Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

French Tech

Avignon : La French Tech Culture signe avec Microsoft

Impulsée la “French Tech Culture” labellisée officiellement il y a dix jours, vient de signer un partenariat avec Microsoft.

Publié

le

Impulsée par Avignon et recouvrant un territoire qui associe Nîmes, Arles, Vaison-la-Romaine, Carpentras, Monteux, le Luberon et le Gard rhodanien, la “French Tech Culture” labellisée officiellement la semaine dernière, vient de signer un partenariat avec Microsoft.

Ainsi, après avoir signé un partenariat avec Orange, c’est cette fois le géant américain Microsoft qui vient de signer un partenariat avec le dispositif. peut se targuer d’intégrer neuf festivals internationaux qui attirent 2 millions de spectateurs français et étrangers. 

Microsoft, accélérateur d’accélérateurs

« Microsoft a un réseau mondial d’accélérateurs de start-ups, a expliqué Paul Hermelin, PDG de Cap Gemini, président de la French Tech Culture  et conseiller municipal avignonnais chargé de l’attractivité économique. « C’est un très grand de la technologie qui s’engage à nos côtés pour trois ans. »  Un engagement qui va se matérialiser de deux manières, note le président de Microsoft France Alain Crozier : « nous allons mettre à disposition des moyens techniques et de savoir-faire », mais pas seulement. « Il y aura aussi une possibilité pour les start-ups de bénéficier d’un réseau mondial, poursuit le président de Microsoft France. Nous allons mettre à disposition notre expérience de premier plan sur les thématiques entrepreneuriales et techniques. » Le géant de Redmond s’est aussi engagé à envoyer des spécialistes pour connecter l’accélérateur avignonnais et son propre réseau.

A ce jour, le projet avignonnais est le seul aidé par Microsoft. Un projet qui démarre sur les chapeaux de roues, et ce dès maintenant, avec le Festival d’Avignon. En effet, la French Tech Culture sera largement présente et lance notamment un « Living lab » dont le principe est simple : faire du festival un laboratoire géant pour tester les technologies de demain.

Une première mondiale au Festival

Pour le directeur délégué du Festival Paul Rondin, « il est important de pouvoir montrer à quel point le numérique est aussi une révolution culturelle. Le numérique et la culture ne sont pas concurrents, mais complémentaires. » Ainsi, le robot Uby, développé par Orange, et sera les yeux et les oreilles d’enfants hospitalisés ou encore du public du café Europa de Mons, en Belgique. Encore plus impressionnant, le 69e Festival sera le théâtre d’une première mondiale avec les lunettes connectées de Théâtre in Paris, des lunettes en réalité augmentée permettant une traduction en temps réel via des sous titres pour permettre à des spectateurs étrangers ou malentendants de suivre les pièces.

En tout, sept start-ups seront présentes pour ce « living lab », dont les résultats seront analysés dans les détails par l’Université d’Avignon.

En attendant, les ministres de l’Economie Emmanuel Macron et de la Culture Fleur Pellerin sont passés ce dimanche à Avignon pour officialiser l’attribution du label à la Cité des Papes.

 

Facebook Comments

Economie numérique

French Tech : Kat Borlongan a dévoilé sa feuille de route au Web2Day de Nantes

Publié

le

Nommée à la fin du mois de mai à la tête de la Mission nationale French TechKat Borlongan, la nouvelle directrice, n’a pas perdu de temps ! Deux semaines après son intronisation, elle a dévoilé sa feuille de route mercredi 13 juin lors du Web2Day à Nantes : priorité aux scale-up, à l’international, à la diversité et au contact avec le terrain.
C’est le mandat de la transition. On passe de l’idée de favoriser la création et l’émergence de start-up à leur envol et leur internationalisation.

