crise a montré que les entreprises peuvent faire évoluer leur production afin d’avoir une utilité et agir pour le bien commun. Selon Bris ROCHER, PDG du groupe Rocher, « l’entreprise est le meilleur outil que l’on ait à disposition pour améliorer les choses ». Christine LAGARDE, Présidente de la Banque Centrale Européenne, considère que la crise actuelle va entraîner une évolution vers un mode de vie plus soutenable et plus écologique notamment en Europe où 94 % des citoyens jugent l’environnement comme « important pour eux ».

Selon Bris ROCHER, l’avenir de l’entreprise est celui de « l’entreprise à mission » soit une entreprise qui va conjuguer performance économique et bien commun, une entreprise qui n’aura pas pour unique objectif la rentabilité. Par ailleurs, Jeanne POLLES, Présidente de Phillip Morris France précise qu’une entreprise à mission se doit d’être transparente et ouverte sur sa raison d’être et les moyens mis en œuvre. Conjuguer performance économique et bien commun, c’est la méthode qu’a choisi Phillip Morris qui dans toute décision stratégique allie ses stratégies business et RSE en mesurant et limitant son impact social et environnemental.

Thierry DEAU, PDG de Meridiam ajoute que les investisseurs accordent actuellement autant d’importance à la performance non-financière qu’à la performance financière. Il rappelle également que les entreprises ne doivent pas seulement regarder la profitabilité à court terme mais penser sur le long terme. De son côté, Bris ROCHER concède que mettre en œuvre le bien commun peut dégrader la profitabilité de l’entreprise mais que cela augmente sa valeur immatérielle.

Et face à la crise ? Selon Rosabeth M. KANTER, professeure à la Harvard Business School, les entreprises « qui ont des valeurs et qui ont de la loyauté vont pouvoir rebondir plus rapidement ».

Selon elle, la relance se fera grâce aux entrepreneurs innovants qui créeront des entreprises sociales car ils pourront gagner la confiance de leurs clients, s’adapter aux évolutions, et répondre à la demande de plus en plus forte des consommateurs et des salariés.

Si vous souhaitez visionner les conférences en entier :

L’entreprise définiera le XXIème siècle
https://www.lesrencontreseconomiques.fr/evenements/lentreprise-definira-le-xxie-siecle/

Participants : Olivier BABEAU (membre associé du Cercle des économistes), Anne-laure JUMET (Head of economic service de France Culture), Fatoumata BA (Founder & Executive Chair de Janngo), Thierry DEAU (PDG de Meridiam), Rosabeth M KANTER (Arbuckle Professor de la Harvard Business School), Alexandre MARS (Fondateur et Président d’Epic & blisce), Jeanne POLLES (Présidente de Philip Morris France) et Bris ROCHER (PDG du Groupe Rocher).

Mettre en œuvre un modèle alternatif de croissance
https://www.lesrencontreseconomiques.fr/evenements/mettre-en-oeuvre-un-modele-alternatif-de-croissance/

Participants : Hélène REY (membre du Cercle des économistes), François LENGLET (Hed of economy departement de TF1), Pierre-André DE CHALENDAR (PDG de Saint-Gobain), Christine LAGARDE (Présidente de la BCE) et Axel WEBER (Chairman of the Board of Directors d’UBS Group AG).

4/ INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

D’après Dominique ROUX, membre du Cercle des économistes et directeur de la chaire économie numérique de l’Université Paris-Dauphine, l’Intelligence Artificielle (ou l’IA) n’est pas une simple technologie mais un ensemble de solutions qui assistent, imitent ou aident l’Homme ; l’IA s’applique à tous les secteurs et elle va sans doute « transformer l’humanité ».

Selon une étude d’IBM, l’IA va entraîner la disparition de 120 millions d’emplois d’ici trois ans. Mais en parallèle, l’IA va en créer de nouveaux, elle va transformer les emplois existants, réduire la pénibilité au travail et augmenter les capacités de production.

