Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Aéronautique, spatial

Cannes : La start-up azuréenne O’Sol signe un accord avec le CNES

Publié

le

La start-up cannoise O’sol, qui développe une solution solaire photovoltaïque innovante pour des applications itinérantes et/ou temporaires, vient de signer un accord avec le CNES, le Centre National d’Etudes Spatiales, basé à Toulouse pour mettre en œuvre une étude technique visant à déployer les générateurs d’O’Sol dans le secteur spatial. Le CNES souhaiterait en effet décliner cette solution énergétique sur ses nano satellites.

Une solution énergétique autonome
Entre la jeune pousse, fondée en 2016 par Idriss Sisaïd et Enrique Garcia Bourne, et le CNES, c’est une longue histoire qui remonte à 2014. A l’époque, les deux fondateurs d’O’Sol, alors ingénieurs, sont lauréats d’Act in Space, un concours porté par le CNES. Depuis, leur projet a donné naissance à la start-up et au dépôt d’un brevet technologique pour une solution énergétique solaire, mobile et autonome, grâce notamment au soutien de l’incubateur Paca-Est.
Baptisé Kino, le générateur d’O’Sol produit de l’énergie (puissance de 120Wc à 1kWc) pour un usage immédiat ou pour être stocké dans leurs batteries. Il peut également être interconnecté pour rapidement créer un mini-réseau électrique. Ressemblant à une fleur de tournesol, le générateur déploie automatiquement ses panneaux photovoltaïques et les oriente vers le Soleil, il peut être aussi piloté à distance.

Simple, robuste et fiable
Les premiers utilisateurs de la solution d’O’Sol, ce sont les professionnels des interventions temporaires et urgentistes (interventions humanitaires et militaires, mais également expéditions et événements temporaires). Ils nécessitent une source d’énergie pour alimenter leurs équipements, allant des téléphones et ordinateurs portables aux réfrigérateurs, projecteurs et sonorisations. Ils cherchent des sources d’énergie mobiles, simples d’utilisation, robustes et fiables.
Le générateur d’O’Sol se différencie de ses deux principaux concurrents: les groupes électrogènes d’un côté, et les systèmes solaires classiques de l’autre. Il a plus de mobilité, de simplicité et de flexibilité que les systèmes solaires traditionnels, tandis que contrairement aux groupes électrogènes il ne nécessite pas de carburant, n’émet pas de gaz d’échappement et nécessite moins de maintenance.

 

En 2019, mise sur le marché du générateur solaire Kino
Si la collaboration avec le CNES représente une belle reconnaissance pour O’Sol, l’entreprise n’en perd par de vue son objectif majeur : la mise sur le marché de son générateur solaire.
Pour l’heure, deux prototypes opérationnels, d’un diamètre respectif de 1m et 3,5m, ont été mis au point sur fonds propres. D’ici fin 2018, la jeune pousse se concentre sur le développement d’un Minimum Viable Product (MVP) et compte lancer son produit dès 2019, sur le marché français en premier. L’entreprise envisage également d’effectuer une levée de fonds en début d’année prochaine pour lancer la production de ses hélices solaires.
Enfin, toujours dans les objectifs, l’équipe d’O’Sol devrait se renforcer, passant de 6 collaborateurs à fin 2018, à 9 d’ici fin 2019.

http://osol.fr/

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aéronautique, spatial

[VIDEO] BookmyHelo, et Air Space Drone lancent “Mobilités dans l’air”, une association qui veut fédérer les acteurs régionaux de la Mobilité

Publié

le

Alors que les transports restent problématiques dans de nombreuses villes, la mobilité est au cœur des projets de villes intelligentes ou “smart city”. Embouteillages, fréquentation dans les transports en commun, mise en place de systèmes de vélo ou de voitures en libre-service… dans les villes, de nombreux problèmes sont liés aux mobilités. Résultat : les responsables des différentes villes s’adaptent lorsqu’ils pensent leur plan de déplacement ou modifient la circulation. Pour résoudre les problèmes de transports, les métropoles doivent désormais optimiser aux mieux les différents modes de transports y compris aériens. 

‘’Mobilités dans l’air’’… du temps !
L’association ‘’Mobilités dans l’air’’, « dans l’air du temps » précisent ses fondateurs car la mobilité aérienne, celle de la 3ème dimension est bien dans l’air du temps, a pour objectif de démocratiser la mobilité, aérienne ou terrestre, aussi bien pour les biens que les personnes. Au travers de cette  structure, créée fin 2018 par Vincent Kieffer, fondateur et président de BookmyHelo, et Françoise Derout, présidente d’Air Space Drone, c’est de mobilité dans sa globalité dont il est surtout question.
En créant sa start-up BookmyHelo, Vincent Kieffer a pour ambition de faire de l’hélicoptère un moyen de déplacement adapté aux contraintes, notamment pour des utilisations professionnelles. Quant aux deux fondateurs d’Air Space Drone, Françoise Derout, présidente et Alain Bascoulergue, directeur général, ils dirigent l’une des sociétés axée vers l’usage des drones les plus prometteuses du secteur. Ce sont ces nouveaux usages et ces nouveaux défis qui ont incité les dirigeants de ces deux start-up à unir leur force et leur vision pour faire peser le sujet de la mobilité aérienne sur celui de la mobilité tout court. ‘’Mobilités dans l’air’’ se veut l’outil fédérateur de tous les acteurs régionaux de la mobilité, celui qui réunit les savoirs et les savoir-faire des entreprises, celui qui permettre de sensibiliser les politiques d’autant plus que les trois dirigeants associés déplorent que l’Europe qui se fédère autour de cette ”Urban Air Mobility” n’ait pas pris la Région Sud en référence sur la carte européenne de la mobilité, malgré l’implantation de grands noms de l’aéronautique.  

