Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecole, formation

Aix-en-Provence : Pour son 1er Marathon Entrepreneurial, l’ESSCA a rassemblé 120 étudiants l’espace d’un weekend

Publié

le

Le weekend dernier, du 11 au 13 octobre, l’école de management ESSCA d’Aix en Provence a organisé son premier Marathon Entrepreneurial dans le but de semer la graine de l’entrepreneuriat dans les perspectives professionnelles des 120 étudiants de première, deuxième et troisième année des programmes Grandes Ecoles et Bachelor.
Parrainé par David Bastian, co-fondateur de Voyage Privé, les étudiants, répartis en 23 équipes, ont planché sur leur projet de création d’entreprise durant 60 heures. Pour les guider, une quarantaine de coaches, mentors et d’entrepreneurs bénévoles se sont relayés sur tout le week-end. Partis d’une simple idée le vendredi midi, ils ont ‘’pitché’’ un projet d’entreprise complet le dimanche après-midi devant des jurys intermédiaires. Leur présentation de 5 minutes devait comprendre : le nom du projet, leur business model, sa commercialisation, le pricing… Ils étaient également notés sur la cohésion d’équipe et la bienveillance entre eux.
Une équipe a reçu le prix coup de cœur de la part des coaches et six autres se sont qualifiées pour Le jury final composé de Franck Araujo, président du jury et directeur de l’Accélérateur M, Jean Louis Bertholle, directeur du Crédit Agricole Capital Innovation, Bénédicte Bourcier-Bequaert, professeure en marketing à l’ESSCA et Patrick Bouillet, secrétaire général des Alumni de l’ESSCA, a retenu quatre projets dont un coup de cœur :

  • 1/ Allergicook: une solution qui permet aux personnes allergiques de trouver et de proposer des recettes adaptées à leurs intolérances, suite à la validation par expert en nutrition.
  • 2/ Visitapp: une application qui permet à un étudiant ayant pour projet d’étudier loin de chez lui, de faire la visite virtuelle de son futur appartement grâce à un étudiant local.
  • 3/ Courteauvino: une solution permettant à des amateurs de vin d’investir dans de grands crus et de générer du profit.
  • Coup de cœur / Eat and Link: une application pour permettre a ceux qui mangent seuls le midi de faire des rencontres professionnelles enrichissantes à table.

Les lauréats remportent 2000€ de cadeaux et pourront être suivis par l’accélérateur M de la Métropole Aix-Marseille Provence. Toutes les équipes, y compris celles qui n’ont pas été qualifiées, ont quelques semaines pour réfléchir à la suite qu’elles souhaitent donner à cette expérience. Si elles ont envie de continuer dans leur lancée, elles pourront profiter d’un accompagnement personnalisé pour créer leur start-up tout en obtenant leur diplôme. Pour ça ils bénéficieront d’aménagement de la part de l’ESSCA qui favorise l’entrepreneuriat.

Soulignons que quinze jours plus tôt, le même événement avait été organisé à l’IAE d’Aix-Marseille. Sur le même format, 220 étudiants de M1 répartis en 45 groupes se sont prêtés au jeu. Le prochain est prévu les 13-14-15 décembre à l’ENSAM d’Aix-en-Provence,  ce sera la deuxième session de son Business Game baptisé Jitcam. 165 élèves répartis en 33 équipes prendront part au concours.

Contact organisation : David Simonian (idées de Business) à l’initiative de ces Business Game

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecole, formation

Nice : La première plateforme de financement participatif étudiante voit le jour à la Fondation UCA

