Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Digital marketing & sales

Aix-en-Provence : Les Galeries Lafayette de Paris s’équipent du service d’interprètes en ligne de Ouispeak

Publié

le

Ouispeak Solutions avait déjà séduit en septembre dernier le BHV du Marais (Bazar de l’Hôtel de Ville) à Paris qui l’a déployée dans quinze corners et quatre boutiques (Chanel, Longchamp, Dior ou encore Royal Quartz). Les Galeries Lafayette Haussmann n’ont fait que lui ont emboîté le pas, grâce notamment au Comité Régional du Tourisme Paris Ile-de-France qui a vu dans ce service d’interprètes en ligne unique au monde, un intérêt pour améliorer l’accueil des touristes chinois, japonais et russes dans les boutiques et les hôtels parisiens. Ouispeak est également en test depuis quelques semaines au centre commercial Cap 3000 à Saint-Laurent-du-Var et ses dirigeants sont en discussion avec l’Aéroport Roissy-CDG.
Avec son application mobile destinée aux professionnels du réceptif, la start-up aixoise compte bien s’implanter dans tous les endroits clés d’un séjour touristique : hôtels, aéroports, offices de tourisme et gares…

Faire tomber la barrière de la langue
C’est en 2016 que Valentin Effantin a l’idée de créer un service d’interprétariat en ligne à la suite d’un vol à l’arraché perpétré à Aix-en-Provence contre un couple de touristes japonais, dont il a été le témoin. Ne parlant ni français, ni anglais, le couple de touristes attendra au commissariat pendant quatre heures, l’arrivée d’un traducteur pour les prendre en charge et les aider dans le dépôt de leur plainte. Valentin Effantin se dit alors qu’il y a quelque chose à faire dans ce domaine. La barrière de la langue peut être vraiment un problème et les solutions existantes à l’époque n’étaient que robotiques. Selon lui, pour venir en aide à un touriste qui ne maîtrise pas la langue du pays où il se trouve, la seule solution passe plutôt par un interprète. Avec son frère Andrea Migliotti, il fonde alors Ouispeak Solutions en octobre 2017 et tous deux développent la première application au monde de mise en relation qui permet de connecter24h/24, en direct vocal et vidéo, des touristes russes, chinois et japonais à des interprètes.

Une application disponible 24h/24
Le fonctionnement est très simple. Sur une tablette numérique dotée de l’application, il suffit d’appuyer sur le drapeau du pays correspondant à celui d’un touriste pour qu’un interprète apparaisse à l’écran. Une conversation à trois peut alors s’engager entre le touriste, l’interprète et un conseiller ou un réceptionniste… Grâce à la visioconférence, des échanges se créent et libèrent des barrières de la langue et de la culture. Les équipes de vente peuvent initier une vraie relation-client en répondant encore mieux aux besoins et aux changements de comportement des touristes étrangers, plus connectés, plus autonomes et en recherche d’une expérience pratique et fun, l’offre Ouispeak est digitale, divertissante et surtout humaine. Cette tâche incombe aux cent cinquante traducteurs qui travaillent à domicile pour Ouispeak. Ils répondent tous les jours, 24 h sur 24.

 A terme, 3 nouvelles langues et une application grand public
Lancée sur fonds propres et avec 21.000 euros provenant du concours Tourism Innov de la CCI Région Sud, Ouispeak emploie aujourd’hui sept salariés. En cinq mois de commercialisation, elle a réalisé un chiffre d’affaires de 30.000 euros et vise les 100.000 euros cette année. Son business model : la location mensuelle du matériel avec l’accès aux trois langues à laquelle se rajoute le coût de chaque appel.
Les deux frères fondateurs annoncent déjà l’ajout de nouvelles langues tel que le coréen, le portugais et l’espagnol et ils sortiront d’ici au mois de mai prochain, une application mobile accessible pour le grand public sur IOS et Android.

www.ouispeak.io

 

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Digital marketing & sales

Rousset : A l’occasion de la Paris Retail Week, Connectwave créé le Connect’Store, un concept inédit de boutique connectée

