Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Logiciels, applications

Altersis rachète Valid’IT et se renforce dans les tests d’applications informatiques

Altersis rachète Valid’IT et se renforce dans les tests d’applications informatiques

Publié

le

Nouvelle opération de croissance externe pour la PME aixoise Altersis, qui fait l’acquisition de Valid’IT, entreprise implantée à proximité d’Orléans et dédiée aux tests numériques.

C’est la quatrième opération de rachat en quatre ans que réalise la société aixoise Altersis spécialisée dans les services numériques. Après la reprise en 2011 de Scopteam, une société lyonnaise experte dans les tests de performance et dans les tests de charge, de Paseosoft en 2012 dont la vocation est de faciliter les services de développement et d’exploitation de ses clients, et d’Aixlife début 2015, spécialisée en informatique et dans les prestations de services, c’est au tour de Valid’IT de rejoindre le groupe de Guy Puech.

Croissance externe et investissement de niches

Pour Altersis, cette acquisition s’inscrit dans le cadre de son développement dans l’expertise du test. Implantée à proximité d’Orléans, Valid’IT qui emploie une quinzaine de salariés, effectue des tests de performance numérique. Lors de la mise en ligne d’un nouveau site internet, et qui plus est un site e-commerce, Valid’IT vérifie qu’il réponde à la charge c’est-à-dire au nombre de visiteurs et au temps de réponse. Pour Altersis, cette nouvelle acquisition lui permet de poursuivre sa stratégie de croissance externe et répond aussi à la volonté de son patron d’investir sur de nouvelles niches.

Expert en tests informatiques

Créée à Aix en Provence par Guy Puech en 2008, Altersis travaille sur trois métiers différents : les services informatiques de proximité, l’ingénierie de bureau d’études et l’informatique technique et scientifique. Altersis compte parmi ses clients CMA CGM, Gemalto, Alstom Inside Secure, Areva, Cybernétix ou encore Scheider Electric. L’entreprise emploie 120 personnes et est présente à Aix-en-Provence, Sophia-Antipolis, Montpellier, et Paris, ainsi qu’à Prague, en République Tchèque par le biais de sa filiale. Altersis table sur un chiffre d’affaires supérieur à 10 M€ en 2015 contre 9 M€ réalisé en 2014.

 

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Allauch : Sportall, la nouvelle plateforme OTT arrive dès septembre sur le marché des médias sportifs

Publié

le

Présentée en avant-première au début de l ’année lors de la Global Sport Week, à Paris, la plateforme audiovisuelle numérique Sportall arrivera officiellement sur le marché français à la rentrée de septembre. Implantée à Allauch, aux portes de Marseille, et incubée à l’incubateur marseillais Belle-de-Mai, Sportall, qui finalise sa première levée de fonds, se positionne comme l’unique solution bout-en-bout pour la production, la promotion et la diffusion d’évènements sportifs pros et amateurs.

La plateforme OTT de tous les sports

Sportall n’est pas une chaîne de sport avec un flux continu : La plateforme OTT (« Over-the-top », sur internet) est gratuite et proposera en ligne des compétitions sportives en direct et accessibles en replay, des reportages ou des interviews. Les ayants droit sportifs (fédérations, marques, clubs, créateurs de contenus) utiliseront Sportall pour produire, promouvoir et diffuser mieux et à moindre coût leurs évènements sportifs en live et leurs vidéos (VOD, Replay, tutoriels…), avec toutes les fonctions nécessaires pour démultiplier et monétiser leur audience sur internet (sans les limites et contraintes de YouTube, Facebook et autres). De plus, l’application multi-écrans Sportall, à télécharger dans les stores dès sa sortie commerciale à la rentrée, permettra d’être connecter directement aux fans, en grande majorité des jeunes, et entretenir ainsi des relations directes avec eux. Grâce à Sportall, fédérations, clubs, associations, coaches, athlètes de tous les sports, vont pouvoir augmenter considérablement leur visibilité, dans un univers médiatique très largement dominé par les sports Premium.
‘’Il était temps qu’une solution, dotée des toutes dernières technologies et au modèle économique extrêmement flexible, s’attaque aux sports non premium », souligne le PDG de Sportall, Thierry Boudard‘’Il faut savoir que les fans de ces sports en manque de visibilité médiatique sont environ 10 millions en France et plus de 50 millions en Europe. C’est donc un marché très prometteur pour une solution qui rassemble tous ces sports dans une seule plateforme, et leurs fans dans une seule base d’utilisateurs‘’.
‘’Notre ambition est d’apporter un nouveau média du sport, avec un modèle économique permettant la diffusion et la monétisation tous les sports’’, conclut le PDG de Sportall.