Yuko HARAYAMA, Executive Director de Riken et ancienne membre du conseil scientifique du gouvernement japonais estime que l’IA fait « avancer la science » et qu’elle est partout. Matthieu COURTECUISSE, Directeur Général de Sia Partners, en vante lui les mérites : « le confinement sans IA n’aurait pas été possible » en citant comme exemple le maintien des sites industriels, le télétravail, le e-commerce, les téléconsultations médicales ou encore le paiement sans cash.

Concernant l’avenir de l’IA, sa maîtrise et son développement passe selon Matthieu COURTECUISSE par des formations adaptées et la nécessité de « développer une société qui aime la science et les mathématiques ». Luc JULIA, CTO & Senior VP of Innovation de Samsung Electronics et créateur de Siri insiste sur la nécessité d’éduquer les citoyens et les utilisateurs qui par ricochet éduqueront les Etats.

Thibault LANXADE, PDG de Jouve et Matthieu COURTECUISSE soulignent l’importance de règlementer l’utilisation de l’IA car l’on touche à la gestion des données et à l’intimité des citoyens, des sujets sensibles qui souffrent d’un gros problème de confiance. Philippe MABILLE, éditeur en Chef chez La Tribune précise que « l’IA doit être au service du progrès », Dominique ROUX rajoute que ce « progrès doit être contrôlé par l’Homme » et capable de créer des services non discriminants et respectueux de l’environnement tandis que Luc JULIA précise qu’il « ne faut pas utiliser l’IA pour tout ».

Matthieu COURTECUISSE et Luc JULIA mettent en avant l’importance de trouver des solutions pour réduire et limiter l’impact écologique qu’aura l’IA à l’avenir, car comme le précise Luc JULIA « l’énergie que les technologies vont utiliser vont être énormes voir insoutenables ».

D’après Thibault LAXANDE et Luc JULIA, l’Intelligence Artificielle nous permettra d’aller beaucoup plus loin dans la santé, nous permettra beaucoup de progrès. Enfin Luc JULIA estime que ces technologies auront un fort impact sur les transports et l’IoT où beaucoup de « choses pratiques vont réagir et interagir » et rendre de nouveaux services.

Si vous souhaitez visionner la conférence en entier :

Mettre l’IA au service du progrès
https://www.lesrencontreseconomiques.fr/evenements/mettre-lia-au-service-du-progres/

Participants : Dominique ROUX (membre du Cercle des économistes), Philippe MABILLE (Editor-in-Chief de La Tribune), Matthieu COURTECUISSE (Directeur Général de Sia Partners), Jeff FENG (CEO de Cloudpick), Yuko HARAYAMA (Executive Director de RIKEN), Luc JULIA (CTO & Senior VP of Innovation de Samsung Electronics) et Thibault LANXADE (PDG de Jouve).

5/ TELETRAVAIL ET NOUVEAU MODELE DE MANAGEMENT

Le développement du télétravail pendant la crise pose la question de sa pérennisation. D’après une étude présentée par l’économiste Alexandra ROULET, les salariés sont prêts à renoncer à 8% de salaire pour bénéficier du télétravail. Selon cette même étude, le télétravail permettrait un gain de productivité de 22% pour les salariés dans le cas où le télétravail est choisi.

Pour Nicolas DUFOURCQ, Directeur Général de Bpifrance, « on ne peut pas continuer à laisser certains de nos salariés avoir un temps de trajet supérieur à 1h30 ». En ce qui le concerne, il n’est pas favorable à une politique de télétravail rigide mais plus pour une politique de confiance qui autorise un nombre d’heures de télétravail tout en laissant les salariés s’organiser comme ils le souhaitent.

Bertrand DUMAZY, PDG d’Edenred considère que le télétravail permet à chacun de s’exprimer plus librement et casser les codes même s’il y concède quelques désavantages tel que la perte de convivialité : « être ensemble c’est aussi partager de l’émotion et de la passion, et le digital peut tout faire sauf cette émotion et cette passion ». Nicolas DUFOURCQ ajoute que le télétravail fait perdre en intensité lorsqu’il devient routinier et il conseille alors de reconstituer des événements en physique dans les locaux professionnels et d’inventer de nouveaux rituels d’échanges afin de faire remonter cette intensité.