Publié

le

C’est une expérience phygitale* totalement inédite que propose Connectwave, acteur majeur dans l’accompagnement au développement de solutions IoT, à la prochaine Paris Retail Week (24 au 26 septembre 2019), avec le Connect’Store, un concept inédit de boutique connectée. La grande force du concept repose sur la synergie entre les acteurs IoT du retail, partenaires de Connectwave : Corso Magenta, EM Microelectronic, Lyf Pay, Nedap, Orange Business Services, Primo1D, Timcod, Toshiba et Zebra. Cette union de toute la filière en faveur de la transformation digitale du point de vente est une vraie nouveauté.
« Nos adhérents ont mis leur expertise en commun pour imaginer une nouvelle expérience phygitale aussi bien pour le client que pour le commerçant’’, précise Philippe de Matteis, Directeur de Connectwave. ‘’Nous portons un projet d’une envergure rare et qui suscite un réel enthousiasme… Nous sommes impatients de présenter Connect’Store aux professionnels de la Paris Retail Week ! ‘’
Au cœur de la 5ème Paris Retail Week, plus grand événement d’Europe dédié au commerce connecté qui attire 600 exposants et 25 000 visiteurs, professionnels français et européens du commerce en ligne et de la logistique, le Connect’Store a pour objectif d’offrir une toute nouvelle expérience d’achat et de tester les dernières innovations-métiers en faveur du client et du commerçant. Des innovations qui vont fiabiliser les opérations de réception, optimiser les inventaires, lutter contre la contrefaçon ou mettre en place des nouveaux services pour les clients…
Tous ces acteurs apportent leur expertise pour construire ensemble un projet d’une dimension exceptionnelle :

  • Corso Magenta fiabilise les inventaires grâce à ses solutions qui bloquent 100% des ondes électromagnétiques et permettent de dissocier les zones de lecture (stock, zone de vente, cabines, cartons…).
  • La technologie RAINFC d’EM Microelectronic étend les fonctionnalités des étiquettes RFID de la gestion logistique à l’interaction client à travers un smartphone.
  • Lyf Pay propose la 1ère application multi-services de paiement mobile en France (moyens de paiement, services de paiement, offres et fidélité, ticket de caisse). Lyf Paysimplifie également l’expérience d’achat en magasin en supprimant le temps d’attente en caisse avec sa nouvelle fonctionnalité « Scan & Go » permettant aux consommateurs de scanner leurs achats avec leur mobile tout au long de leur parcours en magasin et de les payer directement depuis leur mobile, évitant ainsi le passage en caisse et leur apportant une expérience fluide et personnalisée.
  • Nedap assure la traçabilité des produits de leur fabrication jusqu’à la vente
  • Orange Business Services présente Flux Vision, sa solution de big data anonyme qui permet de mesurer et d’analyser les flux de clients sur une zone de chalandises grâce aux données techniques du réseau mobile d’Orange, en toute conformité avec la réglementation européenne sur la protection des données personnelles (RGPD) et dans le respect des recommandations de la CNIL.
  • Primo1D met en avant le fil RFID, un tag embarqué dans le vêtement dès la confection qui sécurise son identifiant, simplifie la logistique et les inventaires tout en servant d’antivol discret. Une façon de sublimer le parcours client !
  • Timcod présente ses solutions de transformation digitale des retailers ;
  • Toshiba propose des solutions magasin qui favorisent le parcours client omnicanal, en intégrant les technologies et services du marché.
  • Zebra connecte de façon intelligente les actifs des entreprises et leurs données.

Pour découvrir Connect’store : RDV Hall1 – stand 7.2 R056
www.connectwave.fr

*Le phygital, terme apparu en 2013, c’est la nouvelle tendance du Retail qui allie le monde physique et le monde digital. Orienté sur les besoins du consommateur, l’objectif est de lui proposer la meilleure expérience possible. Et il va révolutionner la manière dont nous allons faire nos achats.

