Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Allauch : Sportall, la nouvelle plateforme OTT arrive dès septembre sur le marché des médias sportifs

Publié

le

Présentée en avant-première au début de l ’année lors de la Global Sport Week, à Paris, la plateforme audiovisuelle numérique Sportall arrivera officiellement sur le marché français à la rentrée de septembre. Implantée à Allauch, aux portes de Marseille, et incubée à l’incubateur marseillais Belle-de-Mai, Sportall, qui finalise sa première levée de fonds, se positionne comme l’unique solution bout-en-bout pour la production, la promotion et la diffusion d’évènements sportifs pros et amateurs.

La plateforme OTT de tous les sports

Sportall n’est pas une chaîne de sport avec un flux continu : La plateforme OTT (« Over-the-top », sur internet) est gratuite et proposera en ligne des compétitions sportives en direct et accessibles en replay, des reportages ou des interviews. Les ayants droit sportifs (fédérations, marques, clubs, créateurs de contenus) utiliseront Sportall pour produire, promouvoir et diffuser mieux et à moindre coût leurs évènements sportifs en live et leurs vidéos (VOD, Replay, tutoriels…), avec toutes les fonctions nécessaires pour démultiplier et monétiser leur audience sur internet (sans les limites et contraintes de YouTube, Facebook et autres). De plus, l’application multi-écrans Sportall, à télécharger dans les stores dès sa sortie commerciale à la rentrée, permettra d’être connecter directement aux fans, en grande majorité des jeunes, et entretenir ainsi des relations directes avec eux. Grâce à Sportall, fédérations, clubs, associations, coaches, athlètes de tous les sports, vont pouvoir augmenter considérablement leur visibilité, dans un univers médiatique très largement dominé par les sports Premium.
‘’Il était temps qu’une solution, dotée des toutes dernières technologies et au modèle économique extrêmement flexible, s’attaque aux sports non premium », souligne le PDG de Sportall, Thierry Boudard‘’Il faut savoir que les fans de ces sports en manque de visibilité médiatique sont environ 10 millions en France et plus de 50 millions en Europe. C’est donc un marché très prometteur pour une solution qui rassemble tous ces sports dans une seule plateforme, et leurs fans dans une seule base d’utilisateurs‘’.
‘’Notre ambition est d’apporter un nouveau média du sport, avec un modèle économique permettant la diffusion et la monétisation tous les sports’’, conclut le PDG de Sportall.

Sportall propose le kit Sportall et crée le réseau Sportall Procasters

En complément de sa plateforme technologique, Sportall va plus loin en proposant depuis le début de l’année des outils et services de captation digitale légère et des fonctionnalités de promotion et de story telling avancées.
‘’La captation des images d’une compétition est un problème majeur pour les fédérations ou les organisateurs d’événements’’, explique Thierry Boudard. ‘’Grâce à la technologie, nous proposons des solutions légères et 5 à 6 fois moins chères que la production traditionnelle’’. Le coût s’élève entre 500 euros et 3 000 euros par journée avec la possibilité d’intégrer des commentaires. Le Kit Sportall est composé de produits de captation simples et utilisables par tous ; une mini-régie sans fil permettant de produire localement un flux en direct multi caméras, avec commentateurs, incrustations des scores, toutes les fonctionnalités pour de la captation vidéo sportive en Live. Ce kit a déjà permis de diffuser les évènements sportifs des premiers clients, faisant chacun plus de 50 000 vues sur YouTube.
Sportall a également créé son réseau national de vidéo production, le réseau Sportall Procasters, constitué de sociétés de production et de micro-entrepreneurs expérimentés dans la captation sportive, et équipés de la technologie Sportall. Ce réseau est capable de produire n’importe quel évènement sportif, partout en France, en s’adaptant au budget du client, et apporte toutes les compétences pour la production vidéo-sportive : cameramen, réalisateurs, monteurs, commentateurs.

Une vingtaine de sports disponibles sur l’application avant la fin de l’année 2020 

‘’Plus d’une dizaine de fédérations sportives ont déjà ou vont signer chez Sportall avant le lancement, et nous sommes également en discussions avancées avec des ligues professionnelles » indique Pierre Debleme, Directeur commercial et marketing de la start-up. Parmi elles, la fédération française de Natation, la fédération française de Lutte, l’AFTEQ, l’association française de Teqball et la fédération française de ski nautique et Wakeboard sont déjà clientes de Sportall. La Fédération Française de Lutte et Disciplines Associées a été la première à adopter la solution Sportall il y a quelques mois. « Le constat est simple aujourd’hui. Nous sommes délaissés par les médias traditionnels, fait remarquer Alain Bertholom, le Président de la Fédération Française de Lutte et Disciplines Associées.

