Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

French Tech

# AMFT au Top des territoires les plus populaires sur le web, les réseaux sociaux et dans les médias

Le Blog du Modérateur reconnu pour s’intéresser à toute l’actualité des réseaux sociaux, vient de sortir un Top 10 des métropoles / écosystèmes French Tech (sur 18 territoires labellisés) les plus populaires et les personnes qui en parlent.

Publié

le

Le Blog du Modérateur reconnu pour s’intéresser à toute l’actualité des réseaux sociaux, vient de sortir un Top 10 des métropoles / écosystèmes French Tech (sur 18 territoires labellisés)  les plus populaires et les personnes qui en parlent. L’analyse porte sur les conversations, sur le web, les réseaux sociaux et dans les médias, et a été établi du 1er juillet au 30 septembre 2015, en partenariat avec Synthesio.

Le top 10 des villes labellisées French Tech hors Paris

Résultat sur une base 100, Aix-Marseille French Tech cristallise le plus les conversations et les articles. L’ouest domine les autres régions françaises, grâce à Nantes, Rennes et Angers.

  1. Aix-Marseille (100)
  2. Nantes (95)
  3. Rennes (90)
  4. Angers (IOT City) (66)
  5. Lyon (65)
  6. Toulouse (49)
  7. Montpellier (49)
  8. Côte d’Azur (Nice, Sophia Antipolis, Cannes, Grasse) (39)
  9. Brest (37)
  10. Bordeaux (35)

La carte de la French Tech sur Twitter

Le Blog du Modérateur a réalisé également avec Synthesio, une carte des tweets géolocalisés qui évoquent la French Tech. Paris domine évidemment, mais quelques villes sortent du lot. C’est notamment le cas de Marseille, Toulouse, Lyon, ou encore Nantes, Rennes et Montpellier.

BlogModérateur - Carte tweet

Qui parle de la French Tech ?

Ceux qui parlent de la French Tech sur les réseaux sociaux sont majoritairement des hommes (65%). Ils ont généralement moins de 35 ans et partagent un certain nombre d’intérêts : digital, business, mobile, startup, design etc. À noter que 75% des tweets ont été publiés en français et près de 23% en anglais (autres langues : espagnol, allemand, italien).

blogmodérateur - démographie

Si cette analyse est flatteuse pour Aix-Marseille French Tech, elle suscite des interrogations ! A commencer par les critères établis pour la réaliser !

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Evénements, initiatives et projets

A l’occasion du Grand Bain, La French Tech Aix-Marseille lance un Challenge national des start-up à impact

Publié

le

A l’occasion du Grand Bain 2020, la French Tech Aix-Marseille a décidé de mettre en lumière pour la première fois des start-up venues de toute la France avec le lancement d’un concours national baptisé « Le challenge des start-up à impact ». L’annonce a été faite par Mathieu Rozières, fondateur de Black Euphoria et vice-président de la French Tech Aix-Marseille, lors de la présentation le 12 octobre au Palais de la Bourse à Marseille de la seconde édition du Grand Bain prévue le 13 novembre au CEPAC Silo à Marseille.

Marseille, la capitale de la Tech à impact

Ce Challenge des start-up, qui avait été organisé seulement à l’échelon régional l’an passé, est co-construit avec la plateforme de crowdfunding Lita.co et French Impact (anciennement le Mouves), pour mettre en lumière et récompenser les structures françaises les plus impactantes qui répondent aux défis de demain pour rendre le monde meilleur. Le challenge s’ouvre donc aux start-up de France avec une ambition nationale, faire de Marseille, la capitale de la Tech en France.  ‘’Nous cherchons à faire de Marseille la capitale de la Tech à impact. Ça nous prendra deux ans, trois ans, quatre ans, mais nous ferons du Grand bain le grand sommet de la technologie à impact en France. Et nous ferons de Marseille cette capitale-là. C’est vraiment ce qui nous anime !’’explique Mathieu Rozières.
Un appel à candidature nationale sera lancé dans les prochains jours et dix candidats seront sélectionnés par un jury de spécialistes dans lequel aucun membre de la gouvernance de la French Tech Aix-Marseille ne sera présent. Lita.co aura en charge l’organisation du challenge et le jury sera présidé par le patron de la plateforme de crowdfunding. Toutes les French Tech françaises seront associées pour qu’elles relaient chacune sur leur territoire l’appel à candidatures. Deux places sur les dix seront toutefois réservées à deux pépites de la région. Les start-up sélectionnées pitcheront sur la scène du Silo tout au long de la journée et six prix seront remis sur scène en fin de journée.

