Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Logiciels, applications

Calinda Software publie un livre blanc sur la signature électronique dans la vente

CALINDA SOFTWARE, éditeur de logiciels destinés au développement de la performance des organisations édite son premier livre blanc sur la signature électronique à destination des entreprises qui souhaitent accélérer leur processus de vente et faciliter leur gestion administrative.

Publié

le

Calinda Software, éditeur marseillais de logiciels destinés au développement de la performance des organisations, dont fait partie la signature électronique de contrats commerciaux, édite son premier livre blanc sur le sujet à destination des entreprises qui souhaitent accélérer leur processus de vente et faciliter leur gestion administrative.

A l’heure où une part croissante des accords se concluent au quotidien par courriel, les organisations courent un risque juridique significatif. En effet, la cour de cassation a déjà annulé à partir de 2006 des contrats signés puis scannés et à partir de 2010 des accords donnés par simples messages électroniques archivés. Les entreprises cumulent ainsi les coûts et les contraintes administratives des méthodes traditionnelles avec un risque juridique qui croît à mesure que leurs salariés utilisent en toute bonne foi les nouveaux outils pour conduire des transactions en réalité viciées.
Consciente que la signature électronique constitue à cet égard un atout considérable pour les sociétés, mais qu’elle restait mal comprise et sous-exploitée, Calinda Software a pris le parti de regrouper et de faire la synthèse de l’état de l’art en la matière, dans un document accessible à tous les professionnels du commerce.
« Nous avons édité ce livre blanc pour donner toutes les informations nécessaires aux entreprises qui
se posent la question de la validité et de la nécessité de la signature électronique dans leur
environnement professionnel. Il est conçu pour permettre au lecteur d’économiser des dizaines
d’heures de recherche, indispensables pour préparer et conduire avec succès un projet de signature
électronique », explique Alexandre Mermod, CEO chez Calinda Software.

Avec l’aide d’une avocate spécialisée dans ce domaine, Calinda Software livre également dans cet ouvrage un grand nombre d’éléments juridiques, essentiels pour comprendre et expliquer aux décideurs la valeur probante de la signature électronique.

Les thèmes abordés  vont des applications de la signature électronique dans les métiers de la vente, à son cadre juridique, en passant par les aspects techniques, technologiques et financiers :
· Les contextes dans lesquels les commerciaux peuvent utiliser ce procédé
· Les types de signature disponibles : en ligne, sur tablette tactile, par mail et les techniques
associées
· Les gains et le retour sur investissement de la signature électronique
· Le cadre juridique de la signature électronique : les articles de loi, les décrets, les règlements
français et européens et les jurisprudences
· Quelques pistes pour cadrer votre projet

http://www.calindasoftware.com/fr

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cluster, association

Secteur IT : plus de 4% de croissance en 2018 grâce aux SMACS, selon Syntec Numérique

Porté par le cloud et la sécurité, le secteur du logiciel et des services informatiques en France a gagné 3,9% en 2017. Les 4,2% seraient atteints en 2018.

Publié

le

Le secteur IT et numérique en France se porte bien, merci pour lui ! Le secteur du logiciel et des services informatiques en France a gagné 3,9% en 2017 à 54,1 milliards d’euros. C’est le taux de croissance le plus élevé depuis 2008, année où le secteur avait enregistré une croissance de l’ordre de 6%.
En 2018, il devrait croître de 4,2% pour atteindre 56,4 milliards d’euros, rapporte Syntec Numérique, l’organisation qui représente 2000 entreprises de services du numérique (ESN), éditeurs de logiciels et sociétés de conseil en technologies.

« L’accélération de la croissance a été porté par les projets en transformation numérique et mise en conformité RGPD », a expliqué Godefroy de Bentzmann, président du Syntec Numérique, à l’occasion d’un point presse le 14 juin dernier à Paris. « Le moral est bon et, pour 2018, on table sur une croissance qui va augmenter notamment grâce aux SMAC (réseaux sociaux, mobile, analytique et cloud) ».