Publié

le

Inspirée par les universités anglo-saxonnes, la Fondation UCA (Université Côte d’Azur) a financé et lancé sa propre plateforme de financement participatif dédiée aux étudiants d’Université Côte d’Azur. Une première en France. Si ce type de financement n’a pas vocation à se substituer aux aides publiques, il offre une nouvelle opportunité aux étudiants qui veulent financer des projets en lien avec l’Université, grâce à des dons de particuliers ou d’entreprises. Il peut s’agir de l’organisation d’évènements dans le cadre de leur formation, concours d’argumentaires éclairs, de conceptions graphiques ou du financement de déplacements afin de participer à des manifestations internationales, séminaires, colloques. Les équipes de sport universitaire ont besoin de boucler leurs budgets pour aller défendre les couleurs de l’Université lors de rencontres nationales ou internationales. Des associations étudiantes peuvent manquer de financements pour soutenir leurs missions humanitaires ou caritatives, leurs démarches écoresponsables. L’ensemble de ces projets qu’ils soient portés par une promotion, un groupe d’étudiants ou un étudiant nécessite des fonds dont les étudiants ne disposent pas et qu’ils peinent à obtenir faute de réseau. Pour ce faire, ces derniers doivent publier et détailler leurs projets sur une plateforme.
Quatre projets ont pour le moment été sélectionnés par les facultés et les membres de l’Université Côte d’Azur. Parmi eux, un voyage d’étude pour une petite promotion, un évènement sportif avec les étudiants de STAPS, un programme lié au handicap, ainsi qu’une plateforme technologique sur la santé développée par des chercheurs. Tous visent des sommes entre 2.000 et 15.000€”
Les étudiants, seuls ou en groupe, peuvent utiliser librement cet outil de levées de fonds mis à leur disposition. Les participations qu’ils obtiennent sur la plateforme sont des dons qui donnent droit à une défiscalisation. Un reçu fiscal sera émis pour chaque don. En pratique, on sait que les personnes qui contribuent à un projet de financement participatif relèvent, pour la grande majorité, de l’entourage de l’initiateur. Pour obtenir de l’argent, les étudiants devront donc diffuser largement sur leurs réseaux sociaux. Ils participeront ainsi à véhiculer l’image de l’université et leur sentiment d’appartenance.

Source : Fondation UCA https://fondation-uca.org

 

Facebook Comments
Lire la suite

Ecole, formation

Qwant Junior lance une nouvelle version adaptée aux enfants de 6 à 12 ans

Publié

le

Qwant a lancé une nouvelle de Qwant Junior, son moteur de recherche sans publicité ni tracking adaptée aux enfants de 6 à 12 ans, avec de nouvelles fonctionnalités et une identité graphique repensée qui axe la navigation sur 5 grandes thématiques dédiées. Rechercher sur le web, trouver et suivre l’information, apprendre avec les programmes de l’Éducation Nationale, découvrir des jeux et des activités pour grandir et s’amuser, sont autant de fonctionnalités désormais réunies dans Qwant Junior pour les enfants, leurs parents et leurs enseignants.

Apprentissage du numérique par les nouvelles générations
Qwant Junior est accessible gratuitement depuis n’importe quel navigateur et également grâce à son application Android et Apple iOS. Plus d’un foyer sur deux avec enfant est équipé d’une tablette et selon l’étude(1) Junior Connect’ 2017, les 7-12 ans passent en moyenne 6h10 par semaine sur internet, et 24% disposent d’un smartphone personnel(2). Qwant Junior constitue pour eux un outil adapté, pour découvrir et faire découvrir toutes les richesses du web, en les protégeant des contenus haineux, violents et pornographiques et dans un environnement exempt de publicité.
Désormais, la majorité des académies de France a adopté Qwant Junior comme moteur de recherche pour les enfants avec des villes comme Rennes, Angers, Issy-Les-Moulineaux, Épinal, Nevers, Limoges, Nice, Cannes, Ajaccio…, qui en ont équipé leurs écoles primaires.

5 thématiques pour une expérience de navigation et de recherche renouvelée
La nouvelle version de Qwant Junior propose une toute nouvelle identité graphique qui axe la navigation de l’utilisateur sur 5 thématiques ; une mascotte et une couleur propre étant associée à chacune d’entre elles. Lorsque l’enfant fait une recherche, des contenus en
rapport avec les mots clés saisis et issus de différents univers (M’informer – Jouer – Faire des activités) sont également affichés sur la même page. En matière d’ergonomie, un mode sombre adapté sera aussi mis à la disposition des utilisateurs, tout en conservant les couleurs des différentes thématiques.
Qwant Junior est disponible dans son intégralité en langue française ainsi qu’en allemand, anglais et italien pour les thématiques Chercher et M’informer. Dans ces autres langues, les trois autres parties seront grisées et disponibles prochainement.