Le Grand Bain, c’est aussi faire du Business

Cette année Le Grand Bain vous propose une nouvelle fois de plonger dans la Tech inclusive et durable. L’événement s’articulera autour de 5 thématiques, traitées sur différents formats ; la edtech, la health-tech, la ville durable, la culture numérique, la cybersécurité et la souveraineté numérique. Conférences, interviews croisées, pitchs et podcasts enregistrés en live se succéderons tout au long de la journée sur la scène du CEPAC Silo et dans le Grand hall plus communément appelé la « Salle des mamelles ». Le Grand Bain accueillera notamment des intervenants membres des Gafa, Facebook, Microsoft, Oracle, Amazon… sont ainsi annoncés, des responsables nationaux et internationaux, qui débattront sur les grands enjeux que la technologie bouscule et révolutionne. ‘’Nous voulons qu’il y ait des activistes, des penseurs, des universitaires, des urbanistes tel que Carlos Moreno… explique Mathieu Rozières, ‘’on mélange les approches de façon à ce que ceux qui vivent le Grand Bain soient inspirés ».
Pour appliquer de manière concrète les éléments de réponse soulevés sur la grande scène, des ateliers auront lieu tout à long de la journée pour proposer des solutions et services innovants aux start-up, étudiants et grands groupes du territoire. De plus, une scène ‘’investisseurs’’ se tiendra en parallèle des conférences pour offrir un moment d’échanges privilégié aux entrepreneurs du territoire avec des investisseurs et VCs. Trois loges seront également à disposition des participants pour permettre des rencontres efficaces one to one. Une application de networking sera  mise à disposition et offrira la possibilité aux participants de pouvoir se connecter avec n’importe quel intervenant et obtenir ainsi un rendez-vous de 10 minutes dans l’une des trois loges réservées à cet effet.
Enfin toujours soucieux d’intégrer une dimension artistique, créative et internationale à cette réflexion, le Grand Bain 2020 est cette année en partenariat avec Chroniques, la biennale des Imaginaires Numériques, portée par les associations Seconde Nature et Zinc, qui se déroulera du 12 au 15 novembre à Marseille et Aix. L’an dernier la manifestation était associé à la Fiesta des Suds.

Le Grand Bain et les contraintes de la crise sanitaire

Si 1000 personnes sont attendus le 13 novembre au Silo dans le respect des mesures sanitaires c’est-à-dire avec un siège sur deux occupé, la French Tech Aix-Marseille met en place une solution digitale pour accueillir le public en digital et en présentiel. ‘’C’est important pour nous d’investir le Silo, car on veut tous relancer l’économie’’ soulignait Mathieu Rozières en introduction de sa présentation. ‘’On a tous notre petite pierre à apporter, même si c’est la French Tech, on ne veut pas faire que du digital, mais aussi du présentiel », expliquait-il.  Toutefois pour permettre au plus grand nombre de participer à cette journée malgré les contraintes sanitaires, l’événement sera intégralement accessible au format numérique en s’inscrivant sur le site en prenant le tarif digital. Ce billet vous permettra d’assister en direct aux conférences et d’organiser des rencontres professionnelles virtuelles entre les participants, présents et à distance.

En bref : 
Le Grand Bain 2020, c’est le 13 novembre 2020 de 8h30 à 18h30 au CEPAC Silo à Marseille.
Le Grand Bain accueillera notamment les intervenants suivants : Gilles Babinet, Conseiller sur les questions numériques Institut Montaigne, Karine Picard, Directrice Générale Oracle France et Vice-Présidente EMEA Stratégie des Applications Cloud, Carlos Moreno, Urbaniste, Directeur scientifique de la Chaire ETI à la Sorbonne, Agnès Van de Walle, Directrice Division Partenaires et Startups Microsoft, Laurent Choukroun, Directeur Général et Co-fondateur Synergie Family, Laurence Devillers, Professeur en IA Sorbonne CNRS/LIMSI et Mathieu Nebra, Co-fondateur de OpenClassrooms.

