Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Digital marketing & sales

Aix-en-Provence : Les Galeries Lafayette de Paris s’équipent du service d’interprètes en ligne de Ouispeak

Publié

le

Ouispeak Solutions avait déjà séduit en septembre dernier le BHV du Marais (Bazar de l’Hôtel de Ville) à Paris qui l’a déployée dans quinze corners et quatre boutiques (Chanel, Longchamp, Dior ou encore Royal Quartz). Les Galeries Lafayette Haussmann n’ont fait que lui ont emboîté le pas, grâce notamment au Comité Régional du Tourisme Paris Ile-de-France qui a vu dans ce service d’interprètes en ligne unique au monde, un intérêt pour améliorer l’accueil des touristes chinois, japonais et russes dans les boutiques et les hôtels parisiens. Ouispeak est également en test depuis quelques semaines au centre commercial Cap 3000 à Saint-Laurent-du-Var et ses dirigeants sont en discussion avec l’Aéroport Roissy-CDG.
Avec son application mobile destinée aux professionnels du réceptif, la start-up aixoise compte bien s’implanter dans tous les endroits clés d’un séjour touristique : hôtels, aéroports, offices de tourisme et gares…

Faire tomber la barrière de la langue
C’est en 2016 que Valentin Effantin a l’idée de créer un service d’interprétariat en ligne à la suite d’un vol à l’arraché perpétré à Aix-en-Provence contre un couple de touristes japonais, dont il a été le témoin. Ne parlant ni français, ni anglais, le couple de touristes attendra au commissariat pendant quatre heures, l’arrivée d’un traducteur pour les prendre en charge et les aider dans le dépôt de leur plainte. Valentin Effantin se dit alors qu’il y a quelque chose à faire dans ce domaine. La barrière de la langue peut être vraiment un problème et les solutions existantes à l’époque n’étaient que robotiques. Selon lui, pour venir en aide à un touriste qui ne maîtrise pas la langue du pays où il se trouve, la seule solution passe plutôt par un interprète. Avec son frère Andrea Migliotti, il fonde alors Ouispeak Solutions en octobre 2017 et tous deux développent la première application au monde de mise en relation qui permet de connecter24h/24, en direct vocal et vidéo, des touristes russes, chinois et japonais à des interprètes.

Une application disponible 24h/24
Le fonctionnement est très simple. Sur une tablette numérique dotée de l’application, il suffit d’appuyer sur le drapeau du pays correspondant à celui d’un touriste pour qu’un interprète apparaisse à l’écran. Une conversation à trois peut alors s’engager entre le touriste, l’interprète et un conseiller ou un réceptionniste… Grâce à la visioconférence, des échanges se créent et libèrent des barrières de la langue et de la culture. Les équipes de vente peuvent initier une vraie relation-client en répondant encore mieux aux besoins et aux changements de comportement des touristes étrangers, plus connectés, plus autonomes et en recherche d’une expérience pratique et fun, l’offre Ouispeak est digitale, divertissante et surtout humaine. Cette tâche incombe aux cent cinquante traducteurs qui travaillent à domicile pour Ouispeak. Ils répondent tous les jours, 24 h sur 24.

 A terme, 3 nouvelles langues et une application grand public
Lancée sur fonds propres et avec 21.000 euros provenant du concours Tourism Innov de la CCI Région Sud, Ouispeak emploie aujourd’hui sept salariés. En cinq mois de commercialisation, elle a réalisé un chiffre d’affaires de 30.000 euros et vise les 100.000 euros cette année. Son business model : la location mensuelle du matériel avec l’accès aux trois langues à laquelle se rajoute le coût de chaque appel.
Les deux frères fondateurs annoncent déjà l’ajout de nouvelles langues tel que le coréen, le portugais et l’espagnol et ils sortiront d’ici au mois de mai prochain, une application mobile accessible pour le grand public sur IOS et Android.

www.ouispeak.io

 

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Blockchain

Marseille : Skeepers (Avis Vérifiés) rachète la start-up Surprise et parie sur la blockchain

Publié

le

Spécialisé dans l’expérience et l’engagement client, le groupe marseillais Skeepers (anciennement NetReviews), qui vient d’intégrer le classement Next40 des 40 start-up françaises les plus prometteuses, annonce le rachat de la start-up parisienne Surprise. Editeur du site Avis Vérifiés, la pépite française de l’engagement client, qui authentifie les retours clients de marques telles que Fnac, Darty, But, Carglass ou Sushi Shop, Skeepers a pour ambition d’être présent sur toute la chaîne de valeur de l’expérience client, de la découverte des produits en ligne au parcours d’achat, jusqu’au réengagement à travers des mécanismes de récompense et ce grâce à l’application Surprise et au protocole blockchain Sandblock développé également par les fondateurs de Surprise.