Priorité numéro une, les scale-up !
La priorité numéro une, c’est l’essor des scale-up, ces start-up qui ont trouvé le “Product-Market-Fit*” et qui doivent maintenant s’internationaliser plus vite et le plus loin possible. Mais pas question pour autant de délaisser les start-up en phase d’amorçage. « La French Tech a déjà beaucoup investi dans l’early stage et aujourd’hui, c’est au moment de la série C que l’on constate les plus grandes difficultés pour les entreprises françaises en termes de management, d’internationalisation… Nous devons ouvrir des marchés pour nos scale-up, en favorisant les partenariats avec des corporates », a expliqué Kat Borlongan. Pour la jeune directrice, également chef d’entreprise, les scale-up sont créatrices d’emplois et c’est une nouvelle force à la fois pour l’économie et aussi d’une certaine manière pour la société parce que, qu’on le veuille ou pas, elles changent beaucoup de nos habitudes !

Croissance à l’international
C’est le deuxième axe, comment faire en sorte que les start-up aient accès à un plus grand marché : comment développer déjà son marché domestique et faire ‘’qu’elles aient envie de s’internationaliser très tôt et que ça marche.’’ Pour cela, le réseau de hubs internationaux sera renforcé, « Nous voulons nous ouvrir encore plus grand à la communauté French Tech disséminée à travers le monde, pour la rendre plus inclusive et diverse », a ainsi prôné Kat Borlongan.
L’action de la French Tech sera d’aider les start-up à se projeter vers l’international très tôt dans leur développement. ’’Il est essentiel que les fondateurs aient plus de culot’’. Aujourd’hui, il existe plusieurs programmes spécifiques (French Tech Visa, Pass French Tech, French Tech Central, Fonds French Tech Accélération, …), ‘’il faut les utiliser ou utiliser de nouveaux programmes, les améliorer et les adapter au service de cette stratégie-là’’.

Une French Tech plus diverse

Kat Borlongan ne veut pas d’une French Tech de l’élite. Le sujet d’inclusion est extrêmement important à ses yeux. La nouvelle directrice de la French Tech l’a répété à plusieurs reprises : la diversité doit être partie intégrante du projet de la mission dont elle a pris les rênes. Et elle compte bien aider les entrepreneurs à élargir le champ de leurs possibles, quels que soient leur origine, leur lieu de résidence ou leurs moyens. « S’il y a une barrière géographique ou financière qui empêche les meilleurs talents de faire ce qu’ils veulent faire, nous devons la lever », a ainsi souligné Kat Borlongan. Elle a d’ailleurs annoncé que le fonds dédié mis en place par la French Tech à l’échelle de la région Île-de-France sera doublé pour pouvoir couvrir tout le territoire national.

Garder le contact avec le terrain
Pas question de se déconnecter de son écosystème si dynamique pour plonger dans les affres de l’administration. « L’idée est de faciliter les choses pour les startups. Pour cela, il faut être au courant de ce qui se passe dans nos entreprises pour régler les problèmes auxquels elles font face, même s’ils ne relèvent pas exactement de notre compétence au départ. »

En poste pour les trois prochaines années, la nouvelle directrice de la Mission French Tech à martelé son objectif : devenir l’un des écosystèmes de jeunes pousses les plus attractifs du monde. Kat Borlongan, veut permettre à l’écosystème français d’aller plus vite, plus loin, tout en étant plus accueillant.

*Adéquation parfaite entre le produit et son marché.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

Viva Tech : Mounir Mahjoubi trace la feuille de route de la French Tech avec à sa tête Kat Borlongan

Passer de l’éclosion à l’envol… C’est l’objectif de la French Tech pour l’écosystème des start-up françaises à l’horizon 2022.