Au programme :

  • De l’inspiration : 4 conférences, 3 interviews croisées et 2 podcasts enregistrés en live sur les grands enjeux de la tech inclusive et durable ;
  • Des échanges : des ateliers concrets pour accélérer le passage à l’échelle des startups du territoire et proposer des services innovants ;
  • Des rencontres : une application de networking dédiée, des loges pour des rencontres one-to-one en présentiel, une scène dédiée aux investisseurs et des rencontres startup / investisseurs qualifiées ;
  • Des solutions : la finale du challenge national des startups à impact du Grand Bain organisé en partenariat avec Lita.co, se déroulera lors de l’événement grâce aux votes du public. Les prix seront remis sur scène en fin de journée ;
  • Des découvertes : des parcours culturels et numériques interactifs grand public, en partenariat avec Choniques et PXN.

Plus d’infos, https://legrandbain.tech

Facebook Comments
Lire la suite

French Tech

Startupeur, startupeuse : Il ne reste plus que 7 jours pour candidater à French Tech Tremplin !

Publié

le

Un mois après le Demo Day de la première promotion de French Tech Tremplin, qui a récompensé Ericka Simon, fondatrice de LibiLabs, le programme d’accompagnement de la French Tech Aix-Marseille repart dans les starting blocks pour une seconde édition, cette fois-ci réservée aux startups déjà immatriculées de moins de 3 ans.
Les profils visés restent les mêmes que lors de la 1ère édition. Au moins un fondateur ou co-fondateur doit répondre à l’un des critères suivants : être résident dans un des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), être bénéficiaire des minimas sociaux, posséder le statut de réfugiés, ou être étudiant boursier. Rappelons que l’objectif de French Tech Tremplin est de saisir ces opportunités qui pourraient être manquées, en fournissant aux entrepreneurs issus de milieux sous-représentés dans la tech un financement (30 000 euros sans contrepartie) et un accompagnement, d’une durée d’un un, pilotés par 13 incubateurs/ accélérateurs partenaires. Ces derniers s’engagent aussi à héberger les startups lauréates.
A l’issue de l’appel à candidatures, le 15 octobre, les startups candidates passeront une première phase de sélection sur dossier, suivie d’un entretien avec un jury composé de représentants des structures d’accompagnements opératrices, de Bpifrance et de la French Tech Aix-Marseille.
Entre 10 et 18 start-up seront au final sélectionnées pour intégrer cette seconde promotion Tremplin, qui entamera le programme entre décembre et janvier prochain. Elles seront réparties entre les 13 structures d’accompagnement sélectionnées, dont 3 “consortium”. L’incubateur des Premières Sud, spécialisé dans l’accompagnement des femmes et des équipes mixtes, opérera par exemple en partenariat avec la Briqueterie. Tandis que le premier axera sa formation sur le business plan et la posture entrepreneuriale, le second accompagnera les start-up sur les problématiques technologiques. Les startups lauréates seront ainsi affectées à l’incubateur/ accélérateur dont la focale coïncide le mieux avec les problématiques propres à leur secteur d’activité et à leur stade de développement.
Directeur Général de la French Tech Aix-Marseille, Jean-Baptiste Geissler appelle cependant les startups potentiellement intéressées à ne pas s’autocensurer : “Nous choisirons les startups pour qui nous pensons que le programme présente la plus grosse valeur ajoutée. Cela signifie que les entreprises les plus avancées ne partent pas forcément favorites. Ce que nous recherchons, ce sont des entrepreneurs avec des étoiles dans les yeux, qui conçoivent une solution innovante et sont prêt à tirer parti au maximum du programme”, souligne-t-il.
Pour candidater, plus une minute à perdre : l’appel à manifestation d’intérêt se termine le 15 octobre, rendez-vous sans plus tarder sur https://www.frenchtechtremplin.com/

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

French Tech : Emmanuel Macron chouchoute les acteurs du numérique en les recevant à l’Elysée