D’après Eric LABAYE, Président de l’Ecole Polytechnique, pour pérenniser le télétravail, il est important de repenser nos modes de management. Selon lui, pour que cela soit un succès, il faut adopter une approche bottom-up afin d’assurer une efficacité et une humanité dans le travail (1), faire évoluer son modèle de management à distance et miser sur la confiance et la responsabilisation des membres de l’équipe (2), et enfin apprendre à utiliser les outils collaboratifs pour assurer le partage (3).

Pour Eric LABAYE, les organisations où il y a plus de responsabilisation du management intermédiaire et du personnel sont les plus performantes. Il ajoute qu’il est nécessaire de former sur les outils et les rendre plus accessibles afin d’éviter des situations observées pendant la crise où des managers intermédiaires et du personnel se sont retrouvés en situation de responsabilisation et d’autonomie sans pour autant y être vraiment préparés. Bertrand DUMAZY prône également la responsabilisation mais il souligne également l’importance de garder le contact au quotidien et mettre l’accent sur un communication descendante en entreprise.

Si vous souhaitez visionner la conférence en entier :

Nos relations de travail, entre efficacité et humanité
https://www.lesrencontreseconomiques.fr/evenements/nos-relations-de-travail-entre-efficacite-et-humanite/

Participants : Alexandra ROULET (membre associé du Cercle des économistes), Bruna BASINI (Assistant editor, economy du Journal du Dimanche), Yochai BENKLER (Berkman Professor of Entrepreneurial Legal Studies de l’Université d’Harvard), Méka BRUNEL (CEO de Gecina), Nicolas DUFOURCQ (Directeur Général de Bpi France), Bertrand DUMAZY (PDG d’Edenred) et Eric LABAYE (Président de l’Ecole Polytechnique).

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

Selon le Syntec Numérique, le numérique en France connaît un recul de son activité de 6,7%

Publié

le

L’horizon a radicalement changé en l’espace d’un an. Alors qu’en juin 2019, le Syntec Numérique relevait ses prévisions de croissance et manquait de talents pour 50.000 nouveaux postes à pourvoir, la crise du Covid-19 a porté un gros coup au dynamisme du secteur. En croissance de 4,2% en 2019, celui-ci devrait voir son chiffre d’affaires baisser de 6,7% cette année prévoit le syndicat professionnel des acteurs du numérique, qui s’attend toutefois à un redémarrage de l’activité au second semestre. On est loin toutefois des 4% de croissance que prévoyait le Syntec en décembre dernier, soit avant la crise de Covid-19.

Cloud, Saas et sortie de crise…

Le ralentissement concerne les trois grandes activités que représente Syntec Numérique : les éditeurs de logiciels, les entreprises de services du numérique, et le Conseil en technologies (R&D externalisée) qui est le plus fortement touché en raison des impacts simultanés sur l’aéronautique et l’automobile. Dans son étude, le Syntec Numérique note cependant des signes de reprise pour l’ensemble du secteur.

Dans l’édition de logiciels, secteur le moins touché, les revenus sont attendus en baisse de -3,6% (contre 6,6% de croissance en 2019). Toutefois, plus de 8 éditeurs de solutions sur 10 anticipent une reprise de leur activité dès ce deuxième semestre 2020. 4 sur 10 s’attendent même à une hausse de leur chiffre d’affaires sur l’année. Le logiciel en mode cloud (SaaS, software as a service) résiste le mieux : 86% des entreprises prévoient, soit la stabilité, soit la croissance du marché en 2020. Dans ce contexte, les SMACS (Social-Mobility-Analytics-Cloud) sont les moteurs du marché, avec une croissance nette estimée à 3,2%, soit 450 millions d’euros, comparé à 2019.

