Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Economie numérique

30% des logiciels utilisés en France n’ont pas de License !

Bien qu’il soit passé de 47% à 32% en treize ans, l’usage frauduleux de logiciels dans l’Hexagone est la principale source de pertes de revenus pour les éditeurs en Europe de l’Ouest.

Publié

le

Selon la dernière étude publiée par l’association d’éditeurs Business Software Alliance (BSA), 32 % des logiciels installés sur les ordinateurs français (contre 37% dans le monde) ne disposent pas de licence, c’est 2 points de moins que les résultats de la précédente étude menée en 2016. « La France a connu l’une des plus fortes baisses en Europe au cours des treize dernières années », indique un communiqué de l’association qui regroupe les principaux éditeurs de logiciels.
Selon ce document, en 2005 près de la moitié (47%) des logiciels installés sur les ordinateurs de l’Hexagone ne disposaient pas de licence. En treize ans, le taux de logiciels utilisés frauduleusement en France a ainsi reculé de 15%, ce qui s’avère être la plus forte baisse enregistrée en Europe. Pour le BSA, cette baisse est influencée partiellement par l’adoption croissante de pratiques de gestion des actifs logiciels (SAM) des entreprises et l’essor du SaaS.
Et pourtant, la valeur commerciale des logiciels sans licence installés est estimée à 1,6 Md€ de manque à gagner pour les éditeurs français, c’est le montant le plus élevé en Europe de l’Ouest et le 4ème à l’échelle mondiale, derrière les Etats-Unis, la Chine et l’Inde.
A l’heure actuelle, les proportions de piratage les plus importantes en Europe de l’ouest sont constatées en Grèce (61%), à Chypre (44%), en Italie (43%) et en Espagne (42%).

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Economie numérique

Le gouvernement annonce un plan contre l’illectronisme et veut former 13 millions de Français au numérique

Publié

le

Il y a l’illettrisme qui touche les personnes qui ne maîtrisent pas la lecture, l’écriture ou le calcul, il y a désormais sa déclinaison numérique, l’illectronisme, c’est-à-dire le dénuement face à l’informatique et aux outils électroniques en général. Le mot désigne à la fois le manque de connaissances sur l’utilisation d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un smartphone… L’illectronisme touche principalement les populations les plus fragiles et isolées, c’est-à-dire les seniors, les français les plus pauvres, les personnes éloignées de l’emploi, mais aussi les moins de 35 ans les plus socialement défavorisés. D’après le Baromètre 2017 du Numérique, réalisé par le Credoc pour l’État et l’Arcep (régulateur des télécoms), ce mal touche 13 millions de Français !
Dans les colonnes de Ouest-France , Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du numérique, a annoncé que le gouvernement va mettre un plan sur plusieurs années doté de 75 à 100 millions d’euros dont l’objectif est de former 1,5 million de personnes par an aux outils numériques, pour toucher au final les 13 millions de Français concernés par l’illectronisme. “Nous sommes confrontés à une double fracture numérique. Celle qui concerne d’abord l’accessibilité avec l’internet mobile et l’internet à très haut débit. L’État va investir à hauteur de 3 milliards d’euros auprès des opérateurs sur les réseaux mobiles. Il faut avancer sur cette question de zones blanches“, a déclaré Mounir Mahjoubi à Ouest-France.
Concernant la seconde fracture, c’est-à-dire l’usage des outils numériques, le secrétaire d’Etat souligne : “Nous nous apercevons que 20 % des Français ne savent pas utiliser les outils numériques. Quand on cherche un emploi, c’est plus long d’un mois si on n’utilise pas internet. Quand on achète des produits, on les paie plus cher (…)
L’annonce du gouvernement intervient dans un contexte où les entreprises privées, notamment les géants américains, mettent en place des programmes dans l’Hexagone pour former les citoyens au numérique. Ainsi, Google a pour objectif de former chaque année 100 000 personnes aux outils numériques sur l’ensemble de la France tandis que Facebook souhaite former 65 000 personnes au numérique dans l’Hexagone d’ici 2019.

Le Boost Numérique de Facebook s’installe justement pendant 2 jours à Marseille à la Villa Méditerranée, les 18 et 19 septembre, pour aider justement les TPE-PME et les habitants de la région à tirer parti de toutes les opportunités du numérique. Pendant 2 jours, les équipes de Facebook et leurs partenaires locaux organisent des conférences et ateliers gratuits et accessibles à tous.