Publié

le

Après avoir présenté le premier jour du salon, les cent mesures destinées à simplifier la vie des jeunes entrepreneurs, Mounir Mahjoubi a clôturé vendredi 25 mai la 3e édition de Viva Technology qui se tenait Porte de Versailles à Paris en annonçant les grandes orientations de la politique publique ‘’French Tech– Horizon 2022’’.
Lancée en novembre 2013 sous l’impulsion de Fleur Pellerin, alors ministre déléguée en charge des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique, la Mission French Tech se déploie aujourd’hui en 13 métropoles labellisées et 9 réseaux thématiques, 22 hubs à l’international et des programmes publics et privés ambitieux mais au succès variable. Il existe désormais une « culture start-up » en France, et l’emblème de La French Tech avec son coq en origami rose est largement répandu au sein de l’écosystème français de start-up.  ‘’La French Tech est le nom de famille des start-up françaises et de leur écosystème’’ souligne Mounir Mahjoubi.

 

Malgré ses nombreux atouts, le label French Tech connait depuis quelques mois ses premiers doutes. Les critiques pleuvent sur l’utilité et l’efficacité de la French Tech, un outil sous-financé, gangrené par les querelles d’ordre politique, et considéré en sérieuse « perte de vitesse » par de plus en plus d’entrepreneurs. Certains lobbys comme France Digitale et Terra Nova ont réclamé que la French Tech soit « libérée » de l’emprise de l’Etat et « rendue » à son écosystème (entrepreneurs, investisseurs, chercheurs), pour pouvoir mener des actions mieux financées et de plus grande envergure, ne plus être vue comme un organe public, et mieux répondre aux problématiques des start-up, notamment l’hyper-croissance et l’internationalisation.

Passer de l’éclosion à l’envol… C’est l’objectif à l’horizon 2022 ! 
Lors de son discours de clôture de Viva Technology, Mounir Mahjoubi a souligné que les enjeux de croissance et de consolidation que connait actuellement l’écosystème de start‐ups françaises nécessitaient un changement d’échelle et de nouveaux engagements. « Après l’éclosion, notre enjeu est désormais de faire s’envoler notre écosystème, en affirmant un état d’esprit, celui de la « Tech for Good », ou de la mise de notre action au service de la société ». L’ambition aujourd’hui est de faire de la French Tech l’écosystème start-up de référence en Europe. Voilà l’essence du projet ’’French Tech, Horizon 2022’’ que le ministre a dévoilé son projet et des nouvelles orientations destinées à amplifier l’action pour La French Tech et soutenir encore plus les scale-up, ces startups à très fort potentiel de croissance. Le projet ’’French Tech, Horizon 2022’’ s’articule autour de 3 thèmes majeurs pour favoriser l’émergence de champions internationaux :
1/ Le soutien aux acteurs de la «deep tech», ou start-ups à très forte intensité technologique. D’ores et déjà : une enveloppe annuelle de 70M€ a été dégagée, dans le fonds pour l’industrie et l’innovation, pour les start-ups de la deep tech;

2/ L’aide au recrutement des talents, qu’ils viennent de France ou de l’international. D’ores et déjà : les moyens alloués au programme « French Tech diversité » ont été doublés en 2018, et les conditions de recrutement au titre du « French Tech visa » assouplies au printemps.

3/ L’accompagnement en Europe et dans le monde, avec une ambition de création d’une véritable « Europe Tech », et une priorité donnée à la visibilité à l’international. D’ores et déjà : un nouvel indice « Next40 » des start-ups françaises les plus prometteuses a été annoncé ce jeudi, avec une première sélection attendue pour l’automne 2018

Kat Borlongan prend les rênes de la mission nationale French Tech
Cette nouvelle étape de la French Tech démarre avec la nomination de Kat Borlongan, la nouvelle directrice de la Mission French Tech. Kat Borlongan rejoint l’équipe après un parcours international et riche d’expériences d’abord chez Google, à l’Open Data Institute, chez Tech Stars, le CESE et puis comme entrepreneure depuis 5 ans avec le cabinet de conseil en Open Innovation Five by Five qu’elle a co-fondé et qui lui a permis d’accompagner de nombreux grands groupes. Entrepreneuse de 35 ans et passionnée des sujets d’innovation, elle aura à gérer plusieurs dossiers dont les 100 mesures annoncées à l’ouverture de Viva Tech par Mounir Mahjoubi. Elle aura aussi pour objectif de faire passer l’écosystème de start-up françaises dans sa deuxième phase : l’internationalisation.