Le secteur des ESN, qui génère plus de 60% des revenus du secteur, devrait être plus impacté par la crise. Si le sujet de la transformation numérique sera porteur, à court terme, les entreprises de services numériques sont confrontées à la baisse des budgets informatiques, à la baisse sur les prix ainsi qu’à la mise à l’arrêt de nombreux projets et appels d’offres. Au plus fort de la crise, 67 % d’entre elles ont eu recours au chômage partiel. Le secteur reculerait de -6,2% sur l’année 2020 (après avoir progressé de +3,1% en 2019). Les offres de services à forte valeur ajoutée (cloud, cybersécurité, intelligence artificielle…) constitueraient le principal levier de reprise de ce secteur en 2020, d’après les adhérents de Syntec Numérique. Les offres cloud progresseraient de 9,1% en 2020 (contre 19,4% en 2019), pour atteindre 23% des prestations proposées.

Le segment qui souffre le plus de la pandémie, c’est celui du conseil en technologies, qui regroupe les entreprises de la filière R&D externalisée représentant 130.000 salariés, généralement hautement qualifiés. Si 79 % des entreprises du secteur ont connu de la croissance en 2019, seules 12% d’entre elles prévoient une augmentation de leur chiffre d’affaires cette année. En cause : la diminution du carnet de commandes qui s’est dégradé dans 83% des cas au 1er semestre. La reprise sera plus ou moins lente selon les marchés adressés. Le Syntec Numérique prévoit ainsi de 0 à 6 mois pour la pharmacie, l’énergie ou encore les télécoms, de 6 à 12 mois pour l’automobile et plus de 12 mois pour l’aéronautique. L’écart moyen entre la croissance 2020 estimée avant la crise (+4,4%) et celle estimée après la crise serait ainsi de -11,6% « pour les acteurs les moins exposés », et de -23,4% « pour les acteurs les plus exposés » (aéronautique, industrie automobile…), a souligné Syntec Numérique.

 Le numérique en tant que moteur de la relance

Il y a environ deux semaines, le Syntec Numérique, associé au Syntec Ingénierie, avait déjà tiré la sonnette d’alarme auprès du gouvernement ; Ainsi pour éviter la fuite des talents à l’étranger durant cette période, l’accent doit être mis sur la formation estime le Syntec Numérique qui propose au gouvernement de mettre en place un nouveau dispositif, le FMDCI (Formation pour le maintien et le développement des compétences d’innovation) afin d’enrichir les compétences des ingénieurs et des techniciens impactés par la crise. Il s’agirait de périodes de « formation-action » dédiées à de nouveaux projets d’innovation.
Selon Godefroy de Bentzmann, président de Syntec Numérique, ‘’le numérique a fait la démonstration de tout son potentiel de résilience et de croissance ». Il estime que le gouvernement doit prendre en compte le fait que le numérique n’est pas un secteur d’activité comme les autres, ‘’c’est une cheville ouvrière qui permet d’accélérer l’innovation dans toutes les industries. Il faut intégrer le numérique dans tous les plans de relance sectoriels pour créer de l’emploi et gagner en compétitivité.L’occasion est historique et elle ne se représentera pas deux fois’’, explique-t-il, avant d’ajouter qu’’’il faut lever les freins réglementaires à la dématérialisation des actes et des procédures, et pérenniser les bonnes pratiques mises en place durant la crise. Il faut aussi investir massivement dans les technologies et les compétences numériques en ciblant les talents et les technologies d’avenir’’.
L’organisation syndicale appelle le nouveau gouvernement Castex à soutenir l’investissement et la formation dans le numérique « pour conserver les compétences en France ».

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

Sénat : Rapport alarmant sur l’impact environnemental du numérique en France et 25 propositions à la clé !

Publié

le

En décembre dernier, un groupe de sénateurs français de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable, a décidé de réaliser une étude poussée sur les impacts du numérique sur l’environnement et la neutralité carbone pour 2040 sont des enjeux primordiaux en France. Après six mois de travail, le Sénat a rendu mercredi 24 juin un rapport de 70 pages sur l’empreinte environnementale du numérique et a formulé 25 propositions.
Le constat est sans appel : les chiffres sont alarmants ! Si rien n’est fait sur ce sujet, le digital en France pourrait représenter 7 % des émissions de gaz à effets de serre (GES) en 2040, contre 2 % aujourd’hui, alertent les sénateurs. Mais le chiffre étonne des experts, comme l’organisation GreenIT, qui a publié mardi un rapport estimant le même impact autour de 5% en 2020 et s’interroge sur le périmètre pris en compte par les sénateurs.