Publié

le

Emmanuel Macron, président de la République et Kat Borlongan, directrice de la French Tech

Emmanuel Macron renouvelle son soutien à l’écosystème start-up tricolore à l’occasion d’une réception donnée lundi 14 septembre à l’Elysée. Le Président de la République s’est exprimé devant les représentants des 12 clusters numériques labellisés Capitales French Tech, parmi elles, la French Tech Côte d’Azur et la French Tech Aix-Marseille. En raison du coronavirus, seule une centaine d’invités étaient présents dans la salle des fêtes du Palais de l’Elysée, contre plus de 600 l’an dernier, pour ce qui était le plus gros rassemblement organisé à l’Élysée depuis le confinement.
Accompagné de Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances et de Cédric O, secrétaire d’Etat chargé du numérique, Emmanuel Macron a eu un discours volontairement optimiste et rassurant dont l’objectif était d’encourager et de soutenir les acteurs qui participent à bâtir la souveraineté numérique du pays, un enjeu primordial en cette période de relance économique. Il est revenu en détail sur le plan de relance pour le numérique de demain, à hauteur de 7 milliards d’euros, et a rappelé le rôle déterminant des entreprises durant la crise, notamment celles dans le domaine de la cyber sécurité, et celles qui par leurs innovations ont permis de contribuer à la résilience de la France.

Un plan de relance de 7 milliards d’euros

Après avoir rappelé certaines réalisations de start-up ces trois dernières années, soutenues par la French Tech et BpiFrance, le chef de l’Etat a détaillé le plan de relance à destination de ce secteur, qui prévoit près de 7 milliards d’euros engagés sur 2020-2022 pour le numérique. « Nous sommes le pays d’Europe qui crée le plus de licornes, ces entreprises valorisées à plus d’un milliard d’euros. Nous voulons en avoir 25 pour 2025. Nous en avons déjà créé 13. », s’est-il exprimé.
Dans le détail, 3,7 milliards seront consacrés au développement des start-up et de la souveraineté technologique française, 500 millions à garantir un meilleur accès au numérique à tous, 300 millions seront consacrés à la formation aux métiers du numérique et 2,3 milliards seront débloqués pour accélérer la transition numérique des entreprises, de l’Etat et des territoires.
Lors de sa prise de parole, Emmanuel Macron a également défendu une stratégie européenne d’accompagnement de la révolution numérique, afin de concurrencer les Etats-Unis et la Chine dans ce domaine. Un projet de loi pour la réorganisation de l’écosystème autour de l’économie numérique française est d’ailleurs actuellement à l’étude.

En route vers la 5G

Et puis le Président de la République a  abordé le sujet épineux de la 5G et en fervent défenseur de la modernité, il a confirmé les ambitions du Gouvernement en la matière : « La France, c’est le pays des Lumières, de l’innovation. Beaucoup des défis que nous avons, sur tous les secteurs, se relèveront par l’innovation. On va expliquer, débattre, lever les doutes, tordre le cou à toutes les fausses idées mais oui, la France va prendre le tournant de la 5G » a-t-il martelé, répondant ainsi à la demande, signée par 70 élus dont Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot, dans le Journal du dimanche, d’un moratoire sur ce dossier. Leurs arguments : l’utilité réelle de la 5G n’est pas évidente, les gains énergétiques attendus avec la 5G ne permettront pas de compenser la hausse de la consommation énergétique provoquée par l’explosion des usages numériques (plus de vidéos et jeux en ligne, notamment). L’idée d’un moratoire avait déjà été proposée par plusieurs ONG en octobre 2019, puis par les 150 participants à la convention citoyenne organisée par Emmanuel Macron lui-même.
J’entends beaucoup de voix qui s’élèvent pour nous expliquer qu’il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile ! Je ne crois pas que le modèle Amish permette de régler les défis de l’écologie contemporaine“, a brocardé le chef de l’Etat.
C’est à la fin du mois que l’attribution des fréquences de cette technologie mobile en France sera annoncée aux opérateurs télécoms alors que depuis lundi dernier la polémique enfle suite aux propos d’Emmanuel Macron.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X