Des athlètes de choix pour ambassadeurs

Aux côtés des fédérations, bon nombre d’athlètes français adhèrent aussi à la solution Sportall et n’hésitent pas à prêter leur image à la start-up. Malia Metella, ancienne championne de Natation, qui a remporté la médaille d’argent du 50 mètres nage libre aux Jeux olympiques d’été de 2004 est une des associées de la jeune pousse depuis le premier jour et est directement impliquée dans la préparation des JO à Paris. Ont également rejoint les rangs de Sportall, en tant qu’ambassadeurs : Manon Costard, Championne du Monde de ski nautique ; Djihène Abdelilah, championne du monde de grappling NoGi 2015 ; Nathan Paulin, slackliner et spécialiste de la highline ; Hugo Tormento, Swimrunner ; Pauline Déroulède, championne en tennis fauteuil ou encore Morgan Bourc’his, Triple Champion du Monde de plongée en apnée.

Un modèle économique vertueux

Financée par la publicité via une régie extérieure, le business-modèle est résolument tourné vers le fan qui aura accès à l’appli gratuite, et qui pourra potentiellement s’abonner à une version premium pour plus de contenus, plus de fonctionnalités, et moins de pubs.
Pour les ayant droits, c’est un véritable cercle vertueux que propose Sportall avec une formule simple et commune à tous les sports et un partage des revenus à la clé. Agréger, mutualiser, monétiser. Telle est la recette Sportall.
www.sportall.fr

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Mandelieu La Napoule déploie son dispositif de stationnement intelligent et connecté

Publié

le

Depuis début juillet, il n’aura jamais été aussi simple de se garer à Mandelieu La Napoule grâce au dispositif de stationnement intelligent et connecté mis en place par la municipalité. Dispositif qui indique, en temps réel, la disponibilité et la localisation des places gratuites, se situant aux alentours du conducteur.
Issu du ’’Plan mobilité 2020-2026’’ de la commune, ce projet doit servir à optimiser le stationnement gratuit et faire gagner un maximum de temps aux utilisateurs. Le parking des Ecureuils et ses 524 places gratuites situé au Centre-Ville est le premier grand équipement couvert à en bénéficier. A terme ce dispositif sera progressivement déployer, afin de couvrir d’ici la fin de l’année, une plus grande partie du stationnement gratuit de la commune, qui comporte près de 6 000 places. Cela concernera les parkings “en pleine voie”: parking du Bureau d’Accueil de l’OTC, Avenue de Cannes, parking “Mimosa/Escota”, ainsi que les parkings couverts “Carré des Arts” et “Absolu Cœur”.

Laissez-vous guider !

Deux solutions de guidage sont proposées : le guidage visuel au sein du parking et le guidage GPS à l’aide d’une application mobile gratuite disponible sur les stores.
Le guidage visuel consiste en l’affichage des places disponibles en temps réel sur un panneau situé à l’entrée. L’usager est ensuite guidé dans les allées par des diodes lumineuses au plafond : vert = place libre; rouge = occupée, bleue = place réservée aux personnes à mobilité réduite (PMR). A terme toutes les structures seront équipées de tableaux d’affichages permettant la transmission, en temps réel, du nombre de places disponibles. Une fois tous les parcs équipés, des panneaux urbains seront également implantés aux entrées de ville, comme en sortie de l’A8, pour indiquer le nombre de places disponibles à l’instant T sur le territoire.
Le guidage par GPS est permis grâce à l’application gratuite “Modality“, développée par ParkingMap, qui vous indique en temps réel les places disponibles et proches de votre position. Petit plus de l’application, elle mesure aussi la surface des espaces afin de proposer une place adéquate en fonction de la dimension du véhicule du conducteur.

Un dispositif aux multiples avantages

Le nouveau système présente trois avantages selon la mairie: le premier est, bien sûr, l’aide au stationnement pour les usagers, le second parce qu’il sera un outil de gouvernance et de statistiques de la politique de stationnement de la commune. Et, enfin, pour la police municipale, il sera l’opportunité de surveiller les véhicules ventouse. Grâce aux informations transmises en direct, sur des panneaux connectés aux entrées des parcs de stationnement, il sera plus facile de repérer les véhicules restant garés plusieurs jours d’affilée au même endroit. « Notre ville entre dans l’ère du stationnement connecté. Cette solution technologique a pour objectif de favoriser la rotation des véhicules et de lutter contre les véhicules ventouses.» explique le maire, Sébastien Leroy.
Enfin, c’est aussi une aide dans la lutte contre la pollution. En effet, la ville a estimé que près de 30 % des embouteillages de la commune étaient causés par des automobilistes cherchant un endroit où se garer, générant de la pollution et des nuisances inutiles.. Avec ces parkings intelligents les usagers n’auront plus à tourner des heures pour trouver une place et réduiront, par la même occasion, la pollution causée par le moteur de leur véhicule.
Sur l’année 2020, la municipalité de Mandelieu La Napoule a investi 700 000 € dans ce dispositif.