Facebook Comments
Lire la suite

Digital marketing & sales

[Etude] Croissance à deux chiffres pour le e-commerce en France qui devrait atteindre 100 milliards d’euros en 2019

Publié

le

La FEVAD (Fédération du E-commerce et de la Vente à Distance) et KPMG viennent de rendre leur rapport sur l’état du e-commerce en France en 2018 et sans surprise, la tendance à la hausse constatée ces dernières années se poursuit avec un chiffre d’affaires de 92,6 milliards d’euros (+13,4 % en 2018 par rapport à 2017). Une performance qui s’explique notamment par une fréquence d’achat en augmentation de 20,7 %.
Le e-commerce devrait donc atteindre les 100 milliards d’euros cette année.
Selon Médiamétrie, 38,8 millions de Français ont effectué un achat en ligne au premier trimestre 2019 (87,5 % des internautes), soit 1,3 million d’acheteurs supplémentaires par rapport au premier trimestre 2018. Le rapport souligne que si le montant moyen d’une transaction est en baisse et s’élève à 61,5 euros, le nombre de transactions par acheteur ne cesse d’augmenter. Il s’agit donc d’un canal incontournable pour les marques.
Le commerce mobile est aussi un vecteur de croissance. Selon ce rapport, « les ventes réalisées sur terminaux mobiles en 2018 sont estimées à plus de 22 milliards par an, soit ¼ du total des ventes internet ». La part du M-commerce dans le chiffre d’affaires global des sites est désormais de 35 % contre 15 % en 2014.
Mais l’essor du e-commerce profite surtout aux géants du secteur. Sur les 180 000 sites marchands actifs recensés en France, ce sont ceux issus du secteur du tourisme qui tirent véritablement leur épingle du jeu, avec 19,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires générés en ligne en 2018. Ces derniers devancent très largement ceux des produits de grande consommation (6,7 milliards) et des produits culturels (4,1 milliards).
Près de la moitié de ces 180 000 sites marchands effectuent moins de 100 transactions par an et seulement 0,9 % des sites réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 10 millions d’euros par an. La FEVAD et KPMG mettent également en avant la domination des pure players, ces entreprises qui sont uniquement disponibles en ligne comme Amazon ou Cdiscount, et qui représentent 80 % du top 5 e-commerce français au premier trimestre 2019.
Les 5 sites e-commerce les plus visités en 2018

  1. Amazon
  2. Cdiscount
  3. Fnac
  4. Ventes Privées
  5. Oui SNCF

En revanche, des progrès sont encore possibles au niveau du taux de conversion à l’achat qui est « environ dix fois moins élevé que celui des magasins physiques. » La gestion de la relation client et de la fidélité sur internet n’est pas comparable avec une boutique physique.

Source : FEVAD

Facebook Comments
Lire la suite

Digital marketing & sales

[Étude] Selon la Fevad, les e-commerçants français affichent un moral au top !

Publié

le

Depuis 8 ans, la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) en partenariat avec le magazine LSA sonde les dirigeants des principaux sites de e-commerce français.
Selon les résultats de l’enquête menée début 2019, le moral des e-commerçants français est au beau fixe. En effet, 54 % d’entre eux indiquent être plus optimistes sur le déroulement de l’année 2019 que sur celui de 2018. Et c’est concernant leurs perspectives de résultats financiers que les dirigeants de sites de e-commerce se montrent les plus optimistes. Ils sont, en effet, 62 % à estimer que leur marge nette augmentera cette année et 11 % d’entre eux qualifient même cette augmentation de « forte ». Seuls 5 % des sondés estiment que leur résultat sera en baisse.
Rappelons que l’année 2018 avait été un peu compliquée pour les sites de vente en ligne. 40 % des dirigeants interrogés indiquent que leur activité n’avait pas été rentable en 2018, ou juste à l’équilibre, contre seulement 32 % un an plus tôt.
66 % des sondés déclarent, par ailleurs, exercer leur activité également dans d’autres pays. 46 % d’entre eux sont même présents dans plus de 10 pays. Les sites internationalisés sont néanmoins essentiellement présents en Belgique pour 90 % d’entre eux, en Espagne (72 %), en Allemagne (65 %) et en Italie (63 %).
La Fevad et LSA ont également interrogé les e-commerçants sur leurs perspectives d’investissement. Près de 50 % d’entre eux annoncent vouloir investir massivement en marketing et en publicité, notamment sur les réseaux sociaux. Et près de 70 % vont investir pour sécuriser au mieux les transactions financières réalisées sur leur site.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X