Surprise, l’application pionnière de la blockchain

Cofondée en 2017 par Sarah Diane Eck et Fabrice Bascoulergue, Surprise a développé une application qui permet à des marchands de proposer un mécanisme de récompenses « cashback » pour tout achat, physique ou en ligne, dans un commerce de proximité. Ces dernières sont calculées de manière à augmenter la visibilité et le chiffre d’affaires du commerçant, sans que celui-ci n’ait besoin d’une compétence particulière en marketing digital et sans perte de temps.
L’application repose sur le protocole blockchain open source Sandblock, un des projets les plus aboutis en termes de recherche et développement dans le domaine des rewards sur blockchain. Sandblock, c’est la volonté de créer un réseau décentralisé de partage de données et de valeur qui garantit aux participants la juste répartition des récompenses associées à la donnée (ex: récompenses clients suite à un achat ou à une review), la fiabilité des données remontées et une visualisation plus fine des mécanismes qui ont conduit à une récompense. Soulignons que la start-up Surprise a été retenue «solution de sortie de crise» par le gouvernement français à destination des commerçants indépendants en avril 2020.

Objectif : créer des synergies technologiques

Après avoir intégré son concurrent brésilien Trusted Company en 2018, et les pépites Mediatech-cx et Teester il y a quelques mois en France, le groupe Skeepers, maison mère d’Avis Vérifiés, se dote avec la suite logicielle de Surprise d’une technologie d’authentification et de traçabilité inégalée – ultime maillon de la relation de confiance entre marques et consommateurs – et d’une solution de reward extrêmement innovante. L’acquisition de Surprise dont le montant n’a pas été communiqué, va permettre entre autres à Skeepers d’augmenter le taux de conversion sur les demandes de reviews et récompenser les consommateurs sur la base d’indicateurs représentants la qualité d’une review ou d’une réponse déposée sur le système (qualité du texte, contenu additionnel type image ou vidéo). Aujourd’hui, neuf achats sur dix sont effet conditionnés par la consultation d’avis d’autres clients. Un système de récompense (réductions, bons d’achat, fidélisation…) peut ainsi être mis en place pour les avis les plus utiles à d’autres consommateurs.
Chacune des sociétés reste pour l’instant indépendante, même si le groupe marseillais qui compte désormais 245 salariés répartis entre Marseille, Nantes et la région parisienne et qui est déjà présent dans 44 pays, “réfléchit à des synergies technologiques” entre toutes les sociétés acquises.

Facebook Comments
Lire la suite

Digital marketing & sales

Marseille : La Fédération Commerce en 13 et la startup 18h08 lancent la première braderie en ligne de quartier

Publié

le

Organiser la première braderie en ligne de quartier, l’idée est née de la rencontre entre Audrey Lucchinacci, la dynamique présidente de la Fédération Commerce en 13 (FC13) qui multiplie les initiatives avec les entreprises innovantes locales pour soutenir les commerçants via Shopinsud et les deux jeunes fondateurs de la startup marseillaise 18h08Alexis Duvernoy et Hugo Bourdillon.

Audrey Lucchinacci, présidente de FC13

Le concept est simple. Chaque jour à 18h08 pile, du 17 au 24 février, le site de la start-up propose les produits, à prix cassés, d’une vingtaine de boutiques, Elle M, Freedom, By Ambroisine, HSport, Firenze…, pour cette première opération, toutes sont localisées dans le quartier Saint-Barnabé dans le 12e arrondissement de Marseille.  ‘’Notre objectif est d’organiser des braderies digitales de quartier dans tout Marseille puis à Aix en Provence et dans toute les communes Bouches-du-Rhône’’, explique Audrey Lucchinacci.
Grâce à la plateforme originale de ventes privées 18h08 créée en janvier 2021, c’est l’occasion de profiter de remises allant jusqu’à -60% sur les vêtements pour hommes, femmes et enfants tout en faisant travailler les commerçants locaux en cette période de crise. Le but est aussi de faire connaître les boutiques tout en leur permettant, comme le font les plateformes des géants du secteur, d’écouler leurs invendus.
Mais alors pourquoi 18h08 ?. “On a remarqué qu’il y avait un pic de commandes sur le web entre 18h et 18h30. C’est l’heure à laquelle les français commencent à prendre leur téléphone à la fin de la journée donc autant donner un rendez-vous fixe sur ce créneau”, justifient les deux fondateurs.