Sportall propose le kit Sportall et crée le réseau Sportall Procasters

En complément de sa plateforme technologique, Sportall va plus loin en proposant depuis le début de l’année des outils et services de captation digitale légère et des fonctionnalités de promotion et de story telling avancées.
‘’La captation des images d’une compétition est un problème majeur pour les fédérations ou les organisateurs d’événements’’, explique Thierry Boudard. ‘’Grâce à la technologie, nous proposons des solutions légères et 5 à 6 fois moins chères que la production traditionnelle’’. Le coût s’élève entre 500 euros et 3 000 euros par journée avec la possibilité d’intégrer des commentaires. Le Kit Sportall est composé de produits de captation simples et utilisables par tous ; une mini-régie sans fil permettant de produire localement un flux en direct multi caméras, avec commentateurs, incrustations des scores, toutes les fonctionnalités pour de la captation vidéo sportive en Live. Ce kit a déjà permis de diffuser les évènements sportifs des premiers clients, faisant chacun plus de 50 000 vues sur YouTube.
Sportall a également créé son réseau national de vidéo production, le réseau Sportall Procasters, constitué de sociétés de production et de micro-entrepreneurs expérimentés dans la captation sportive, et équipés de la technologie Sportall. Ce réseau est capable de produire n’importe quel évènement sportif, partout en France, en s’adaptant au budget du client, et apporte toutes les compétences pour la production vidéo-sportive : cameramen, réalisateurs, monteurs, commentateurs.

Une vingtaine de sports disponibles sur l’application avant la fin de l’année 2020 

‘’Plus d’une dizaine de fédérations sportives ont déjà ou vont signer chez Sportall avant le lancement, et nous sommes également en discussions avancées avec des ligues professionnelles » indique Pierre Debleme, Directeur commercial et marketing de la start-up. Parmi elles, la fédération française de Natation, la fédération française de Lutte, l’AFTEQ, l’association française de Teqball et la fédération française de ski nautique et Wakeboard sont déjà clientes de Sportall. La Fédération Française de Lutte et Disciplines Associées a été la première à adopter la solution Sportall il y a quelques mois. « Le constat est simple aujourd’hui. Nous sommes délaissés par les médias traditionnels, fait remarquer Alain Bertholom, le Président de la Fédération Française de Lutte et Disciplines Associées.

Des athlètes de choix pour ambassadeurs

Aux côtés des fédérations, bon nombre d’athlètes français adhèrent aussi à la solution Sportall et n’hésitent pas à prêter leur image à la start-up. Malia Metella, ancienne championne de Natation, qui a remporté la médaille d’argent du 50 mètres nage libre aux Jeux olympiques d’été de 2004 est une des associées de la jeune pousse depuis le premier jour et est directement impliquée dans la préparation des JO à Paris. Ont également rejoint les rangs de Sportall, en tant qu’ambassadeurs : Manon Costard, Championne du Monde de ski nautique ; Djihène Abdelilah, championne du monde de grappling NoGi 2015 ; Nathan Paulin, slackliner et spécialiste de la highline ; Hugo Tormento, Swimrunner ; Pauline Déroulède, championne en tennis fauteuil ou encore Morgan Bourc’his, Triple Champion du Monde de plongée en apnée.