CHERCHER – C’est la page d’accueil de Qwant Junior. Au-delà du cartouche de recherche classique, une « vidéo du jour » est mise en avant ainsi que des vidéos catégorisées (actualités – influenceurs/youtubeurs – chaînes éducatives et pédagogiques). Des extras tels que le moteur de recherche inversé ainsi que le jeu des Incollables sont également affichés.
M’INFORMER –
 Dans cette partie seront présentés les résultats d’actualités correspondant à la recherche et sélectionnés dans un flux général de médias adaptés au 6-12 ans (1jour1 actu, France 24 Junior, National Geographic, GeoAdo etc). De plus, de grandes catégories de sujets qui intéressent les enfants seront aussi présentés aux utilisateurs tels que Société, Sport, Animaux, Culture et Sciences.
APPRENDRE – Il s’agit ici d’une liste blanche où tous les contenus proposés sont en rapport avec le programme scolaire défini par l’Éducation Nationale. Ils peuvent être triés selon plusieurs types (exercices ou cours) et niveaux scolaires avec les programmes de Mathématique, Histoire, Langue, Sciences… du CP à la classe de 5ème.
JOUER – L’utilisateur peut retrouver ici un ensemble de jeux issus d’une liste blanche, tous adaptés aux enfants de 6 à 12 ans. La composition de cette liste blanche est basée sur les recommandations des éditeurs de jeux et propose plusieurs catégories : Sport, Réflexion, Action, Dessin… De plus, un filtre « façon de jouer » est également proposé pour sélectionner les jeux selon si l’on veut jouer seul, à deux ou à plusieurs.
FAIRE DES ACTIVITÉS – Cette thématique présente ici à l’utilisateur des activités ludiques et éducatives. Comme dans la section Jouer, plusieurs catégories sont proposées : Activités manuelles (expérience scientifique, magie, fabrique d’objets), Lecture (recueil de blagues), Cuisine (recettes adaptées), Activités en extérieur (règle du jeu du ballon prisonnier par ex.) …

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

La Seyne-sur-Mer : La future ‘’Cité du numérique’’ prend forme pour une ouverture prévue en 2020

Publié

le

Annoncé en juillet dernier, la future ‘’Cité du Numérique’’ de La Seyne-sur-Mer élira domicile dans un ancien bâtiment de la CPAM, situé rue Louis Verlaque, à quelques pas du centre-ville et avec vue sur la mer. Le projet initié par l’association seynoise Univers Cité vise à créer un écosystème local en faveur de l’entreprenariat et du développement des entreprises. Pour cela, l’association, qui a été créé en 2018 par Samir Ben Mihoub et Oscar Dacosta, a fait l’acquisition d’un ancien bâtiment de la Sécurité Sociale abandonné depuis l’an 2000. 900 mètres carrés que la CPAM a accepté de céder pour près de 400 000 euros financés par un prêt bancaire accordé par le Crédit Mutuel. Univers Cité disposera également d’un bâtiment mitoyen de 400 m2 appartenant à un privé et acquis sous la forme d’une location avec option d’achat. En tout, la future ‘’Cité du Numérique’’ couvrira au total 1200 mètres carrés de bureaux ?

Une Cité du Numérique totalement gratuite
Cela fait maintenant deux ans que l’association Univers Cité travaille sur ce projet dont le but est de soutenir la création et la reprise d’entreprises en proposant aux porteurs de projets un accompagnement durant toute la durée de leurs démarches. Ils seront suivis par des professionnels dans le montage de leur business plan, les études de marché, la création des statuts, la levée de fonds…
“La Cité du numérique accueillera gratuitement tout porteur de projet lié au numérique, qu’il soit actif, étudiant ou chômeur’’, souligne Samir Ben Mihoub, dans les colonnes de Var Matin. ‘’Cet outil vise à rendre l’entrepreneuriat accessible à tous, permettant de concrétiser les idées créatives des porteurs de projets. Il s’inscrit à la fois dans la continuité des actions de l’association (tutorat scolaire et accompagnement de jeunes entrepreneurs) et dans une volonté de revitalisation économique de La Seyne”.
La Cité du Numérique proposera tout un ensemble de prestations tel un centre de formation qui dispensera, à la carte, des formations qualifiantes et certifiantes, adaptées aux besoins des étudiants et des jeunes entrepreneurs, un centre de recherche et d’innovation, un fablab, une pépinière d’entreprises, un incubateur qui accompagnera les projets en création ainsi qu’un espace de Coworking d’une centaine de places, le premier à La Seyne-sur-Mer.

5% du chiffre d’affaires
En contrepartie de l’accueil gratuit, Univers Cité aura un intéressement aux résultats des projets à savoir 5% du CA ce qui permettra de financer l’accompagnement d’autres entrepreneurs. Au démarrage, l’association lancera une campagne de crowdfunding et une partie du financement sera également assurée par des subventions et du mécénat privé.
Les premiers travaux ont débuté ; désamiantage, remise aux normes électriques et aux normes accueil public…”L’ouverture devrait intervenir avant l’été 2020, et ce projet devrait générer la création d’une dizaine d’emplois”, assure Samir Ben Mihoub.

Source Var Matin

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X