Site de la Fédération Commerce en 13 : https://shopinsud.io/
https://18h08.fr/

Facebook Comments
Lire la suite

Digital marketing & sales

NewOxatis déploie des partenariats avec les communautés de communes pour soutenir les commerçants

Publié

le

Les collectivités prennent les devants pour accompagner durablement les commerçants. La crise sanitaire a profondément impacté les acteurs économiques et impose aujourd’hui à tout commerce de repenser sa stratégie de digitalisation et d’accélérer sa mise en œuvre. Conscient des enjeux du click and collect en particulier ou du e-commerce en général, les petits commerçants sont de plus en plus nombreux à vouloir ouvrir un canal de vente en ligne. Pour autant, ils sont souvent hésitants devant le type de solution à choisir et les ressources à employer pour la mise en ligne de leurs produits. Pour répondre concrètement à ces problématiques, la société marseillaise NewOxatis propose aux communautés de communes une solution e-commerce éprouvée tout en formant une personne ressource au sein de la collectivité territoriale pour assurer la gestion des sites marchands. Une initiative qui vient d’être récemment portée avec succès par la Ville de Plaisance du Touch et la Communauté de communes de la Save au Touch (département de Haute Garonne).
’Notre volonté n’est pas seulement d’apporter une solution ponctuelle de Click and Collect avec des conditions préférentielles, mais surtout de s’inscrire dans une action pérenne’’ précise Philippe Guyot, président de la Communauté de commune de la Save au Touch. ‘’L’objectif est, à terme, que chacun de nos commerçants puissent développer un site e-commerce personnalisé pour en faire un outil de vente durable. Le partenariat avec NewOxatis s’inscrit dans cette démarche et leur permettra de se vendre et d’être visibles sur Internet bien au-delà de l’urgence sanitaire’’.

Un recrutement local pour un accompagnement de proximité

Pour être au plus près des e-commerçants et des producteurs locaux, la communauté de communes a recruté un agent, spécialement formé par les équipes de NewOxatis, pour pouvoir prendre en main rapidement la création et la gestion des sites de la collectivité.
Cette nouvelle recrue, sous les recommandations des commerçants, se charge d’intégrer les produits et de faire le paramétrage de la boutique. La part de travail des commerçants est considérablement réduite et consiste essentiellement à établir la liste des produits qu’ils souhaitent vendre puis gérer la préparation des commandes et la vente proprement dite.
« Dès le lancement du projet nous avons eu 4 demandes de commerçants et producteurs de produits locaux. Notre agent a déjà commencé la création de leurs sites. Pouvoir s’appuyer sur une personne ressource qui fait un vrai travail de proximité en se déplaçant dans les commerces est un soutien très apprécié par les commerçants qui ne sont pas des spécialistes du web » souligne Philippe Guyot.

S’appuyer sur l’expertise d’un acteur majeur du e-commerce en France

NewOxatis qui a rejoint le groupe CMA CGM en mars 2020 est éditrice d’une solution de création de sites e-commerce et capitalise sur une forte expérience auprès des TPME puisque 57% des e-commerçants clients de NewOxatis (sur 7000 références en France) utilisent également des canaux de vente « physique », et ce tout particulièrement en privilégiant des magasins en nom propre (1). Ces magasins sont domiciliés en grande partie dans des communes de moins de 10 000 habitants, et leur présence sur internet leur permet, en tant qu’acteurs économiques locaux, de contribuer au dynamisme des territoires en favorisant l’emploi et le commerce traditionnel.
Le projet de la communauté de communes de Haute Garonne devrait faire des émules compte-tenu de l’annonce du gouvernement concernant le grand plan de numérisation du commerce, doté de 120 millions d’euros, dont 60 millions d’euros sont destinés aux collectivités pour leur permettre de se doter de plateformes communales de commerces en ligne.

(1) Etude Profil du e-commerçant Fevad- NewOxatis-Kedge (2020)

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X