Un modèle économique vertueux

Financée par la publicité via une régie extérieure, le business-modèle est résolument tourné vers le fan qui aura accès à l’appli gratuite, et qui pourra potentiellement s’abonner à une version premium pour plus de contenus, plus de fonctionnalités, et moins de pubs.
Pour les ayant droits, c’est un véritable cercle vertueux que propose Sportall avec une formule simple et commune à tous les sports et un partage des revenus à la clé. Agréger, mutualiser, monétiser. Telle est la recette Sportall.
www.sportall.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Nice : 1Check innove et lance MAX, un nouvel assistant client multilingue et sans contact au service des hôteliers

Publié

le

Alors que le BYOD (Bring Your Own Device), en français PAP pour « Prenez vos Appareils Personnels » revient en force dans les différents secteurs de l’hôtellerie, l’entreprise niçoise 1Check,  éditrice de solutions digitales dédiées à la gestion hôtelière depuis 2012, lance MAX (Multilingue Assistance eXperience), une innovation majeure qui permet au client d’effectuer une demande sans contact (technologie NFC –  Near Field Communication) pour une maintenance, un service housekeeping, un room service, un bagagiste, etc…et ce, sans avoir besoin de télécharger une application.

Comment ça marche !

Concrètement, l’hôtelier dispose dans la chambre un chevalet ou un support en plexiglas équipé d’un tag radio-identification et d’un QR code. Le client n’a qu’à approcher son smartphone pour effectuer une demande de services proposés par l’hôtelier  depuis sa chambre, sans contact et quelle que soit l’heure : besoin d’un fer à repasser, de serviettes, problème d’ampoule, besoin d’un bagagiste, accès à la carte room service, préparer la facture… Le plus : la page web s’affiche dans la langue du client. Une prouesse technologique permise grâce à une base de données enrichie sur mesure selon les nationalités accueillies par l’hôtelier. Actuellement, l’assistant connecté propose une dizaine de langues.
Lorsque un client émet une demande, la personne préposée reçoit une notification ‘’push’’ sur son application et/ou par sms et email. Chaque demande est horodatée, de même que tous les évènements postérieurs liés à cette demande pour permettre une vérification et un suivi complet. De son côté, le client est notifié par sms de l’avancement de sa requête. En cas d’absence de réponse du personnel préposé, la demande est renvoyée au niveau supérieur et/ou à un autre service. Ainsi, si le bagagiste n’est pas monté dans les 10 minutes, la réception ou le concierge est alerté et peut diligenter une autre personne afin d’aider le client à descendre ses bagages, par exemple.

A la conquête de la satisfaction client

MAX représente à n’en pas douter un bon en avant dans l’éternelle conquête de la satisfaction client des professionnels de l’hôtellerie. A cela se greffe le contexte économique post-Covid avec ses procédures pesantes pour le secteur de l’hôtellerie ; alléger les plannings d’intervention des équipes internes et du management, limiter les passages en réception pour le strict nécessaire et réduire la circulation de documents entre collaborateurs tout en assurant la traçabilité représentent autant d’opérations essentielles pour tout dirigeant d’un établissement hôtelier.
1Check avait déjà simplifié le quotidien des professionnels de l’hébergement (hôtellerie principalement, mais aussi campings ou résidences de santé ) grâce à des applications métiers disponibles sur tablettes tactiles ou chariots et cette fois, c’est au tour des clients de bénéficier de ce savoir-faire technologique grâce à MAX.
’Avec un retour d’expérience de plus de 3 millions de tâches gérées au sein des établissements de nos clients, dont un grand nombre émanent des demandes clients et concernent leurs demandes courantes, il nous paraissait évident et utile de pouvoir mettre en relation directe les intervenants et le client de façon simple et rapide depuis sa chambre, avec tous les bénéfices associés dont la réactivité et traçabilité’’ explique Pierre Lafon, président de 1Check.
Déjà lauréate en 2016 du Prix international de l’innovation décerné par le Global Lodging Forum pour son dispositif de chariots connectés à usage des femmes de chambre, 1Check entend développer l’assistant multilingue MAX en France et à l’international et prévoit son déploiement au sein d’une cinquantaine de sites en France d’ici la fin de l’année, pour une expérience client optimisée au max.
www.1check.com