Les smartphones représentent 80 % des émissions

Les deux études s’accordent en revanche sur la source la plus importante de ces émissions : les terminaux (smartphones, tablettes, etc.) qui représentent plus de 80 % de la facture du numérique en France. Contre 14 % pour les centres de données (datacenters) et 5 % pour les réseaux des opérateurs télécoms. Rien que la fabrication des terminaux, le plus souvent en Asie, pèse à elle seule 70 % de l’empreinte carbone. Outre le transport, il faut rajouter l’extraction des terres rares et autres matières premières indispensables pour les composants.
Le Sénat rappelle toutefois que l’empreinte des datacenters pourrait exploser de 86 % d’ici à 2040 avec les usages et le développement du edge computing, c’est-à-dire l’informatique déportée au plus près du client final. La fibre optique, elle, reste l’infrastructure ‘’la moins énergivore’’ mais la Chambre haute du Parlement alerte en revanche sur la 5G. Les sénateurs demandent « une étude d’impact complète » du prochain standard qui doit être lancé fin 2020 en France.

Les chiffres du Numérique issus du rapport 

  • Le digital représente aujourd’hui 2 % des émissions de gaz à effet de serre
  • Plus généralement, les smartphones représentent 80 % des émissions à eux seuls
  • 93 % des Français possèdent un téléphone portable
  • Si rien n’est fait, le digital représentera en France en 2040, 7 % des émissions de gaz à effets de serre (GES). Pour comparer, aujourd’hui, les émissions de gaz à effet de serre provenant du trafic aérien représentent 5 %
  • Les dépenses pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2040 (dans le domaine du numérique) ont été fixées à 1 milliard d’euros par an. Si rien n’est fait d’ici là, ces dépenses augmenteront à 12 milliards d’euros par an
  • L’empreinte des datacenters (centre de gestions des données en tout genre) pourrait exploser de plus de 85 % d’ici 2040
  • Les réseaux télécoms représentent actuellement 5 % de l’empreinte carbone totale du numérique. La Fibre Optique étant la moins énergivore.

25 propositions pour réduire l’empreinte carbone du numérique

Pour les rapporteurs de l’étude il est important de faire quelque chose, et ce, dès maintenant. Ils ont donc formulé 25 propositions pour réduire l’empreinte carbone du numérique. Propositions qui seront étudiées d’ici quelques mois.
Logiquement, les sénateurs concentrent leurs mesures sur les smartphones. Parmi les propositions, une taxe carbone aux frontières de l’UE, des sanctions plus fortes contre l’obsolescence programmée, mais aussi une TVA à 5,5 % sur la réparation des smartphones ou l’achat d’un téléphone reconditionné (remis à neuf). Même si les Français utilisent de fait leurs smartphones plus longtemps, l’arrivée de la 5G va les contraindre à changer d’appareil. Dans ses propres achats de matériel informatique, l’Etat doit aussi favoriser les produits réparés. Du côté des usages, les sénateurs proposent d’interdire les forfaits mobiles illimités. Le prix des forfaits doit être proportionnel au volume de données inclus. La donnée doit être considérée comme une ressource rare, comme l’eau ou l’électricité, estiment les sénateurs. Cette mesure a toutefois peu de chances de passer, le marché français des télécoms étant structuré depuis des années sur des offres abondantes en données et parmi les moins chères d’Europe.

Le déploiement de la 5G en attente

Concernant les réseaux télécoms, responsables de 5% de l’empreinte carbone totale du numérique, les sénateurs veulent poursuivre l’équipement de tout le territoire en fibre optique, mais réservent leur avis sur la nouvelle génération de réseaux mobile 5G, qui va entraîner une hausse de la consommation de données et un renouvellement des terminaux, dans l’attente d’une évaluation de son impact environnemental. La ministre de la transition écologique Élisabeth Borne et le ministre de la Santé Olivier Véran ont envoyé une lettre au premier ministre demandant d’attendre une évaluation des effets sanitaires et environnementaux de la 5G avant de déployer ce nouveau réseau.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X