Facebook Comments
Lire la suite

BioTech, MedTech

Sophia-Antipolis : Median Technologies se voit attribuer le label ‘’European Rising Tech’’ par Euronext

Publié

le

Spécialiste de l’imagerie médicale de nouvelle génération, Median Technologies, The Imaging Phenomics Company (ALMDT) vient de recevoir le label ‘European Rising Tech’ qui récompense 98 sociétés particulièrement performantes parmi plus de 350 small & mid cap Tech cotées sur les marchés d’Euronext à Amsterdam, Bruxelles, Dublin, Lisbonne et Paris et opérant dans les Sciences de la Vie, les éco-industries ou le secteur des TMT (Technologies, Medias et Télécommunications).
Au 31 mai 2020, ces 98 sociétés labellisées totalisaient une capitalisation boursière de 23 milliards d’euros, pour 21 milliards d’euros négociés sur les marchés en un an, confirmant le fort engouement que manifestent les investisseurs pour les valeurs Tech cotées sur Euronext.
Décerné par Euronext, ce label salue la solide performance de l’activité économique et boursière de Median Technologies. Il est vrai que l’entreprise azuréenne créée en 2002 et basée à Sophia Antipolis avec une filiale aux Etats-Unis et une à Shanghai, reste sur un exercice 2019 très positif, avec 9M€ de chiffre d’affaires et une croissance de 41%. Et les bases sont tout aussi élevées pour 2020 avec un carnet de commandes établi à 38,3 M€ (+ 61,6%).
www.mediantechnologies.com

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Monaco : Découvrez la Voxan Wattman de Venturi, la moto électrique la plus rapide du monde

Publié

le

C’est un monstre de puissance électrique a la ligne superbe. La Voxan Wattman, moto 100% performance, a été conçue spécialement par le groupe monégasque Venturi dans le but très précis de battre le record du monde de vitesse sur deux roues en juillet 2021. Record établi à l’automne 2019 par le japonais Ryuji Tsuruta qui a atteint les 329 km/h avec une Mobitec EV-02A.
Voxan Motors est une marque française créée en 1995. Elle a fabriqué des motos thermiques jusqu’en juin 2010, moment où elle fut rachetée par le millionnaire monégasque Gildo Castor qui se tourne alors vers l’électrique. La Voxan Wattman allait naître et lors de sa sortie en 2013, elle était la moto électrique la plus puissante et la plus performante.

Quelques données techniques

La Voxan Wattman est dotée de plusieurs moteurs électriques développant au total une puissance de 270 kW soit 367 chevaux pour un couple de 970 Nm. La batterie au lithium-ion pèse 140 kilos et développe une puissance de 317 kW pour une capacité de 15,9 kWh. Elle permet de profiter d’une autonomie de 180 km. La charge à 80 % de la batterie ne prend que 30 minutes sur une simple prise domestique via le chargeur intégré.
La Voxan Wattman pèse 350 kg et son châssis tubulaire est en acier et aluminium. Les pneus Michelin Pilot RS+ de 18 pouces sont des modèles de série, rainurés et ils résistent jusqu’à 450 km/h. Ils ont été testés dans des conditions réservées normalement aux pneus d’avion !
Il n’y a pas de frein à l’avant, trop dangereux, mais seulement un frein arrière à disque à quatre pistons et un frein moteur dont la force est ajustable.
L’aérodynamisme et la stabilité ont été considérablement travaillé pour espérer atteindre les 330 km/h. La Voxan Wattman a donc un empattement long (2,70 m de long) et un pilote positionné le plus bas possible (hauteur de selle à 61 cm).
Un système de refroidissement par carboglace est présent ce qui permet de supprimer le radiateur. Le carénage profilé à l’extrême est en fibre de carbone et minimise la résistance à l’air. Les premiers essais de la Voxan Wattman, réalisés en soufflerie, ont permis de tester l’aérodynamisme à plus de 240 km/h.

Objectif : atteindre au moins 330 km/h.

Le défi sera relevé en juillet 2021, sur la plus grande étendue de sel au monde, le Salar d’Uyuni en Bolivie. La Voxan Wattman tentera alors d’établir un nouveau record du monde de vitesse avec au guidon le sextuple champion du monde de moto Max Biaggi. Au regard du record en vigueur (329 km/h), les équipes de Venturi qui travaillent sur ce défi depuis octobre 2018 visent au minimum 330 km/h.
Rappelons qu’en matière de record de vitesse électrique, le groupe Venturi est déjà champion du monde sur quatre roues. En septembre 2016, sa Venturi VBB-3 a battu deux records sur la piste du Lac Salé à Bonneville, aux Etats-Unis : le record du monde de vitesse pour un véhicule électrique avec 543 km/h (341.4 miles/h), vitesse réalisée sur un “mile”; un second record du monde également pour avoir atteint 576 km/h (358 mph).

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X