Facebook Comments
Lire la suite

BioTech, MedTech

Sophia-Antipolis : Whoog fusionne avec la start-up medGo pour répondre aux défis RH de l’hôpital de demain

Publié

le

Ce sont deux acteurs majeurs dans la gestion des remplacements, les start-up Whoog et medGo, qui ont décidé de fusionner leurs activités sous la même entité : Hublo avec l’objectif de servir une mission commune : améliorer le quotidien des professionnels de santé et répondre aux défis RH de l’hôpital de demain. Leur rapprochement stratégique avait été évoqué avant la crise du Covid-19, mais cette dernière a accéléré le projet des deux start-up de travailler ensemble à l’amélioration de la qualité de travail des professionnels de santé.
Implantée à Sophia-Antipolis, Whoog a développé la 1ère solution numérique de gestion des remplacements basée sur le volontariat du personnel, en partenariat avec le CHU de Montpellier. Whoog a ensuite établi des partenariats avec 19 CHU.
De son coté, medGo propose une solution de pilotage des absences et des remplacements de personnel, disponible depuis février 2017. A ce jour, la start-up parisienne a convaincu plus de 1300 hôpitaux, cliniques et EHPAD, parmi lesquels les Hospices civils de Lyon, plus de 20 Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT), et les groupes privés ELSAN, Ramsay Sant é, Vivalto, Korian…

Deux start-up concurrentes à l’efficacité démontrée

Concurrentes, les deux solutions digitales ont démontré leur efficacité ces dernières années, avec : + de 1500 établissements utilisateurs et + de 5 000 missions de remplacement lancées en moyenne chaque jour. Une efficacité qui s’est confirmée pendant la crise sanitaire du Covid19 : medGo et Whoog ont mobilisé leurs technologies et leurs équipes afin de construire avec 11 Agences Régionales de Santé une plateforme de renfort qui a permis de mobiliser plus 60.000 professionnels volontaires en 2 mois, auxquels ont eu accès plus de 6.000 établissements sanitaires et médico-sociaux. Les ARS ont salué l’ampleur et le succès du dispositif, qui a largement contribué à aider les établissements à gérer la charge en soins pendant la crise.

Être solide et innover à long terme

En fusionnant pour devenir Hublo, les deux start-up investissent leurs efforts de recherche et de développement technique au service d’une même technologie pour proposer une plateforme deux fois plus innovante. Elles associent également leurs expertises acquises dans les secteurs privé et public, pour accompagner les établissements sanitaires et médico-sociaux au plus près de leurs besoins.
Le contexte économique issu de la crise sanitaire a mis en évidence l’intérêt pour les sociétés Whoog et medGo d’opérer un rapprochement, afin de solidifier financièrement le nouvel ensemble, et d’accélérer le déploiement de la solution à l’international. « Cela fait plusieurs mois que nous réfléchissons à cette fusion, et la crise actuelle qui touche toutes les entreprises françaises, a renforcé notre conviction qu’il était plus que jamais temps de nous unir, pour envisager sereinement l’avenir.  » explique Antoine Loron, co-fondateur de medGo et président de Hublo.

Hublo, une solution pour l’hôpital de demain

Une meilleure gestion des RH est l’un des piliers de l’hôpital de demain et Hublo répond à la fois aux problématiques des établissements (absentéisme, congés…), aux besoins des professionnels de santé (meilleure gestion de leurs heures, droit à la déconnexion…) et aux attentes des nouvelles générations de soignants (réactivité, mobilité, qualité de vie au travail…). « Avec Hublo, nous voulons que tous les professionnels de santé puissent faire partie d’une grande communauté de soignants, agile et solidaire. Nous voulons permettre à ces professionnels d’effectuer des missions facilement et rapidement dans les hôpitaux, cliniques, EHPAD, tout en respectant leur droit à la déconnexion. » confie Guerric Faure, co-fondateur de Whoog et directeur de la stratégie Hublo.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X