Dans le détail : l’édition de logiciels, qui représente 22% du marché, affiche à nouveau la plus forte croissance. Le segment a progressé de 5,2% en 2017 et devrait gagner 5,5% en 2018. Le SaaS est le principal moteur de croissance des éditeurs.
Le conseil en technologies (17% du marché) a gagné 4,7% en 2017. Cette année, l’activité pourrait afficher une croissance supérieure à 5%. Grâce à la transformation du modèle d’affaires de clients industriels et à des offres globales (matériel, logiciels, services).
Enfin, le domaine du conseil et des services informatiques génère à lui seul 61% des revenus du secteur. La croissance est moins marquée, mais bien au rendez-vous. Ainsi, les services IT affichent une hausse de 3,2% en 2017 (+3,5% attendus en 2018).

SMACS : 91% de la croissance
On notera qu’en 2018, 91% de la croissance du secteur de logiciels et services (hors conseil en technologies), soit 1,6 milliard d’euros, viendra des SMACS (pour Social, Mobility, Analytics, Cloud & Security), ces technologies à la base des projets dits de transformation numérique. Les SMACS enregistreront 16% de croissance en 2018 pour atteindre 11,8 milliards de dépenses, soit un quart du marché total des logiciels et services. Les dépenses associées aux environnements traditionnels ne progresseront pour leur part que de 163 millions.
Par ailleurs, la mise en conformité au Règlement général sur la protection des données (RGPD) représenterait, selon IDC France, environ 1 milliard d’euros de dépenses en logiciels et services IT par les entreprises (contre 671 M€ en 2017).

Enfin, le secteur a créé 13 410 nouveaux postes l’an dernier et les recrutements sont élevés dans un domaine qui emploie 70% de cadres. Syntec Numérique estime que le secteur devrait créer entre 55 000 et 60 000 recrutements de cadres cette année, soit a minima autant qu’en 2017 (55 240). Sur l’année écoulée, on notera cependant une petite déception concernant le niveau de création nette d’emplois cadre du secteur IT qui a légèrement reculé par rapport à 2016 en passant de 13 790 à 13 410 d’après les chiffres de Syntec Numérique et de l’Apec.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Marseille : onTracks boucle une levée de fonds de 1 M€ pour commercialiser ses montres connectées intuitives

La start-up marseillaise va pouvoir développer et commercialiser sa montre connectée pour sportifs outdoor avant la fin de l’année.

Publié

le

C’est une première levée de fonds réussie que la start-up marseillaise onTracks vient de boucler pour un montant d’un million d’euros. Un tour de table réalisée auprès de Paca Investissement (fonds créé par la Région avec le soutien financier de l’Europe et géré par Turenne Capital), du Crédit Agricole Alpes Provence via sa filiale CAAP Création, de BPI France, Grand Delta Angels, PFactory et de Business Angels privés. Avec cette levée, onTracks souhaite accélérer le développement de son produit et soutenir sa commercialisation prochaine.

Une montre connectée ‘’outdoor’’
Fondée en 2016 par Philippe Leca, onTracks a mis au point une solution de guidage intuitive via une montre connectée, déclinée en deux bracelets portés à chaque poignet, qui permet de suivre un parcours sans carte ni assistance vocale. Concrètement, les utilisateurs doivent renseigner leurs parcours dans l’application, puis se laisser guider par les vibrations émises par les deux bracelets portés aux poignets et connectés au smartphone. Par exemple, s’il faut tourner à droite, le bracelet situé sur le poignet droit vibre et émet des signaux lumineux. C’est le même principe pour la gauche. Les bracelets sont en plus dotés d’un écran afin de compléter l’information si nécessaire.
Avec cette solution, onTracks s’adresse aux sportifs outdoors (VTT, trail, running, randonnée…), aux citadins qui circulent en motos, scooters, vélos et aux piétons qui effectuent des visites touristiques urbaines.