VIDEO  / Alain Bascoulergue directeur général de l’association  explique le principe de ‘’Mobilités dans l’air’’ et ses objectifs.


Un sommet européen à Marseille
Créée il y a seulement quelques mois, ‘’Mobilité dans l’air’’ envisage déjà d’organiser un gros événement, un sommet européen, l’Urban Air Mobility European Summit, dont la date est fixée au 22 mars prochain à Marseille. Pour les organisateurs, cet événement doit marquer les esprits et permettre que la région Sud et ses métropoles, au vu de leurs atouts, soit entendu par les politiques et les technocrates européens sur le sujet de la mobilité aérienne.
De quoi sera fait notre futur urbain ? Comment allons-nous nous déplacer ? Comment gérer les différents types de trafic ? Quels sont les outils de gestion à développer ? Ce sont autant de questions sur lesquelles les différents intervenants du Sommet européen auront à ‘’plancher’’ !  Il sera à la fois question de smart city et de comment penser la ville et les transports de demain. Il sera aussi question de montrer et démontrer aux utilisateurs potentiels que c’est possible car on évoque un sujet qui ne se concrétisera que dans quelques décennies! .

VIDEO / Vincent Kieffer, président, dévoile les grandes lignes de l’Urban Air Mobility European Summit prévu le 22 mars à Marseille.

Facebook Comments
Lire la suite

Aéronautique, spatial

[Livres Blancs] Parutions de deux nouveaux livres sur l’optronique et la stratégie d’employee advocacy BtoB

Publié

le

C’est noël avant l’heure !

Nexvision (Marseille) et Sociallymap (Gardanne) viennent de sortir deux livres blancs : “Optronique, comprendre l’essentiel“(version FR à télécharger ici, ou EN ici ) et “Stratégie d’Employee Advocacy BtoB : de la construction au pilotage” (à télécharger ici).

Pour rappel, Nexvision est une société spécialisée dans la conception de systèmes de vision, principalement pour les marchés aéronautique, défense et médical et Sociallymap édite un logiciel qui permet d’industrialiser votre stratégie d’Employee Advocacy, de Social Selling, de Veille et d’Automatisation des publications sur les réseaux sociaux.

A propos du livre blanc “Optronique : comprendre l’essentiel”

S’adresse à :

Directeur innovation

Pitch :

Avec l’évolution de la technologie (puissance des processeurs, miniaturisation des composants, …), il est aujourd’hui possible de réaliser des applications toujours plus poussées à partir de systèmes de vision : détection, tracking, reconnaissance, mesure de l’environnement, reconstruction 3D … Cela ouvre un champ des possibles inouï dans de nombreux domaines : aéronautique, spatial, défense & sécurité, industrie, transport (notamment avec les véhicules autonomes), médical.
Cette première version de livre blanc a été conçue comme un guide pragmatique qui a pour objectif de vous inspirer mais surtout de vous faire comprendre les concepts de base des systèmes optroniques afin de vous aider à mieux appréhender les points clés si vous avez besoin de faire développer un système de vision.

 

A propos du livre blanc : “Stratégie d’Employee advocacy”

S’adresse à :

Responsable Marketing, responsable innovation

Pitch :

Les entreprises cherchent de plus en plus de visibilité sur le web en mettant en place toute sorte de stratégies, souvent chronophages. Alors pourquoi ne pas utiliser le levier le plus puissant que vous avez en votre possession ? Vos collaborateurs !

Après avoir lu ce livre blanc, vous maîtriserez les différentes étapes à suivre pour mettre en place une stratégie d’Employee Advocacy au service du développement de votre entreprise. De la construction au pilotage en passant par la phase de déploiement, nous vous expliquons toutes les étapes pour y parvenir. En bonus, la checklist ultime de l’Employee Advocacy !

Facebook Comments
Lire la suite

Aéronautique, spatial

Thales repousse la finalisation du rachat de Gemalto au premier trimestre 2019

Publié

le

Le rachat de Gemalto par Thales devrait être finalisé au premier trimestre 2019 et non plus avant fin 2018, a annoncé le groupe technologique le 11 octobre dernier en faisant le point sur l’avancement de l’opération. Les deux groupes soulignent que leur projet de rapprochement se déroule de manière satisfaisante. 6 des 14 autorisations réglementaires requises ont déjà été obtenues, et les démarches en vue d’obtenir les 8 autres avancent bien.
Thales et Gemalto discutent avec certaines autorités de concurrence de mesures correctives pour répondre à leurs préoccupations relatives au marché des modules matériels de sécurité à usage général (GP HSM – General Purpose Hardware Security Modules)”, précisent-ils. Ils sollicitent ainsi des autorisations règlementaires auprès des autorités de concurrence compétentes en Afrique du Sud, en Australie, aux Etats-Unis, au Mexique, en Nouvelle-Zélande, en Russie, et auprès de l’Union Européenne. La date limite pour réaliser l’opération de rachat est fixée au 31 mars 2019.
Thales avait annoncé en décembre 2017 son projet de rachat pour 4,8 milliards d’euros de Gemalto, également convoité par la SSII Atos, afin de se renforcer dans le traitement et la protection des données, un secteur stratégique pour les géants de la technologie et des industries comme l’aérospatiale et la défense.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X