Les prochaines dates des actions French Tech
Quatre échéances marqueront la French Tech ces prochains mois dont l’appel à projet pour le renouvellement des métropoles et hub French Tech. Son lancement attendu avant l’été est donc repoussé à l’automne. En septembre, la feuille de route détaillée sera présentée. Et en janvier 2019 sera organisé le 1er sommet annuel de la French Tech visant à rassembler tout l’écosystème national.

Facebook Comments
Lire la suite

French Tech

Eeworx, Linxo, Lumi’In et Traxens obtiennent le Pass French Tech

4 nouvelles start-up régionales rejoignent les 19 entreprises régionales ayant obtenu le Pass French Tech depuis le lancement du programme en 2015 .

Publié

le

4 nouvelles entreprises sont lauréates du Pass French Tech en Provence-Alpes-Côte d’Azur et obtiennent le Pass French Tech Promotion 2017-2018 : Eeworx, Linxo, Lumi’In et Traxens.
Ces 4 nouvelles start-up régionales rejoignent les 19 entreprises régionales ayant déjà obtenu le Pass French Tech depuis le lancement du programme en 2015 :
Avis Vérifiés, Coppernic, Inventy, Iprotego, Jaguar Network, Mapping Control, My Flying Box, Myxyty, Qwant, Teach on Mars, Alert Gasoil, Enogia, Matamax Industries, Optimum Tracker, Selerys, Biotech Dental Haliodx, Median Technologies et Provepharm.
La Promotion 2017-2018, qui est en cours de constitution, compte déjà 8 entreprises régionales (Qwant, Teach on Mars, Selerys, Median Technologies, Eeworx, Linxo, Lumi’In et Traxens). Ce résultat illustre la richesse et la diversité du tissu économique de la région, créateur de valeur et d’emplois.
Le Pass French Tech est un label attribué au niveau national pour un an aux entreprises innovantes en hyper croissance et à très fort potentiel de développement, notamment à l’international. Les entreprises doivent répondre à un dispositif particulièrement sélectif avec des critères très ambitieux de croissance du chiffre d’affaires et de rentabilité ou de levée de fonds. Les lauréates bénéficient d’une visibilité nationale et internationale accrue, de l’appartenance à une communauté d’excellence et d’un accès prioritaire et coordonné aux offres des partenaires du Pass French Tech : Business France, Bpifrance, DGE, INPI et UGAP.

EEWORX conçoit, développe et commercialise des applications et services numériques pour accompagner les entreprises dans la digitalisation de leurs métiers. Les solutions EEZYTRACE & EEZYAUDIT permettent de dématérialiser les opérations, la qualité, les contrôles sanitaires & la traçabilité soumis à la règlementation HACCP, et les audits de petites et grandes entreprises. www.eeworx.com

Le service LINXO, disponible sur le web et le mobile, aide les particuliers et les professionnels à mieux gérer leur argent pour mieux réaliser leurs projets et avoir plus de succès. Le service est distribué sous la marque LINXO et commercialisé auprès de partenaires : Fortuneo, BforBank, HSBC, MAIF, Bred, Crédit Agricole.
www.linxo.com

LUMI’IN apporte un service disruptif sur le marché de l’éclairage public, en fournissant des lampadaires autonomes (solaires, hybrides) plus propres, moins chers à l’achat et au fonctionnement.
www.lumi-in.fr

TRAXENS développe et exploite une solution globale qui fournit aux acteurs du transport multimodal des informations sur l’état physique ou légal provenant de tout type de vecteur de transport (conteneurs, wagons, chassis…) et leurs cargaisons, en quasi temps réel.
www.traxens.com

Plus d’information : www.monpassfrenchtechenpaca.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X