Une commercialisation avant le CES de Las Vegas 2019
Si des prototypes de montres connectées sont encore en cours de tests au Pôle Sport de Luminy à Marseille, la mise sur le marché n’en est pas moins prévue ; ce sera pour le mois d’octobre prochain au prix de 179 euros TTC dans les magasins spécialisés dans les activités sportives de plein air.
onTracks compte également accompagner le lancement de sa montre connectée avec une campagne de crowdfunding d’un montant de 50 000 euros sur Kickstarter à partir de fin juin. Il sera alors possible de précommander la montre OnTracks à prix préférentiel ! La campagne est aussi une façon d’apporter de la notoriété et de l’attraction, estime son dirigeant et d’entendre le retour des premiers clients utilisateurs. Elle est aussi utile pour servir d’une des ambitions de la jeune pousse qui est l’international…cela passera entre autre par le prochain CES de Las Vegas, en janvier 2019, pour lequel les 8 collaborateurs de onTracks se préparent déjà ! Le CES est une place incomparable pour toucher des marchés internationaux et pas que nord-américains. OnTracks y était en 2017 mais avait intelligemment et stratégiquement fait l’impasse en 2018, pour mieux être prêt en 2019 !

Facebook Comments
Lire la suite

Big Data

Istres : La ville digitalise ses 600 commerces afin de dynamiser son centre-ville. Une première en France !

La municipalité s’est dotée d’une application multi-facettes développée par une jeune start-up de Venelles et adaptée aux différents challenges de l’économie de proximité.

Publié

le

Depuis le 12 juin, les 45 000 habitants d’Istres (13) et les 600 commerçants, disposent d’un nouvel outil numérique inédit qui doit répondre aux nouveaux modes et besoins de consommation de chacun et doit permettre au commerce local de dynamiser son offre et améliorer sa visibilité. Les commerçants doivent intégrer les nouveaux modes de consommation s’ils veulent survivre, prospérer, sauvegarder et générer des emplois locaux à l’ère du numérique.
Soucieuse d’accompagner ces changements et de soutenir l’offre commerciale de proximité, la municipalité d’Istres a noué un partenariat avec une start-up implantée à Venelles (13) et spécialisée dans la digitalisation des commerces de proximité, Hexa Solutions, afin de déployer en marque blanche une application mobile, « Istres Commerces », entièrement dédiée au commerce istréen. Ce nouveau service, une première en France, s’inscrit pleinement dans la démarche menée par la ville d’Istres pour devenir une ’’ville numérique’’.

L’offre commerciale locale dans une application
9 mois de co-développement ont été nécessaires, entre la start-up, les services compétents de la ville (DSI, Communication, Tourisme…), les managers de centre-ville et l’association des commerçants « Les boutiques d’Istres », impliquée dès le début dans la mise en œuvre du projet.
L’application « Istres commerces » propose à tous les istréens (et plus généralement à tous les utilisateurs) d’avoir toute l’offre commerciale locale dans leur smartphone. Téléchargeable gratuitement sur Google Play Store et l’App Store, « Istres commerces » permet en quelques clics de : géolocaliser facilement tous les commerces istréens, de vérifier leurs horaires d’ouverture, de découvrir leurs bons plans… ou tout simplement de trouver la bonne adresse, le bon service au gré de toutes nos envies.

Une visibilité gratuite pour les commerçants istréens
Pour tous les commerçants, l’application « Istres Commerces » propose gratuitement un environnement simple d’administration en ligne, une console de gestion grâce à laquelle ils peuvent mettre à jour leurs informations, promouvoir en ligne leur commerce mais aussi communiquer / échanger avec d’autres commerçants. Les commerçants peuvent ainsi digitaliser leur relation client. D’autres fonctionnalités supplémentaires (disponibles uniquement par abonnement) seront déployées graduellement : Publication de bons plans et actualités, Click and réserve, Carte de fidélité dématérialisée, Prise de rendez-vous…
Tous les commerçants istréens ont été invités, par le Maire d’Istres François
Bernardini, à suivre des sessions de découverte et de formation aux fonctionnalités de l’application.

Quant à la jeune start-up Hexa Solutions qui compte 7 collaborateurs est en discussion et négociations avec plusieurs villes de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (entre 50k et 150k habitants) pour des déploiements en 2018.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X