Facebook Comments
Lire la suite

Digital marketing & sales

[Etude] 26 % des Français achètent en mobilité

Publié

le

« L’Observatoire du commerce mobile » de la Mobile Marketing Association avance  les derniers  chiffres des achats sur mobile qui prouvent l’importance croissante du mobile, même si la France affiche encore un retard. 17 millions de Français ont réalisé des achats sur mobile au premier semestre 2018. Le mobile s’impose dans les habitudes de consommation, que ce soit de l’Internet et de ses services, ou de l’e-commerce.
L’e-commerce, au travers du m-commerce, est l’un des principaux bénéficiaires de ces nouveaux usages. Ainsi au cours du premier semestre 2018, les achats via mobile en France ont connu une croissance de 24 %. Ce qui offre au m-commerce une part de marché de 36 % de l’ensemble de l’e-commerce.

 

 

Le m-commerce français encore en retard
Certes, nos amis européens prennent de l’avance ! Le m-commerce représente :

  • 54 % de l’e-commerce en Grande-Bretagne ;
  • 48 %  de l’e-commerce en Allemagne ;
  • 46 %  de l’e-commerce en Espagne.

Résultat, au cours du semestre, 26 % de la population française, donc 17 millions de Français, ont réalisé des achats via leur smartphone. Par contre, sur la même période, seulement 2,1 millions de Français ont pratiqué des paiements mobiles…

 

Un effet jusque dans les commerces traditionnels

Autre effet constaté dans l’usage du mobile, il s’impose également dans les pratiques des consommateurs dans les magasins. Le mobinaute dégaine de plus en plus facilement son smartphone sur les points de vente.

Quels usages du mobile dans le magasin ?

  • 40 % – Prendre des photos de produits ;
  • 27 % – Comparer des prix ;
  • 24 % – Echanger avec ses proches ;
  • 24 % – Géolocaliser un magasin.

 

Source : « Observatoire du commerce mobile » de la Mobile Marketing Association (MMA) France, réalisé avec le concours d’App Annie, CB, comScore, Criteo, Mobiyo, newXt, RetailMeNot et BNP Paribas

par  Yves Grandmontagne ,  Directeur des Publications, IT Social

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

CMA CGM signe un partenariat avec Business France pour renforcer sa contribution au développement des PME françaises à l’export

Publié

le

La signature a eu lieu le 6 septembre dernier au port du Havre en marge de l’inauguration officielle du nouveau navire amiral de CMA CGM, le géant des mers CMA CGM Antoine de Saint Exupéry, le plus grand porte-conteneurs au monde battant pavillon français. Etaient présents Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des finances, et Mme Elisabeth Borne, ministre chargée des Transports.
La convention de partenariat que Rodolphe Saadé, Pdg du groupe CMA CGM a signé avec Christophe Lecourtier, directeur général de Business France, marque sa volonté de renforcer sa contribution au développement des PME françaises à l’exportation.
Le premier objectif de ce partenariat est de promouvoir le développement international des PME françaises des secteurs transports, logistique, mobilité et de l’industrie. Dans cet objectif, le groupe s’engage à mettre concrètement à disposition de PME préalablement identifiées par Business France son réseau d’agences en France comme à l’étranger et ses contacts professionnels, selon un communiqué de CMA CGM.
Autre engagement : l’hébergement de volontaires internationaux en entreprises (VIE), dispositif phare du soutien au commerce extérieur que gère Business France, dans ses locaux à l’étranger. Un levier non négligeable puisque CMA CGM, qui emploie plus de 30 000 personnes dans le monde, est présent dans plus de 160 pays et dispose d’un réseau mondial de 755 bureaux.
Le partenariat permettra également d’attirer des start-ups françaises et internationales à fort potentiel au sein du dispositif ZeBox, l’incubateur et accélérateur de start-ups lancé par CMA CGM cette année. Installé sur 800 m2 dans l’immeuble Le Castel de la Cité de l’innovation d’Aix Marseille, Ze Box a commencé ses activités en juin 2018 et le groupe maritime entend bien via cet incubateur profiter des opportunités de la révolution numérique pour créer des services à haute valeur ajoutée.
CMA CGM est également doté d’un fonds d’investissement dans les start-up porteuses de technologies innovantes, CMA CGM Venture, et a noué des partenariats avec divers acteurs pour accélérer dans ce domaine (Aix Marseille French Tech, Infosys, Alibaba dans le e-commerce…).

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X